article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Les Passagers de la nuit : Bonnes ondes

Écrans / Orfèvre dans l’art de saisir des ambiances et des climats humains, Mikhaël Hers (Ce sentiment de l’été,  Amanda…) en restitue deux : l’univers de la radio la nuit et l’air du temps des années 1980. Une fois encore, le prodige de son alchimie teintée de mélancolie fonctionne, dessinant de vibrants portraits de l’époque.

Mai 1981. Alors qu’une large partie de la France célèbre la victoire de François Mitterrand, la jeune Talulah débarque sac au dos à Paris. Au même moment, Élisabeth qui vient de se séparer de son époux emménage avec ses deux ados et sa déprime dans une tour. Insomniaque, elle écoute l’émission de radio de Vanda et, un peu par hasard, va travailler pour elle. Portrait de groupe durant une décennie.

à lire aussi : On Air

Face B des Magnétiques de Vincent Maël Cardona (2021) — qui retraçait à partir de l’arrivée de la Gauche au pouvoir l’aventure des radios libres vécue par un p’tit gars d’une province rurale —, Les Passagers de la Nuit embrasse les années 1980 en grandes ondes, côté micro et studio parisiens. Construit autour de l’évocation de la figure devancière des libres-antennes nocturnes recueillant les misères des insomniaques (la Vanda que joue ici Emmanuelle Béart est l’avatar transparent de Macha Béranger) le film fait en définitive peu de cas de ce personnage que sa fonction voue naturellement à l’effacement physique.

Incarnée mais éthérée, la star radiophonique existe comme un phare pour les auditeurs sans sommeil ni soleil ; elle illumine pourtant indirectement leur entourage, à l’instar d’Elisabeth, de ses fils et de Talulah. Une bulle se crée au sein de laquelle la vie prend le temps de se déployer et où, sans effet de reconstitution exagéré ni artifice cinématographique (qui condamnerait l’ensemble au factice), on ressent pleinement l’effet d’immersion dans ce passé proche.

La notte, la notte

Trop souvent cantonné à une zone gris-blême, à l’angle mort de la représentation d’une époque (qu’elle soit actuelle ou passée), le champ de la nuit en offre pourtant l’un des visages les plus fidèles et révélateurs qui puisse être, délivrée des inhibitions sociales et des codes prévalant ordinairement à la lumière du jour. Car la nuit dévoile les vices cachés comme les fractures secrètes ; elle couve aussi les forces émergentes appelées à régner — des caves de Saint-Germain aux soirées du Palace, l’histoire se répète.

Rohmer avait d’ailleurs témoigné d’une redoutable prescience en documentant en temps réel dans Les Nuits de la pleine lune (1984) un contrechamp des années 1980 acidulées, affichant son insouciance et son individualisme grandissant dans des fêtes branchées — où gravitaient toutes celles et ceux qui, bientôt, allaient sanctifier les yuppies des années fric et assister médusée à l’émergence du sida.

Ce n’est pas anodin si Mikhaël Hers cite explicitement le film de Rohmer dans le sien, ni si (la toujours parfaite) Noée Abita semble comme possédée par l’esprit et la voix haute perchée de la fragile Pascale Ogier : Les Nuits de la pleine lune a influencé son temps autant qu’il le marque comme un repère absolu.

Est-ce que Les Passagers de la nuit pourrait constituer pour les spectateurs un “véhicule” comparable ? Si la contiguïté relative entre 1980-1988 et 2022 rend hasardeuse la dénomination de “film historique“, le retour d’affection pour le vintage lui confère une étrange apparence contemporaine puisque même les K7 audio, les fringues aux coupes et couleurs flashy ou les coupes mulet redeviennent tendance.

En faisant abstraction de ces artefacts, on peut en ouvrant les portes de la nuit y lire quantité d’histoires intemporelles : le délicat portrait d’une mère célibataire se réinventant une vie amoureuse, celui d’un adolescent confronté à l’équation insoluble d’un premier émoi ; ou bien celui d’une enfant perdue errant de train en train à travers la plaine…

★★★★☆ Les Passagers de la nuit de Mikhaël Hers (Fr., 1h51) avec Charlotte Gainsbourg, Quito Rayon Richter, Noée Abita… (sortie le 4 mai)

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 2 juin 2021 ★★★☆☆ Un film de Charlène Favier (Fr-Bel, 1h30) avec Noée Abita, Jérémie Renier, Marie Denarnaud…
Mardi 8 décembre 2020 ★★★☆☆ De Charlène Favier (Fr.-Bel., 1h30) avec Noée Abita, Jérémie Renier, Marie Denarnaud… sortie le 16 décembre
Mercredi 28 juin 2017 Dernier été pour les yeux d’Ava, ado condamnée à la cécité s’affranchissant des interdits ; premiers regards sur le cinéma de Léa Mysius (coscénariste des Fantômes d’Ismaël) avec ce film troublant et troublé, ivre de la séduction solaire de la jeune...
Mercredi 17 février 2016 De Mikhaël Hers (Fr., 1h46) avec Anders Danielsen Lie, Judith Chemla, Marie Rivière...
Mercredi 29 avril 2015 À partir d’un matériau ouvertement intimiste et psychologique, Wim Wenders réaffirme la puissance de la mise en scène en le tournant en 3D, donnant à cette chronique d’un écrivain tourmenté des allures de prototype audacieux. Christophe Chabert
Mardi 14 octobre 2014 Retour du duo gagnant d’Intouchables, Nakache et Toledano, avec une comédie romantique sur les sans papiers où leur sens de l’équilibre révèle à quel point leur cinéma est scolaire et surtout terriblement prudent. Christophe Chabert
Lundi 14 avril 2014 De Michel Spinosa (Fr, 1h47) avec Yvan Attal, Janagi, Charlotte Gainsbourg…
Lundi 27 janvier 2014 Après Les Beaux gosses, Riad Sattouf monte d’un cran son ambition de cinéaste avec cette comédie sophistiquée, aussi hilarante que gonflée, où il invente une dictature militaire féminine qu’il rend crédible par des moments de mise en scène très...
Lundi 27 janvier 2014 Fin du diptyque de Lars von Trier, qui propulse très haut sa logique de feuilleton philosophique en complexifiant dispositif, enjeux, références et discours, prônant d’incroyables audaces jusqu’à un ultime et sublime vertige. On ose : chef-d’œuvre...
Lundi 23 décembre 2013 Censuré ? Remonté ? Qu’importe les nombreuses anecdotes et vicissitudes qui entourent le dernier film de Lars von Trier. Avec cette confession en huit chapitres d’une nymphomane — dont voici les cinq premiers, le cinéaste est toujours aussi...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter