article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Positive Education : le festival qui fait rayonner Sainté

En quelques années à peine, le festival stéphanois a su séduire les oreilles les plus affûtées, bien au-delà des frontières de la ville. Retour sur un pari audacieux... Qui a fini par payer.

Lorsqu’ils se sont lancés dans cette aventure, comme une bande de copains mordue de musique electro, ils n’imaginaient pas qu’ils puissent un jour dépasser les frontières de la région Rhône-Alpes. 10 ans plus tard, à l’aune de l’édition #5, les organisateurs du Positive Education festival tanguent entre surprise, joie, fierté, et certitude d’avoir fait ce qu’il fallait pour porter leur événement là où il est aujourd’hui. En ce mois de novembre 2021, ce sont 12 000 personnes qui sont attendues sur le festival… Dont 8000 ne sont pas stéphanois. « Lorsqu’on a ouvert la billetterie, on a cru à un problème technique, sourit Charles Di Falco, à l’initiative du projet. En 20 minutes, on a vendu tous les pass à tarif préférentiel, et en une journée, le public avait déjà acheté des centaines de places. C’était fou ».

Merci Vice !

Tout n’était pas gagné d’avance, pourtant. « En fait, au début, on est un peu passé pour une bande d’arrachés, et puis surtout, beaucoup ne comprenaient pas ce qu’on faisait, poursuit Charles. Il a fallu montrer patte blanche, et bizarrement, c’est la reconnaissance que l’on a pu obtenir hors de Sainté, qui a transformé notre image auprès des Stéphanois ». Car sur les premières éditions, tandis que les locaux s’interrogent, la presse spécialisée vient tendre l’oreille et comprend instantanément qu’elle a affaire à une petite pépite. En 2017, Vice titre sur son site : « Le Meilleur festival electro de France se passe à Saint-Etienne ». L’année d’après, les gens déboulent par wagons, de toute la France et de bien plus loin, curieux de découvrir ce qui se cache derrière le Positive.

Transpirer Sainté

Et ce qui se cache derrière… C’est finalement un agglomérat de choses qui transpirent Sainté par tous les pores. Un lieu, tout d’abord. Symboles du passé industriel de la ville, de la capacité de celle-ci à puiser dedans pour construire son avenir, les bâtiments de la cité du Design permettent en effet de créer l’atmosphère idéale pour un festival de cette veine. La programmation exigeante, ensuite : « Tous nos choix sont artistiques, jamais commerciaux, souligne Charles. Durant trois soirs, on créé une histoire. Chaque artiste est la première partie d’un autre, on aime partager nos découvertes ». La ténacité, enfin. Car à plusieurs reprises, le festival aurait pu mourir. Mais ses organisateurs se sont démenés pour repartir, quoi qu’il en coûte.

De ces trois éléments, est finalement née une réputation, à laquelle le PEF doit aujourd’hui son succès. Forte de cette réussite, la bande de copains qui, il y a de cela quelques années, avait surtout envie de tenter un truc, est sur le point d’en tenter d’autres. Une tournée dans toute la France, un festival à Paris, un autre dans le Pilat, une augmentation de la jauge sur les prochaines éditions, et puis, peut-être, d’autres événements stéphanois… « A travers tout ça, on veut aussi défendre des causes, des idées. Il a fallu attendre d’être plus solides pour pouvoir le faire. Aujourd’hui, c’est le cas ». En place.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Ce festival, initialement prévu en 2020 pour fêter le 250e anniversaire de la naissance de Ludwig Van Beethoven se réalise enfin. (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Lundi 28 mars 2022 Désormais habillée de couleurs acidulées, Saint-Etienne joue à fond la carte « design » qu’elle revendique par-delà ses frontières. Dans l’espace public pourtant, le design permet surtout des transformations moins perceptibles mais dont le...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter