"El Reino" : Carnets de campagne

El Reino
Réalisateur: Rodrigo Sorogoyen Avec: Antonio de la Torre, Josep María Pou, Bárbara Lennie, Nacho Fresneda, Ana Wagener

De Rodrigo Sorogoyen (Esp.-Fr., 2h11) avec Antonio de la Torre, Monica Lopez, Nacho Fresneda…

2007. Cadre politique régional en pleine ascension nationale, Manuel est brutalement écarté à la suite de la mise au jour d’affaires de corruption au sein de son parti. Traité en fusible alors que l’exécutif entier était au courant, Manuel refuse de se laisser abattre. Au figuré comme au propre…

Après le choc Que Dios Nos Perdone (2017), moite thriller virtuose combinant (entre autres) sexe, sang, brutalité et religion, Sorogoyen et son comédien Antonio de la Torre se retrouvent comme promis pour cette “fiction susceptible de refléter certaines facettes de la vie politique espagnole. Une fois encore, il s’agit d’un mélange des genres : avec leurs costumes bien coupés, leurs évocations de “dividendes“ et de vacances autour d’une belle table, les protagonistes ressemblent davantage à des hommes d’affaires (ou des mafieux) qu’à des politiciens ; ils tiennent en réalité un peu des trois, se repaissant de magouilles et de collusions avec un appétit décuplé par leur sentiment d’impunité. Avides, hypocrites, maladroits, veules, ces politiciens accordent un temps infinitésimal à leur mandat : celui-ci présentant trop d’intérêt — dans toutes les acceptions du terme.

Le message délivré par le film se révèle non pas cynique mais effroyablement pessimiste : accéder au sommet en politique, en justice, dans la presse corrompt inéluctablement les esprits et les âmes. Et chaque nouveau venu dans tous les cénacles du pouvoir, quelle que soit sa probité originelle, devient de son plein gré le meilleur chien de garde du système. Le non-dialogue final en est l’une des plus tristes illustrations.

Avec son personnage de pomme pourrie perdue dans un panier de crabes, Antonio de la Torre se retrouve à nouveau dans une configuration “seul contre tous“. Elle lui a porté chance jusqu’aux Goya : il a décroché pour ce film celui du meilleur acteur.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 20 juillet 2022 À l’affiche tout l’été, et notamment dans le film-choc As Bestas de Rodrigo Sorogoyen au côté de Denis Ménochet, Marina Foïs raconte en compagnie du réalisateur espagnol l’aventure de ce tournage. Et se livre sans fausse pudeur sur son métier...
Mercredi 8 juillet 2020 D’un court métrage multi-primé, Rodrigo Sorrogoyen fait le point de départ d’un long homonyme captivant, dérangeant et violemment psychologique. Une histoire de mère orpheline et d’une ado en rupture de famille, une histoire d’amour raccommodé…
Mercredi 19 juillet 2017 Polar moite au scénario malsain, à l’interprétation nerveuse et à la réalisation précise, le troisième opus de Rodrigo Sorogoyen a tout pour devenir un classique du genre. En attendant, c’est LE grand film à voir dans les salles cet été 2017.
Lundi 15 décembre 2014 De Manuel Martín Cuenca (Esp-Roum-Russie-Fr, 1h56) avec Antonio de la Torre, Olimpia Melinte…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X