article partenaire
RCW 86, rémanent coloré.

Hommage à Saint-Étienne

Jeudi. Un bar-brasserie ordinaire nommé "La Dame aux 2 chicots". Il est 14h23. Nous sommes en avril 2019. Les gens ne travaillent pas dans cette cité. À 14h23 ils sont encore accoudés au bar et rajoutent du Picon dans leur galopin. Ils ont la truffe violette, épaisse, des manteaux sans forme, difficile d'en décrire précisément la couleur, ils sont entre deux âges, ils sont entre deux vins. Les vrais punks ce sont eux car ils n'ont aucun code vestimentaire. Cela dit que porter avec une paire de pantoufles et une veste de pêche orange. Sont pas là pour fourrer les mecs ! L'un deux raconte ses embrouilles avec EDF qui a envoyé des lettres de relance via une société de recouvrement nommée Contentia. Personne ne semble l'écouter. Son acolyte fixant un "Banco perdant" depuis maintenant bien une demi-heure. Les regards sont vides, lointains. Univers somme toute masculin malgré la présence d'une avocate décatie qui caramélise son palais au Bourgogne-Aligoté légèrement vert. Elle se fait draguer mollement par une personne dont les franges retombent systématiquement sur la nuque... personne n'osant lui dire qu'il est chauve le Gégé. Ancienne ville de mineurs. Souvent caricaturée dans les films ou les médias pour son caractère sinistre et non accueillant. C'est faux. Saint-Étienne, à l'instar de villes du Nord de la France, a des reflets de nostalgie heureuse, l'alcool et les jeux à gratter servant bien évidemment de filtre vaporeux à une réalité trop abrupte, mais entre deux filets de bave à 40 degrés, des fulgurances fleurissent dans les bars de quartier. Saint-Étienne n'est pas sans rappeler certains films belges comme La Merditude des Choses ou Dikkenek... ou des œuvres de Kusturica comme Chat noir Chat blanc... À Saint-Étienne, on suspend un drap blanc dans l'abattoir et ça devient le cinéma et les gratons de porcs font office de M&M's. Elle est délirante cette ville, à rebours, tintée de prolétariat, de bourgeoisie décalée, de notables déclassés, de commerciaux bedonnants dont les gourmettes baptisées "Jean-Mi", "Mickael" ou "Cédric" peuvent atteindre le poids d'un kilo 8 ; cette ville compliquée, tour à tour bucolique et infréquentable, est matinée d'une poésie paradoxale soulignée par le fameux chansonnier local "Jean-Félix Croustipaille" qui rote son poème gaga intitulé T'as encore bu la monnaie du pain Michel. À Saint-Étienne, l'ouvrier claque facilement la bise au gros notaire libidineux qui lui-même caresse volontiers la croupe du petit charcutier traiteur de la Grande Rue. Oui, à Saint-Étienne, il n'y a qu'une rue de plus de 10 mètres qui s'appelle donc logiquement la Grande Rue. Petit charcutier traiteur je disais, qui s'appelle Michel, comme son papa et comme sa maman aussi. Saint-Étienne est une pâte à mâcher à la fois fragile et indestructible. Un roseau urbain qui s'inscrit dans les siècles mais n'y participe plus depuis plus de quarante ans. On dit que le nuage de Tchernobyl y serait resté 2 jours de plus qu'ailleurs car il était bloqué entre les 7 collines de celle qui s'est appelée autrefois, après la Révolution, Armeville. C'est pour ça que les gens mettent du Picon dans les Chocapic des gosses et que le Maire se balade nu avec une cape de Mousquetaire et un gant en latex. Et c'est aussi pour ça que les avocats entendent sempiternellement les mêmes questions dans leur cabinet « Si on divorce avec ma femme, légalement on reste quand même frère et sœur ? » Plus sérieusement je rends hommage à ma Ville que j'aime et que j'aimerai toujours. Dès que le confinement s'achève, je prévois d'y faire la java du siècle, une pampille de tous les diables. On va boire et s'aimer à s'en faire péter les artères mes Seigneurs !

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)
Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter