L'Entourloop : « Un album pour réunir les gens loin des grands discours »

Interview / Le collectif L’Entourloop, porté par les infatigables Sir Johnny et King James revient le 10 juin, avec un 3e album, La Clarté dans la Confusion. A quelques jours de la sortie, entretien avec des (vieux) sages.

Une tournée avec des dizaines de dates, dont certaines à l’étranger, et un nouvel album en même temps… C’est quoi votre secret pour garder la forme, vous vous bourrez de vitamine C, ou vous vous faîtes changer le sang en Suisse ?

AHA !! Effectivement, nous avons beaucoup d’actualités en ce moment entre la tournée, les singles, les clips et le nouvel album qui sort le 10 Juin. C’est peut-être ça d’ailleurs ce qui nous tient en forme, le fait d’être toujours actifs avec plein de projets en tête. Il faut dire aussi que nous sortons d’une longue pause qui nous a permis de beaucoup produire.

1964, année de sortie de My Boy Lollipop, « premier tube ska ». Apparemment, ce titre vous a marqués… C’est pour le titre en lui-même, ou pour son retentissement ?

Un peu les deux ! On adore le titre, et on aime encore plus son histoire. Il s’agit tout de même du morceau d’une jeune femme qui était méconnue, Millie Small, et qui a, grâce à ça, changé l’histoire de la musique jamaïcaine ! Le succès assez dingue de My Boy Lollipop a marqué l’île à jamais, puisque grâce à lui, la Jamaïque a été reconnue comme un endroit du monde qui compte, en matière de musique. Ce son Ska est même devenu numéro 1 des charts, devant les grands noms du moment comme les Beatles ! Millie Small a ouvert la voie à toute une culture, elle a fait danser toutes les générations et marqué le début des Sound system, ce qui ne peut pas nous laisser insensibles. On aime tellement ce morceau qu’un membre du crew a toute une ribambelle de versions du titre en 45 T.

Il y a pas mal de spéculations autour de votre âge à tous les deux… On sait que vous roulez en 2CV, mais que vous maîtrisez les Internet à la perfection, que vous portez des costards venus d’un autre temps, mais que vous pouvez rester des heures debout à vous agiter devant vos platines, que vos références ciné datent un peu, mais que vos références musicales, elles, sont souvent un peu plus récentes… Une petite piste, pour nous rapprocher de la vérité ?

« Age is just a number » ! Ce serait réduire notre projet que de ne parler que de nous, James et Johnny : nous sommes les ainés du collectif qui est composé de beatmakers, diggers, collectionneurs de disques, arrangeurs, photographe, cinéphiles, graphiste, couturière, manager…. Ils sont L’Entourloop ! Nous ne nous mettons pas de limite et, tous ensemble, nous mélangeons nos inspirations, idées, références et envies. Cela fait certainement de nous un groupe atypique.

Age is just a number

On a toujours joué entre le Old School et New School, le hip hop et le reggae, le live et le studio… L’esprit collectif est une vraie force pour nous, grâce à la richesse de cette équipe qui le compose. Et c’est aussi un peu notre marque de fabrique, ceux qui nous suivent depuis les débuts le savent.

Elle a passé le dernier contrôle technique la 2CV d’ailleurs ?

Elle est restée pas mal au garage ses derniers temps mais on la bichonne toujours ! Depuis peu, on retape aussi de vieilles bécanes quand on a du temps.

On sait que votre premier job, dans vos créations, c’est avant tout un travail de chercheur et d’encyclopédiste : vous fouillez pour dénicher du son, et ensuite, vous cherchez quoi en faire. Comment ça s’articule, exactement ?

On digg un peu tout le temps que ce soit en solo, à la maison… Mais le processus de création n’est pas figé. Par contre, on conserve presque tout, pour avoir un large choix de références à notre disposition. Le collectif permet à chacun d’apporter ses idées, trouvailles, samples, boucles pour ensuite produire ensemble. Parfois, on continue nos recherches à plusieurs, mais le processus reste le même :  on fait évoluer nos productions en mettant nos idées en commun, et en bossant souvent différentes versions, jusqu’à trouver celle qui nous plaît à tous. C’est beaucoup de travail et de réflexions de la part de toute l’équipe.

La recherche se passe sur le net, ou dans les bacs ?

Nous sommes passionnés de vinyles et on passe beaucoup de temps à chiner des pièces. La façon de découvrir des pépites n'est pas du tout la même sur le Net que chez un disquaire, ou via quelqu'un qui te ferait écouter un titre sur une platine. La sensibilité est bien différente, c'est peut-être une question d'amour du son et du support. Internet reste un outil très pratique que nous utilisons aussi, évidement, mais nous ne trouvons pas tout dessus !

Comment vous construisez vos collab avec MC et musiciens ? Il leur arrive de choisir, ou est-ce que c’est toujours vous qui leur dîtes : « fais-nous qqch avec ce son »  ?

Très souvent, il s’agit d’artistes que l’on affectionne depuis longtemps et dont on apprécie l’univers. Certains sont des légendes pour nous, et d’autres de vrais coups de cœur. On essaie avant tout de se faire plaisir et de proposer un véritable échange artistique.

Généralement, on propose aux artistes une prod sur laquelle on les imagine bien, mais on en rajoute une ou deux pour qu'ils aient le choix. On aborde ensemble le thème, en restant à l’écoute de leurs feelings. Cela reste toujours très collaboratif.

Le prochain album promet 31 collaborations : c’est assez dingue ! Est-ce que ça veut dire qu’en 2022, les MC se bousculent pour collaborer avec l’Entourloop, ou est-ce que vous toquez beaucoup aux portes en croisant les doigts pour qu’on vous dise « ok on le fait » ?

31, Oui !  On avait envie de proposer un album riche et généreux, avec florilège d’invités pour apporter un mélange de styles unique. Toutes nos collaborations sont de réels choix bien réfléchis ! Cela nous tenait à cœur de travailler avec certains artistes.  Certaines collab ont aussi été l’aboutissement en musique de fortes rencontres que l’on avait faites. Le passé du groupe aide quant à lui à nouer ou renouer les contacts.

Certaines collab ont aussi été l’aboutissement en musique de fortes rencontres que l’on avait faites

Cet album fera voyager de Kingston à Londres en passant par New York et bien d’autres destinations. Et pour le sens dans lequel les choses se passent… Nous sommes en effet souvent sollicités mais ici, l’objectif était de rester fidèle à l’écriture de l’album, pour conserver l’esprit et la cohérence de notre proposition. Le résultat nous rend fiers, ce fut un vrai investissement de tous les instants.

Comment et où est ce que vous avez enregistré tout ça ? Tout s’est fait au même endroit, ou vous avez dû bouger pour choper tout le monde, ou bien les sons ont voyagé par internet ?

La plupart des recording voix se sont faits à distance, la situation n’aidant pas... même si par bonheur on a pu en accueillir quelques un(e)s à Sainté dans notre Bandulu Studio et à Studio Mag.  

Vous utilisez beaucoup de samples dans vos mix. Ce n’est pas trop casse-tête, au niveau des droits ?

On aime et vient de cette culture du sampling ! Cette méthode influence beaucoup notre travail, malgré le fait qu’on soit contraints de s’adapter et de souvent composer sans. Quand tu parles de mix, si tu fais référence au live, tu es libre de jouer ce que tu veux. Parfois d’ailleurs, ce sont des sortes d’hommages qui sont édités et donc réadaptés. Concernant la partie studio et la réalisation d’un album, nous utilisons maintenant beaucoup plus de samples libres de droits. Nous en clearons certains, et même si nous sommes toujours influencés par certains échantillons de boucles, nous avons fait le choix de nous entourer de musiciens/arrangeurs pour avoir une plus grande liberté de création.

L’Entourloop, c’est « jamais sans ma platine », mais vous cartonnez grâce à internet. On a souvent tendance à opposer les 2 supports, avec la crainte que le 2e tue le premier définitivement. Comment vous envisagez la continuité entre les deux, quelle est la recette pour qu’ils se complètent sans se marcher dessus ?

Si c’est l’image que l’on dégage, c’est plutôt flatteur, d’être un peu vu comme des ambassadeurs de la platine vinyle.

De notre côté, on prend, il est vrai, un grand plaisir à sortir tous nos projets sur galette, et c’est agréable de voir que les gens répondent présents. C’est bien la preuve que la cohabitation peut se faire sans souci, puisque que nous distribuons aussi notre musique sur toutes les plateformes. Il n’y a pas forcément de « compétition » entre les deux. Il ne faut pas trop se prendre la tête, ça reste de la musique que l’on consomme quand on veut et comme on le peut !

Il n'y a pas de compétition entre galette et digital : l'un sert l'autre

Cela dit, si le vinyle est encore bien présent de nos jours, c’est bien qu’il y a avec lui quelque chose de particulier. Pour nous, mixer avec reste unique, en termes de grain et de sensation. Nous sommes avant tout des Djs, donc à nos yeux, ce support est intemporel, et peut donc continuer à vivre malgré l’existence du digital. En fait, c’est un peu comme si l’un servait l’autre. Souvent des tracks sortent d'abord en digital et finissent, au vu du succès qu'elles peuvent avoir, par être pressées en 45. Et vice versa, le fait d'encoder au format digital des pépites vinyles 7' introuvables sur le net permet la découverte de pas mal de trésors.

On trouvera 20 morceaux dans votre nouvel album, soit deux de plus que dans Le Savoir-Faire. C’est un format assez long pour un album aujourd’hui… Pourquoi ce parti-pris, du coup ?

Pourquoi rentrer dans les codes et faire comme tout le monde ? On a la chance d’être écouté et soutenu par un public de plus en plus large. Cela nous donne la liberté de ne pas forcément créer en fonction des tendances, et de justement défendre un vrai projet. On est content de proposer un album fourni, notre dernier LP date de 2017, il était important malgré les différentes sorties de projets d’EP, remix, mix, de revenir avec un projet riche, car réfléchi et cohérent. C'est ce qui nous plaît le plus et ce qui, on l’espère, plaira à nos auditeurs car c’est aussi eux L’Entourloop !

Cet album est vraiment un pur album de Sound system, dans lequel reggae, dancehall et hip hop fusionnent totalement. Est-ce que vous l’avez taillé pour le live, ou est-ce que c’est une manière pour vous de revendiquer fort des racines communes à ces trois styles musicaux ?

Encore une fois un peu les deux ! Cet album La Clarté dans la Confusion a été pensé avec cette dualité entre le Hip Hop et le Reggae, et on peut effectivement parler aussi du Dancehall, du dub et bien d’autres styles apparentés.  Ces courants musicaux ont évidemment des racines communes, que nous avons toujours mises en avant grâce à la culture du Sound system. Tous les morceaux ne sont pas forcément taillés pour le live, on a tenté de faire un album très « Banger », tout en gardant en tête la possibilité d’en jouer certains en live.

Et le live, du coup ? Il ne pourra pas y avoir 31 personnes avec vous sur scène, comment ça va se gérer, quelle formule vous avez choisie ?

Malheureusement non, nous n’aurons pas la chance de pouvoir inviter tous les artistes ayant participé à « La Clarté dans la confusion », même si on se le garde en tête, il ne faut pas s’arrêter de rêver !

Cette année, lorsqu’on a repris la tournée, on voulait proposer un vrai spectacle où se mêlent différentes disciplines telles que le djing, vjing, mcing…. Nous n’accueillerons donc pas nos 31 invités, mais notre fidèle équipe composée de 3 fronts mans : Troy Berkley au micro, N’Zeng à la trompette, rejoints cette année par BlabberMouf, un autre Killer au microphone. Nous réadaptons beaucoup de morceaux issus de l’album spécialement pour le live. On a concocté un nouveau show avec plein de nouveautés et on a quelques fois des invités avec nous, mais c'est un peu la surprise, il faut être là au bon moment !

On en vient un peu à l’image. Votre musique est souvent dite « cinématographique ». Ça vient des samples de répliques de films, mais aussi de vos clips. Vous êtes à la manœuvre, là-dessus, ou vos vidéastes ont carte blanche ?

Depuis nos débuts, nous aimons maitriser le maximum de choses autour de notre projet, et notamment l’image et les clips. Nos vidéastes et graphistes Befour et Royx font partie intégrante du collectif, ce qui nous donne de nombreuses possibilités pour diriger et/ou réaliser la plupart de nos vidéos. Il nous arrive parfois de faire appel à des réalisateurs extérieurs que nous choisissons tous ensemble, pour leur soumettre nos idées de scenario. On vous invite d’ailleurs à aller voir notre clip «Madzilla» qui a été tourné dans les studios Aunna à Saint-Etienne, avec l’aide de Mat Santa Cruz. Quoi qu’il en soit, nous sommes toujours impliqués en ce qui concerne notre image.

A l’heure où on se parle, le grand public a découvert 3 titres de votre nouvel album, dont le clip « Florilège », complètement fou. On se demande où vous êtes allés pêcher ça (l’idée, comme les images)… Vous nous en dites un peu plus ?

On voulait réunir 3 Mc's qui défoncent, tout simplement. C'est un peu la suite de notre « Tour de force » sur l'album Le Savoir Faire. Le clip est réalisé par Befour, l'idée vient de lui, après beaucoup de recherches d’images et d’échanges entre nous tous. Nous voulions reprendre un peu l’idée de certains de nos clips déjà sortis, pour garder une certaine identité, tout en partageant un titre très dansant, festif avec des images rares, qui peuvent correspondre à l’intensité de la musique.

«  La Clarté dans la confusion », réplique de L’Aventure c’est l’Aventure. C’est pas anodin, d’avoir nommé votre album comme ça : L’Aventure c’est l’Aventure, c’était une manière pour Lelouch d’ironiser une époque post soixante-huitarde à la fois bordélique et assez hypocrite... Alors, votre album, c’est une manière d’ironiser aussi notre époque et son hypocrisie ? Une manière de dépasser les grands discours, juste en faisant danser les gens les uns avec les autres ?

Oui, c’est un peu ça ! On a voulu faire un album qui fasse plaisir aux gens, et qui les réunisse, loin effectivement des grands discours ! Mais nous ne sommes pas moralisateurs, nous aimons l’ironie. Nous voulions aussi que les gens puissent envisager ce titre comme bon leur semble, avec toutes les références sons ou cinématographiques que cela peut faire resurgir.

En fait, ce titre peut évoquer tellement de choses… C’est ce qui nous plait, de même que l’idée de faire écho à la situation à laquelle nous sommes confrontés. C’est aussi le symbole de notre vision collective : souvent c’est après de longues heures de discussions confuses et de débats, que surgit une idée !

Vous mélangez les styles, les collaborations, les sons, vous faites danser les gens ensemble. Plus généralement, est-ce que vous êtes animés par une certaine forme d’idéologie, une quête d’universel ?

On est animé par beaucoup de choses effectivement, et le fait de faire de la musique est déjà symbolique avec cette notion de partage, d’échange et de diversité. Oui, il y a une forme de message plutôt positif et encourageant, on l’espère ! A travers notre projet, on s'accroche à ne pas défendre des individualités, mais plutôt une entité collective. Donc oui, on peut dire qu’on est dans cette quête d'universel, ce qui ne nous empêche pas de continuer à faire de la musique en toute légèreté. C’est d’ailleurs elle qui parle avant tout !

 

 

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Actus...

Mardi 26 avril 2022 La Ville de Lyon et la Métropole réglementent l’offre en matière de logements meublés touristiques longue durée dans un hyper centre lyonnais assez large. Excellente nouvelle pour les habitants.
Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Vendredi 1 avril 2022 Son identité fait l’objet de spéculations depuis toujours, on l’imagine britannique, cinquantenaire, lié au monde du graff ou même de la musique… Symbole de (...)
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mercredi 30 mars 2022 Il faut souvent chercher loin pour trouver les propositions ou les déclarations des candidats à l'élection présidentielle sur la culture (et parfois, sans résultat). Tour d’horizon, à quelques jours du scrutin, des mesures promises par chacun des...
Mercredi 30 mars 2022 Il te dirait quoi, ton Toi d’il y a 20 ans, s’il te croisait dans la rue ? « Sympa tes cheveux comme ça », « Dis donc t’as pris du (...)
Mardi 15 mars 2022 Trois jours de musique, de concerts et de rythmes effrénés… Trois jours de joie, de partage, et de danses endiablées… Et puis aussi, trois jours de bière à grandes goulées (on le sait, pas la peine de se cacher). Cette année, au Foreztival, c’est de...
Mardi 8 mars 2022 Les présélections du tremplin musical ligérien Nos Talents sur Scène ont démarré jeudi dernier au Pax, et se dérouleront tout au long du mois de mars, dans différents lieux de Saint-Etienne et de la Loire. Des soirées pour soutenir de tout jeunes...
Mardi 1 mars 2022 Que se passe-t-il dans les salles obscures, lorsque le public n’y est pas ? Avec ou sans contrepartie, la plupart des structures ont pour habitude de mettre leur scène à disposition des artistes pour des périodes de « résidence ». Ou...
Vendredi 11 février 2022 Une Victoire dédiée à leur père "là-haut derrière le soleil", des bisous à leur frère, à leur mère, à mémé. Les larmes aux bords des yeux et de l'émotion dans la voix, les deux (...)
Mercredi 9 février 2022 Un appel à candidature pour un concours, des castings, des ateliers… Dans la rubrique Petites Annonces du Petit Bulletin, vous trouverez tous les appels à participation des structures culturelles du département. Comme le Bon Coin, mais en plus...
Mardi 8 février 2022 Bifurcations. C’est le nom donné à la biennale du Design, qui aura lieu du 6 avril au 31 juillet 2022. Au menu : une réflexion sur les changements possibles de notre société, traduite en expositions à la cité, mais aussi dans toute la métropole...
Jeudi 3 février 2022 Après une première annonce il y a quinze jours, le Foreztival poursuit sur sa lancée éclectique, en dévoilant la suite de sa programmation. A l’affiche le (...)
Mardi 1 février 2022 2020 : bien pourrie. 2021 : moyen pourrie, mais quand même pourrie. 2022 : incertain, mais ça part pas très bien. On est crevé, on traine des (...)
Mardi 1 février 2022 Faire rire sans faire mal à ceux qui n’ont rien demandé : alors que l’impertinence agit comme un exutoire à la sinistrose ambiante, les humoristes marchent sur un fil… Qui peut rompre à tout moment s’il n’a pas au préalable été suffisamment...
Mardi 30 novembre 1999  L'année "Capitale française de la culture" a été lancée à Villeurbanne, en présence de Roselyne Bachelot. Au-delà de quelques marqueurs événementiels, c'est surtout du côté des dispositifs pérennes qu'il faut regarder, à l'instar des minimix,...
Mardi 11 janvier 2022 2022, tout va mieux ? Pas si sûr, pour un certain nombre de professionnels de la culture, qui une fois de plus se voient contraints de slalomer entre plusieurs pièces d’un bon casse-tête. Assis, on t’a dit !
Lundi 3 janvier 2022 1er janvier, 11h44, un texto : « 2022, l’année qui va mieux, alors meilleurs vœux ! » On voudrait y croire. Mais avec ce mal de tête (...)
Lundi 3 janvier 2022 Tandis qu’en 20 ans, l’univers de la musique enregistrée a évolué au rythme de la poussée du numérique et des crises successives, à Saint-Etienne, les artistes peuvent compter sur plusieurs structures indépendantes pour les accompagner dans leur...
Mardi 14 décembre 2021 Envie d’offrir un moment de vie et un joli souvenir plutôt qu’un bibelot qui prendra la poussière sur l’étagère ? Grâce à des programmations qui grouillent de bons sons, les salles et événements musicaux de la Loire offrent un large panel de...
Vendredi 10 décembre 2021 Après les after, la soirée en elle-même. Suite aux décisions gouvernementales du début de semaine, les discothèques ont été contraintes de fermer leurs portes ce (...)
Mercredi 8 décembre 2021 Suite aux dernières annonces gouvernementales, les boîtes de nuit fermeront leurs portes ce vendredi au petit matin, pour 4 semaines. Une dernière soirée entre tristesse, amertume, et joie d’être ensemble une dernière fois avant 2022.
Mercredi 8 décembre 2021 Suite aux dernières annonces gouvernementales, les boîtes de nuit fermeront leurs portes vendredi au petit matin, pour 4 semaines. Une ultime soirée entre tristesse, amertume, et joie d’être ensemble une dernière fois avant 2022.
Mardi 7 décembre 2021 Après une année 2021 chaotique pour les organisateurs d’événements culturels, l’année 2022 devrait, si tout se passe bien, comporter de belles surprises et redonner au public le goût du spectacle. Du côté des festivals, les premières programmations...
Lundi 6 décembre 2021 Parce que sans eux il n’aurait pas de raison d’être, le Petit-Bulletin a profité de son anniversaire pour  demander aux acteurs culturels du département de lui raconter leur meilleur souvenir de ces 10 dernières années… Et il doit bien...
Mardi 30 novembre 2021 Tout comme de très nombreux employés du secteur privé, les membres de l’équipe du PB avaient eu un peu la frousse, lorsqu’en mars 2020, il avait fallu fermer (...)
Mardi 30 novembre 2021 Chaque premier mercredi du mois, l’histoire est la même. En fin de matinée, Bernard et ses petites blagues sont toujours les premiers devant le box du PB. (...)
Mardi 30 novembre 2021 Pour être capitaine du navire Petit-Bulletin, il faut : de la réactivité, du sérieux, un brin de culot, un téléphone qui marche bien parce qu’il sonne tout (...)
Mardi 30 novembre 2021 Mercredi 3 novembre, 19h15 … une assiette de charcut’ et fromage, quelques verres de rouge posés sur la table : les membres de la (...)
Mercredi 3 novembre 2021 Après près d’un an d’exercice, la Comète ouvre ses portes au grand public ce week-end, pour 3 jours d’animations et de spectacles gratuits et accessibles à tous.
Vendredi 29 octobre 2021 Et si nous avions un besoin urgent d’humain ? A l’approche de l’hiver, tandis que les premiers froids nous saisissent, que l’on fait craquer (...)
Lundi 25 octobre 2021 C’est le genre d’événement devant lesquels on pourrait se dire « ma foi, ça ne nous rajeunit pas ». Et pourtant. A voir le programme concocté par (...)
Vendredi 29 octobre 2021 C'est un surclassement en carré VIP que nous offre le SyLF. Laurent Fréchuret pilote la mise en scène, Pascal Amoyel la sélection et composition musicales, (...)
Mardi 5 octobre 2021 Empathie et impatience… Durant de longs mois, le public s’est globalement montré très concerné par la fermeture des lieux de culture, pressé de retrouver (...)
Mardi 5 octobre 2021 Après 35 ans passés à arpenter ses allées de long en large, sans doute devrait-on la connaitre par cœur… Eh bien non. Car, d’édition en édition, la fête du Livre de (...)
Mardi 5 octobre 2021 Au centre des réflexions durant la crise sanitaire, la question de l’accessibilité de la culture pour les publics éloignés se fond aujourd’hui dans un enjeu encore plus large.
Jeudi 16 septembre 2021 En 2021, la rentrée culturelle sera festive, ou ne sera pas… Pour mêler théâtre, musique et pampille, rendez-vous ce vendredi soir, à la Comédie de Saint-Etienne.
Lundi 13 septembre 2021 A Montbrison, le bar/cave V&B s’associe avec les Stéphanois du 1909 Escape Game le temps d’une soirée événement pleine de surprises. Prêts à tourner en bourrique ?
Mardi 7 septembre 2021 C’est une rentrée presque normale. Les saisons culturelles sont présentées à tour de rôle, les concerts reprennent, les terrasses sont encore ouvertes… Certes, (...)
Jeudi 15 juillet 2021 C'est une immense déception. Alors que le festival Le Tour du Forez affichait il y a seulement quelques jours de très beaux résultats de fréquentation à (...)
Mercredi 23 juin 2021 Ces dernières semaines, la structure l’hormoise a rouvert ses portes au grand public, et surtout, aux, scolaires… Non sans euphorie.
Mardi 22 juin 2021 Le Planétarium de Saint-Etienne vient de voir son matériel de projection entièrement revu à la hausse, parallèlement à la mise en place d'un contrat de location-maintenance entre la Ville de Saint-Etienne et RSA Cosmos, entreprise située à Sorbiers...
Mercredi 5 mai 2021 L'avenir de la musique pop française, c'est Saint-Etienne. Attention, ne voyez pas là l'adjectif "pop" comme un épitèthe péjoratif. À l'instar de ce qu'a pu (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter