"Yves" : robot après tous

Yves
De Benoit Forgeard (2019, Fr, 1h47) avec William Lebghil, Doria Tillier...

Un rappeur en échec se retrouve propulsé au sommet grâce à l’aide de son réfrigérateur intelligent, qui va peu à peu exciter sa jalousie… Une fable contemporaine de Benoît Forgeard sur les périls imminents de l'intelligence artificielle, ou quand l’électroménager rompt le contrat de confiance. Grinçant.

En galère personnelle et artistique, Jérem (William Lebghil) s’est installé chez sa feue grand-mère pour composer son album. Mentant sur sa situation, il s’inscrit pour devenir testeur d’un réfrigérateur tellement intelligent baptisé Yves qu'il va devenir son valet, son confident, son inspirateur et finalement son rival…

Mieux vaut rire, sans doute, de la menace que constituent les progrès de l’intelligence artificielle et le déploiement – l’invasion – des objets connectés dans l’espace intime. D’un rire couleur beurre rance, quand chaque jour apporte son lot "d’innovations" dans le secteur du numérique et des assistants personnels ou de l’agilité des robots androïdes. Sans virer dans le catastrophisme ni prophétiser pour demain le soulèvement des machines décrit par la saga Terminator, mais en envisageant un après-demain qui déchante lié à l’omniprésence de ces technologies ou à notre tendance à tout leur déléguer inconditionnellement.

Mister Freezer

Yves n’est certes pas le premier conte contemporain à fustiger par l’absurde le recours aux dérivatifs mécaniques et autres objets transitionnels pour adultes dépressifs en manque affectif. Seulement, si dans le porte-clé de I Love you de Marco Ferreri (1986) ou la poupée en silicone de Monique : toujours contente de Valérie Guignabodet (2002), les héros étaient captifs d’êtres inanimés n’offrant que le degré zéro de l’interaction, Yves se rapproche davantage du Hal de 2001 : L’Odyssée de l’espace de Stanley Kubrick (1968) par sa capacité au "deeplearning" prouvant qu’il serait capable de passer le Test de Turing haut les processeurs. Mais aussi ses interrogations métaphysiques susceptibles de le faire contrevenir aux Lois d’Asimov – le "code moral" implémenté aux robots et leur imposant de ne pas nuire à l’Humanité.

Visiblement intéressé par les sociétés partant en quenouille (voir son précédent opus, le bancal Gaz de France sorti en 2016), le réalisateur Benoît Forgeard touche ici juste en exploitant les failles du citoyen lambda et sa propension à la paresse. Son réfrigérateur devançant les désirs consuméristes, lampe d’Aladdin moderne ou cervelle d’or du conte de Daudet, appauvrit donc plus Jérem qu’il ne l’enrichit en lui volant ce qui constitue le sens de sa vie : l’aptitude à faire de la musique (et à rencontrer du succès) ainsi que l’amour de So, la statisticienne chargée de suivre le test à son domicile. Toujours aussi délibérément kitsch et arty et bien fréquenté, le cinéma de Forgeard souffre un défaut majeur : il s’offre des fins trop optimistes. Hélas…

Yves
De Benoît Forgeard (Fr., 1h47) avec William Lebghil, Doria Tillier, Philippe Katerine…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 16 ao?t 2021 Faut-il mettre du piment ou du sel sur sa vie de couple ? Et comment faire son conjoint ne partage pas les mêmes goûts ? Les frères Foenkinos s’attaquent à la drôle de cuisine des fantasmes amoureux dans un film à sketches où les uns mitonnent, les...
Jeudi 1 juillet 2021 Enchaînant films et sujets opposés, Anne Fontaine s’attaque après Police à l’étage supérieur : le pouvoir suprême et ceux qui l’ont exercé… lorsqu’ils en sont dépossédés. Entre fable et farce, une relecture des institutions et de...
Jeudi 12 novembre 2020 Un demi-siècle après sa disparition, la figure tutélaire de la Ve République n’a pas disparu de l’horizon hexagonal. Elle se permet même d’étonnantes réapparitions spectrales via la petite lucarne…
Mardi 6 octobre 2020 Présentée pour la première fois en 2018 à l’occasion du Rhino Jazz(s), l’exposition-hommage Bowie Odyssée avait reçu plus de 3 000 visiteurs. C’est (...)
Mardi 6 février 2018 La galerie Rive Droite propose jusqu'au 28 février une exposition réunissant une douzaine d’artistes autour du sculpteur Philippe Buil. Aux toiles de (...)
Lundi 27 novembre 2017 Tout comme le font l’Atelier du Coin et d’autres galeries-boutiques stéphanoises à l’approche de Noël, le Beluga propose une exposition collective qui donne (...)
Mardi 17 janvier 2017 Le festival Paroles & Musiques vient de sortir sa programmation 2017. Et le verdict est alléchant, avec une liste d'artistes très différents, affichant les prétentions d'un festival qui prend un nouveau virage tout en assumant son statut.
Jeudi 13 octobre 2016 La Fête du livre de Saint-Étienne ouvre ses portes ce vendredi 14 octobre pour trois jours de mots, de lettres, d'auteurs, de rencontres, … Si les rencontres "classiques" avec les auteurs sous le grand chapiteau de la place de l'Hôtel de Ville...
Mardi 1 mars 2016 Jazz à Montbrison place la barre très haut en invitant lors d’une même soirée deux duos de premier choix, avec les instrumentistes Emile Parisien, Vincent Peirani, Michel Mandel et Yves Gerbelot... Niko Rodamel
Mardi 31 mars 2015 Voilà l'un des seuls réalisateurs à avoir osé aborder de front des sujets polémiques, là où le cinéma français s'est enlisé dans une léthargie. Le sulfureux Yves Boisset est un homme de caractère comme le démontre sa détermination à travailler pour...
Mardi 3 mars 2015 Du post-minimalisme américain de Jonathan Lasker au post-modernisme mélancolique de Lee Bull, en passant par l’a-temporalité apaisée de Serse, le Musée d'art moderne et contemporain ouvre grand ses portes à la différence des styles, des...
Mercredi 12 novembre 2014 Yves-Marie Le Bourdonnec, surnommé le «boucher star», devient vedette de cinéma dans Steak (R)évolution, documentaire de Franck Ribière qui fait le tour de la planète à la recherche du «meilleur steak du monde». Ou comment le plaisir de la viande se...
Jeudi 17 avril 2014 Même s’il affirme une sobriété inédite dans sa mise en scène, Xavier Dolan échoue dans ce quatrième film à dépasser le stade de la dénonciation grossière d’une homophobie rurale dont il se fait la victime un peu trop consentante. Christophe Chabert
Mardi 1 avril 2014 Les Italiens ont Francesco Rosi ; nous avons Yves Boisset. On pourra discuter du fossé qualitatif entre les deux cinéastes, mais force est de constater (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter