article partenaire
Pic étoilé dans M16

Le grand soir, pour Terrenoire

Les deux stéphanois seront en concert à la maison ce samedi soir.

Le quartier où ils ont vécu pour nom de groupe, les clips qui y ont été tournés, les textes qui y ont été écrits, truffés de références à la Perrotière ou à La Métare… Les deux frangins de Terrenoire ont, depuis quelques années, fait de leur ville leur identité médiatique. A l’oreille, les Stéphanois se reconnaissent, les Parisiens s’intéressent. A l’arrivée, chacun veut une note de plus, et l’affaire est conclue : Raphaël et Théo prennent le large, non pour le Brésil comme Bernard, mais pour la capitale, d’où ils parviennent à donner de l’ampleur à leurs projets.

Des visages aux yeux sombres encadrés par des tignasses frisées que l’on retient. Une musique difficilement classable, mêlant pop, electro, slam, reflet d’un mode d’écoute so XXIe siècle : digital, inépuisable, aléatoire, accessible, riche et bigarré. Des textes qui dissertent la noirceur des sentiments d’une jeunesse qui voudrait encore rêver, mais qui doit pour cela s’inventer d’autres desseins -et destins – que ceux des plus âgés.

Pour de bon, Terrenoire est lancé. Se paie les Inrocks, Konbini, France Inter et Libé. L’an dernier, le duo a sorti son premier album, Les Forces Contraires, et choppé au passage un joli succès d’estime. Cette année, cap sur le succès populaire : en tournée depuis la fin octobre, Raphaël et Théo enchaineront 23 dates, jusqu’à la mi-mars. En chemin, ils feront un inévitable arrêt ici, chez nous, chez eux, pour un concert qui, on n’en doute pas, aura très certainement une saveur bien particulière. Pour en être, il faudra son ticket pour le Fil, le 20 novembre.

Terrenoire, le 20 novembre au Fil de Saint-Etienne. Première partie : La Belle Vie.


Terrenoire : un clip avec un autre Stéphanois

Le premier est né en 46, il affiche 23 albums studios au compteur mais c’est à la Manufacture d’armes, qu’il avait semble-t-il trouvé, plus jeune, son premier job. Les seconds sont deux, ils sont frères, ils sont nés dans le courant des années 90, et ont grandi pas loin du bassin de Janon et du château de la Perrotière.

Faisant fi d’une soi-disant inébranlable rupture entre les générations, Bernard Lavilliers et Terrenoire, un demi-siècle ou presque d’écart, livrent aujourd’hui ensemble leur attachement à Sainté et les stigmates que la ville de leur jeunesse a laissé sur leurs cœurs. Noire, belle, fumée et poussière, leur Saint-Etienne est celle qu’ils ont dû quitter pour ouvrir leurs ailes, suivre leur rêve d’exotisme et de voyages, de musique et de capitale… Mais dont ils transportent l’âme partout où ils passent. Plus brave que belle / plus frères que fiers / plus fière que celles / qui ont pas souffert, Saint-Etienne la prolétaire, celle d’avant, disent-ils, laisse à tout jamais à ceux qui l’ont connue sa chaleur et son humanité, sa « magie noire » et sa fraternité.

Paroles luxueuses de ceux qui ont pu un jour s’extraire des masses laborieuses ? Un brin sans doute, mais… Après tout, qu’importe, si avec elles, les auteurs font traverser âges et frontières aux valeurs ouvrières. Les Stéphanois s’y retrouvent, d’ailleurs. Depuis la diffusion du clip, en début de semaine dernière, ils foncent, pouces en l’air et cœurs bien rouges, pour exprimer leur reconnaissance sur les réseaux, fiers, d’avoir quelque part en France -dans le monde – des représentants à la voix qui porte.

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Musiques...

Mardi 22 novembre 2022 Chaque mois, Le Petit Bulletin vous emmène à la découverte d’une structure de diffusion culturelle du département. Concerts, théâtre, danse, expos… Il y a forcément un lieu qui vous attend quelque part ! Aujourd’hui, rendez-vous au Château du...
Jeudi 3 novembre 2022 Pour mieux connaître le Petit Bulletin, découvrez ce que ses journalistes écoutent : chaque semaine, un membre de l'équipe partage avec vous sa playlist du moment! Aujourd'hui, Anaïs, notre journaliste-testeuse-des-chouettes-endroits-où-manger, nous...
Jeudi 29 septembre 2022 Avec ses paysages sonores qui racontent les grands espaces, le feu, le froid, les hommes et les âmes planantes, uRYa est un pur passeur d’émotions. Venue (...)
Mardi 13 septembre 2022 Dans le cadre des Cafés interculturels coorganisés par le Solar et l’École de l’Oralité, trois grands maîtres nippons illustrent le Japon traditionnel aux côtés (...)
Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Avant d’entamer sa carrière solo, le musicien sénégalais Lass a pris le temps de faire ses armes dans le giron de David (...)
Mardi 26 avril 2022 Très prometteuse formation franco-malgache, Iray Trio trace brillamment sa route depuis 2016, développant une identité musicale (...)
Mardi 26 avril 2022 Poursuivant une belle série de concerts tournés vers le Brésil, le Solar accueille MiMoJi, trio genevois (...)
Mardi 26 avril 2022 Ce festival, initialement prévu en 2020 pour fêter le 250e anniversaire de la naissance de Ludwig Van Beethoven se réalise enfin. (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 29 mars 2022 Le pianiste Florian Pellissier ne cesse d’explorer de nouveaux territoires sonores, multipliant les collaborations tous azimuts à la (...)
Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter