article partenaire
Nouveau cratère sur Mars

France-Algérie, 60 ans de non-dits

Histoire / Grenoble est l’une des seules villes de France à célébrer sur une année complète le 60e anniversaire de l’indépendance de l’Algérie, à l’initiative d’associations locales. Une programmation culturelle dense, dans l’espoir d’ouvrir le dialogue sur ce qui est toujours un énorme tabou : la colonisation et la guerre d’Algérie. 

Une somme de douleurs et des non-dits. L’histoire de la France et de l’Algérie est encore à vif chez ceux qui y sont liés d’une manière ou d’une autre. Illustration : l’utilisation du mot "indépendance", dans le titre du programme culturel dédié aux 60 ans de la fin de la guerre, n’a pas été sans mal pour certaines mairies. « Il a fallu plusieurs réunions pour décider qu’au final, l’indépendance de l’Algérie était une bonne nouvelle », confie Mariano Bona, de l’association Algérie au Cœur et du collectif isérois 17 octobre 1961. Dans les livrets de présentation de cette série d’événements qui rythme l’année 2022 dans (désormais) sept communes de l’agglomération, chaque mot a été pesé avec soin. Mais on y est arrivé : avec Marseille, Grenoble est la seule ville à célébrer sur l’année entière les 60 ans de l’indépendance de l’Algérie. « Il faut reconnaître un certain courage politique des villes engagées, dans le climat actuel. »

Qu’il est lourd, le climat actuel. La fièvre sur les relations Algérie-France ne date pas d’hier, certes ; mais le paysage politique et médiatique, aujourd’hui, n’est pas propice à l’apaisement. « On a un Zemmour qui est capable de dire que la colonisation était une très bonne chose, Marine Le Pen dont le parti est directement lié à l’OAS… Ça se dégrade », constate Mariano Bona. Dans ce contexte, Djilali Khedim, responsable de la branche culturelle de l’association Asali, se dit « agréablement surpris » de l’accueil réservé par la mairie de Grenoble, « avec qui nous n’avons pas spécialement d’atomes crochus », à cette proposition émanant de plusieurs associations. « On leur a peut-être, aussi, enlevé une épine du pied... » La Maison de l’International s’est saisie du dossier et a coordonné le tout entre les différentes villes, pour aboutir à ce riche programme de spectacles, expositions, conférences, projections, finalement intitulé  Algérie 1962-2022 - Fin de la guerre et indépendance - des récits et des solidarités en partage. 

Toutes ces souffrances sur les deux rives, qui se transmettent de génération en génération, ont droit de cité. Toutefois, on ne peut pas dire n’importe quoi sur les vérités historiques.

L’ambition ? Contribuer, grâce à la culture, à « réconcilier les deux sociétés, parce qu’on ne croit pas trop aux politiques, ni d’un côté ni de l’autre ». Djilali Khedim souligne, dans son éditorial, que cet anniversaire célèbre « avant tout une victoire sur le colonialisme pour l’Algérie et pour tous les peuples ». « L’histoire, ce n’est pas la guerre récente. La guerre, c’est une guerre, avec des débordements de part et d’autre. Elle a été difficile, mais pas plus qu’une autre. Par contre, la colonisation… »

La chape de plomb demeure, 60 ans après. « Or, une part importante de la population française a à voir avec l’Algérie », reprend Mariano Bona. « Avec les enfants et les petits-enfants, on parle de 10 à 12 millions de personnes. Harkis, pieds-noirs, migrants, descendants des combattants… Toutes ces souffrances sur les deux rives, qui se transmettent de génération en génération, ont droit de cité. Toutefois, on ne peut pas dire n’importe quoi sur les vérités historiques. »

Les deux hommes entendent encore, en 2022 à Grenoble, dire que c’est la France qui a construit l’Algérie. « Un tiers de la population a été tuée, le niveau d’alphabétisation a complètement chuté… », liste Mariano Bona. « On enfermait les gens dans des grottes et on les enfumait », rappelle Djilali Khedim. « Ce n'est pas entendable. » Faut-il une repentance, terme abhorré des responsables politiques ? « Il ne s’agit pas de repentance, mais de reconnaissance. Quand Chirac fait son discours sur le Vel d’Hiv, personne ne parle de repentance. »

Jeunesse française, jeunesse algérienne

En Algérie, les deux hommes regardent cette jeunesse (72% des Algériens ont moins de 30 ans) dont le Hirak de 2019, un mouvement pacifique qui a surpris le monde entier, a fait tomber Bouteflika – sans changer en profondeur le système en place, coupé par la crise sanitaire. « Je compare l’Algérie à la Russie actuelle », explique le médiateur d’Asali. « À force de vivre avec un marteau au-dessus de la tête, la majorité croit tout. » Mariano Bona, dont l’association Algérie au Cœur a été créée pour soutenir les intellectuels, journalistes ou opposants emprisonnés, acquiesce. « On est dans un pays qui a monumentalisé le passé, qui a construit non pas pour les fils, mais pour les pères. La jeunesse d’aujourd’hui tente de reprendre le fil de ce qui lui a été confisqué. » Une « rente mémorielle », comme le disait notre président ? « Il n’a pas tort », répond Djilali Khedim. « Mais ici aussi, il y a une rente mémorielle. »

En France, les deux hommes regardent cette jeunesse, algérienne ou d’origine algérienne, qui voit son histoire édulcorée par le "récit national". Et reste largement discriminée, sur son patronyme ou son adresse, pour l’accès à l’emploi, au logement, à l’espace public... Pas d’angélisme pour autant : « Lors d’une table ronde à Échirolles, une dame qualifiait les jeunes des quartiers d’aujourd’hui d’indigènes de la République. Ils sont à l’école, ont droit à des bourses… Être indigène de la République, je sais ce que c’est », tranche Djilali Khedim. « Il faut faire attention aux fantasmes qui peuvent se développer chez la jeune génération en France, qui s’informe sur internet... » Habitant Grenoble depuis 1984, il raconte qu’aujourd’hui encore, il ressent un froid quand, dans une soirée, il se dit algérien. « L’histoire est tue et déformée. »

Quelle déception, alors, de voir qu’Emmanuel Macron a célébré il y a quelques jours les 100 ans de la Mosquée de Paris, symbole ultime… sans caméras. Cette mosquée bâtie par l’État français en l’honneur des tirailleurs indigènes de 14-18, lieu de culte musulman qui a caché des juifs pendant la Seconde guerre mondiale, et qui a accueilli un temps, dans son hammam, la communauté gay parisienne, est courtisée par les bobos pour son thé et par les instagrammeurs pour sa beauté… « Faire ça en catimini… » soupire Mariano Bona.

« La parole politique est le squelette de l’histoire. Il y a une tension, il faut que l’État dise quelque chose pour avancer. » Et autre chose que de comparer la relation France-Algérie à une « histoire d’amour qui a sa part de tragique », citation d’Emmanuel Macron à Alger, cette année. Lui qui avait suscité autant l’espoir que le tollé, en 2017, en qualifiant la colonisation de « crime contre l’humanité ». Pour Mariano Bona, le temps presse. « Il y a une demande de la génération actuelle, elle est prête à parler, et sans exaspération. Chez les jeunes, il n’y a pas de blocage. C’est la troisième génération, ce n’est pas leur vie. On a un pouvoir politique qui est en retard sur la société, et ça, on va le payer. »

La culture est l’une des clés, selon Djilali Khedim. « La culture est neutre, c’est une passerelle. On le voit avec DJ Snake, qui a montré une autre Algérie dans son clip, ce qui a poussé plein de jeunes à s’y rendre. »  Et de conclure : « Les secrets de famille, ça finit toujours par sortir, et en général ça fait des dégâts. »

Algérie 1962-2022 - Fin de la guerre et indépendance - des récits et des solidarités en partage programme complet sur www.grenoble.fr

 

à lire aussi

derniers articles publiés sur le Petit Bulletin dans la rubrique Actus...

Mardi 26 avril 2022 La Ville de Lyon et la Métropole réglementent l’offre en matière de logements meublés touristiques longue durée dans un hyper centre lyonnais assez large. Excellente nouvelle pour les habitants.
Mardi 26 avril 2022 Toujours là, ces types en costards Paul Smith et pompes en cuir qui brille. Toujours là, ces poignées de mains viriles à qui serrera le plus fort. Toujours là, (...)
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Vendredi 1 avril 2022 Son identité fait l’objet de spéculations depuis toujours, on l’imagine britannique, cinquantenaire, lié au monde du graff ou même de la musique… Symbole de (...)
Mercredi 30 mars 2022 On l’a compris : après les rayons de soleil et les terrasses de la semaine passée, ce week-end, il va falloir ressortir les moufles et les doudounes. Désespérant ? Un peu… Mais pas au point de ne pas bouger du canapé !
Mercredi 30 mars 2022 Il faut souvent chercher loin pour trouver les propositions ou les déclarations des candidats à l'élection présidentielle sur la culture (et parfois, sans résultat). Tour d’horizon, à quelques jours du scrutin, des mesures promises par chacun des...
Mercredi 30 mars 2022 Il te dirait quoi, ton Toi d’il y a 20 ans, s’il te croisait dans la rue ? « Sympa tes cheveux comme ça », « Dis donc t’as pris du (...)
Mardi 15 mars 2022 Trois jours de musique, de concerts et de rythmes effrénés… Trois jours de joie, de partage, et de danses endiablées… Et puis aussi, trois jours de bière à grandes goulées (on le sait, pas la peine de se cacher). Cette année, au Foreztival, c’est de...
Mardi 8 mars 2022 Les présélections du tremplin musical ligérien Nos Talents sur Scène ont démarré jeudi dernier au Pax, et se dérouleront tout au long du mois de mars, dans différents lieux de Saint-Etienne et de la Loire. Des soirées pour soutenir de tout jeunes...
Mardi 1 mars 2022 Que se passe-t-il dans les salles obscures, lorsque le public n’y est pas ? Avec ou sans contrepartie, la plupart des structures ont pour habitude de mettre leur scène à disposition des artistes pour des périodes de « résidence ». Ou...
Vendredi 11 février 2022 Une Victoire dédiée à leur père "là-haut derrière le soleil", des bisous à leur frère, à leur mère, à mémé. Les larmes aux bords des yeux et de l'émotion dans la voix, les deux (...)
Mercredi 9 février 2022 Un appel à candidature pour un concours, des castings, des ateliers… Dans la rubrique Petites Annonces du Petit Bulletin, vous trouverez tous les appels à participation des structures culturelles du département. Comme le Bon Coin, mais en plus...
Mardi 8 février 2022 Bifurcations. C’est le nom donné à la biennale du Design, qui aura lieu du 6 avril au 31 juillet 2022. Au menu : une réflexion sur les changements possibles de notre société, traduite en expositions à la cité, mais aussi dans toute la métropole...
Jeudi 3 février 2022 Après une première annonce il y a quinze jours, le Foreztival poursuit sur sa lancée éclectique, en dévoilant la suite de sa programmation. A l’affiche le (...)
Mardi 1 février 2022 2020 : bien pourrie. 2021 : moyen pourrie, mais quand même pourrie. 2022 : incertain, mais ça part pas très bien. On est crevé, on traine des (...)
Mardi 1 février 2022 Faire rire sans faire mal à ceux qui n’ont rien demandé : alors que l’impertinence agit comme un exutoire à la sinistrose ambiante, les humoristes marchent sur un fil… Qui peut rompre à tout moment s’il n’a pas au préalable été suffisamment...
Mardi 30 novembre 1999  L'année "Capitale française de la culture" a été lancée à Villeurbanne, en présence de Roselyne Bachelot. Au-delà de quelques marqueurs événementiels, c'est surtout du côté des dispositifs pérennes qu'il faut regarder, à l'instar des minimix,...
Mardi 11 janvier 2022 2022, tout va mieux ? Pas si sûr, pour un certain nombre de professionnels de la culture, qui une fois de plus se voient contraints de slalomer entre plusieurs pièces d’un bon casse-tête. Assis, on t’a dit !

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter