Défions-nous des apparences…

Panorama ciné mars / Mois de la bascule entre les saisons, du changement d’heure — bref, de toutes les métamorphoses — mars incite à aller au-delà de la surface des choses. Et donc de l’écran…

Puisque l’on célèbre en mars la Journée internationale des droits des femmes (le 8) et que 2020 doit censément voir aboutir dans l’industrie l’objectif paritaire 50/50, posons crânement la question : où sont les femmes ce mois-ci au cinéma ? Derrière les fourneaux, en train de faire le repassage ou de se pomponner pour leur mari dans La Bonne Épouse (11 mars). Situé dans une école ménagère en déclin à la veille de mai-68, cette comédie de Martin Provost joue sur un second degré évident entre la fin de l’époque patriarcale et l’espoir de l’avénement d’une autre, en bénéficiant d’un trio féminin de choc : Juliette Binoche en directrice d’école prenant la vague, Yolande Moreau en vieille fille éberluée par les changements et surtout Noémie Lvosky en bonne sœur façon Don Camillo en cornette — une distribution compensant des inégalités de forme et de rythme. Pour Mathias Malzieu, la femme est coupée en deux et dans la baignoire — mais c’est pour son bien puisqu’il s’agit d’Une Sirène à Paris (même date). Dans ce nouveau conte burtonien, le meneur de Dyonisos ose à nouveau cette alchimie entre merveilleux et mélancolie avec des héros cabossés depuis l’enfance. Ambitieux avec ses décors baroques et sa musique faite maison, attachant grâce à ses interprètes bien trouvés, le film manque toutefois d’une infinitésimale touche de magie pour emballer tout à fait.

Chez Frédéric Fonteyne & Anne Paulicevich, les femmes se prostituent. Filles de joie (18 mars) suit trois voisines du Nord de la France qui, quotidiennement, franchissent la frontière belge pour proposer leurs faveurs dans une maison close afin d’améliorer un ordinaire misérable. Les rêves en berne, l’usure morale le disputant à la déchéance physique, le mépris des proches… Comme chez Brassens, la joie reste sous cloche dans ce film à la construction subtile et décalée, qui rend si bien compte de la situation bancale de chacune et de leur individualité malgré leur solidarité. Là encore Noémie Lvovsky s’y impose, au côté de la toujours juste et passionnée Sara Forestier.

Et pourquoi pas ?

Il n’y a pas que chez les hackers que les codes sont faits pour être cassés : la société ne progresse que grâce à d’infimes transgressions reversant peu à peu les tours d’habitudes et les murs d’idées reçues. Et surtout, à celles et ceux qui, se cognant à ces obstacles, les fissurent. Voyez l’héroïne de Jumbo (18 mars). Campée par la toujours aventureuse Noémie Merlant, ce personnage solitaire embarrassé d’une mère exubérante va tomber amoureuse… d’une machine dans un parc d’attractions ; une passion singulière que la réalisatrice Zoé Wittock va montrer payée de retour avec moult orgasmes cyber-organiques et feux d’artifices forains. Une histoire volontiers onirique entre King, Lynch et Glazer, où le bizarre initial finit par devenir une composante ordinaire de la normalité.

Passer de l’exception à l’acceptation : telle est également la situation d’Alex dans Miss (date de sortie reportée au 23 septembre), où un jeune homme à demi-marginalisé trouve un épanouissement libérateur en participant au concours Miss France. Signée Ruben Alves, cette comédie grand public aux accents de feel good movie devrait contribuer à dégetthoïser la situation des personnes transgenres. D’autant qu’elle est tournée avec la transparente complicité du Comité Miss France et de comédiens hyper-populaires, comme Isabelle Nanty ou Thibaut de Montalembert en trav’…ailleuse du sexe au Bois. Sans oublier Alexandre Wetter, sans qui Miss n’existerait pas. Le parcours initiatique de son personnage — devenir une “image” de femme pour être enfin qui il/elle est réellement en lui — n’est pas si éloigné de celui de Pinocchio. Dans l’adaptation que Matteo Garrone livre du grand roman italien de Collodi (auquel il se montre d’une fidélité viscérale), le pantin a déjà presque tout du vrai petit enfant qu’il aspire à devenir, y compris l’œil candide et le zézaiement. Mais il lui manque réellement la conscience de ses actes. Apprentissage de la culpabilité, de la présence des autres et de l’amour, son chemin semé de bêtises et d’animaux anthropomorphes oscille entre rêve merveilleux et cauchemar enfiévré. On a rarement vu conte philosophique aussi joliment illustré — et pourtant, la concurrence était rude avec les versions précédentes.

Un mot pour finir sur deux films cachant leur jeu : Les Parfums de Grégory Magne (25 mars) où Emmanuelle Devos devient “nez“ de parfumerie et La Daronne de Jean-Paul Salomé (même date) où Isabelle Huppert se mue en trafiquante de drogue. Le premier n’est pas une bluette toute lisse, le second tient davantage du polar que de la comédie. Ce sont toujours les zones grises qui donnent du relief aux histoires ; voilà pourquoi il en faut plus.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 5 juillet 2023 Drag Race France a fait son grand retour ce 30 juin ! Bien sûr, vous pourrez compter sur la présence des trois jurés phares de l’émission : Nicky Doll, Daphné Bürki et Kiddy Smile mais aussi sur les onze nouvelles candidates. Et pour l’occasion, le...
Mercredi 9 septembre 2020 ★★★☆☆ De Jean-Paul Salomé (Fr., 1h30) avec Isabelle Huppert, Hippolyte Girardot, Farida Ouchani… Sortie le 9 septembre 2020
Lundi 22 juin 2020 Alors que sa sortie a été courageusement maintenue sur les écrans malgré l’ombre du Covid-19, et que des affiches ont été indûment taguées en marge des cortèges du 8-mars, Martin Provost et Juliette Binoche reviennent sur la genèse de ce film qui,...
Lundi 22 juin 2020 La brutale disparition de son époux oblige Paulette Van Der Beck à prendre les commandes de l’école ménagère familiale en déclin qu’il était censé diriger. Mais en (...)
Mercredi 8 janvier 2020 Un peu plus de deux ans après après son arrivée à la direction du Musée d'Art Moderne et Contemporain de Saint-Étienne Métropole, Aurélie Voltz a résolument pris ses nouvelles marques, loin de Paris, sa ville-racine. Rencontre avec une femme de...
Mercredi 23 octobre 2019 Un intérimaire se lance dans l’entrepreneuriat franchisé avec l’espoir de s’en sortir… précipitant sa chute et celle de sa famille. Par cette chronique noire de l’ère des GAFA, Ken Loach dézingue toujours plus l’anthropophagie libérale. En...
Mercredi 28 novembre 2018 de Soheil Beiraghi (Irn., 1h28) avec Baran Kosari, Amir Jadidi, Sahar Dowlatshahi…
Mardi 5 janvier 2016 Encore trop peu connu en France, le réalisateur Mamoru Hosoda est bien parti pour faire sortir l’anime nippon de sa zone de confiance totoresque. Il le prouve encore une fois avec cette déclinaison de La Belle et la Bête…
Mardi 18 mars 2014 De Marina De Van (Fr-Irl, 1h30) avec Missy Keating, Marcella Plunkett…
Mardi 3 décembre 2013 De Yolande Moreau (Fr-Belg, 1h47) avec Pippo Delbono, Miss Ming…
Samedi 20 avril 2013 Née il y a plus de 25 ans, Miss Knife excelle dans l'œuvre de Olivier Py pour son exubérance et son débordement poétique. Un moment de cabaret-théâtre fort en chansons et où le travestissement se transcende pour porter haut la parole du poète....
Lundi 18 février 2013 De Enzo d'Alo (Fr-Bel-It-Lux, 1h20) animation
Lundi 30 avril 2012 Véritable thriller nerveux et explosif qui suit les tribulations criminelles d’une future reine de beauté forcée de participer aux exactions d’un gang mexicain, le film de Gerardo Naranjo marie adroitement efficacité cinématographique et réflexion...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X