Balik, Danakil : « Les casseroles finissent toujours par sortir »

Danakil

Jardin des Plantes (Parc Nelson Mandela)

ce spectacle n'est pas à l'affiche actuellement

Interview / Porté par un 7e album studio sorti à la rentrée dernière, Danakil sillonne actuellement les routes de France pour une série de concerts et de retrouvailles avec son fidèle public. A quelques jours de leur passage sur le festival La Rue des Artistes à Saint-Chamond, rencontre avec Balik, sur qui les années passent sans effriter la moindre conviction.

 

à lire aussi : La Rue des Artistes, côté scène

22 ans de carrière… Quel regard portes-tu sur toutes ces années ? Est-ce que tu réalises, ce qui est arrivé à la bande de copains de lycée qui voulait juste faire de la musique pour se faire plaisir ?

Ce qu’il y a de sûr, c’est que jamais on n’aurait pu imaginer que ça allait se passer comme ça. J’ai parfois des images qui me reviennent en tête, et je me rends compte que c’est passé très vite ! Mais effectivement, au départ ce qui nous liait, c’était cette passion commune pour la musique : on a commencé à jouer ensemble par pur plaisir, et tout s’est fait par étape. A chaque fois que l’on en franchissait une, cela nous donnait la motivation pour la suivante, et ainsi de suite.

à lire aussi : L’art est dans la rue à Saint-Chamond

La manière dont les choses se sont passées pour vous reste tout de même assez folle : un paquet de lycéens montent des groupes de musique, mais très peu font carrière, et encore moins avec leur groupe d’origine. C’est quoi, le secret Danakil ?

A mon avis, il y a deux facteurs. Le premier, c’est que les gens ont de la sympathie pour le groupe, ils ont tout de suite bien accroché avec nos chansons, et ça se vérifie dans le temps. Le deuxième, c’est que notre saxophoniste Mathieu est quelqu’un qui a toujours eu un véritable esprit d’entreprendre. Et c’est un peu lui, qui nous a donné notre dynamique. D’ailleurs, aujourd’hui, il joue un peu moins avec nous, puisqu’il est à la tête du label.

Est-ce que votre longévité vient aussi un peu du fait que vous faîtes du reggae ? C’est une musique de collectif, dans lequel le message est très important, peut-être un peu prémunie des bagarres d’ego ?

à lire aussi : La Rue des Artistes : une prog pour bouncer

C’est vrai que le reggae est une musique très universelle, avec un message universel, et c’est ce qui accroche les gens quel que soit leur âge. Au sein du groupe, on se retrouve effectivement tous, derrière les valeurs qu’on a envie de défendre, c’est l’une de nos forces. Tout ça explique sans doute que notre public soit assez divers, et s’étire aujourd’hui sur 3 générations. En salle, on peut parfois voir des grands parents avec leurs enfants et leurs petits-enfants…

Notre public s'étire sur 3 générations

Parlons un peu de ce dernier album, Rien ne se tait, tiré de la 4e chanson. Ça aurait pu être « tout se sait » ?

Oui, c’est l’idée. Au départ, j’avais envie d’écrire un texte qui porte sur la place de l’Homme dans la nature, ça partait d’une réflexion purement écolo. Et puis, je me suis rendu compte que la période que l’on est en train de vivre nous permet de réaliser plein de choses, non seulement au sujet de l’urgence écologique, mais sur tout ce qui nous entoure : les mœurs changent, la parole se libère, les casseroles finissent par sortir. En résumé, rien ne se tait…

Comme toujours, vous avez enregistré un disque très engagé. Qu’est-ce que tu attends de tes morceaux, une fois qu’ils tombent dans les oreilles du public ? Qu’ils fassent bouger les choses, qu’ils réconfortent les gens ?

Je ne suis pas assez ambitieux pour imaginer que nos titres puissent changer les choses. Par contre, je crois fort au côté fédérateur de la musique, qui permet une réflexion commune, et qui se concrétise en concert : là, nos chansons génèrent des moments de partage, et ça, c’est du concret. On a très souvent affaire à des gens qui viennent nous voir pour nous dire que notre musique les a fait chanter, danser, leur a fait du bien… C’est ça, finalement, l’objectif poursuivi.

Il arrive que le reggae soit dénigré pour ses thèmes de prédilection, comme la paix, la justice, la domination du nord sur le sud, la dénonciation de la pauvreté… Pourtant, ce sont des sujets sur lesquels tout le monde est à peu près d’accord. Comment tu expliquerais cet antagonisme ?

Ce que je sais, c’est que si tu laisses les gens qui sont dans la merde seuls, face à la responsabilité d’en parler… Tu ne vas nulle part. Ca me désole un peu, mais ceux qui portent ce regard-là sont sans doute suffisamment éloignés de toutes ces situations dures et douloureuses pour ne pas en avoir suffisamment conscience, et pour estimer que ce sont des thématiques qui ne valent pas la peine d’être traitées... Cela dit, c’est une réaction humaine. Dès que tu es une personne publique, certains te dénigrent, c’est comme ça, d’une certaine manière, il faut de tout pour faire un monde. De mon côté, j’écris ce que je ressens, et notre démarche est on ne peut plus sincère.

Le premier titre de l’album, « Rendez-nous la justice », traite des violences policières et de ce qui est arrivé à votre ami Max au sortir d’une manif. Une manière pour vous d’exprimer que « ça » n’arrive pas qu’aux autres ?

Oui. On a personnellement expérimenté ça, notre ami est un activiste, mais il s’est vu accuser de quelque chose qu’il n’avait pas commis, et il va le payer toute sa vie. Aujourd’hui, et l’actualité du moment le prouve, les questions qui concernent la police doivent être posées, tant du point de vue des violences, que de la formation, que des fausses accusations…

Vous avez bâti votre carrière sans appui médiatique, excepté les médias locaux ou spécialisés. Comment tu l’expliques, et est-ce que c’est quelque chose qui vous convient ?

D’une manière générale, le reggae est absent de la sphère médiatique. C’est une musique hors du temps, hors des modes. C’est peut-être aussi pour ça que son public est si divers, donc d’une certaine manière, c’est un peu une chance. 95% des groupes qui passent en radio sont signés par des Majors. Certaines de nos chansons sont radio edit, mais on est indépendants, et en plus, on fait une musique plutôt contestataire. Cela dit, on a toujours fait avec. Aujourd’hui, en plus, Danakil n’en a plus vraiment besoin, et j’irais même jusqu’à dire que l’absence de médiatisation fait partie de l’identité du groupe. On a créé un circuit parallèle grâce à notre label, et on n’est pas les seuls. PNL, Nekfeu… Beaucoup aujourd’hui ont choisi l’indépendance, et ne souffrent pas de déficit de notoriété pour autant. C’est un joli pied de nez, et ça permet de n’avoir que les bons fruits de la notoriété, sans jamais se laisser dépasser par le truc.

Un petit mot sur Dub Inc ? On est à Sainté, du coup, on suit de près vos différentes collab…

On travaille ensemble depuis longtemps. On a la même histoire, on a le même rapport à l’indépendance. Je viens de sortir un morceau avec aux qui a bien tourné (« Nos Héros » NDLR). Ils font partie des gens avec qui on aime collaborer, tout comme Yanis Odua. Entre nous, c’est une sorte de concurrence saine.

 

Danakil, plateau partagé avec Karimouche et Los [K]sos, Dans le cadre de La Rue des Artistes.
vendredi 17 juin à partir de 19 heures
Parc Nelson Mandela à Saint-Chamond.

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Mercredi 8 novembre 2023 Ils s’aiment d’un amour impossible qui les mènera tout droit à la mort. Roméo et Juliette, romance la plus connue de tous les temps, mais aussi Opéra de (...)
Mardi 31 octobre 2023 Édition raccourcie mais augmentée pour le festival Face à Face, dont l’objectif reste la visibilisation de la culture LGBTQIA+ et la lutte contre les LGBTQIAphobies. Tour d’horizon de cette 19e.
Lundi 13 novembre 2023 Quatre soirées, quatre artistes féminines, quatre univers, quatre nanas qui, chacune à leur manière, racontent des histoires qu’on a envie d’écouter. Lunar, (...)
Mardi 31 octobre 2023 … Top, je suis le plus ancien festival du territoire ligérien dédié à la chanson francophone ; je régale les habitants de l’Ondaine, de Sainté et même de bien (...)
Lundi 13 novembre 2023 Tandis que les feuilles se font plus orangées, le feu sacré du cirque se pare de ses couleurs les plus flamboyantes grâce aux 7 Collines, version fin d’année.
Mardi 3 octobre 2023 Fini d’attendre, elle est de retour. La Positive Education Festival revient du 31 octobre au 5 novembre. Si elle pose pour la dernière fois ses platines à la Cité du Design, l’heure est à la célébration. Tour d’horizon sur cette 7e édition plus...
Mardi 3 octobre 2023 Pour sa quarante-cinquième édition, les mensurations du Rhino Jazz(s) festival confirment la grande forme de l'animal, avec 41 concerts en 23 jours sur 29 communes. Comme à l’accoutumée, éclectisme et qualité sont au rendez-vous. Passage en revue et...
Lundi 11 septembre 2023 Nous nous réjouissons tous à l'arrivée de l'automne de la cueillette des cèpes, des châtaignes et des mûres pour pouvoir nous offrir un repas gourmand et (...)
Mardi 5 septembre 2023 Le Positive éducation festival revient  du 31 octobre au 5 novembre prochains et investit pour la dernière fois son iconique cathédrale industrielle située (...)
Lundi 24 juillet 2023 Attaché à votre terre, vous voulez découvrir de nouveaux artistes locaux mais vous ne savez pas comment ? Vous êtes chanceux car les 28, 29 et 30 septembre prochains aura lieu la troisième édition du festival PHNMN Fréquences. À cette occasion,...
Vendredi 7 juillet 2023 Les caravanes sont de sortie à Sainté ! Ce vendredi 7 et ce samedi 8 juillet aura lieu la première édition du « Festival Friche en Fête ». Organisé par deux associations stéphanoises, Les Rigoles et l’Amicale laïque du Crêt de Roch, le festival...
Vendredi 30 juin 2023 Toute cette semaine, le cirque s'est invité dans le quartier de Montreynaud à Saint-Etienne. A l’occasion du festival des 7 collines, la troupe guinéenne « Circus Baobab » a proposé des ateliers pour les jeunes gens du quartier. Reportage au gymnase...
Mercredi 5 juillet 2023 5 jours, 5 différents sites d’accueil, de la musique irlandaise, bretonne, hollandaise et autres inspirations celtiques mais aussi des animations médiévales en pagaille à travers la ville… Le festival des Légendes (Roches Celtiques pour les...
Mercredi 5 juillet 2023 Et c’est un deuxième round pour les Estivales du Parc ! Cette année encore, du 5 au 9 juillet ; la ville qui pétille accueille différents groupes de musique (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Alerte orange au Puy-en-Velay du 17 au 23 juillet : des rafales venant des 4 coins du monde sont à prévoir. Veillez à vous munir d’appuis bien solides, vous (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Il y a une trentaine d’années, plusieurs comédiens découvrent la résidence de théâtre de Pélussin. Ils y entrent avec des idées plein la tête et en ressortent avec un (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Si vous aviez prévu une randonnée à Chalmazel pour vous retrouver et profiter du calme, il faudra sans doute repasser. Ce 15 juillet, la station de ski la (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Depuis plus de trente ans, le village de Craponne-sur-Arzon revêt ses habits de lumière le temps d'un week-end estival pour célébrer la culture américaine. Au (...)
Mercredi 5 juillet 2023 1 mois, moult concerts : le festival des Monts de la Madeleine rejoint ses pénates du 15 juillet au 13 août. Zoom sur la programmation, en forme de (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Pour sa 57° édition, les organisateurs du Festival de la Chaise-Dieu ont encore mis les petits plats dans les grands avec des grandes stars, notamment (...)
Mercredi 5 juillet 2023 Enchâssée dans un écrin de verdure, la commune altiligérienne de Sainte-Sigolène possède quelques atouts avec son église néogothique, son musée de la Fabrique (la (...)
Mercredi 5 juillet 2023 À l’origine petite fête de village patronale, l'événement Les Arts s’en mêlent est devenu festival musical ! Sans perdre ni son esprit familial, ni son (...)
Mercredi 5 juillet 2023 La station de Chalmazel regorge parfois d’animations en apparence farfelues : les 8 et 9 juillet, on mélange sport, plaisirs gustatifs et bonne ambiance (...)
Mercredi 28 juin 2023 Formés il y a un an maintenant, les Grisous forment une troupe de théâtre d’improvisation. Ils étaient sept à la création du groupe, ils sont aujourd’hui dix à monter sur scène. Toujours de bonne humeur, ils incarnent le lâcher prise et la légèreté...
Mercredi 5 juillet 2023 Pour la trente-quatrième année, la commune du Monastier-sur-Gazeille fera résonner ses notes cuivrées dans des esthétiques musicales ouvertement éclectiques, au cœur de sites à l'acoustique irréprochable. Au programme jazz, soul, gospel,...
Mardi 18 juillet 2023 Depuis les années 2000, le monde imaginaire et fantastique de la sorcellerie intrigue le monde entier. C’est donc pour célébrer cet univers étrange que l’association « Comme au Temps Jadis » vous invite à la deuxième édition de L’Estrange Festival,...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X