article partenaire
RCW 86, rémanent coloré.

Arnaud Meunier : « Je vois la MC2 comme une locomotive »

Mercato / On a appris cet été que le 1er janvier 2021, le metteur en scène Arnaud Meunier succédera à Jean-Paul Angot à la tête de la MC2, l’une des plus importantes scènes nationales de France. On l’a rencontré début septembre alors qu’il se rendait à ses premiers rendez-vous grenoblois (on passait juste avant la Ville de Grenoble) pour en savoir un peu plus sur son projet et ses envies.

Pourquoi avez-vous décidé d’être candidat au poste de directeur de la MC2 ?

à lire aussi : Arnaud Meunier : "Ne mettre personne sur la paille"

Arnaud Meunier : Il y a plusieurs raisons. D’abord, ça fait maintenant dix ans que je suis dans la région comme je dirige la Comédie de Saint-Étienne. Une région que je connaissais mal avant d’y arriver mais que j’ai appris à découvrir et dans laquelle je me sens aujourd’hui très bien, d’où l’envie très forte d’y rester.

Ensuite, après dix ans d’aventure heureuse à Saint-Étienne, je voulais un nouveau défi tout aussi excitant. Dans le paysage régional, la MC2 me semblait passionnante, tant du point de vue historique que dans ses enjeux en 2020. C’est l’une des institutions françaises les plus richement dotées, elle a donc un rôle important dans l’économie du spectacle vivant et de la création.

à lire aussi : Arnaud Meunier part à Grenoble

Et puis il y a Grenoble en tant que telle, qui me paraît elle aussi passionnante. C’est, par exemple, une ville qui concentre une moyenne de CSP+ plus importante que d’autres, et qui en même temps a des quartiers parmi les plus difficiles de France. Pour quelqu’un comme moi qui œuvre à la mixité des publics, à faire se rencontrer des gens dans les lieux d’art et de création, il y a ici, à mon avis, quelque chose à faire et à inventer.

Vous dirigiez la Comédie de Saint-Étienne en tant que metteur en scène comme le label Centre dramatique national le demande. Or, la MC2 est une scène nationale, avec donc à sa tête non plus un artiste mais un directeur. Qu’en sera-t-il de vos activités artistiques une fois arrivé à Grenoble ?

Je pense qu’on ne change pas ce que l’on est profondément : je suis metteur en scène. J’ai ainsi le spectacle Candide dont la tournée a été complètement interrompue par la crise du Covid qui sera repris dans un an, et je vais créer en février Tout mon amour de Laurent Mauvignier avec Philippe Torreton et Anne Brochet – des projets engagés avant ma nomination. Mais bien sûr, lorsque j’ai candidaté à la MC2, j’ai tout de suite pris la dimension du fait que c’est un très gros équipement, que beaucoup d’enjeux et de travail m’attendent, et qu’il est donc clair que je vais mettre mon travail de création entre parenthèses pendant un temps indéterminé mais certain.

à lire aussi : La Comédie cherche sa direction

Mon projet à Grenoble est donc bien d’arriver en tant que directeur. Et ça me plaît, comme la MC2 n’est pas une scène nationale comme les autres – il faut vraiment avoir ça en tête. C’est un outil exceptionnel à bien des égards, notamment parce qu’il est configuré pour la création. On a des ateliers de création de décors, de confection de costumes, un centre dramatique national a été absorbé il y a quelques années… Il y a un savoir-faire incroyable. Ce qui m’excite en arrivant à la MC2, c’est donc plus de pouvoir produire et accompagner les projets des autres que l’envie de continuer mon parcours artistique.

Ce qui m'excite le plus ? Pouvoir produire et accompagner les projets des autres

Quel est votre projet pour cette immense institution qu’est la MC2 ?

Je la vois comme une locomotive. Il y a d’ailleurs deux manières d’envisager des institutions aussi importantes : soit on pense que ce sont des mastodontes omnipotents, écrasants, impossibles à bouger et dans un rapport constamment vertical à leurs partenaires ; soit on pense qu’elles peuvent être des locomotives fédératrices avec un effet d’entraînement pour tout le territoire. Moi, ça a toujours été mon ADN de travailler comme ça, donc je travaillerai comme ça ! Surtout qu’il est clair que le rayonnement de la MC2 est lié à sa légitimité territoriale, avec une population qui doit se dire que ce lieu lui appartient autant que la piscine municipale ou le stade de foot.

D’ailleurs, le premier axe de mon projet est l’envie de réconcilier pleinement deux courants qui se regardent en chiens de faïence pour des raisons absurdes : d’un côté les tenants de l’éducation populaire, et de l’autre ceux qui défendent ce qu’on appelle un peu pompeusement l’excellence artistique. Moi j’ai grandi en Charente, je sais ce que je dois à toutes celles et tous ceux qui m’ont accompagné à la MJC, à l’école de musique… Et ce que je dois également aux artistes qui ont fondé mon parcours de metteur en scène.

La deuxième chose est de se dire que pour qu’il y ait une appropriation de ces grands lieux d’art et de culture par les publics les plus larges possibles, il faut qu’il y ait une présence artistique forte. Avec des artistes qui ne soient pas uniquement de passage pour présenter des spectacles, mais que certains aient une présence longue, durable, à Grenoble. J’ai donc souhaité associé un certain nombre d’équipes artistiques sur au moins trois ans pour inventer avec elles des créations qui se pensent à Grenoble, qui partent de Grenoble et qui ensuite tournent ailleurs, pour vraiment faire de la MC2 un lieu de production important.

Qui seront ces artistes ?

Naturellement, comme la MC2 héberge le Centre chorégraphique national de Grenoble, ses directeurs Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois se retrouvent associés au projet, et c’est important de le revendiquer. Comme ce sont deux hommes, il y aura donc également deux femmes dans leur catégorie esthétique : Gisèle Vienne et Vimala Pons. En théâtre, il y aura Caroline Guiela Nguyen, Émilie Anna Maillet, Nasser Djemaï et Emmanuel Merrieu. Et en musique, le Jeune Orchestre Européen Hector Berlioz, le Quatuor Béla, la violoncelliste Noémi Boutin et la rappeuse Casey. Ça fait 12 équipes artistiques, avec l’envie d’inventer des projets transdisciplinaires dans un souci de partage avec le public le plus large possible, notamment sur des temps de répétitions.

Et quelle sera votre programmation, que l’on découvrira dans un an ? Sera-t-elle dans la lignée de celle actuelle ?

Forcément, à chaque direction son projet et sa couleur. On peut donc s’attendre à des changements réels dans la programmation. Mon projet s’articule autour de l’envie de montrer l’état de la création d’aujourd’hui dans toute sa diversité. C’est un projet en phase avec les valeurs du XXIe siècle : parité – comme vous avez pu le constater avec les artistes associés –, diversité, écoresponsabilité et attention soutenue aux plus fragiles seront ses points cardinaux.

Ensuite, pour moi, il faut donner des repères à tous les publics et notamment à celles et ceux pour qui l’acte d’aller dans un lieu d’art et de culture n’est pas naturel. Je veux que des artistes connus et reconnus côtoient d’autres beaucoup plus pointus qui sont en général davantage repérés par un public habitué à fréquenter nos institutions.

Enfin, il faut également inciter les gens à la gourmandise. Actuellement, il y a une formule d’adhésion, je vais créer une formule d’abonnement : plus on sera gourmand et plus on sera récompensé de sa fidélité !

Les derniers mois à la MC2 ont été tendus, avec notamment une grève contre la direction en décembre 2018. Comment abordez-vous cette situation ?

Mon moteur est de me tourner vers l’avenir, en associant l’équipe de la MC2 bien sûr. Je vais aussi saluer le travail de Jean-Paul Angot. Il a ses détracteurs, il a ses partisans, mais l’important pour moi est que la passation se passe de la manière la plus souple et fraternelle possible. Voilà ce que je peux dire.


Repères

1973 : naissance à Bordeaux. Après le bac, il suit des études de sciences politiques puis commence une formation de comédien avant de se diriger vers la mise en scène.

1997 : il fonde la Compagnie de la Mauvaise Graine, et axe son travail sur les auteurs contemporains – Pier Paolo Pasolini, Michel Vinaver, Stefano Massini…

2011 : il est nommé directeur de la Comédie de Saint-Étienne et de son école attenante.

2014 : son spectacle Chapitres de la chute, saga des Lehman Brothers sur le texte de Stefano Massini obtient le Grand prix du Syndicat de la critique.

2021 : il deviendra directeur de la MC2 Grenoble au 1er janvier.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Lundi 14 mars 2022 En adaptant Candide, Arnaud Meunier convoque une nouvelle fois un Grand Texte de la littérature française au profit d'un discours des plus contemporains
Mardi 1 février 2022  Beau temps et neige en altitude, mais la flemme de skier : on a testé la tyrolienne d'Autrans-Méaudre.
Mercredi 3 novembre 2021 Installés à Saint-Étienne, les photographes Maxime Disy et Alexandre Beltran travaillent en binôme depuis trois ans dans une belle complémentarité. Le (...)
Mardi 7 septembre 2021 Fraîchement nommé à la tête de la Comédie de Saint-Etienne, Benoît Lambert y portera un projet collectif, mené en synergie avec plusieurs artistes. Portrait d’un penseur, devenu un homme de théâtre d’expérience.
Mercredi 23 juin 2021 La Comédie de Saint-Etienne finit sa saison sur une bonne note. Le tout avec coup sur coup deux belles signatures internationales. D'un côté, la (...)
Mercredi 9 juin 2021 Une maison. Des femmes, artistes, qui en font leur abri, leur atelier, leur lieu de création. D’autres femmes, qui l’entretiennent. Et 3 époques, qui se (...)
Mardi 1 septembre 2020 Nouvelle directrice ou nouveau directeur ? En tout cas, ce sera une ou un artiste pour diriger La Comédie de Saint-Étienne après le départ d'Arnaud Meunier (...)
Jeudi 16 juillet 2020 C’est Arnaud Meunier qui succédera le 1er janvier 2021 à Jean-Paul Angot à la direction de la Maison de la Culture de Grenoble, Scène nationale. Il quittera ainsi la Comédie de Saint-Étienne qu’il dirige depuis 2011, ainsi que l’école supérieure...
Mardi 9 juin 2020 Nous avons demandé à quelques responsables de lieux culturels où ils en étaient et comment ils envisageaient la suite des événements... Propos recueillis par Cerise Rochet et Nicolas Bros
Mercredi 19 février 2020 Éteignez votre poste de radio et venez plutôt vivre la "Radio live" avec la journaliste de France Culture Caroline Gillet et ses quatre jeunes invités qui vous conteront leur histoire au micro. Un projet unique de radio sur scène, un prolongement de...
Mercredi 5 février 2020   Sur scène, Aurélie Charon et Caroline Gillet au micro, Amélie Bonnin à l’image réalisée en direct. Le live peut commencer. Pour cette vraie-fausse (...)
Mercredi 5 février 2020 Avec "Piscine(s)", François Bégaudeau signe une critique acerbe de notre société consumériste, nous renvoyant à notre incapacité à faire mieux.
Mercredi 15 janvier 2020 C'est un projet d'ampleur orienté sur la lutte contre toutes les formes de discrimation auquel s'est attelée La Comédie de Saint-Étienne pendant sa (...)
Mercredi 4 décembre 2019 Dans un espace clos en quadri-frontal ceinturé par un gradin en tôle ondulée, à la fois arène et ring, deux hommes face à face font l'épreuve de l'altérité. Inspirée de la (...)
Mardi 5 novembre 2019 C'est à une oeuvre magistrale que s'attaque le metteur en scène Emmanuel Meirieu avec La Fin de l'homme rouge ou le temps du désenchantement. Cet écrit de (...)
Mardi 1 octobre 2019 En adaptant Candide sur la scène de la Comédie de Saint-Etienne, Arnaud Meunier convoque une nouvelle fois un Grand Texte de la littérature française au profit d'un discours des plus contemporains. 
Mercredi 11 septembre 2019 La Comédie de Saint-Étienne s'associe au Petit Bulletin Saint-Étienne pour vous proposer une soirée de rentrée un peu spéciale ce vendredi 13 septembre. L'entrée (...)
Mardi 3 septembre 2019 C'est l'histoire de la raison face à la croyance, de la résistance face à l'ordre établi, de la vérité face à l'obscurantisme. En 1938, alors qu'il est en exil au (...)
Mardi 3 septembre 2019 À gauche un dealer. À droite, un client. Autour d'eux : un espace clos, dont ils ne pourront s'échapper avant d'avoir conclu. Entre eux, une (...)
Mardi 3 septembre 2019 Voltaire : polémique, rhétorique, ironie, sarcasme, insolence. Lumières. Liberté. Voltaire, où l'un des plus grands auteurs de tous les temps. En cette (...)
Mercredi 6 février 2019 Depuis janvier 2011, Arnaud Meunier dirige La Comédie de Saint-Étienne. Avec pour ligne de mire permanente la création et la transmission, le metteur en scène poursuit son travail mêlant ouverture du théâtre au plus grand nombre, mise en avant...
Mardi 5 février 2019 Avec son "École des Femmes", Stéphane Braunschweig envoie valser les codes du théâtre classique, rappelant à quel point Molière est sans nul doute un génie intemporel.
Mardi 5 février 2019 2025. Tandis qu’en Europe la guerre fait rage et que le réchauffement climatique a finalement eu raison des quelques bonnes volontés, le Groenland et ses (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter