Benoît Lambert : « Saint-Étienne, une ville qui possède une histoire forte avec le théâtre »

Rencontre / Benoît Lambert vient d'être nommé directeur de La Comédie de Saint-Étienne et de son école attenante. Nous nous sommes entretenus avec lui pour en savoir davantage sur la vision qu'il porte sur Saint-Étienne mais également sur ses projets à venir pour le Centre dramatique stéphanois. Échanges.

Pourquoi avoir fait le choix de candidater pour la direction de La Comédie de Saint-Étienne ?

à lire aussi : Benoît Lambert est le nouveau directeur de la Comédie

J’ai candidaté à Saint-Étienne, c’est important de le dire. Ce n’est pas un hasard. Je dirige actuellement le théâtre de Dijon pour lequel j’avais candidaté il y a 8 ans pour des raisons très précises. C’est la même situation avec Saint-Étienne. D’abord, La Comédie de Saint-Étienne est une maison que je connais pour l’avoir fréquentée. Arnaud Meunier m’avait demandé d’être le parrain de la promo 25, la première qu’il avait recrutée à son arrivée. Cela m’a permis de travailler à La Comédie, avec les élèves… Mes spectacles y ont également été accueillis. J’ai passé du temps dans la ville, une ville que j’apprécie beaucoup. Donc la question de cette candidature n’était pas simplement de venir travailler mais de venir vivre à Saint-Étienne, ce qui correspond à un enjeu important pour moi. Ce théâtre a également un tel essor sous l’impulsion d’Arnaud Meunier, qu’il est devenu un des plus beaux théâtres de France. Ce n’est pas de la flagornerie. Ce nouveau bâtiment, le développement de l’école, … c’est un rêve. Et je dois dire aussi que je suis un héritier idéologiquement et profondément de la décentralisation théâtrale. Et La Comédie est la maison de Dasté. Il existe une sorte de rêve, de continuité pour moi. Je vis et travaille ici depuis de nombreuses années à côté de Pernand-Vergelesses en Côte-d’Or, qui est la terre de Jacques Copeau où Dasté avait fait ses débuts. Je me sens profondément redevable de cette histoire, de son inspiration et de l’idée que le meilleur théâtre se fait loin de Paris. Je crois que c’est cela la question fondamentale de la décentralisation.

La question de cette candidature n’était pas simplement de venir travailler mais de venir vivre à Saint-Étienne, ce qui correspond à un enjeu important pour moi

Quelles vont être les grandes lignes de votre projet à La Comédie de Saint-Étienne ?

Je dois reconnaître que Marc Chassaubéné, l’adjoint à la culture de la Ville de Saint-Étienne, a opéré une saisie et un précipité formidable sur ses réseaux sociaux de mes intentions. Je n’aurais pas fait mieux, sincèrement. Je le prends comme un signe fort que l’adjoint à la culture ressaisisse en quelques phrases le fond de ce projet. Je fais une incise là-dessus non pas pour simplement dire du bien de mes nouvelles tutelles publiques, mais il me semble que l’enjeu du projet culturel est central dans l’identité de cette ville aujourd’hui. Cela fait partie des points qui motivent pour prendre la direction d’une maison de création. C’est très stratégique de voir la place qu’elle occupe dans la ville. La présence du maire au jury de recrutement, le fait que ce soit lui-même qui accueille les candidats, sont aussi des marques importantes.

Les maires ne sont pas nécessairement présents lors des sessions de recrutement pour ce type de poste dans d’autres villes ?

Je ne sais pas. Je ne peux pas vous répondre car je n’en ai pas fait suffisamment. Mais là, il y avait une forme d’accueil de la ville qui était très notable. J’y ai été très sensible et qui démontre la représentation de la place que tient aujourd’hui la culture à Saint-Étienne.

En revenant à votre projet, il demeure la notion du partage au cœur de vos préoccupations ?

Oui, j’ai effectivement parlé de partage car je pense que c’est une mission importante pour les centres dramatiques nationaux. Notamment une ouverture pour les artistes. Je ne serai pas seul et il y aura beaucoup d’artistes qui interviendront, notamment avec des équipes indépendantes. L’avenir des Centres dramatiques nationaux passe par les collaborations avec les équipes indépendantes. Ce n’est pas une innovation fondamentale puisque c’était l’état d’esprit dans lequel a travaillé mon prédécesseur et dans lequel travaillent de nombreux Centres dramatiques nationaux. Donc le partage ce sera déjà cela pour commencer, le partage de l’outil de travail et de création. Cette question a une acuité décuplée dans la situation actuelle. Je n’ai pas voulu indexer mon projet dans la crise sanitaire car je suis persuadé qu’il faut se projeter dans l’après, lorsque la vie reprendra pleinement. Il faudra se mettre au service de la reconstruction de notre société. Le partage et le dialogue avec les équipes artistiques seront très importants afin d’identifier les besoins des artistes dans cette période. Et puis, pour moi, le partage c’est également avec le territoire. Dasté disait « je ne suis pas un missionnaire » et cela me paraît très important. Le projet n’est pas seulement d’aller éduquer ou cultiver des gens qui seraient éloignés de la culture ou de l’art, c’est de se dire que l’art se modifie en s’efforçant de rencontrer largement le public dans son ensemble. Je crois qu’il n’y a personne qui ne s’intéresse pas l’art. Il existe plein de formes d’art, plein d’imaginaires variés. Je suis soucieux de cette variété en expliquant aux artistes : « rencontrez des gens qui ne vous ressemblent pas, cela changera votre art ». Quand Copeau a décidé d’aller jouer pour les vignerons de Bourgogne et Dasté pour les mineurs de Saint-Étienne, ce n’était pas simplement pour les évangéliser mais parce que ça allait transformer le théâtre. Je crois fortement à cela car c’est le partage qui fait évoluer l’art. Les artistes qui m’intéressent font varier leurs sites, essaient de faire d’autres rencontres, de produire de nouvelles hypothèses, de faire évoluer leur récit…

C’est le partage qui fait évoluer l’art

Venir à Saint-Étienne n’est vraiment pas anodin pour vous ?

Je m’enthousiasme à l’idée d’arriver dans une ville qui possède une histoire forte avec le théâtre. Ce n’est pas le cas dans toutes les villes de France. Il existe une tradition très forte, une vie avec le théâtre que j’ai pu expérimenter en tant que metteur en scène en venant jouer à Saint-Étienne. On sent qu’il y a une appétence et un intérêt pour l’art dramatique. C’est aussi une chance et de se dire qu’on va évoluer dans sa propre pratique d’artiste face à un public qui aime le théâtre.

Concernant la programmation, savez-vous déjà vers quoi vous souhaiteriez aller ?

Je crois que l’on programme à partir de la personne que l’on est. Je ne suis pas Arnaud donc cela sera forcément différent. Mais pour donner un exemple j’ai toujours travaillé en parallèle le répertoire et les textes contemporains. Il y aura donc peut-être davantage de textes de répertoires que n’en a montés Arnaud qui avait consacré beaucoup d’énergie aux contemporains. Mais je crois que le propre de La Comédie est d’être un lieu de référence pour un territoire très vaste. Elle doit présenter l’état de la création du théâtre mais plus largement du spectacle vivant, dans toutes ses dimensions. Je ne veux pas d’un théâtre qui afficherait un style ou une ligne esthétique. Je ne crois qu’au mélange et à la confrontation, car c’est la vraie expérience que l’on fait tous. Tous, dans notre imaginaire, on fréquente ce que tout le monde fréquente, c’est-à-dire qu’on regarde des séries sur Netflix et on écoute les chanteuses et chanteurs que tout le monde écoute. Et puis il y a des choses plus complexes et savantes que l’on aime aussi. C’est toute cette variété qu’une institution de cette ampleur doit réussir à couvrir. Je ne pourrais pas objectiver mes propres préférences, il y en aura fatalement. Mais j’espère faire venir des artistes à Saint-Étienne qui n’y sont pas venus. Par exemple, Pauline Bureau qui sera la prochaine marraine de l’École.

Je ne veux pas d’un théâtre qui afficherait un style ou une ligne esthétique. Je ne crois qu’au mélange et à la confrontation, car c’est la vraie expérience que l’on fait tous.

Marc Chassaubéné a cité également quatre artistes, autrices et metteuses en scène, qui travailleront à vos côtés : Maëlle Poésy, Françoise Do, Adeline Rosenstein et Céline Champinot. Comment cela va se dérouler ?

L’idée est qu’elles soient présentes sur la durée de ce mandat. Il faut faire aujourd’hui avec le rythme de travail des artistes. Lorsque j’ai débuté mon travail de metteur en scène, au siècle dernier, je montais quasiment deux pièces par an. C’était une autre époque. Les rythmes de travail sont différents. Accompagner quelqu’un sur quatre ans, c’est peut-être lui permettre de créer un ou deux spectacles. Il est important de se donner du temps. Il y aura donc pendant ces quatre ans un accompagnement réciproque des artistes par l’institution et de l’institution par ces artistes. Il y aura aussi des liens forts avec des compagnies régionales. Le local, le circuit court est important et il faudra dialoguer sur cela aussi, sans chauvinisme.

Avoir une salle modulable comme l’est la Stéphanoise et un vrai grand plateau avec une salle de quasiment 700 places, cela ouvre un champ des possibles dont je me réjouis forcément.

Vous arrivez dans un outil magnifique que sont les locaux de la « nouvelle » Comédie avec toutes les possibilités techniques. Vous aurez donc les « coudées franches » pour développer votre projet ?

À Dijon, qui est ma ville et que j’adore, le théâtre se trouve dans une ancienne église. C’est un lieu magnifique mais je dois avouer qu’il est contraint avec une petite jauge et un plateau en forme de T. Arriver dans un outil comme l’est La Comédie, ça n’a absolument rien à voir. Avoir une salle modulable comme l’est la Stéphanoise et un vrai grand plateau avec une salle de quasiment 700 places, cela ouvre un champ des possibles dont je me réjouis forcément.

Le fait d’avoir une école de théâtre adossée est également un point qui vous plaît ?

Oui, l’enjeu de l’école est de se retrouver face à des jeunes gens appelés à créer un théâtre qui n’existe pas encore. Et vous devez les accompagner, les former… Comme le disait Vitez, « l’école est le plus beau théâtre du monde ». J’aime bien cette phrase. L’école est quand même le laboratoire des formes à venir. J’ai connu La Comédie par son école et c’est aussi beaucoup à cause de son école que j’ai voulu en prendre la direction.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 On évolue tous avec le temps. On grandit, on comprend, on change. Qu’en est-il de notre débarras ? Lieu de la cachette par (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mercredi 30 mars 2022 Il faut souvent chercher loin pour trouver les propositions ou les déclarations des candidats à l'élection présidentielle sur la culture (et parfois, sans résultat). Tour d’horizon, à quelques jours du scrutin, des mesures promises par chacun des...
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 1 mars 2022 Le mois de mars sera une fois encore tout feu tout jazz à Montbrison, avec une programmation faisant la part belle aux jazz women : Léa Castro, Mélanie (...)
Mardi 1 mars 2022 Du coup de foudre au coup du destin. Se rencontrer, s’enticher, s’aimer, s’installer, puis vouloir donner la vie… Et ne pas pouvoir. Confrontés à cette (...)
Mardi 1 mars 2022 Inspiré du roman Quelques jours dans la vie de Tomas Kusar d’Antoine Choplin, Václav​ et Tomas met en scène la dissidence, la résistance, le combat, le (...)
Mardi 1 mars 2022 « Pardonnez mon retard… On va tous mourir ». Parce que le tri sélectif risque de ne pas suffire, la fin de l’espèce humaine est peut-être (...)
Mercredi 2 février 2022  Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane...
Mardi 1 février 2022 Le nouveau documentaire de Dominique Dozolme,  Arts croisés, propose de mettre en perspective l’histoire de deux institutions (...)
Mardi 1 février 2022 « Les premières nuits, tu ne dors pas ». Et puis après… Ca devient ta vie, d’être dans la rue, tout le temps. Un matin, l’homme seul se réveille, et (...)
Mardi 1 février 2022 On va le dire d’emblée : il s’agit sans doute de l’un des spectacles les plus puissants qu’il sera possible de voir cette année. Une gifle ? (...)
Mardi 1 février 2022 Formé à l'école stéphanoise des Beaux-Arts au milieu des années 90, Moko Vey a repris les pinceaux en 2015 après 10 années passées dans le domaine audiovisuel. (...)
Lundi 24 janvier 2022   « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, (...)
Mercredi 12 janvier 2022 Dans "Le Jeu des ombres", pensée pour la cour d’honneur du festival d’Avignon 2020 annulé, Jean Bellorini, avec Valère Novarina et Monteverdi, embrasse en musique et en mots, le monde des morts, plus vivant qu’on le croit.
Mardi 4 janvier 2022 Dans un monde en chute libre, où chacun surveille l’autre autant qu’il est surveillé lui-même, il en est qui (...)
Mardi 4 janvier 2022 A Rome, l’empereur Claude est mort. Plutôt que son fils Britannicus, c’est Néron, le fils de sa dernière épouse (...)
Mardi 4 janvier 2022 Depuis son fauteuil, face à la scène, il n’y a pas spectateur de théâtre plus heureux qu’un spectateur qui croit en ce qu’on lui montre. Mais pour en arriver là, la tâche des artistes est souvent longue et difficile, bien loin de la magie qui opère...
Lundi 3 janvier 2022 Pour sa 19ème édition, le festival montbrisonnais Les Poly’Sons monte en puissance avec une riche et belle programmation qui, durant un mois entier, met à l’honneur la chanson francophone. Voici nos deux coups de cœur.
Lundi 3 janvier 2022 Après de nombreux mois de réflexion, réunions, concertations, la création d’un tiers-lieu à l’endroit de l’ancien Nouveau Théâtre Beaulieu est désormais actée. Si nombre de questions restent encore en suspens, on en sait plus sur les activités...
Mardi 30 novembre 2021 « - Il fallait en finir. - Mais pourquoi ? – Parce qu’on n’était rien. » Il et Elle vivent avec (...)
Mardi 30 novembre 2021 A la croisée du cirque et de la danse, la compagnie Recirquel, pionnière du cirque contemporain en Hongrie, livre avec My Land une (...)
Mardi 30 novembre 2021 Il y a le conflit, et puis, il y a les conséquences du conflit. Celles que l’on voit : occupation des terres, du ciel, des (...)
Mardi 30 novembre 2021 Deux sœurs et un frère se rejoignent au bord de la mer, après l’enterrement de leur père. 3 jours. 3 jours pour se (...)
Lundi 25 octobre 2021 C’est le genre d’événement devant lesquels on pourrait se dire « ma foi, ça ne nous rajeunit pas ». Et pourtant. A voir le programme concocté par (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Sous la plume d’Hugo, Marie était reine d’Angleterre, promise à Philippe mais éprise de Fabiano, lui-même entiché de Jane, en passe d’épouser Gilbert. Transposé à (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Ils sont quatre, ils sont amis depuis toujours et parfois, bien abrités à un arrêt de bus, ils s’ennuient tous ensemble. Et si ces moments de vide créaient (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Pourquoi l’arbre a-t-il été planté au milieu du jardin ? Quid des autres fruits ? Pourquoi Êve succomba-t-elle ? Pourquoi Adam fit-il de (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Adapter Macbeth pour le cinéma… Idée formidable, jusqu’à ce que les choses dérapent. Sur scène, une mise en abyme brillante, dans laquelle la pièce de Shakespeare (...)
Mardi 5 octobre 2021 Au centre des réflexions durant la crise sanitaire, la question de l’accessibilité de la culture pour les publics éloignés se fond aujourd’hui dans un enjeu encore plus large.
Mardi 5 octobre 2021 La séparation, ou la mort. Voici comment se terminent toutes les histoires d’amour. De leur première nuit à leur dernière, Adélaïde et René se sont aimés. 34 ans passés (...)
Mardi 5 octobre 2021 Un vaisseau spatial, au beau milieu d’un immense rien, dans un univers dont il ne reste plus que des trous noirs qui fusionnent et s’évaporent. A bord, (...)
Mardi 5 octobre 2021 Ecrivain en proie à quelques doutes sur sa vie, son passé et son avenir, Yves a invité Pierre, son ancien meilleur ami, à dîner chez lui. 10 ans, que ces deux-là (...)
Mardi 5 octobre 2021 Mal au ventre ? Prends une pilule. Mal à la tête ? Prends une pilule. Mal au pied ? Prends une pilule. Mal au cœur ? Prends une pilule. Dépression ? Prends (...)
Mardi 5 octobre 2021 Une ville parmi d’autres, un soir parmi d’autres, une salle de province, petite, minable, comme toutes les autres. Finis les paillettes, les (...)
Mardi 5 octobre 2021 Parce que sur le papier, la danse contemporaine pourrait faire peur ; parce qu’on s’imagine déjà assis dans une salle obscure, à ne rien comprendre à (...)
Mardi 21 septembre 2021 Bientôt trentenaire, le théâtre du Parc d’Andrézieux-Bouthéon ouvre sa saison avec un temps fort dédié à la danse. Zoom sur des spectacles fondés sur le jeu, le songe ou encore l’engagement.
Jeudi 16 septembre 2021 En 2021, la rentrée culturelle sera festive, ou ne sera pas… Pour mêler théâtre, musique et pampille, rendez-vous ce vendredi soir, à la Comédie de Saint-Etienne.
Jeudi 9 septembre 2021 Cette saison, l’Opéra de Saint-Etienne accueillera six pièces de théâtre qui ont cartonné dans la capitale et fait le succès des salles qui les ont déjà vues passer. Tour d’horizon d’une programmation qui sent bon la rigolade.
Mardi 7 septembre 2021 Fraîchement nommé à la tête de la Comédie de Saint-Etienne, Benoît Lambert y portera un projet collectif, mené en synergie avec plusieurs artistes. Portrait d’un penseur, devenu un homme de théâtre d’expérience.
Mardi 7 septembre 2021 A l’invitation du maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, une quinzaine de compagnies de théâtre se sont retrouvées en Avignon, pour le festival auquel quelques-unes d’entre elles prenaient part. L’occasion de dresser ensemble un état des lieux et de...
Mardi 7 septembre 2021 Dans un monde en chute libre, où chacun surveille l’autre autant qu’il est surveillé lui-même, il en est qui résistent. Avec La 5e Colonne, la (...)
Mardi 7 septembre 2021 Elle avait tout pour être heureuse, mais rien ne va se passer comme elle l’imaginait. Fougueuse, pleine d’envies, sortant du couvent à 17 ans avec une (...)
Mardi 7 septembre 2021 « Au voleur ! Au voleur ! À l'assassin ! Au meurtrier ! Justice, juste Ciel ! Je suis perdu, je suis assassiné, on m'a coupé la gorge, on m'a (...)
Mardi 7 septembre 2021 Acteurs au chômage et joueurs de foot remplaçants, même combat ? En 1998, la France remportait la coupe du monde de football et Léa Girardet rêvait de (...)
Mardi 7 septembre 2021 Elle s’appelle Lola, elle a 8 ans et demi. Il s’appelle Thélonius, il est un chien sans collier, sans domicile, il chante et parle plusieurs langues. (...)
Mardi 7 septembre 2021 Une histoire d’amour homosexuelle, intense, sensuelle mais violente, dans la province des années 80. Une histoire racontée avec pudeur, nostalgie et (...)
Mardi 7 septembre 2021 Frank Sinatra et Bing Crosby, Ella Fitzgerald, Billie Holiday, Nat King Cole, Duke Ellington et jusqu’à Jamie Cullum, de tout temps le jazz a célébré Noël. (...)
Mardi 7 septembre 2021 Puisant son inspiration dans la nature qui l’entoure, l’illustrateur Romain Lubière allie techniques traditionnelles (crayon ou aquarelle) et (...)
Mercredi 9 juin 2021 Ni tout à fait du théâtre, ni tout à fait du cirque, ni tout à fait un concert, mais un peu tout ça à la fois. Avec No Rest for Lady Dragon, la compagnie (...)
Mercredi 9 juin 2021 Œuvre hors norme qui tend vers la performance, Oxygène d’Yvan Viripaev traduit l’angoisse d’un monde contemporain qui accumule les épisodes troublants, (...)
Mercredi 9 juin 2021 Une maison. Des femmes, artistes, qui en font leur abri, leur atelier, leur lieu de création. D’autres femmes, qui l’entretiennent. Et 3 époques, qui se (...)
Lundi 31 mai 2021 En plein cœur de Saint-Etienne, un petit théâtre attend impatiemment d’accueillir de nouveau son public dans une ambiance qui, sans doute, n’aura jamais été aussi intimiste.
Mardi 18 mai 2021 A Andrézieux, l’équipe du théâtre du Parc ne s’est jamais arrêtée de travailler. De rangements en nouveau projets, de bilan en nouvelle programmation, elle est plus que jamais sur le pont pour la réouverture qui s’annonce.
Lundi 10 mai 2021 À 18 ans tout juste, la compagnie Maintes et Une fois fait de son âge adulte un joyeux bazar, qui mêle les membres et les projets dans une bonne humeur instinctive.
Lundi 14 décembre 2020 En 2021, c’est décidé : on aura plus que jamais besoin de se marrer. Alors, pour Noël, on jette un œil du côté des cafés-théâtres du département, qui proposent (...)
Mardi 8 décembre 2020 Ils sont prêts à tout, mais bons à rien… Samuel est un père de famille qui se prend pour la réincarnation d’Elvis Prestley. Son fils, lui, se rêve en Michaël (...)
Mardi 6 octobre 2020 Isabelle et Régis sont comédiens, et, à partir d’une photo de classe projetée sur un écran, ils nous entrainent dans les méandres de leur adolescence, de leur (...)
Mardi 6 octobre 2020 En la voyant posée sur le bureau de tonton Gilbert, on a toujours trouvé ça très moche. Tantôt utilisée comme presse-papier, tantôt comme objet de décoration ou comme (...)
Mardi 6 octobre 2020 Depuis près de trente ans le peintre stéphanois Hacène Bouziane poursuit son œuvre, où la multiplicité des symboles et des couleurs traduit la richesse des (...)
Mardi 1 septembre 2020 Nouvelle directrice ou nouveau directeur ? En tout cas, ce sera une ou un artiste pour diriger La Comédie de Saint-Étienne après le départ d'Arnaud Meunier (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter