"Roubaix, une lumière" Divers faits d'hiver

Roubaix, une lumière
De Arnaud Desplechin (2019, Fr, 1h59) avec Roschdy Zem, Léa Seydoux...

Film de l'été / Arnaud Desplechin retourne dans son Nord natal pour saisir le quotidien d’un commissariat de police piloté par un chef intuitif et retenu. Un polar humaniste où la vérité tient de l’épiphanie, et la parole du remède. Le premier choc de la rentrée cinématographique.

L’arrivée d’un nouveau lieutenant, des incendies, une disparition de mineure, le crime d’une personne âgée… Quelques jours dans la vie et la brigade de Yacoub Daoud, patron du commissariat de Roubaix, pendant les fêtes de Noël…

« On est de son enfance comme on est de son pays », écrivait Saint-Exupéry. Mais quid du pays de son enfance ? En-dehors de tous les territoires, échappant à toute cartographie physique, il délimite un espace mental aux contours flous : une dimension géographique affective personnelle, propre à tout un chacun. Et les années passant, le poids de la nostalgie se faisant ressentir, ce pays se rappelle aux bons (et moins bons) souvenirs : il revient comme pour solder un vieux compte, avec la fascination d’un assassin de retour sur les lieux d’un crime.

Aux yeux du public hexagonal, voire international, Arnaud Desplechin incarne la quintessence d’un cinéma parisien — un malentendu né probablement de l’inscription de La Sentinelle et de Comment je me suis disputé dans des élites situées, jacobinisme oblige, en ïle-de-France. Pourtant, son premier moyen métrage La Vie des morts, revendiquait son provincialisme ; et chacune de ses autres réalisations s’appliquait à marquer soit sa distance à Paris, soit son attachement à Roubaix, sa ville de naissance. Le documentaire L’Aimée sur sa maison de famille roubaisienne, puis Un conte de Noël et Trois souvenirs de ma jeunesse totalement ou partiellement situés à Roubaix… Si une force centripète conduisait Desplechin à (re)tourner à Roubaix, c’était pour y convoquer des alter ego fantasmés — les familles Dédalus ou Vuillard. Pour Roubaix, une lumière, l’aspiration s’avère rigoureusement différente. L’inspiration également.

Vérité et voix

En travaillant sur un sujet extérieur à sa propre histoire — tiré d’un fait divers — mais ancré dans sa propre géographie, le cinéaste en vient à bouleverser ses codes narratifs. Lui qui s’octroyait film après film des libertés formelles de plus en plus poussées, se verrouille pour se conformer à la rigueur morale requise par le contexte et la misère humaine. Cette sobriété, à peine détournée par la quasi omniprésence de la partition d’un lyrisme à couper le souffle signée par l’indispensable Grégoire Hetzel, rappelle le traitement brut de Pialat pour Police ou de Tavernier dans L627 usant de la mosaïque de tranches de vie pour rendre compte le plus fidèlement d’une réalité. Car la réalité n’est pas le fait d’une histoire, mais d’un faisceau d’histoires, un agrégat d’anecdotes, auxquelles il convient d’être fidèle, et dont on se montre digne en adoptant l’éthique des documentaristes.

Dans ce panorama, il reste toutefois un personnage “vestige” du cosmos Desplechin ; celui de Louis, le jeune lieutenant porteur d’une voix off. Avec ses interrogations mystiques et sa correspondance à un homme d’église, celui que l’on suppose être un ancien séminariste est une sorte de transposé d’Ivan Dédalus, un garant spirituel d’une forme de continuité. Il n’est pas indifférent que Louis, au lieu d’embrasser les ordres, ait choisi de servir la loi : dans les deux cas, il s’attache à obtenir de ses semblables des confessions pour restaurer un peu de paix sur terre. Et dans leurs âmes. Mais Dieu que la parole est longue à accoucher !

de Arnaud Desplechin (Fr., 1h59) avec Roschdy Zem, Léa Seydoux, Sara Forestier…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Jeudi 30 décembre 2021 Adaptation d’un roman de Philip Roth qui lui trottait depuis longtemps en tête, la tromperie de Desplechin est aussi un plaidoyer pro domo en faveur du droit de l’artiste à transmuter la vérité de son entourage dans ses œuvres. Quitte à...
Mercredi 6 octobre 2021 Sorti de sa retraite pour contrer une pandémie terroriste (et se venger de Blofeld), Bond se découvre de nouveaux ennemis… et des allié·es inattendu·es. Retardé depuis 18 mois, l’ultime épisode interprété par Daniel Craig clôt par un feu d’artifice...
Mardi 31 octobre 2017 Elle est bègue ; il n’ose lui avouer qu’il ne sait pas lire. Malgré une foule de barrières, ils vont tenter de s’aimer. Pour sa première réalisation de long métrage, Sara Forestier opte pour la complexité d’une romance abrupte nourrie de réel, de...
Mercredi 4 janvier 2017 Fleurant la madeleine, la colle en pot parfum amande et la bonne conscience, Primaire s’inscrit dans la lignée de ces films rendant sporadiquement (...)
Mercredi 21 septembre 2016 Ébauche de renouveau pour Xavier Dolan qui adapte ici une pièce de Lagarce, où un homme vient annoncer son trépas prochain à sa famille dysfonctionnelle qu’il a fuie depuis une décennie. Du maniérisme en sourdine et une découverte : Marion...
Mercredi 3 février 2016 Avec quatre réalisations en dix ans — dont trois depuis juin 2011 — on va finir par oublier que Roschdy Zem a commencé comme comédien. Il aurait intérêt à ralentir la cadence : son parcours de cinéaste ressemble à une course forcenée vers une forme...
Mardi 12 mai 2015 Portrait d’un adolescent en rupture totale avec la société que des âmes attentionnées tentent de remettre dans le droit chemin, le nouveau film d’Emmanuelle Bercot est une œuvre coup de poing sous tension constante, qui multiplie les points de vue...
Mardi 5 mai 2015 Conçu comme un prequel à "Comment je me suis disputé", le nouveau et magistral film d’Arnaud Desplechin est beaucoup plus que ça : un regard rétrospectif sur son œuvre dopé par une énergie juvénile et rock’n’roll, un souffle romanesque et des...
Mardi 31 mars 2015 Même si elle traduit un certain regain de forme de la part de Benoît Jacquot, cette nouvelle version du roman d’Octave Mirbeau a du mal à tenir ses promesses initiales, à l’inverse d’une Léa Seydoux épatante de bout en bout. Christophe Chabert
Mardi 6 janvier 2015 Cette odyssée dérisoire de deux pieds nickelés décidés à voler le cercueil de Charlie Chaplin creuse surtout la tombe de son réalisateur Xavier Beauvois, qui signe un film apathique à tous les niveaux, sans forme ni fond. Christophe Chabert
Mercredi 1 octobre 2014 De et avec Roschdy Zem (Fr, 1h44) avec Vincent Rottiers, Yolin François Gauvin, Marina Foïs…
Lundi 13 janvier 2014 Derrière une intrigue de polar conduite avec nonchalance et un manque revendiqué de rigueur, les frères Larrieu offrent une nouvelle variation autour de l’amour fou et du désir compulsif. Si tant est qu’on en accepte les règles, le jeu se révèle...
Lundi 16 décembre 2013 Peut-on faire un mélodrame sans verser dans l’hystérie lacrymale ? Katell Quillévéré répond par l’affirmative dans son deuxième film, qui préfère raconter le calvaire de son héroïne par ses creux, asséchant une narration qui pourtant, à plusieurs...
Lundi 7 octobre 2013 Pendant solaire de son précédent Vénus Noire, La Vie d’Adèle est pour Abdellatif Kechiche l’opportunité de faire se rencontrer son sens du naturalisme avec un matériau romanesque qui emmène son cinéma vers de nouveaux horizons poétiques. Ce torrent...
Vendredi 30 ao?t 2013 Changement d’époque et de continent pour Arnaud Desplechin : dans l’Amérique des années 50, un ethnologue féru de psychanalyse tente de comprendre le mal-être d’un Indien taciturne. Beau film complexe, Jimmy P. marque une rupture douce dans l’œuvre...
Lundi 15 juillet 2013 Après "Belle épine", Rebecca Zlotowski affirme son désir de greffer le romanesque à la française sur des territoires encore inexplorés, comme ici un triangle amoureux dans le milieu des travailleurs du nucléaire. Encore imparfait, mais souvent...
Lundi 10 décembre 2012 De Michel Leclerc (Fr, 1h57) avec Félix Moati, Éric Elmosnino, Sara Forestier…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter