article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

"Street Food des Gones" : un livre de portraits et de recettes

Street food / De bons artisans rencontrent des jeunes cuistots et paf !, ça fait de la cuisine qu’on mange avec les doigts. Et à la fin, un livre de portraits et de recettes, Street Food des Gones.

Lyon semble être devenue une place forte de la street food en France. Pour preuve, le Lyon Street Food Festival a encore accueilli cet automne quelques dizaines de milliers de visiteurs. Cela peut surprendre : manger en marchant n'est pas inscrit dans la tradition locale — un bouchon invite à s'attabler. Le récent succès de la street food doit donc être mis sur le compte de quelques acteurs qui s’échinent à rafraîchir la gastronomie d’entre Rhône et Saône.

à lire aussi : Le végé fait son trou

Parmi ceux-ci, La Food Factory et La Buvette Lyonnaise, « dénicheurs de tendances culinaires », qui se sont associées pour auto-éditer ce livre. Bouquin qui tente justement de faire exister une nourriture de rue à l’accent rhodanien, telle qu’elle est servie à Food Traboule : on pense au grec d’andouillette ou aux frites de quenelles du stand La Meunière. L’idée, c’est que la street food ne peut être dite "lyonnaise" que si elle se réapproprie son héritage gastronomique et s’appuie sur les produits qui ont fait le renom de la région.

Le bio ce n’est que du blabla

L’ouvrage est organisé comme suit : on va à la rencontre d'un produit local, qu'un ou une cheffe se propose ensuite de cuisiner. Il débute par une visite chez Tiffany et Sébastien Bouhours, tripiers de la Croix-Rousse, avant de rejoindre Sonia Ezgulian, cuisinière et autrice, qui nous offre une recette de palais d’andouillette panés et frits, à manger avec les doigts et une sauce gribiche. Ce dispositif est fortement tributaire de la sélection d’artisans et de chefs. Et c’est ici que Street Food des Gones vise juste.

Côté producteurs, on retrouve Sylvère Trichard, gérant du domaine Séléné, qui vinifie un beaujo-villages sans chimie, qui raconte qu’il fut converti au vin nature notamment par feu Dominique Belluard, immense vigneron de Haute-Savoie. On retrouve la famille Boucher, qui fabrique de la Rigotte de Condrieu, et la famille Rochas, du Saint-Marcellin. On retrouve Lucien Devaux qui fait des cardons de Vaux, mais du côté de Courzieu, et explique que « le bio ce n’est que du blabla […], il y a toujours un peu de produits dans les récoltes » alors que chez lui, « c’est nature, le fumier j’en mets beaucoup et ça suffit. » Ce dernier donne l’occasion à Hubert Vergoin, le chef de SO6, de justement faire une saucisse de ce cardon et de la servir en hot-dog. Car côté cuistots il y a aussi du beau ! Pêle-mêle : Massimo Monaco de Cocotte, Florian Remont du Bistrot du Potager, Marion Bohe du Desjeuneur, ou encore Pimousse, qui travaille ici une volaille de chez Tête Bech.

On en arrive aux recettes. Il ne nous viendrait pas personnellement à l’idée de faire notre propre saucisse, encore moins pour aller la manger dans la rue — c’est le caractère documentaire de l’objet qui nous a essentiellement plu. Mais certains seront intéressés de savoir qu'il y a dans ces pages trente recettes, qui chaque fois revisitent un classique : de la pizza au croque, en passant par le bao et le kebab, le huarache et les arancini. Sur le papier, le plat le plus convaincant vient peut être — étonnant, ou pas — de chez Paul Bocuse (où officie le MOF Olivier Couvin) : une brioche feuilletée garnie de cervelle de canut, jambon et lard d’Auvergne, cornichons et Saint-Marcellin. Un assemblage introuvable qu'on ne pourra donc que se concocter soi-même.

Street Food des Gones, Terroir lyonnais et cuisine de rue

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 Le confinement, c’est loin. La preuve, vous avez arrêté de faire votre pain. Par chance, d’aucunes en ont fait leur profession.
Mardi 26 avril 2022 La Ville de Lyon et la Métropole réglementent l’offre en matière de logements meublés touristiques longue durée dans un hyper centre lyonnais assez large. Excellente nouvelle pour les habitants.
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Le photographe Maxence Rifflet présente au Bleu du Ciel un travail particulièrement délicat et intelligent, réalisé dans sept prisons françaises, en étroite collaboration avec les détenus.
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter