article partenaire
RCW 86, rémanent coloré.

Une exposition sur les vanités d'hier et d'aujourd'hui au Musée des Beaux-Arts

Arts / Rapprochant art ancien, art moderne et art contemporain, l’exposition À la mort, à la vie ! s’empare du thème de la vanité dans toutes ses dimensions. Et s’avère bien davantage une ode au vivant qu’un constat morose ou morbide sur la vanité de nos existences.

L'ouverture de l'exposition À la mort, à la vie claque ! On y est accueilli par une famille sculptée du Nigéria, toute d'os de bois composée. Une famille mi-rigolarde mi-inquiétante, où les parents squelettes portent leurs petits squelettes sur les épaules, où l'on danse et grimace, où l'on se fige et regarde vers le néant… Autour de ces sculptures, le peintre Erro compose ses farandoles de squelettes goguenards (années 1950), et des gravures du XVIe au XVIIe siècle représentent le Triomphe de la Mort, l'Allégorie de la Mort, la Mort victorieuse, les danses macabres ! Vertiges de la mort donc, où ça danse parmi les époques, du XVIe siècle à nos jours, des débuts des vanités au Moyen Âge à leurs relectures et à leurs réappropriations tout au long de l'histoire de l'art.

De la peste au Covid-19, les savoirs et les regards évoluent, mais pas la finitude humaine ni les questions existentielles. Et c'est dans notre contexte de pandémie qu'a été conçue cette exposition thématique, entremêlant "crânement" les collections classiques et modernes du Musée des Beaux-Arts à celles contemporaines du Musée d'Art Contemporain (plus une collection particulière privée) à travers un parcours thématique : "Les âges de la vie", "Vanités des vanités", "Vanités des arts et des savoirs", "Le miroir animal"…

Atemporelles vanités !

La commissaire de l'exposition, Ludmila Virassamynaïken, tient à rappeler que cette exposition n'est pas une exposition sur la mort. Le prisme différent de la vanité au sens large, c'est-à-dire au sens de la brièveté de l'existence et de la finitude humaines, permet quant à lui d'oser des rapprochements anachroniques. Ce prisme ici dépasse largement l'aspect moral et religieux de la grande période des vanités du XVIe et XVIIe siècles. Il permet de faire se croiser un Picasso avec des natures mortes des XVIIe, XVIIIe, XIXe siècles, ou de rapprocher une gravure de Rembrandt d'un montage photographique des années 1940 des artistes britanniques Gilbert & George. Il y a là un double pari : que les interrogations existentielles sur la finitude humaine demeurent, de siècle en siècle, relativement similaires ; que certains motifs et certaines représentations restent suffisamment fortes pour que des générations successives d'artistes se les réapproprient, en donnent de nouvelles lectures et compositions. Bref qu'un minimum de choses (soit philosophiques soit proprement artistiques, voire les deux) résonnent à travers le temps et ses déboires. Le pari paradoxal de l'exposition, c'est que la vanité demeure bien vivante, toujours bien en forme(s), d'hier à aujourd'hui !

Ambivalences

Ce qui est particulièrement intéressant dans cette exposition osée dans ses rapprochements, c'est que les œuvres contemporaines (d'Erik Dietman, d'Erro...), fortes parfois de leur humour et de leur esprit de dérision provocatrice, permettent de retrouver ce qu'il y avait de vivant, de drôle, de grotesque parmi les danses macabres et les triomphes de la faucheuse des temps anciens. La représentation de la finitude humaine n'est pas toujours aussi sérieuse et sombre qu'on pourrait le croire ! Et même lorsqu'elle est a priori plombée d'une morale religieuse condamnant les prétentions humaines à concurrencer dieu ou à s'égarer dans les plaisirs, on s'interroge sur l'interprétation des peintres : condamnent-ils vraiment les plaisirs terrestres, ou au contraire les chantent-ils par la délicatesse somptueuse des argenteries représentées, des aliments, des plis de nappes, ou encore le flamboiement de bouquets de fleurs qui fourmillent littéralement de vies (insectes, particules d'eau, couleurs éclatantes…) ?

À l'inverse, l'époque contemporaine peut s'avérer beaucoup plus tragique et crue dans sa représentation de la fragilité de la vie. On pense ici notamment à la troublante série de photographies de Philippe Bazin (voir notre encadré) et ses portraits serrés de vieillards ou de nouveaux nés, qui arrachent in extremis des traits de vie singuliers au sein d'institutions qui écrasent les existences. Ou, dans un tout autre domaine, à cette image d'Éric Poitevin montrant un daim ensanglanté suspendu par ses bois, entre la vie et la mort, et nous jetant comme un regard christique criant : humains prédateurs pourquoi m'avez-vous abandonné à ma douleur ?

Art vivant

Surprenante, instructive, émouvante ou drôle, tout au long de son parcours varié, cette exposition est aussi l'occasion de (re)voir certaines œuvres d'une grande force. Citons encore : l'installation vidéo de Bill Viola, Tiny Deaths (1993) où l'on plonge dans un univers de brouillard et de présences humaines fantomatiques incandescentes ; les crânes de Jim Dine, de Philippe Favier, de Jean-Marc Cerino et de Philippe Cognée ; la très belle photographie d'enfant de Delphine Balley ; les polyptiques montrant des oiseaux du photographe Jean-Luc Mylayne ; l'étonnante rencontre entre la sculpture Ecce Homo (1993) de Étienne-Martin et de la Carcasse de viande et oiseau de proie (1980) peint par Francis Bacon… L'exposition se termine par une section consacrée au "miroir animal", marquant sans doute qu'au-delà des existences humaines, c'est bien cette chose difficile à définir et qui se nomme "la vie" qui nous traverse tous.

À la mort, à la vie ! Vanités d'hier et d'aujourd'hui, Au Musée des Beaux-Arts jusqu'au 7 mai 2022

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Expos...

Mardi 26 avril 2022 En pleine renaissance, le monde de la passementerie, du tressage et de la rubanerie a largement bénéficié de la recherche et de (...)
Mercredi 13 avril 2022 Le photographe Maxence Rifflet présente au Bleu du Ciel un travail particulièrement délicat et intelligent, réalisé dans sept prisons françaises, en étroite collaboration avec les détenus.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Lundi 28 mars 2022 Désormais habillée de couleurs acidulées, Saint-Etienne joue à fond la carte « design » qu’elle revendique par-delà ses frontières. Dans l’espace public pourtant, le design permet surtout des transformations moins perceptibles mais dont le...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 L’exposition Espacements réunit quatre jeunes artistes issus de l’ESADSE. Les deux premiers, Chloé Pechoultres et Antoine Salle, diplomés (...)
Jeudi 17 mars 2022 Enfant terrible du monde de la photographie, William Klein n’a eu de cesse d’en bousculer les codes et les pudeurs. Jetant son corps dans la bataille du réel, ses images en conservent l’énergie, la violence, la vie. Retour sur les apports et le...
Mercredi 9 mars 2022 Mars arrive et la création contemporaine repart dans les musées et les galeries avec quelques belles affiches : William Klein, Christian Lhopital, Tania Mouraud, Thameur Mejri…
Mardi 1 mars 2022 L’exposition J'irai éclairer leurs images présente le travail quatre artistes dont le recours à la photographie est un moyen d'expérimenter des formes d'expression inédites. 
Mardi 1 mars 2022 Dans sa boutique-atelier nichée sous l’Hôtel de Ville, la sérigraphiste Delphine Chapuis propose une exposition collective d'estampes mettant à l’honneur la taille d’épargne, une technique archaïque de gravure sur bois.
Mardi 1 février 2022 Les champs de la photographie sont si vastes que le huitième art ne cesse d’inspirer ceux qui s’y frottent. Détournant les figurines en plastique de (...)
Mardi 1 février 2022 L’atelier-musée La Maison du Passementier accueille pour deux mois encore l’exposition Roadscapes de Maxime Crozet. Le photographe-voyageur (...)
Mardi 1 février 2022 Formé à l'école stéphanoise des Beaux-Arts au milieu des années 90, Moko Vey a repris les pinceaux en 2015 après 10 années passées dans le domaine audiovisuel. (...)
Mardi 1 février 2022 Vous l’avez sans doute déjà aperçue devant la Bourse du Travail, exposant ses créations : discrète et tout sourire, Anne Lordey est une artiste sensible à (...)
Mardi 4 janvier 2022 Remarquable, passionnante et très complète exposition que Sur la piste des Sioux proposée par le Musée des Confluences et portée par une sublime collection d'objets. Plongée terrible et magnifique dans la construction de cet Indien imaginaire qui...
Lundi 3 janvier 2022 Depuis sa création en 2006, la p’tite entreprise de François Ceysson et Loïc Bénétière ne connait pas la crise : avec des galeries à Lyon, Paris, Genève, Luxembourg et New York, la nouvelle adresse stéphanoise apparait aujourd’hui comme le véritable...
Lundi 3 janvier 2022 Absolument imprévisible et vaguement waterproof, le MUR stéphanois continue de surprendre le passant dès le premier samedi de (...)
Lundi 3 janvier 2022 Encore une chouette occasion de passer chez TAG : la galerie accueille une série d’œuvres récentes de Catherine (...)
Mardi 30 novembre 2021 Le Musée d’Art Moderne et Contemporain de Saint-Etienne Métropole présente actuellement une nouvelle expo dédiée à la donation récente du couple de galeristes Durand-Dessert, qui entre en dialogue avec la collection du musée.
Mardi 30 novembre 2021 Le MUR stéphanois n’en finit pas de s’offrir à tous les regards, avec déjà plus de 100 collages au (...)
Mardi 30 novembre 2021 La Serre accueille une singulière exposition de Charlie Boisson, tout premier lauréat de la résidence de cocréation (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter