Villa Gillet & Le Petit Bulletin
Immersion dans
L’Atelier des Récits 2022

Fabrice du Welz : « Ma trilogie a trouvé une forme de cohérence »

Adoration / Dernière pierre ajoutée à son édifice ardennais, Adoration est le plus sauvage et solaire des éléments de la trilogie de Fabrice du Welz. Avant de s’attaquer à son nouveau projet, Inexorable, le fidèle d’Hallucinations Collectives livre quelques “adorables“ secrets…

Il vous a fallu une quinzaine d’année pour mener à son terme votre “trilogie ardennaise”. De Calvaire à Adoration, en passant par Alleluia, on peut à présent voir un double mouvement s’y dessiner : d’une part un rajeunissement progressif des protagonistes (vous commenciez dans un EHPAD pour finir avec des adolescents), de l’autre leur féminisation…

à lire aussi : "Adoration" : Ardennes que pourra

Fabrice du Welz : Au départ, ce n’était pas prévu pour être une trilogie. C’est après Alleluia que je me suis un peu laissé prendre au jeu quand on m’a parlé des correspondances existant entre ce film et Calvaire. Et il est vrai qu’il y avait comme une sorte que mouvement ou de recherche vers une figure féminine, qui éclate ici avec le personnage de Gloria. Maintenant je me rends compte que je suis resté assez fidèle à un certain décor des Ardennes, mais aussi à des noms, comme Gloria ou Bartel — souvent, quand je commence un nouveau projet, je me raccroche à eux. Aujourd’hui, la trilogie trouve avec ce film une forme de cohérence.

Vous placez Adoration sous l’égide d’une citation de Boileau-Narcejac : « il suffit d’un peu d’imagination pour que nos gestes les plus ordinaires se chargent soudain d’une signification inquiétante (…) il dépend de chacun de nous de réveiller les monstres et les fées. ». Mais est-ce l’imagination — acte volontaire qui guide Paul ? N’est-il pas plutôt soumis à un mécanisme inconscient, sujet à une cristallisation stendhalienne provoquant son adoration ?

Vous avez raison. En fait, cette citation provient du préambule à un court métrage de Georges Franju, La Première Nuit (1958) que l’on m’a fait découvrir au moment de la préparation du film. Dans Adoration, il y a une idée de contamination, mais aussi (après Message from the King tourné aux États-Unis) une forme de retour à mes inspirations originelles, à mes décors.

Une séquence, tournée dans une grotte, se distingue par son hétérogénéité plastique. Comment a-t-elle été travaillée ?

Le lieu en lui-même était hors-normes : il s’agit d’une fraction du tunnel de Godarville, sur le canal Bruxelles-Charleroi. Comme il est dans son jus, il présente à l’intérieur des couleurs rouges, vertes qui, avec la lumière et la texture du super16, le grain de la pellicule, ont rendu des effets très intéressants. Mais cela a été compliqué d’y tourner, car le tunnel n’est pas normalement accessible : nous avons dû enlever des barreaux pour entrer !

Pour ses rapports entre le monde de l’enfance et celui de la folie, Adoration présente des échos assez stupéfiants à Je m’appelle Élisabeth d’Améris et surtout Les Diables de Christophe Ruggia — où il était question d’une cavale de deux enfants, dont une jeune fille perdue dans son monde. Est-ce une réminiscence ?

Je n’ai pas vu le film de Jean-Pierre Améris ; en revanche, j’avais vu Les Diables il y a longtemps. Depuis que je présente en avant-première Adoration, on m’a déjà parlé de ces similitudes. Peut-être qu’il y a quelque chose d’inconscient qui m’en est resté, mais je ne l’ai pas revu depuis et je serais curieux de le revoir, justement, pour comparer — hors de la polémique actuelle, évidemment. Si je m’en étais inspiré d’une manière ou d’une autre, je le dirais ; d’autant que j’ai montré des films à Fantine Harduin [l’interprète de Gloria, NDR] durant la préparation. Mais celui-là n’en faisait pas partie.

Adoration est le seul film de votre trilogie à ne pas être interdit aux moins de 16 ans. Est-ce pour que des spectateurs de l’âge des personnages puissent le voir ?

Vous savez, je ne cherche pas l’interdiction, je préfère avoir du public ! Il se trouve que mes films appartiennent à une catégorie qu’on appelle cinéma de genre… Heureusement, avec le temps, il y a eu une reconnaissance de mon travail qui a sans doute fait qu’on l’a considéré différemment.

Pourquoi remerciez-vous Béatrice Dalle au générique ?

Ah, elle a joué un rôle de juge pour enfants dans l’une des fins possibles, que j’ai hélas dû couper. Béatrice était formidable dans la séquence, et elle a très bien compris mon choix, mais je pensais qu’il fallait achever le film sur une élévation — au sens propre et au sens figuré — avec Paul et Gloria.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 21 janvier 2020 « Mes jeunes années (…)/Courent dans les sentiers/Pleins d'oiseaux et de fleurs » chantait Charles Trenet. À ce tableau pastoral, Fabrice du Weltz ajoute sa touche d’intranquillité et de dérangement faisant d’une fuite enfantine une course éperdue...
Mercredi 26 septembre 2018 Chronique de l’existence d’un travailleur sénégalais entre sa famille restée au pays et son parcours en France, Amin marque le retour d’un Philippe Faucon comme “dardennisé“ après le triomphe de Fatima dans une tranche de vie élargie à l’entourage...
Mercredi 4 juillet 2018 Si le script de Garde à vue avait eu un enfant avec le scénario de Inception, il aurait sans doute le visage de Au poste !, cauchemar policier qui commence par un concert et s’achève par un éternel recommencement. Du bon Quentin Dupieux avec...
Mercredi 9 mars 2016 Le millésime 2016 des plus illustres cinéastes grolandais est arrivé, et il n’a rien d’une pochade : derrière son nez rouge de clown, Saint Amour dissimule une histoire d’amour(s) tout en sobriété.
Jeudi 23 juillet 2015 De Jean-Pierre Améris (Fr-Belg, 1h36) avec Benoît Poelvoorde, Virgine Efira…
Mardi 6 janvier 2015 Cette odyssée dérisoire de deux pieds nickelés décidés à voler le cercueil de Charlie Chaplin creuse surtout la tombe de son réalisateur Xavier Beauvois, qui signe un film apathique à tous les niveaux, sans forme ni fond. Christophe Chabert
Mardi 25 novembre 2014 Fabrice Du Welz passe au tamis du surréalisme belge Les Tueurs de la lune de miel pour une version qui, malgré ses embardées baroques, son humour très noir et un Laurent Lucas absolument génial, reste proche de son modèle. Christophe Chabert
Lundi 8 juillet 2013 De Nicolas et Bruno (Fr, 1h45) avec Benoît Poelvoorde, Fred Testot, Kad Merad…

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter