"Pauvre Georges !" : La petite apocalypse

de Claire Devers (Fr.-Bel.-Can., 1h53) avec Grégory Gadebois, Mylène MacKay, Monia Chokri…

Enseignant français exilé au Québec, Georges le taciturne vit avec son épouse à la campagne. Un jour, il surprend un gamin déscolarisé fouillant leur maison, Zack. Georges va jeter son dévolu sur cet ado un brin pervers et tenter de lui faire raccrocher le lycée, au grand dam de ses proches…

à lire aussi : Claire Devers : « Le naturel au cinéma n’existe pas »

Avec son ambiance de banlieue tranquille peuplée de gens aisés en apparence comme il faut — mais révélant à la première occasion de violentes névroses quand ils n’affichent pas leur ridicule de parvenus — ; avec son protagoniste las d’absorber sans regimber la médiocrité ambiante et saisi par la crise de milieu de vie, cette adaptation-transposition de Paula Fox ne peut qu’évoquer American Beauty (1999) : Georges va faire voler en éclat les conventions qui l’oppressent, dût-il en payer le prix. À la différence du héros de Mendes, c’est davantage au profit des autres que du sien que se déclenche cette petite révolution dont Zack est le catalyseur.

Trop rare au cinéma, Claire Devers fait preuve ici d’une délicieuse — et bienvenue — causticité vis-à-vis des ectoplasmes contemporains, en réhabilitant ceux qui passent pour des misanthropes (incarnés par les excellents Stéphane de Groodt et Grégory Gadebois) : leur apparente intransigeance offre quelques repères à la jeunesse désorientée de la génération Y et à leur géniteurs confondant altruisme et nombrilisme.

Beau et maîtrisé dans sa forme, Pauvre Georges ! ce révélateur d’une société malade est un film punk par son incorrection libératoire. Le genre de petite bombe que tout idéaliste aurait envie de projeter lors d’une fête des voisins ou à Noël en famille, histoire de mettre un peu d’ambiance…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 1 juillet 2021 Enchaînant films et sujets opposés, Anne Fontaine s’attaque après Police à l’étage supérieur : le pouvoir suprême et ceux qui l’ont exercé… lorsqu’ils en sont dépossédés. Entre fable et farce, une relecture des institutions et de...
Mercredi 4 septembre 2013 Claire Simon tente une radiographie à la fois sociologique et romanesque de la gare du nord avec ce film choral qui mélange documentaire et fiction. Hélas, ni le dialogue trop écrit, ni les récits inventés ne sont à la hauteur de la parole réelle et...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter