"La Bonne Épouse" : L'école des femmes

La brutale disparition de son époux oblige Paulette Van Der Beck à prendre les commandes de l’école ménagère familiale en déclin qu’il était censé diriger. Mais en cette veille de mai-68, les jeunes élèves ne tiennent plus à devenir des fées du logis soumises en tout point à leur mari…

Sortant avec une certaine malice quelques jours après que l’on a célébré la Journée internationale des droits des femmes, La Bonne Épouse rappelle avec un second degré évident les vertus et commandements jadis prodigués aux jeunes filles ; le hiatus entre les us de l’époque patriarcale serinés par une institution vitrifiée dans la tradition et l’éclosion d’une nouvelle société n’en paraît que plus comique !

Dans cette ambiance provinciale patinée façon Choristes, Martin Provost bénéficie de surcroît d’un trio féminin de choc : Juliette Binoche (apprêtée et maniérée comme Micheline Presle dans Les Saintes Chéries) en directrice prenant la vague de l’émancipation féminine, Yolande Moreau en vieille fille éberluée par ces changements insolites et surtout Noémie Lvovsky en bonne-sœur revêche, évoquant un Don Camillo en guimpe — parfaite dans ce registre qu’on ne lui connaissait pas encore.

Cœur sensible, Provost complète son histoire d’une romance aux accents de mélo-fantaisie ; malgré le charme combiné de Juliette Binoche et d’Édouard Baer, elle n’apporte rien. Il aurait plutôt dû approfondir la dimension comédie musicale qui clôt le film de manière un peu trop lapidaire. Le sujet, l’époque, les interprètes et surtout le compositeur — l’excellent Grégoire Hetzel — auraient sans nul doute été favorables à cette option qui n'eût pas dénaturé l’approche caustique du cinéaste.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 22 juin 2020 Alors que sa sortie a été courageusement maintenue sur les écrans malgré l’ombre du Covid-19, et que des affiches ont été indûment taguées en marge des cortèges du 8-mars, Martin Provost et Juliette Binoche reviennent sur la genèse de ce film qui,...
Mercredi 18 décembre 2019 De Hirokazu Kore-eda (Fr.-Jap., 1h47) avec Catherine Deneuve, Juliette Binoche, Ethan Hawke, Margot Clavel…
Mercredi 27 février 2019 Sous une identité d’emprunt, une quinquagénaire délaissée noue une liaison grâce à Internet avec un vingtenaire, retardant sans cesse le moment de la rencontre. Une trouble romance à distance magnifiquement interprétée par Juliette Binoche et...
Mardi 17 mai 2016 Si Roméo était fils d’un ogre pêcheur et Juliette travestie, fille d’un industriel de Tourcoing, peut-être que leur histoire ressemblerait à cette proto-comédie de Bruno Dumont. Un régal pour l’œil, mais pas une machine à gags. En compétition...
Mercredi 23 mars 2016 Critique du film Rosalie Blum de Julien Rappeneau (Fr, 1h35) avec Noémie Lvovsky, Kyan Khojandi, Alice Isaaz, Anémone…
Mardi 15 décembre 2015 De Piero Messina (Fr/It, 1h40) avec Juliette Binoche, Lou de Laâge, Giorgio Colangeli…
Mardi 7 avril 2015 De Zoltán Mayer (Fr, 1h36) avec Yolande Moreau, Qu Jing Jing…
Mardi 25 novembre 2014 De Katia Lewkowicz (Fr, 1h35) avec Marina Foïs, Laura Smet, Noémie Lvovsky…
Mardi 3 décembre 2013 De Yolande Moreau (Fr-Belg, 1h47) avec Pippo Delbono, Miss Ming…
Mardi 12 mars 2013 De Bruno Dumont (Fr, 1h35) avec Juliette Binoche, Jean-Luc Vincent…
Vendredi 7 septembre 2012 Noémie Lvovsky signe son meilleur film avec cette comédie à la fois burlesque et mélancolique où une quadragénaire revit ses16 ans, retrouve ses parents défunts et son grand amour. Comme si Nietzsche, Coppola et la psychanalyse étaient passés à la...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter