"Dragons 3 : Le monde caché" : La flamme de sa vie

Dragons 3 : Le monde caché
De Dean DeBlois (2019, ÉU, 1h44) avec Donald Reignoux, Florine Orphelin...

Suite et fin ? / De Dean DeBlois (É.-U., 1h34) avec les voix (v.o.) de Jay Baruchel, America Ferrara, F. Murray Abraham, Cate Blanchett…

Mâle alpha et donc roi des dragons, Krokmou n’est plus tout à fait le seul survivant de son espèce : une femelle Furie Éclair existe et elle entre les mains de Grimmel, un féroce exterminateur de dragons. Harold et Astrid vont devoir faire feu de tout bois pour le sauver, ainsi que leur village…

Cela devait arriver. Non pas qu’un troisième volet de la franchise méga-rentable voie le jour, mais que Krokmou fasse des petits. Encore faut-il qu’il déclare au préalable sa flamme à sa dulcinée, ce qui donne lieu à une réjouissante parade où l’animal, mélange indéfinissable de félin et de saurien, balance entre le grotesque et le touchant de l’ado faisant sa cour.

Harold et Astrid en étant au même stade (avec des roucoulades moins dandinantes, il est vrai), cet opus printanier exhale une fragrance saison des amours, soutenue par la thématique secondaire du film : la question du détachement, doublement métaphorisée. Car si les appariements entre jeunes entraînent le départ du nid familial, la découverte d’un nouveau monde perdu où les dragons peuvent vivent en paix implique la fin de leur domestication (ou apprivoisement) par les vikings. Sans surprise, Harold va donc dire au revoir à son doudou/dragon transitionnel, après avoir affronté un vilain pas beau ressemblant à un morphing interrompu entre Billy Idol, Frank Langella et Gérard Darmon. Rien que ça, c’est chaud…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 25 février 2014 Wes Anderson transporte son cinéma dans l’Europe des années 30 pour un hommage à Stefan Zweig déguisé en comédie euphorique. Un chef-d’œuvre génialement orchestré, aussi allègre qu’empreint d’une sourde inquiétude. Christophe Chabert
Mercredi 25 septembre 2013 Aussi surprenant que Match point en son temps dans l’œuvre de Woody Allen, Blue Jasmine est le portrait cruel, léger en surface et tragique dans ses profondeurs, d’une femme sous influence, une Cate Blanchett géniale et transfigurée. Christophe...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter