"Alita : Battle Angel" : Pinocchio 2.0

Alita : Battle Angel
De Robert Rodriguez (ÉU-Arg-Can, 2h01) avec Rosa Salazar, Christoph Waltz...

Sci-fi / De Robert Rodriguez (É.-U., 2h02) avec Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Connelly…

Le XXVIe siècle, après une féroce guerre. Dans la décharge de la ville basse d’Iron City, un docteur/mécanicien trouve une cyborg démantibulée ultra-sophistiquée qu'il répare et nomme Alita comme sa fille défunte. Il découvre qu’elle présente d’étonnantes dispositions au combat…

� lire aussi : Robert Rodriguez & Rosa Salazar : « Alita montre un monde dystopique et potentiel »

La récente poussée des membres de la trinité mexicaine Iñarritu/Cuarón/del Toro ne doit pas oblitérer leurs camarades, actifs depuis au moins autant longtemps qu’eux dans le milieu. Tel le polyvalent Robert Rodriguez, Texan d'origine mexicaine, qui signe ici après Sin City (2005) une nouvelle adaptation de BD en l’occurrence un manga futuriste de Yukito Kishiro. On reconnaît dans cette version augmentée de Pinocchio (où la marionnette serait une cyborg et son Gepetto un savant doublé d’un traqueur de criminels) l’empreinte du producteur James Cameron : perfection formelle absolue des images, rigueur du récit, spectaculaire immersif (les courses en motorball ne déchirent pas : elles dévissent), distribution soignée…

Peut-être tient-on un pendant à Blade Runner, en moins hermétique sur le plan métaphysique même si la question de la proportion d’humanité à l’intérieur des cyborg est omniprésente. En tout cas, Alita se révèle tout aussi plausible dans l’extrapolation technologique et sociale de notre époque. Et le fait qu’un cinéaste d'origine mexicaine se soit intéressé à une implacable frontière (un "mur" horizontal, en quelque sorte) qui sépare une nation de privilégiés d’une masse grouillante maintenue dans l’espoir impossible de les rejoindre n’est sans doute pas anodin…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 février 2019 Un fidèle lecteur (que l’on salue) s’étonnait le mois passé de la surreprésentation du cinéma français dans notre panorama. Hasard ou coïncidence, février bascule dans l’excès inverse…
Mercredi 10 janvier 2018 Et si l’humanité diminuait pour jouir davantage des biens terrestres ? Dans ce reductio ad absurdum, Alexander Payne rétrécit un Matt Damon candide à souhait pour démonter la société de consommation et les faux prophètes. Une miniature perçante.
Mercredi 18 mars 2015 De Tim Burton (ÉU, 1h47) avec Amy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston…
Lundi 14 avril 2014 Sauf le respect qu’on doit à Darren Aronofsky, ses débuts dans le blockbuster à gros budget relèvent du naufrage intégral, et cette relecture du mythe biblique est aussi lourdingue que formatée, kitsch et ennuyeuse… Christophe Chabert
Vendredi 4 janvier 2013 La chevauchée sanglante d’un esclave noir décidé à retrouver sa fiancée en se vengeant de blancs racistes n’est pas qu’une occasion pour Quentin Tarantino de rendre hommage aux westerns ; c’est aussi un réquisitoire contre l’Histoire américaine,...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter