Dominique A : « Les chansons phagocytent ma vie »

Dominique A

Théâtre des Pénitents

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Chanson / À l'occasion de ses cinquante ans, Dominique Ané dit A n'a pas fait les choses à moitié avec deux albums explorant deux versants de sa palette esthétique et un livre qui retrace sa vie et son parcours en chansons. L'occasion, au moment de sa venue à Montbrison le 15 février puis à Saint-Chamond le 22 mars, de faire le point sur une riche carrière.

Vous avez fêté vos 50 ans cette année. Une année particulièrement riche pour vous avec deux albums, Toute Latitude au printemps et La Fragilité cet automne, deux tournées et un livre, Ma vie en morceaux. Y-avait-il de votre part une manière de la marquer cette année d'une pierre blanche, de dresser une sorte de bilan ?
Dominique A :
De marquer le coup oui, de faire en sorte d'en finir avec un cycle, certaines façons de faire, un certain rythme : un disque tous les trois ans, une tournée dans la foulée. Mais un bilan non ! Ça, on me le sort à chaque album et j'en ai un peu marre (rires). De toute façon, un disque marque toujours quelque chose de l'ordre du check-up créatif. Moi, ce sont les retours des gens qui me renseignent sur mon degré de pertinence par rapport à tel ou tel projet.

Vous avez donc publié Ma vie en morceaux (Flammarion) dans lequel vous revenez sur votre carrière et votre vie à travers certaines de vos chansons. Comment vous en est venue l'idée ?
Jusqu'à présent j'avais sorti des livres de littérature chez Stock : Y Revenir peu après la sortie de Vers les lueurs (2012) et Regarder l'Océan simultanément à Eléor (2015). Comme je voulais continuer à écrire de manière plus légère autour de la musique, nous avons eu l'idée avec ma manageuse, d'un bouquin iconographique avec des paroles de chansons et quelques textes additionnels sur le pourquoi du comment et quelques anecdotes. Flammarion a répondu favorablement à cette proposition en voulant surtout développer l'aspect écriture. Je me suis pris au jeu et j'ai trouvé de plus en plus intéressant d'évoquer le rapport que j'entretiens avec les chansons, de quelle manière elles phagocytent ma vie, au delà de mon parcours artistique. Ma mémoire est assez friable mais la majorité de mes synapses est accaparée par mes chansons, ce qui s'y rattache, à telle ou telle période. C'est autant un livre sur la création de chansons que sur une forme d'obsession.

Lors d'un précédent entretien en 2015, vous évoquiez la retenue que vous aviez par rapport à l'acte d'écriture s'agissant de livres, ce dont vous parlez d'ailleurs dans Ma vie en morceaux. N'avez-vous pas avec ce livre, écrit l'autobiographie que jusqu'ici vous n'aviez qu'esquissée ?
Je ne sais pas, c'est un livre qui est assez différent, même si le matériau de base c'est toujours moi parce que je ne sais pas écrire sur autre chose quand j'écris en prose, n'ayant pas de désir fictionnel sur ce terrain. Pour moi l'objet de ce livre était en quelque sorte aussi de ne pas me soucier d'une écriture qui serait rattachable à la littérature. J'aimais bien l'idée d'avoir assez peu de temps pour le faire, de le faire dans les interstices de mon emploi du temps, entre deux concerts, parfois dans les loges, quand je rentrais à la maison et que j'avais une heure devant moi, dans une forme d'urgence, un peu comme un article à remettre avec un certain nombre de signes, ce que j'ai pas mal pratiqué par le passé. Et dans ce rapport-là, être plus léger face à l'écriture.

Comment avez-vous sélectionné ces chansons ? Il y a évidemment des chansons incontournables de votre répertoire, mais se sont-elles toutes imposées avec évidence ?
J'en ai choisies qui ne sont pas forcément incontournables et écartées d'autres plus attendues, en fonction de ce que j'avais à raconter. C'est pour cela que j'ai inclus le duo Manque moi moins avec Philippe [Katerine, NdlR]. Non pas que je le considère comme particulièrement saignant mais parce qu'il me permettait de parler de mon rapport à quelqu'un avec qui j'ai une relation amicale et un parallélisme de parcours qu'il m'intéressait d'évoquer. Les choix ont donc été assez simples. Au départ, il devait y avoir une vingtaine de morceaux et ça a un peu débordé. Et par hasard nous sommes arrivés à 26, ce qui est précisément le nombre d'années de ma carrière publique (rires).

Avez-vous cherché par ce livre à saisir les ressorts de l'écriture de vos chansons ?
Non pas vraiment. Je me disais en écrivant que certaines choses allaient m'apparaître qui étaient assez inédites pour moi mais finalement pas tant que ça. Je n'ai pas le sensation qu'une porte se soit ouverte pour me dire « tiens, ces chansons là, c'est ça »...

Vous abordez aussi votre rapport au succès. Très tendu à une époque, comme on peut le voir sur votre prestation aux Victoires de la Musique avec le Twenty-Two Bar en 1996, et beaucoup plus apaisé aujourd'hui quoi que peut-être pas tout à fait assumé et satisfait...
Le succès c'est une histoire de curseur. Est-ce que c'est cartonner un jour ou est-ce que c'est durer ? Bien sûr, il y a une troisième voie : cartonner sur la durée (rires). Pour être honnête, certains jours je suis pleinement satisfait : j'ai une reconnaissance publique, une reconnaissance de mes pairs, des gens qui me suivent depuis longtemps et me permettent de travailler dans de bonnes conditions. Et puis d'autres où je me dis que le grand public ce ne sera jamais pour moi. J'ai alors l'impression de passer à côté de quelque chose, d'être dans une sorte de confinement. Mais quand je fais mon Caliméro, il y a toujours des gens de mon entourage pour me dire « Tu ne ne te rends pas compte de la chance que tu as, de ton parcours ». En la matière, il y a des jours printaniers et des jours automnaux (rires).

Pour des gens comme moi, l'histoire est pliée

Vous disiez que les portes se ferment pour des artistes tels que vous ?
C'est clair, là on va bouffer de la musique urbaine pendant dix ans dans le mainstream. Pour des gens comme moi, l'histoire est pliée et s'écrit autrement. Je ne dis pas que j'attendais le jour où ça exploserait mais je suis convaincu qu'en termes de notoriété mon histoire est toute tracée. Faut-il s'en plaindre, ce qui est un péché d'orgueil, ou simplement en prendre acte ? Il y a des jours où je m'en plains, d'autres où simplement j'en prends acte.

Dans votre œuvre, très imprégnée de mélancolie, il y a une vraie obsession du temps qui passe, des choses disparues, mais aussi de la vie moderne qui ronge l'ancienne. Rien que sur vos deux derniers albums, on pourrait citer des chansons comme Le Temps qui passe sans moi, Le grand silence des campagnes, Corps de ferme à l'abandon, qui peuvent faire écho à Je suis une ville ou Rendez-nous la lumière. À 50 ans, ces thématiques deviennent elles de plus en plus prégnantes ?
En fait, elles l'ont toujours été pour une raison simple : enfant j'étais déjà vieux. Je suis retombé sur des choses que j'avais faites gamin, et je traitais déjà ces sujets. Comme j'étais déjà dans le memento mori au départ, ça ne risque pas de s'améliorer (rires). Mais ce qui n'était pas là et auquel je me trouve plus sensible aujourd'hui, c'est une forme de colère. Être en colère c'est le signe que vous n'êtes pas complètement désabusé. Quant à la thématique du temps, elle est là mais ce n'est pas une déploration. Quand je chante Comme au jour premier, il y a là quelque chose d'élégiaque, certes, mais je le vois moi comme une sorte de célébration. De la même façon, Le Temps qui passe sans moi, est une manière de s'en remettre au spectacle du monde et de se réjouir de ce spectacle.

Avec le recul et après l'écriture de ce livre, quels sont l'album et la chanson de votre répertoire qui vous représentent le mieux ?
C'est une question cruelle (rires). Mais je dirais que les disques les plus justes que j'ai fait sont ceux que j'ai fait en solo : La Fossette (1992), La Musique (2009) et La Fragilité (2018). Et j'y ajouterais L'Horizon, un disque que j'aime vraiment, dans son déroulement. Et longtemps j'ai trouvé que la chanson la plus forte c'était Rue des Marais [sur l'album L'Horizon, NdlR]. Il y a quelque chose dans sa réalisation et dans son propos qui me semble assez synthétique de mon travail.

Dominique A
- Théâtre des Pénitents à Montbrison, vendredi 15 février à 20h30, dans le cadre du festival Les Poly'Sons
- Salle Aristide Briand à Saint-Chamond, vendredi 22 mars à 20h30

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 31 octobre 2023 Dominés par un fort sentiment d'urgence, Send Me Love Letters cultive l'image d'un rock léché et élégant qui fleure bon les productions anglo-saxonnes du début (...)
Mardi 3 octobre 2023 Depuis plus de deux décennies, Cult Of Luna distille son métal teinté de post-rock sur les scènes du monde entier. Groupe majeur de la scène sludge, style se (...)
Mardi 5 septembre 2023 Dominés par un fort sentiment d'urgence, Send Me Love Letters cultive l'image d'un rock léché et élégant qui fleure bon les productions anglo-saxonnes du début (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Alerte orange au Puy-en-Velay du 17 au 23 juillet : des rafales venant des 4 coins du monde sont à prévoir. Veillez à vous munir d’appuis bien solides, vous (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Si vous aviez prévu une randonnée à Chalmazel pour vous retrouver et profiter du calme, il faudra sans doute repasser. Ce 15 juillet, la station de ski la (...)
Lundi 12 juin 2023 On commence à le savoir, le château du Rozier aime nous faire voyager autour du monde à travers sa programmation éclectique. Et ce goût du voyage nous emmène ce (...)
Mardi 6 juin 2023 Du 6 au 9 juin, le festival culturel universitaire de Jean Monnet revient pour le plus grand plaisir de tous. Avec plus de 350 artistes et 40 spectacles et concerts, le Fest’U est aujourd’hui le plus grand événement universitaire de France. Retour...
Lundi 29 mai 2023 Auteur-compositeur-interprète et multi-instrumentiste, Tom Bird (aka Kévin Fauchet) esquisse la beauté mélancolique et réconfortante des jours ordinaires. Après deux EP, l'artiste livre un premier album délicat, Le Portrait, offrant dix nouvelles...
Lundi 22 mai 2023 Le festival Paroles et Musiques est de retour pour une 31e édition, du 22 au 28 mai, à travers les salles et les bars de la ville de Saint-Étienne. Cette année encore, la programmation fait la part belle aux artistes émergents comme aux têtes...
Jeudi 13 avril 2023 Figure de l’esprit rock stéphanois, ancien patron d'un célèbre club dédié au genre, Julien Haro nous fait désormais l’immense honneur d’une chronique mensuelle dédiée à ses coups de cœur musicaux. Branchez vos amplis, ce mois-ci, notre spécialiste...
Jeudi 27 avril 2023 Junipa Gold fait partie de ces groupes qui nous ramènent à un endroit, à une odeur, à un moment. De ce constat, on peut aisément lui attribuer l’image d’un éveil (...)
Mardi 4 avril 2023 À l’annonce de leur venue en terre stéphanoise, les Niçois Hyphen Hyphen ont réveillé un sentiment singulier auprès de ceux qui ont déjà été témoins de leur lives : (...)
Vendredi 28 avril 2023 De « je reverrai toujours ce bal dans les faubourgs de Vienne » (Hildegarde) à « Tu m’as dit t’es où, je te rejoins au telo » (Aya Nakamura), plongée dans (...)
Mardi 28 février 2023 A trois mois du lancement de son édition 2023, le point sur la programmation du festival Paroles et Musiques, dont les organisateurs ont étoffé l’affiche grâce à de jolies pépites à découvrir.
Mardi 28 février 2023 Figure de l’esprit rock stéphanois, ancien patron d'un célèbre club dédié au genre, Julien Haro nous fait désormais l’immense honneur d’une chronique mensuelle dédiée à ses coups de cœur musicaux. Branchez vos amplis, ce mois-ci, notre spécialiste ...
Lundi 13 mars 2023 Le groupe légendaire The Stranglers vient faire vibrer les murs du Fil le jeudi 16 mars. Avec quarante ans de carrière au compteur, les britanniques occupent encore une place importante de la scène rock punk et new wave. 
Mardi 14 février 2023 Figure de l’esprit rock stéphanois, ancien patron d'un célèbre club dédié au genre, Julien Haro nous fait désormais l’immense honneur d’une chronique mensuelle dédiée à ses coups de cœur musicaux. Branchez vos amplis, ce mois-ci, notre spécialiste...
Mercredi 1 février 2023 Colette ? Colette ? Cooooolette ? Elle est invisible, et pourtant, Colette est bien là. D’ailleurs à force de sentir sa présence, Buridane a décidé de faire un (...)
Vendredi 7 avril 2023 La volcanique Izïa revient au Fil avec un nouvel album, La Vitesse, sorti en juin dernier. Présenté comme un virage pop à 180°, cet album s’apparente à la combinaison musicale de toutes les versions antérieures de la chanteuse. Eruption prévue le 9...
Lundi 20 février 2023 C’est en 2007 que Nina Goern et Yohan Hennequin décident de former le duo Cats On Trees. Posés sur une dialectique piano-batterie, leurs textes (...)
Vendredi 10 février 2023 Chanter du Céline Dion dans sa salle de bain : on l’a tous déjà fait. Fort heureusement, personne n’était là pour nous écouter. Marianne James, elle, met les (...)
Mardi 21 février 2023 Le Pax ouvre ses portes à de nouveaux talents lors du festival Seul.e en scène. Les performeurs «prennent le mic '» puis possession de la scène à tour de rôle. (...)
Jeudi 1 décembre 2022 C’est du côté de la Fabuleuse Cantine que ce mois musical de décembre s’ouvre à Saint-Étienne. Organisée par trois membres du Gin Tonic Orchestra, la Jam Session Funk & Rock animera ce samedi 3 décembre placé sous le signe de la Sainte-Barbe....
Jeudi 15 décembre 2022 Figure de l’esprit rock stéphanois, ancien patron d'un célèbre club dédié au genre, Julien Haro nous fait désormais l’immense honneur d’une chronique mensuelle dédiée à ses coups de cœur musicaux. Branchez vos amplis ! 
Vendredi 9 décembre 2022 Un spectacle musical à la Cartoon, deux musiciens à la folie hilarante, un rock n’roll revisité : on vous présente Wok'n Woll, le nouveau spectacle de la (...)
Mardi 15 novembre 2022 Depuis le 21 octobre dernier, de la lumière et du son émanent à nouveau de l’ancien site des Beaux-Arts de Saint-Étienne. Et pour cause : l’Aléatronome s’est réveillé ! De nouveau sur les rails, il revient avec de nombreux évènements dont notamment...
Vendredi 4 novembre 2022 Fort d'un quatrième album déjà salué par la critique, Cascadeur, qui fait actuellement son retour sur scène, passera par Le Fil de Saint-Étienne le jeudi 10 novembre. Portrait d'un Revenant.
Lundi 21 novembre 2022 Girls band à l’honneur les 25, 26 et 27 novembre lors du festival Femmes organisé au Pax. Depuis plusieurs années, la salle de concert met en valeur les (...)
Mardi 11 octobre 2022 Zéro concession. Zéro renoncement, malgré le temps qui passe. Et toujours 1000 cris venus des tripes à hurler. Tête de file du punk français, les Sales Majestés, (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X