article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Déjeuner éco-responsable à La Fabuleuse Cantine

Miam / Lieu hybride, attenant à l'École de Design, cette cafétéria moderne constitue une adresse où les recettes n’ont pas de frontières tant qu’elles sont cuisinées avec des produits bios et locaux. Exemple avec le sandwiche du vendredi. Par Anaïs Digonnet.

Depuis ma récente installation à la Plaine-Achille, je m’attable souvent à La Fabuleuse Cantine, dans le bâtiment des Forces Motrices de la Cité du Design, pour boire un moccacino et profiter du wifi gratuit. J’aime le fait que l’adresse soit nichée dans un des bâtiments vestiges de la Manufacture d’armes, d’autant que, quand on y rentre, de grandes verrières industrielles apportent une lumière généreuse sur la décoration de bric et de broc qui occupe les lieux, du sol au (très haut) plafond.

à lire aussi : Un cocktail au Bistrot du Grand Hôtel

Dans la salle, des assises dépareillées, derrière de grandes tables en bois ou de plus petites en formica. Je pose volontiers mon plateau et mon ordinateur sur celle qui occupe l’estrade : elle donne sur la cour, qui laisse deviner un fort potentiel pour prendre le soleil dès l’arrivée des beaux jours.

Au-dessus de la station de service, j’essaie de deviner ce que renferment les pots en verre où baignent les pickles jaunes, verts ou oranges, utilisés par la brigade. Habituellement au menu, un seul plat, avec ou sans viande, et un dessert. Pas besoin de se prendre trop la tête quand on n’aime pas trop choisir. Je garde un souvenir réconfortant d’un très bon couscous goûté en janvier, servi avec une harissa maison et suivi d’un crumble au kiwi.

Image

Des stars de l’assiette délaissées et hors-normes

Plusieurs fois, j’ai cependant manqué la spécialité du vendredi. Alors, en ce début mars, fini les regrets, je commande le burger SuperWaste. La spécialité porte bien son nom : ici, les cuisiniers adoptent une philosophie zéro déchet. « Des légumes trop moches, gros, petits, il n’y a que ça », peut-on même lire sur l’un des murs. Car la majorité des ingrédients sont issus d’une agriculture biologique et raisonnée. Ils proviennent d’invendus ou de produits déclassés des magasins Biocoops de Saint-Etienne et des alentours, ou de producteurs du coin. Même la vaisselle se veut éco-responsable, issue de la collection No.W de Revol qui utilise des pâtes céramiques et émaux recyclés.

Mais les bonnes intentions ne font pas toujours un bon burger. A la Fabuleuse Cantine, pour 11 euros et 50 centimes… si!
La mayonnaise un peu moutardée est dressée généreusement dans l’assiette. Je n’aime pas garder le meilleur pour la fin, alors j’y sauce d’abord les frites façon potaoes, croustillantes à l'extérieur et fondantes à l’intérieur, comme une pomme de terre en robe des champs. Le bun, boulangé-maison, se coiffe de quelques céréales qu’on picore allégrement. A l’intérieur, le moelleux de sa mie éponge le (bon) gras du porc effiloché, le fondu de la tranche de raclette, l’eau des petits oignons vinaigrés et le ketchup de carottes, comme une ode à ce délicieux cœur de burger. A noter que le SuperWaste existe aussi en version végétarienne et végane avec, en son cœur, des lentilles du Puy-en-Velay version falafel.

Image

Si vous n’avez pas le temps, je vous conseille de prendre à emporter un plat ou un dessert, préparés en bocaux consignés, une autre spécialité de ces murs qui accueillent aussi des concerts. Il est aussi possible d’adhérer à l’association qui gère les lieux : pour deux euros, on peut bénéficier tous les 10 passages, d’un petit cadeau gourmand comme leur mini-cookie. A noter que le restaurant ouvrira à partir d’avril les samedis et dimanches, notamment pour le brunch.

La Fabuleuse Cantine, Bâtiment Les Forces Motrices, 1 Rue Claudius Ravachol, 42000 Saint-Étienne
https://saint-etienne.lafabuleusecantine.fr

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter