Le Dernier Duel : Boucherie à l'arène

Médiéval / Une querelle entre nobliaux moyenâgeux se transforme en duel judiciaire à mort quand l’un des deux viole l’épouse de l’autre. Retour aux sources pour Ridley Scott avec ce récit où la vérité comme les femmes sont soumises au désir, à l’obstination et à la vanité des hommes.

France, fin du XIVe siècle. Tous deux écuyers au service du comte d’Alençon, Jean de Carrouges et Jacques Le Gris présentent des tempéraments opposés : quand le premier — un va-t-en-guerre impulsif — agace, le second obtient par son esprit en cour les bonnes grâces de son seigneur. Une rivalité va sourdre entre les deux hommes, s’amplifiant avec les années pour atteindre son sommet lorsque Marguerite, l’épouse de Jean, accuse Jacques de l’avoir violée pendant que son mari était à la guerre. Devant le roi et devant Dieu, Jean demande réparation lors d’un duel…

Selon un adage bien connu, un auteur aura beau faire (ou contrefaire), il écrira toujours le même livre. D’une simple pelote de laine, l’on peut également tricoter toutes les formes que l’on désire, en variant les points… Puis défaire et refaire son ouvrage à l’envi tant que le fil ne rompt pas. On ignore si Ridley Scott taquine l’aiguille ; ce dont on est sûr, c’est qu’il ferraille depuis toujours avec certaines obsessions. Dont la figure “matricielle“ du duel — et par duel, on comprend opposition frontale, rugueuse et continue — modelant l’essentiel de sa filmographie : Ripley contre le xénomorphe (Alien), Deckart contre Batty (Blade Runner), Decimus contre Commode (Gladiator), Mark Watney contre Mars (Seul sur Mars) sans oublier Féraud contre d’Hubert dans son premier long métrage, Les Duellistes (1977).

Trois vues, et une seule mort

La tentation est grande de mettre en miroir cette œuvre inaugurale avec Le Dernier Duel : outre la proximité des titres, le cadre français, l’opposition au (très) long cours entre deux éminents guerriers, tout nous y renvoie. Ce qui tranche (si l’on ose), c’est l’époque, et ce paradoxe qui voit dans ce Moyen Âge réputé barbare, Le Gris et Carrouges s’affronter en épuisant tous recours du verbe, de la manigance et de la légalité avant de se défier physiquement — là où Féraud et d’Hubert, censément éclairés par la philosophie des Lumières, passaient plus de temps à s’écharper qu’à deviser. Qu’on se rassure : le combat final vaut son pesant de boucherie, avec des plans ravalant Hannibal au rang de farandole végane. Cristallisant toute la rage accumulée par le mari trompé et le favori jaloux, la crudité brutale et bestiale de ce corps à corps surclasse en réalisme ceux de Gladiator, trop esthétisés pour toucher aux tripes. Difficile ici de ne pas détourner les yeux quand les lames s’enfoncent dans les chairs — une autre des formidables réussites de la monteuse Claire Simpson.

Car Le Dernier Duel tire une grande partie de sa force dramatique de sa construction en chapitres, chacun livrant le regard d’un des trois protagonistes principaux (Jean, Jacques puis Marguerite) sur les faits ; chacun offrant des compléments, des contrepoints, des précisions éclairant les lacunes ou les ellipses des précédents — on pense à Rashōmon de Kurosawa (1950). Comparables au débat contradictoire lors d’une audience, où la voix de chaque partie est entendue de manière égale, ces trois chapitres subjectifs recomposent successivement une vérité objective. Et surtout se recoupent sur un point qui ne supporte ni doute ni équivoque : le fait que Marguerite a été violée.

Une lecture en mode “carte du tendre” pourrait laisser croire que Carrouges accomplit un pur geste chevaleresque en réclamant son duel ; une interprétation façon #MeToo inciterait à voir dans le procès une ébauche de considération pour la personne humaine féminine. Las ! Les motivations du mari sont explicitement celles d’un propriétaire dont on a lésé les biens mobiliers (c’est ainsi qu’il considère Marguerite) et qui se saisit de ce prétexte pour régler un vieux compte avec le responsable du crime. Il n’y a donc ici guère de héros, seulement une victime…

★★★☆☆ Le Dernier Duel de Ridley Scott (É.-U-G.-B., 2h32) avec Matt Damon, Adam Driver, Jodie Comer…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 6 septembre 2021 Être spectateur de cinéma, c’est comme la bicyclette : ça ne s’oublie pas. Et s’il faut un traitement de choc pour se remettre en selle ou en salle, le programme prévisionnel des sorties de cette fin 2021 en a sous la pédale. Reste à espérer que la...
Mercredi 7 juillet 2021 Espéré depuis un an — son titre est d’ailleurs une quasi anagramme d’“attente” —, le nouveau Carax tient davantage de la captation d’un projet scénique que de ses habituelles transes cinématographiques. Vraisemblablement nourrie de son histoire...
Jeudi 31 mai 2018 Pendant un quart de siècle, Terry Gilliam a quasiment fait don de sa vie au Don de Cervantès. Un dévouement aveugle, à la mesure des obsessions du personnages et aussi vaste que son monde intérieur. Mais l’histoire du film n’est-elle pas plus grande...
Mercredi 10 janvier 2018 Et si l’humanité diminuait pour jouir davantage des biens terrestres ? Dans ce reductio ad absurdum, Alexander Payne rétrécit un Matt Damon candide à souhait pour démonter la société de consommation et les faux prophètes. Une miniature perçante.
Mardi 3 octobre 2017 Denis Villeneuve livre avec Blade Runner 2049 une postérité plus pessimiste encore que le chef-d’œuvre de Dick & Scott. Tombeau de l’humanité, son opéra de bruine crasseuse et de poussière survit à sa longueur ainsi qu’à l’expressivité réduite...
Mercredi 10 mai 2017 Après une patiente incubation, Ridley Scott accouche de son troisième opus dans la saga Alien, participant de son édification et de sa cohérence. Cette nouvelle pièce majeure semble de surcroît amorcer la convergence avec son autre univers...
Mardi 31 janvier 2017 En relatant le chemin de croix de jésuites du XVIIe siècle éprouvant leur foi en évangélisant un Japon rétif à ces conversions, Scorsese le contemplatif explore ici sa face mystique — ce nécessaire ubac permettant à son œuvre d’atteindre des...
Jeudi 29 octobre 2015 “Dans l’espace, personne ne vous entendra crier“ menaçait l’affiche d’"Alien". Trente-six ans plus tard, Ridley Scott se pique de prouver la véracité du célèbre slogan, en renouant avec l’anticipation spatiale. Et met en orbite son meilleur film...
Mercredi 22 juillet 2015 Après Frances Ha, Noah Baumbach continue d’explorer le New York branché et sa bohème artistique, transformant Solness le constructeur d’Ibsen en fable grinçante et néanmoins morale où des Bobos quadras se prennent de passion pour un couple de jeunes...
Mardi 24 février 2015 Après La Solitude des nombres premiers, Saverio Costanzo prolonge son exploration des névroses contemporaines en filmant l’enfermement volontaire d’une femme, atteinte d’une phobie radicale du monde extérieur. Un film dérangeant dont la mise en...
Mardi 23 décembre 2014 Ridley Scott réussit là où Darren Aronofsky avait échoué avec Noé : livrer un blockbuster biblique où la bondieuserie est remplacée par un regard agnostique et où le spectacle tient avant tout dans une forme de sidération visuelle. Christophe Chabert
Mardi 12 novembre 2013 La rencontre entre Cormac McCarthy et le vétéran Ridley Scott produit une hydre à deux têtes pas loin du ratage total, n’était l’absolue sincérité d’un projet qui tourne le dos, pour le meilleur et pour le pire, à toutes les conventions...
Mardi 17 septembre 2013 Pour ses adieux au cinéma, Steven Soderbergh relate la vie du pianiste excentrique Liberace et de son dernier amant, vampirisé par la star. Magistralement raconté, intelligemment mis en scène et incarné par deux acteurs exceptionnels. Christophe...
Lundi 1 juillet 2013 En noir et blanc et au plus près de sa formidable actrice et co-auteur Greta Gerwig, Noah Baumbach filme l’errance d’adresses en adresses d’une femme ni tout à fait enfant, ni tout à fait adulte, dans un hommage au cinéma français qui est aussi une...
Mardi 16 avril 2013 Sur un sujet ô combien actuel — l’exploitation du gaz de schiste — Gus Van Sant signe un beau film politique qui remet les points sur les i sans accabler personne, par la seule force d’un regard bienveillant et humaniste sur ses personnages....
Dimanche 1 avril 2012 Un père de famille endeuillé achète un zoo pour offrir une nouvelle vie à ses enfants et se retrouve d’une communauté en souffrance. Superbe sujet à la Capra, que Cameron Crowe transforme en fable émouvante où l’on apprend à rêver les yeux ouverts...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter