Tony Bakk : une belle partie de console

En coulisses / Tête connue de tous les musiciens stéphanois (et d’ailleurs), mec sociable et sympa, tatoué aux doigts de fée, Tony Bakk est de ceux qui, dans l’ombre, contribuent à la lumière des autres. Portrait d’un magicien du son.

Difficile, de savoir à quel moment l’histoire a commencé pour Tony. La musique, les notes, les instruments, les mélodies… Tout ça a finalement toujours fait partie de sa vie. Tombé dans la marmite quand il était petit ? Plus petit que petit même, puisqu’enceinte de lui, sa mère a dû épouser son père, musicien et sur scène tous les week-ends… Un jeudi.

à lire aussi : Julien Haro et Thibault Llopis, Barock

Ce que Tony raconte avec davantage de précision en revanche, c’est ce moment où il a décidé d’arrêter l’école. Ras-le-bol, de rester assis toute la journée à tenter d’apprendre des trucs qui ne l’intéressent pas franchement. A l’époque, le jeune homme a 16 ans et, à défaut d’aimer les maths ou la géo, il va suivre son père au Monstre Gentil, le studio d’enregistrement que ce dernier a fondé à Saint-Etienne quelques années plus tôt. Au début, Tony se charge de préparer et d’apporter les cafés. Et puis, assez vite, on le met face à une console. Et ça, contrairement aux maths ou à la géo… C’est vraiment fait pour lui. Car, sans s’en rendre compte, Tony a passé toute son enfance à former son ouïe à reconnaitre les belles notes, et les harmonies qui fonctionnent.

Un peu à l’instinct, il fait ainsi ses premières armes aux côtés d’Eska Crew, collectif hip hop stéphanois pour lequel il devient alors musicien, backeur scène, ingé son et beatmaker. « Cette expérience m’a permis de m’ancrer dans ce métier sans devenir un pousse-bouton, d’en faire quelque chose de créatif, se souvient le désormais trentenaire. Parallèlement à Eska, au début, j’ai aussi un peu côtoyé la misère. Travailler avec des groupes pas vraiment préparés, sur du matos pas vraiment adapté… Quand t’as appris à faire ça, tu peux tout faire ».

Débuts avec Eska Crew

Avec Eska, les choses vont aller vite : le premier maxi est salué par le milieu hip hop parisien et tape dans l’œil d’une maison de disque. Le collectif signe pour un album, assure les premières parties des grands noms du rap français… Et puis, vient la crise du disque, et l’euphorie retombe. A Sainté, Tony remplace alors son père au Monstre Gentil, où il se spécialise dans les musiques urbaines, rap ou reggae. Et, parmi les artistes qui y défilent pour les prises de son, c’est DRK, qui va être à l’origine d’une nouvelle aventure. « C’était le moteur, et moi l’essence, poursuit Tony. DRK, c’est un gars qui va au contact des gens. Plusieurs fois, il a proposé à des rappeurs qui venaient en concert sur Sainté de poser avec lui. Il m’appelait au dernier moment, pour me dire ‘’vas-y, je peux débarquer dans une heure avec untel ou untel ? ‘’. Y avait une effervescence de dingue ». Par effet boule de neige, un beau jour, c’est finalement Keny Arkana, qui pousse la porte du studio. « Elle cherchait un studio plutôt spécialisé dans le rap, où elle pourrait enrichir sa musique, obtenir un son bien particulier… Elle devait rester deux jours, elle en a fait dix… Et on a finalement fait trois albums ensemble ».

« Ensemble ». Car, derrière sa console, Tony Bakk n’est pas que le gars qui prend le son. Avec son oreille fine, son expérience, son sens de l’écoute, sa connaissance et sa passion pour la musique, le technicien a développé une patte, au point de pouvoir aider les artistes à aller là où ils veulent. « Un peu comme un chien d’aveugle. Les gens viennent te voir pour la touche particulière que tu vas leur apporter, qui va sublimer leur création sans la dénaturer. Quand ça t’arrive, c’est une reconnaissance immense ».

Cette reconnaissance, Tony va l’obtenir ensuite de la part de nombreux artistes, qui viennent poser au Monstre. DaTune -qu’il suivra également sur les lives – puis Jah Gaïa, la Dub Inc pour quelques collaborations, The Architect, l’Entourloop… Mais aussi de jeunes artistes en herbe, à qui il accepte d’ouvrir sa porte, pourvu que les projets tiennent la route, et que les gars soient bosseurs. En route, le jeune homme change néanmoins de crèmerie, poussé par plusieurs coups du destin. En 2018, il doit en effet fermer les portes du Monstre Gentil, dont les murs vont être vendus. Il se tourne alors vers Studio Mag, fondé presque 30 ans plus tôt par une petite bande de copains -dont son père – pour proposer ses services. « A l’époque, le studio était géré par Marco. On s’est tous vu un lundi, pour discuter de la manière dont je pourrais être intégré à l’activité. On s’est laissé un peu de temps pour réfléchir. Mais le week-end qui a suivi… Marco est décédé subitement. C’est une histoire tragique, une sorte de coup du destin très difficile à vivre. Mais bref… J’étais là », souffle Tony entre deux longs moments de silence.

Sur plusieurs fronts

En reprenant les rennes de Studio Mag, Tony va lui apporter sa technique, son réseau et sa touche perso, tout en s’ouvrant lui-même à d’autres sonorités. Parce l’époque a changé, et que la musique s’hybridifie de plus en plus. « Et puis parce que c’est kiffant, et que ça évite de tourner en rond ». En ce moment, il travaille ainsi avec l’artiste electro pop lyonnais Martin Luminet. Avant lui, il a vu défilé Broussaï, Two Faces, La Belle Vie, et d’autres… Devenant aujourd’hui un spécialiste des musiques urbaines au sens large, et apportant à l’ère du temps un petit brin de savoir-faire à l’ancienne, qui rappelle que la nouveauté ne chasse jamais le passé mais s’en inspire toujours. Solide sur ses appuis, Tony compte d'ailleurs prochainement donner au studio une autre dimension, en l’enrichissant de nouvelles activités qui en feront un lieu plus ouvert, à destination d’un public plus large « Une sorte de reset, qui aura lieu tout au long de l’année 2022 ».

Et, parce qu'il bouillonne d'idées et qu'il est sans doute un brin hyperactif, le "magicien du son", comme il aime à s'appeler parce qu'il refuse le terme "ingénieur", sort aussi régulièrement de son studio, pour mener d’autres projets. Après avoir organisé le City Youth festival dédié au rap et au reggae il y a quelques années, il a rejoint l’équipe de la Guinguette de Couriot l’été dernier, pour s’occuper entre autres de la programmation musicale. « C’est du taf ! 55 artistes accueillis en 2 mois et 10 jours, 3 concerts par semaine. C’est assez éprouvant mais quand ça se termine, ça te manque, parce que tu as passé tout l’été entouré tout le temps… Alors, tu cogites aux nouvelles idées pour l’année d’après. On est en développement constant, mais on ne poursuit qu’un seul objectif : donner envie aux gens de poser leur cerveau en arrivant, et de le reprendre en partant. Il faut qu’à chaque fois, ce soit une vraie fête ». Du genre qui fait du bien aux oreilles.

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Musiques...

Mardi 5 juillet 2022 Depuis des lustres (1988 pour être précis), Craponne-sur-Arzon fait figure de référence sur la planète Country Music. Mais après quelques éditions compliquées et à (...)
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Avant d’entamer sa carrière solo, le musicien sénégalais Lass a pris le temps de faire ses armes dans le giron de David (...)
Mardi 26 avril 2022 Très prometteuse formation franco-malgache, Iray Trio trace brillamment sa route depuis 2016, développant une identité musicale (...)
Mardi 26 avril 2022 Poursuivant une belle série de concerts tournés vers le Brésil, le Solar accueille MiMoJi, trio genevois (...)
Mardi 26 avril 2022 Ce festival, initialement prévu en 2020 pour fêter le 250e anniversaire de la naissance de Ludwig Van Beethoven se réalise enfin. (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 29 mars 2022 Le pianiste Florian Pellissier ne cesse d’explorer de nouveaux territoires sonores, multipliant les collaborations tous azimuts à la (...)
Mardi 29 mars 2022 Il y a ceux qui font des goûters d’anniversaire, et puis il y a Positive Education. L’association stéphanoise, à l’origine du Positive Education Festival (que l’on ne présente plus) fête cette année ses dix ans, en sillonnant les routes de France...
Jeudi 17 mars 2022 L’intégralité de la programmation du festival stéphanois a été dévoilée ce jeudi par les organisateurs de l’événement. Au menu cette année, une affiche teintée de découvertes, comme au bon vieux temps.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Dix bons copains qui montent un groupe de chant dans un garage, de quoi s’attendre à un résultat insolite. Et c’est le cas, puisque (...)
Mardi 29 mars 2022 Par Léonard Chantepy. C'est dans le cadre des XXII° Concerts Spirituels que l'ensemble Unacorda clôturera sa très belle saison (...)
Mardi 29 mars 2022 Par Léonard Chantepy. Ne vous est-il jamais arrivé de vous retrouver démuni devant une toile ou une photographie ? Quelque (...)
Lundi 14 mars 2022 Deux guitares, une percu : c’est en acoustique, que Manu Chao fera son retour sur scène dans notre région, le 24 avril prochain à La Forge. Porté par son (...)
Mardi 1 mars 2022 Né il y a tout juste un an, le collectif BigEye Prod regroupe de jeunes mais talentueux rappeurs qui rêvent de percer, mais aussi d’apporter le Twitch game à Sainté. Récit d’une histoire portée par l’ambition, la foi en un idéal, et une bonne dose...
Mardi 1 mars 2022 Faisant mentir une fois de plus le dicton qui affirme que « nul n’est prophète en son pays », Le Fil programme deux soirées gratuites en mode scène locale (mais pas que). Deux dates qui s’annoncent riches en découvertes. 
Mardi 1 mars 2022 ​Pour l’album du Trinkle Jazz Ensemble dont il est ici question de célébrer la sortie par un concert maintes fois reprogrammé, le guitariste Pierre (...)
Mardi 1 mars 2022 Le mois de mars sera une fois encore tout feu tout jazz à Montbrison, avec une programmation faisant la part belle aux jazz women : Léa Castro, Mélanie (...)
Mardi 1 mars 2022 A la guitare comme au banjo, à la mandoline comme à l'harmonica, le Canadien Martin Swamps joue un old time blues authentique (...)
Mardi 1 mars 2022 De son vivant, la rencontre entre La Fontaine et la musique n’a jamais eu lieu. Pas faute d’avoir essayé : à trois reprises, le poète a entamé des (...)
Mardi 1 mars 2022 Un téléphone. Des coupures sur la ligne. De chaque côté du fil, deux voix : Elle, et Lui. Entre eux, une histoire d’amour qui se termine, une rupture (...)
Mardi 1 mars 2022 Il y a d’abord la voix de Silène Gayaud : une véritable invitation au voyage, notamment en Irlande d'où la chanteuse a ramené dans ses valises des textes (...)
Mardi 1 mars 2022 Ticket en poche, direction la queue pour les Montagnes Russes…  c’est le premier album solo de Lujipeka sorti en novembre 2021, que l’on aura (...)
Mardi 1 mars 2022 Après avoir sorti deux EPs (Genesis en 2019 puis Crack National en 2021), le rappeur stéphanois Mitchy arrive en force ce vendredi 4 mars avec un premier (...)
Mardi 1 mars 2022 Ils nous avaient manqué, les 6 d’Asian Dub Fondation sont de retour et fouleront le sol de la salle Du Grand Marais de Riorges, le 15 mars. On se (...)
Vendredi 18 février 2022 Après Damso, Groundation, Emir Kusturica ou Ben Mazué, les organisateurs du Foreztival viennent d’annoncer que l’édition 2022 du festival forézien s’achèvera avec la venue d’IAM.
Mercredi 9 février 2022 Pour sa 30e édition, le festival Paroles et Musiques mettra l’accent sur la découverte musicale, avec, à l’affiche, les peut-être futures pépites de demain… Qui côtoieront bien sûr, les artistes installés sur la scène musicale française depuis déjà...
Mercredi 9 février 2022 Pour sa 30e édition, le festival Paroles et Musiques mettra l’accent sur la découverte musicale, avec, à l’affiche, les peut-être futures pépites de demain… Qui côtoieront bien sûr, les artistes installés sur la scène musicale française depuis déjà...
Mardi 1 février 2022 « Mon truc c’est la flûte traversière et j’trouve vraiment que cet instrument est sous-évalué : dans quel groupe aujourd’hui tu vois quelqu’un qui joue (...)
Mardi 1 février 2022 Peu nombreux sont les groupes français qui durent autant : Sinsémilia souffle ses 30 bougies ! Le crew sort pour l’occasion un triple album (...)
Mardi 1 février 2022 Difficile à prononcer ? Certainement. Une pépite à voir au Solar en février ? Sans hésiter ! Porté par le batteur australien Ziggy Zeitgeist, le (...)
Mardi 1 février 2022 Après plusieurs albums studio encensés par la presse spécialisée, le compositeur et pianiste lyonnais David Bressat se lance dans une (...)
Mardi 1 février 2022 C’est avec un rare intérêt que le promeneur mélomane pourra assister à deux remarquables projets pédagogiques du Conservatoire Massenet, en ce mois de février. (...)
Jeudi 13 janvier 2022 On serait tenté de croire, voire, de dire, qu’on connait l’histoire par cœur… Et pourtant, on pourrait bien en apprendre encore un peu. NTM, c’est (...)
Mardi 1 février 2022 Après avoir pendant trois ans, électrisé - à tous les sens du terme - l'orchestre de Saint-Étienne, David Reiland s’en est allé prêcher la bonne musique dans (...)
Mardi 4 janvier 2022 En une poignée d’années le duo lyonnais Black Lilys a pris une belle épaisseur. Quelque part entre dark pop, rock (...)
Lundi 3 janvier 2022 Pour sa 19ème édition, le festival montbrisonnais Les Poly’Sons monte en puissance avec une riche et belle programmation qui, durant un mois entier, met à l’honneur la chanson francophone. Voici nos deux coups de cœur.
Lundi 3 janvier 2022 Entre espoir et mélancolie, son album exutoire Paradis (en référence à l’île de la Réunion) (...)
Lundi 3 janvier 2022 Depuis la sortie des films Minuit à Paris (Woody Allen, 2011) puis La La Land (Damien Chazelle, 2016), les écoles de swing ont vu un (...)
Lundi 3 janvier 2022 Les nostalgiques de Beau Dommage qui ne se retrouvent ni dans Garou ni dans Céline Dion (encore merci pour les acouphènes), (...)
Lundi 3 janvier 2022 Créé en 1868 sur un livret du célèbre tandem Barbier et Carré, Hamlet d'Ambroise Thomas contribue, avec Mignon, à faire perdurer la postérité de cet ancien Prix (...)
Lundi 3 janvier 2022 Merveilleuse corne d'abondance locale, où se tuilent les programmations musicales. Haendel est de retour, remontant l'estuaire de la Tamise (...)
Mardi 30 novembre 2021 Le trio franco-américano-espagnol Slim & The Beast s’est peu à peu éloigné du folk-rock acoustique de ses (...)
Mardi 30 novembre 2021 Il fait déjà bien trop froid et la nuit tombe bien trop tôt : bref, c’est l’hiver. Ne ratez donc pas cette (...)
Mardi 30 novembre 2021 Pianiste, compositrice et arrangeuse dans diverses formations très remarquées (dont le duo Watchdog et le trio Blast), Anne Quillier a (...)
Jeudi 2 décembre 2021 Depuis 2018 et leur premier vrai projet commun Le Remède,  les Ligériens An’Om et Vayn tracent leur sillon dans le vaste champ (...)
Mardi 30 novembre 2021 Marquant son grand retour sur les soirées électro tardives, la SMAC stéphanoise s’associe à 1001 Bass pour (...)
Mardi 30 novembre 2021 Qu’on se le dise : à la Saint (Jack) Daniel, Feurs sera le temps d’une soirée la capitale du blues ! En (...)
Mardi 30 novembre 2021 Un peu de jazz, une pincée de house, un bon synthé et du groove. On shake le tout bien fort, et il ne reste plus qu’à (...)
Mardi 30 novembre 2021 Les mineurs joueront (presque) à domicile le 4 décembre, puisque le Clapier, situé à quelques pas seulement du Puits (...)
Mardi 30 novembre 2021 Nos régions ont du talent ! Il n’y a qu’à regarder le nombre de groupes originaires d’Auvergne-Rhône-Alpes qui (...)
Mardi 30 novembre 2021 Manta, c’est un peu l’enfant caché de Tame Impala et Moses Gunn Collective. Une énergie que le groupe lyonnais libère sur scène, un rock psyché envoûtant, avec (...)
Lundi 15 novembre 2021 On pensait qu’on kifferait jamais l’electro, que ça faisait trop de bruit et qu’on trouvait pas ça mélodieux. Et puis on est allé sur le Positive Education, et on a arrêté d’être grognon. Récit d’une soirée aux allures de belle bringue, à l’issue de...
Mardi 30 novembre 2021 Non, il ne s'agit pas d'un brûlot invitant à la délation, mais d'une incantation à la magie de Noël. Bonnets du (...)
Mardi 30 novembre 2021 Une maison de pain d'épices, une sombre futaie, une sorcière activant son four pour dévorer deux petits nécessiteux (...)
Mardi 30 novembre 2021 Rituel des fêtes solsticiales de Janus, le désormais célèbre concert du Nouvel An ravive la tradition musicale (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Elle sera cet automne parmi les sept artistes de la 5ème édition du festival Femme(s), sur la scène du Pax. Avec déjà plusieurs groupes et albums à son actif, assortis d’une ribambelle de concerts, Jasmine Fayolle s’est taillé un prénom dans le...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter