Zed Yun Pavarotti : « J'aurai beaucoup d'affects avec ce concert »

Orelsan + Kéry James + Berywam + Zed Yun Pavarotti + RK

Zenith de Saint-Etienne Métropole

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Rap / Le jeune rappeur stéphanois Zed Yun Pavarotti ne cesse de grimper et de gagner en notoriété avec son flow éthéré et ses titres entêtants aux lyrics à l'abstraction orfévrée. Désormais installé à Paris pour travailler, il revient sur sa terre natale pour un concert qu'il attend avec une pointe d'appréhension mais également une envie débordante. Rencontre avec ce petit génie de la scène rap française.

Comment en es-tu arrivé à la musique ?

Tout cela a commencé par un effet de groupe, d'entraînement où on rappait un peu avec des amis. On freestylait. À un moment, j'ai essayé de faire un morceau en solo, en regroupant les idées que j'avais et en les structurant avec un refrain, des couplets. Je me suis rendu compte que le résultat était correct, ça m'a plu et je n'ai jamais arrêté...

Pourquoi Zed Yun Pavarotti ?

À un moment donné, j'ai dû choisir quel nom porté, et je ne voulais absolument pas quelque chose de périmé... Zed, c'est en lien avec mon nom de famille. J'avais acheté un vinyle de Pavarotti à Sainté et à force de le voir et de l'écouter, je me suis intéressé à son histoire, à lui. C'est un clin d'œil pour ce personnage dont je suis très fan.

Tu ne produis pas toi-même de musique. Tu as commencé d'ailleurs avec des instrumentales que tu recevais par le web ?

À l'époque j'en recevais un peu mais pas tant que ça. Je connaissais aussi des producteurs à Sainté avec qui je bossais. Puis je suis rentré dans un collectif dans lequel il y avait un producteur attitré qui m'a permis de commencer le vrai travail de studio, avec un mec qui fait la musique parallèlement à ton écriture. Mais c'est vrai que je reçois énormément de prods via Internet. J'ai aussi mon binôme, Osha avec qui on a énormément de discussions et avec qui j'ai la possibilité d'inclure des lignes mélodiques, etc. Après, la composition m'attire quand même mais mon travail est celui d'auteur-interprète.

Comment s'est déroulée ton arrivée au sein de ta maison de disques parisienne Artside ?

Mon manager actuel, Marin, est tombé sur quelques-uns de mes morceaux qui lui avaient plu. Il avait aussi la possibilité à cette période-là de signer un nouvel artiste. Il m'a fait confiance et c'est allé assez vite en fait. Aujourd'hui, on fait un bon bout de chemin ensemble et ça me fait super plaisir !

Il paraît que tu prends beaucoup de plaisir en studio et parfois davantage que sur scène. Est-ce qu'aujourd'hui que tu as fait un peu plus de lives, la scène te plaît un peu plus qu'avant ?

Les deux communiquent beaucoup mais je pense que j'ai plus d'affinités avec le travail de studio. J'ai l'impression que ce sont deux mondes différents, presque pas le même métier d'être showman ou performer et élaborer et construire en studio. Je commence à découvrir ce que c'est que de faire de la scène. C'est un exercice périlleux, mais je prends beaucoup de plaisir à l'exécuter.

Je suis rappeur, c'est mon identité, mais ce que je fais, c'est de la chanson. J'espère que celles et ceux qui me suivent aiment l'idée qu'ils puissent aller de surprise en surprise avec moi.

Tu expliquais dans une interview accordée à France Culture que tu tenais à garder la liberté de créer de manière large et de te laisser des possibilités d'explorer beaucoup de styles musicaux, allant même jusqu'à penser à faire un album symphonique si l'occasion se présentait ?

Oui, tout à fait. Je suis rappeur, c'est mon identité, mais ce que je fais, c'est de la chanson. J'espère que celles et ceux qui me suivent aiment l'idée qu'ils puissent aller de surprise en surprise avec moi. C'est l'idée, j'ai envie de créer un truc un peu global où on peut aller dans tous les sens, où c'est moi qui contrôle et qui propose.

On ne comprend pas toujours tes paroles. Tu expliquais d'ailleurs dans cette même interview que tes plus jeunes auditeurs, en acceptant de ne pas comprendre et en lâchant prise, accèdent finalement aux messages que tu veux passer...

Quand je dois choisir une thématique au moment où je commence un morceau, je sais que je n'arriverai pas à faire quelque chose de top narratif ou story telling. Je n'ai pas envie de cloisonner ma chanson. Mon objectif est d'être perçu tout aussi fortement quelle que soit la situation. La majorité des gens comprennent qu'ils n'ont pas particulièrement à saisir tout pour apprécier ma musique. Je fais un travail de mise en scène, je mets un cadre, un décor dans lequel chaque auditeur évolue comme il l'entend.

Quand on parle de toi, on parle forcément de tes origines stéphanoises. Tu n'y vis plus, mais tu y restes très attaché et tu expliques que c'est ta « structure osseuse ». Qu'est-ce que cela te fait de revenir y jouer cet été ?

La perspective de ce concert m'impressionne énormément, je dois l'avouer. J'aurai beaucoup d'affects avec ce concert. Il est important pour moi de prendre beaucoup de plaisir dans ce moment. Mon attache à Sainté est très forte et le restera. La perspective de retourner y vivre m'emballe moins aujourd'hui. J'ai eu la volonté de partir, je vis mon choix pleinement, mais je serai toujours stéphanois !

Zed Yun Pavarotti + OrelSan + Kéry James + Berywam, vendredi 14 juin à 19h au Zénith de Saint-Étienne pour Saint-Étienne Live

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mercredi 13 avril 2022 Le photographe Maxence Rifflet présente au Bleu du Ciel un travail particulièrement délicat et intelligent, réalisé dans sept prisons françaises, en étroite collaboration avec les détenus.
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Jeudi 17 mars 2022 C'est le type de petit festival que l'on adore et qui, lui aussi, fait son retour : Vendanges graphiques, à Condrieu, réunit le temps d'un week-end, (...)
Jeudi 17 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Lundi 28 mars 2022 Par Sibylle Brunel La Compagnie Momus Group revisite de nouveau ses classiques en donnant cette fois-ci un coup de jeune à Shakespeare. Le (...)
Mardi 1 mars 2022 Né il y a tout juste un an, le collectif BigEye Prod regroupe de jeunes mais talentueux rappeurs qui rêvent de percer, mais aussi d’apporter le Twitch game à Sainté. Récit d’une histoire portée par l’ambition, la foi en un idéal, et une bonne dose...
Mardi 1 mars 2022 Il y a d’abord la voix de Silène Gayaud : une véritable invitation au voyage, notamment en Irlande d'où la chanteuse a ramené dans ses valises des textes (...)
Mardi 1 mars 2022 Ticket en poche, direction la queue pour les Montagnes Russes…  c’est le premier album solo de Lujipeka sorti en novembre 2021, que l’on aura (...)
Mardi 1 mars 2022 Après avoir sorti deux EPs (Genesis en 2019 puis Crack National en 2021), le rappeur stéphanois Mitchy arrive en force ce vendredi 4 mars avec un premier (...)
Mardi 1 février 2022 « Mon truc c’est la flûte traversière et j’trouve vraiment que cet instrument est sous-évalué : dans quel groupe aujourd’hui tu vois quelqu’un qui joue (...)
Mardi 25 janvier 2022 Pas de place pour se garer ? Bouchons ? Klaxons ? Flambée du prix de l’essence ? L’avantage à Sainté… C’est qu’on peut tout faire à pied. (...)
Lundi 24 janvier 2022   « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, (...)
Jeudi 13 janvier 2022 On serait tenté de croire, voire, de dire, qu’on connait l’histoire par cœur… Et pourtant, on pourrait bien en apprendre encore un peu. NTM, c’est (...)
Lundi 3 janvier 2022 Tête connue de tous les musiciens stéphanois (et d’ailleurs), mec sociable et sympa, tatoué aux doigts de fée, Tony Bakk est de ceux qui, dans l’ombre, contribuent à la lumière des autres. Portrait d’un magicien du son.
Mardi 4 janvier 2022 En une poignée d’années le duo lyonnais Black Lilys a pris une belle épaisseur. Quelque part entre dark pop, rock (...)
Lundi 3 janvier 2022 Pour sa 19ème édition, le festival montbrisonnais Les Poly’Sons monte en puissance avec une riche et belle programmation qui, durant un mois entier, met à l’honneur la chanson francophone. Voici nos deux coups de cœur.
Mardi 30 novembre 2021 Riche de ses cinq mercredis (et donc d’un nombre de sorties lui conférant un profil d’oie farcie du réveillon), le mois de décembre tient du super calendrier de l’avent, qui distribuerait encore ses surprises après Noël. Dont certaines,...
Mardi 7 septembre 2021 Il n’aime pas qu’on le caractérise ainsi. Pourtant, Benjamin Epps est bien une des révélations de la scène rap française cette année. Avec son côté très old (...)
Mardi 7 septembre 2021 Venir écouter Raphaële Lannadère en concert, c'est se prendre une claque auditive. « L » (son nom à la scène, NDLR) possède un timbre de voix qui ne (...)
Mardi 7 septembre 2021 Cette soirée devait se dérouler lors du festival Paroles & Musiques pour marquer les 30 ans de l'événement. Elle n'a pu se tenir. Mais début octobre, la (...)
Mardi 7 septembre 2021 « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a (...)
Mardi 7 septembre 2021 Contre vents et marrées, le festival Jazz au Sommet remet le couvert pour la quinzième année. Un rendez-vous qui se caractérise par la variété des lieux de (...)
Jeudi 24 juin 2021 Ils partirent quatre, mais par un prompt renfort, ils se virent quatre de plus. Le collectif de photographes stéphanois Parallax au format complet (...)
Mercredi 9 juin 2021 La photographe stéphanoise Myette Fauchère poursuit une résidence artistique de plus de six mois à La Maison du Passementier, ponctuée de nombreuses rencontres (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter