article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

Octobre : Dans le dur

Un mois de cinéma / Ça va passer ou casser dans les salles en octobre ! Entre la reprise de la fréquentation et celle de l’épidémie, parions sur une victoire du cinéma : la quantité et (surtout) la qualité des films mérite qu’on aille les voir. Et ce, même si la violence est souvent au rendez-vous. Petite sélection.

C’est la saison où se bousculent sur les écrans les lauréats de tous les festivals… et les oubliés des palmarès. Ce n’est pas le cas des Dardenne, rarement absents des honneurs. Tori et Lokita (le 5) les ramène au premier plan avec un drame consacré aux MNA (mineurs non accompagnés) exploités par des passeurs et des trafiquants de drogue. Spoiler : ça se termine plus que mal. Mais la situation politique et sociale est-elle si encline à l’optimisme ? Boudé par le jury cannois, R.M.N. (le 12) de Cristian Mungiu traite lui aussi d’étrangers discriminés : ici, de la main-d’œuvre srilankaise ostracisée par une petite communauté de Transylvanie. Quand l’Homme s’acharne sur plus misérable que lui, et crée des meutes de bourrins xénophobes prêts à soulager leur misère ordinaire en se défoulant sur des étrangers.

à lire aussi : L'Innocent : Mon beau-père et moi

Pas d’étrangers, mais des femmes, victime d’un gérant de bowling se découvrant une “vocation” de serial killer dans le nouveau Patricia Mazuy, Bowling Saturne (le 26). Un polar balançant entre l’écarlate et le noir profond, où il est question de chasse et de gibier, d’autant plus retors que le pervers est traqué (sans qu’aucun des deux ne le sache) par son propre demi-frère, flic et… propriétaire du bowling.

Restons en famille avec Une femme de notre temps (le 5) polar étonnamment chabrolien signé par Jean-Paul Civeyrac, dans lequel une commissaire de police partie surprendre les ébats de son mari adultère se retrouve embringuée dans un meurtre autant qu’elle est piégée par son passé. Un thriller inquiétant, et onirique, dominé par une Sophie Marceau forte de toutes ses faiblesses. Encore une petite dose de tromperies et de manigances (mais matinées d’hystéries) avec Mascarade (le 26) intrigue à tiroirs sur la Riviera dans l’esprit Wilder-Mankiewicz, saupoudrée par Adjani et dirigée Nicolas Bedos, avant de conclure par deux longs métrages à dominante dramatique “inspirés de faits réels“.

à lire aussi : Rentrée ciné 2022 : À manger, à boire… et à vomir aussi

Novembre (le 5) suit sous forme de chronique l’immédiat après “attentats du 13 novembre 2015“ au sein de la DGSE. Cédric Jimenez déploie une maîtrise de l’espace et du temps peu communes dans le cinéma hexagonal et fait de ce sujet brûlant un authentique thriller, sans sensationnalisme ni obscénité. Même pudeur respectueuse chez Olivier Dahan pour Simone, le voyage du siècle (le 12) portrait-biopic de Simone Veil, dans lequel Rebecca Marder, qui interprète la femme politique jeune, emporte tous les suffrages.

De l’espoir, quand même…

Il y a aussi de quoi conserver un peu de soleil à l’âme malgré tout. Même dans Un beau matin (le 5) de Mia Hansen-Løve, narrant notamment la déchéance physique du père de l’héroïne. Mais il s’agit par ailleurs de la reconstruction amoureuse de cette trentenaire, s’achevant sur un horizon dégagé et lumineux — une fois n’est pas coutume. Donnant également foi aux lendemains (qui chantent), Reprise en main (le 19) montre comment une troupe d’ouvriers fauchés mais décidés parvient à reprendre son usine en faisant la nique à un fonds vautour. La première fiction de Gilles Perret est idéaliste, mais on a envie d’y croire.

[Rêve de gosse ayant grandi sans rien lâcher de ses souvenirs de spectateur, Jack Mimoun et les secrets de Val Verde (le 12) est la bonne surprise de et avec Malik Bentalha, une comédie d’aventures réussie farcie d’humour et bien fréquentée (téma le générique !). Et parce qu’il en faut aussi pour le jeune public, terminons sur le nouveau Michel Ocelot, une collection de trois contes animés sobrement baptisée Le Pharaon, le Sauvage et la princesse (le 26) renouant avec ce qui a toujours fait l’originalité et la beauté de son travail.]

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Vendredi 29 octobre 2021 Traditionnellement d’une haute densité qualitative, cette fin d’année bat des records en accueillant des films bloqués depuis… début 2020 ! Une aubaine pour le public, mais un risque non négligeable pour des œuvres qui risquent de se dévorer les...
Mercredi 6 novembre 2019 La main en carapate de "J’ai perdu mon corps" donne-t-elle le “la“ de ce mois de novembre ? C’est à se demander, face à la somme d’étrangetés visibles sur les écrans. Pour le meilleur, comme pour le pire…
Mercredi 31 octobre 2018 On le sait, voir n’est pas regarder. Ainsi, il est des films qu’on peut laisser filer d’un œil distrait et d’autres à scruter. Et puis d’autres encore, où la question d'un regard attentif se révèle cruciale…
Lundi 4 juin 2018 Les jumelles d'Ibeyi viendront défendre leur deuxième album "Ash" sur la scène du Fil le 30 novembre prochain. Révélé par le titre River en 2014, (...)
Vendredi 4 novembre 2016 Poirier, au F2 Basses puissantes, rythmes et musiques tropicaux, ... le Québécois Ghislain Poirier, devenu Poirier tout simplement, fait toujours (...)
Mardi 1 novembre 2016 L’entêtement est-il une qualité, ou bien un défaut ? Si l’on en croit Paracelse, « c’est la dose qui fait le poison ». En tout cas, les films de novembre montrent combien un acharnement peut se révéler vertueux ou délétère…
Jeudi 24 mars 2016 Le Belge Arnold Charles Ernest Hintjens, plus connu sous le nom d'Arno, sera sur la scène de la Forge au Chambon-Feugerolles le samedi 19 novembre (...)
Mardi 3 novembre 2015 07.11.15 Guts live band [+ Asagaya] Il est un peu le Philippe Noiret du hip hop. Le bienheureux Guts crée des sons depuis plus de 25 ans. Co-fondateur (...)
Mardi 3 novembre 2015 On dit que le premier geste est souvent le bon. Pourtant, au cinéma, cette règle est souvent contredite : on ne compte plus les remakes, reboots, ni les relectures de l’Histoire ! Parfois pour le meilleur, souvent (hélas) pour le pire… Vincent...
Mardi 4 novembre 2014 29.11.14 High Tone + Dubmatix + Tetra Hydro K +...Du lourd, du très lourd. Attention, les Lyonnais d'High Tone sont revenus. Avec leur album Ekphrön (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter