article partenaire
RCW 86, rémanent coloré.

Humour : à la recherche de la limite

Analyse / Faire rire sans faire mal à ceux qui n’ont rien demandé : alors que l’impertinence agit comme un exutoire à la sinistrose ambiante, les humoristes marchent sur un fil… Qui peut rompre à tout moment s’il n’a pas au préalable été suffisamment tendu.

« Bien sûr, que je me pose la question de ce que je peux dire ou pas, et de la limite à fixer. A chaque fois. » Humoriste imitateur originaire de Saint-Etienne, vainqueur du tremplin des Arts Burlesques il y a une dizaine d’années et passé ensuite par les Guignols de l’Info, Mathieu Schalk n’est pas de ceux qui revendiquent une liberté d’expression totale, qui consisterait à venir, poser sa vanne et s’en aller, sans s’interroger sur la perception de celle-ci par celui qui l’écoute.

Bien loin de l’image d’Épinal de l’artiste exerçant sans jamais être contraint, la plupart des professionnels de l’humour se posent d’ailleurs régulièrement cette même question… Sans s’auto-censurer pour autant. Face aux « on ne peut plus rien dire » un peu faciles (d’autant qu’il n’est pas certain qu’on ait un jour pu tout dire…), mais également face aux personnes lassées de subir au quotidien certains rapports de domination, et ne supportant donc plus de voir leur(s) identité(s) fréquemment transformée(s) en sujet d’humour, le maniement de la punchline implique ainsi de bien réfléchir, parfois contre soi-même mais pour les autres, avant de se lancer en public.

Irrévérencieux ou offensant ?

« L’équilibre est très fragile, poursuit Mathieu Schalk. Même bien intentionné, on peut parfois être déstabilisé par la réponse apportée par le public. Quand on écrit, on imagine une certaine ambiance, et puis parfois, ça ne se passe pas comme prévu. A mes débuts, par exemple, j’imitais Jean-Marie Le Pen en lui faisant chanter Douce France. Jusqu’au jour où je me suis rendu compte que ça ne faisait rire que les racistes. Donc j’ai arrêté de le faire. Pour ça, l’échange entre humoristes est vraiment important, ça permet d’expérimenter des choses avant de les montrer sur scène, et d’éviter le truc qu’on n’avait pas vu venir ».

Pour autant, rarement l’humour n’avait été aussi croustillant, voire, irrévérencieux qu’actuellement. Mais alors, où s’arrête la désinvolture, et où démarre le légitime sentiment d’offense ? « Choquer pour choquer, c’est tout simplement déshumanisant, donc il ne faut jamais que ce soit ça. » Julien Santini, lui aussi passé par le tremplin stéphanois, participera le 16 février prochain au plateau d’Arcomik L’Humour c’est mieux à deux, en duo avec Aymeric Lompret. Et, à 15 jours de l’événement, lui qui a pour habitude de se mettre en scène sous les traits d’un personnage un peu « border », avoue bien volontiers être justement en pleine réflexion à ce sujet, tentant de dessiner une sorte de règle à suivre : « Pour ne pas offenser gratuitement, il faut que le propos fasse sens. Si sa fin est humanisante, alors, on peut à mon avis en passer par des choses un peu limites. La question, finalement, ce n’est pas « qu’est-ce qu’on a le droit de dire ? », mais « où est-ce que je veux aller ? » »

L’humour comme contre-pouvoir

Doit-on dès lors remplacer le « on peut rire de tout mais pas avec n’importe qui » par un « on peut rire de tout, tant que l’intention est bonne et que tout le monde a les moyens de s’en rendre compte » ? Sans doute, y a-t-il un peu de ça. « On dit que la blague doit toujours être plus forte que le sujet. C’est une bonne formule. Il ne faut pas se priver d’aller quelque part, mais il faut toujours veiller à rester fidèle à ce que l’on veut défendre, quitte à s’astreindre à désamorcer un propos susceptible d’être mal interprété », poursuit Julien Santini.

Et, puisque l’humour est, qu’on le veuille ou non, toujours porteur d’un message, il semble capital de ne jamais le couper du contexte dans lequel il existe. Humoriste depuis de nombreuses années, le Stéphanois Quentin Jaffrès a récemment fait parler de lui grâce à une vidéo le mettant en scène aux côtés de Philippe Ayanian. A l’image, un homme souffrant, face à un médecin qui diagnostique des « zemmouroïdes », avant de dresser l’ordonnance : « c’est viral ces derniers temps, ça s’attrape surtout assis dans le canapé, alors éteignez la télé, levez-vous et sortez de chez vous… » Parmi les symptômes de cette étrange maladie, un salut nazi, que Quentin assume quand bien même certains seraient tentés de s’offusquer : « L’humour politique est une sorte d’exutoire pour celui qui le pratique, comme pour celui qui en est spectateur. L’extrême-droite française est aujourd’hui totalement décomplexée, et avec Zemmour, la surenchère est presque devenue un modèle. Donc je revendique le droit à un humour tout aussi décomplexé… Le second degré nous permet de démontrer le grotesque de la situation. Les politiques, tiennent des propos bien plus graves… Sauf qu’eux sont très sérieux. »

Pouvoir de nuisance

Pour faire rire sans risquer la légitime offense, il s’agirait donc de bien choisir son sujet… Et son message. Revenant sur son passage aux Guignols de l’Info, Mathieu Schalk se souvient d’une période où l’équipe moquait en boucle la championne de tennis Amélie Mauresmo, qui venait alors de révéler publiquement son homosexualité : « Un jour, Pierre Lescure est venu nous voir, non pas pour nous censurer, mais pour nous ramener à la réalité, simplement en nous interrogeant quant au pouvoir de nuisance d’Amélie Mauresmo. Cela m’a beaucoup marqué, et par la suite beaucoup guidé. Je pense qu’il y a suffisamment de gens qui exercent un véritable pouvoir de nuisance pour que l’humour puisse s’abstenir de s’en prendre à des personnes en position de faiblesse, d’autant plus si elles ne font rien de mal ». La justesse par la justice, en somme.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 30 mars 2022 Il faut souvent chercher loin pour trouver les propositions ou les déclarations des candidats à l'élection présidentielle sur la culture (et parfois, sans résultat). Tour d’horizon, à quelques jours du scrutin, des mesures promises par chacun des...
Mercredi 30 mars 2022 Il te dirait quoi, ton Toi d’il y a 20 ans, s’il te croisait dans la rue ? « Sympa tes cheveux comme ça », « Dis donc t’as pris du (...)
Jeudi 17 mars 2022 L’intégralité de la programmation du festival stéphanois a été dévoilée ce jeudi par les organisateurs de l’événement. Au menu cette année, une affiche teintée de découvertes, comme au bon vieux temps.
Mardi 8 mars 2022 Les présélections du tremplin musical ligérien Nos Talents sur Scène ont démarré jeudi dernier au Pax, et se dérouleront tout au long du mois de mars, dans différents lieux de Saint-Etienne et de la Loire. Des soirées pour soutenir de tout jeunes...
Mercredi 9 février 2022 Pour sa 30e édition, le festival Paroles et Musiques mettra l’accent sur la découverte musicale, avec, à l’affiche, les peut-être futures pépites de demain… Qui côtoieront bien sûr, les artistes installés sur la scène musicale française depuis déjà...
Mercredi 9 février 2022 Pour sa 30e édition, le festival Paroles et Musiques mettra l’accent sur la découverte musicale, avec, à l’affiche, les peut-être futures pépites de demain… Qui côtoieront bien sûr, les artistes installés sur la scène musicale française depuis déjà...
Mercredi 2 février 2022  Après une première moitié de saison d’une densité inédite, les théâtres attaquent 2022 sans baisser de rythme. Les six mois à venir seront riches comme rarement de découvertes et de grandes figures pour se clore sur la venue d’Ariane...
Mardi 1 février 2022 2020 : bien pourrie. 2021 : moyen pourrie, mais quand même pourrie. 2022 : incertain, mais ça part pas très bien. On est crevé, on traine des (...)
Mardi 1 février 2022 Des fidèles du festival, des spectacles inédits, des étoiles montantes du rire et des caméras de France TV : Arcomik remet le couvert en ce mois de février.
Mardi 7 décembre 2021 Après une année 2021 chaotique pour les organisateurs d’événements culturels, l’année 2022 devrait, si tout se passe bien, comporter de belles surprises et redonner au public le goût du spectacle. Du côté des festivals, les premières programmations...
Vendredi 29 octobre 2021 Et si nous avions un besoin urgent d’humain ? A l’approche de l’hiver, tandis que les premiers froids nous saisissent, que l’on fait craquer (...)
Vendredi 29 octobre 2021 Elle sera cet automne parmi les sept artistes de la 5ème édition du festival Femme(s), sur la scène du Pax. Avec déjà plusieurs groupes et albums à son actif, assortis d’une ribambelle de concerts, Jasmine Fayolle s’est taillé un prénom dans le...
Mardi 5 octobre 2021 A Saint-Etienne, les vacances de la Toussaint seront placées sous le signe de l'humour, grâce au festival Arcomik...  
Mardi 7 septembre 2021 Fraîchement nommé à la tête de la Comédie de Saint-Etienne, Benoît Lambert y portera un projet collectif, mené en synergie avec plusieurs artistes. Portrait d’un penseur, devenu un homme de théâtre d’expérience.
Mardi 7 septembre 2021 Spectacle annulé. Les remboursements des billets sont possibles dans les points de vente dans lesquels ils ont été achetés.
Mercredi 5 mai 2021 L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu (...)
Lundi 29 mars 2021 La décision est tombée et était attendue. Le festival stéphanois d'humour Arcomik, est contraint de reporter à nouveau les spectacles prévus en avril. "Nous (...)
Vendredi 4 décembre 2020 L'initiative Tu m'écoutes, lancée par une quarantaine d'acteurs du secteur musical ligériens, depuis les salles aux labels en passant par les producteurs ou (...)
Mardi 6 octobre 2020 Le festival d'humour stéphanois, les Arts Burlesques, change de nom et devient Arcomik. Une modification d'identité qui s'accompagne d'une annonce de (...)
Mardi 6 octobre 2020 L’humoriste Thomas VDB, griffé service public, présente actuellement un nouveau spectacle, dans lequel il chronique son angoisse du monde qui l’entoure.
Mercredi 8 juillet 2020 Les vacances d'été approchent et chaque année on en attend beaucoup... surtout les années où on a dû garder nos débiles de gosses à la baraque depuis mars à cause (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter