article partenaire
Pic étoilé dans M16

Inflation : un marché de Noël entre magie et hausse des prix

Éco / Si l’esprit de Noël s’est installé depuis près d’un mois sur le marché dédié du centre-ville de Saint-Étienne, les prix qui galopent restent pourtant dans toutes les têtes. Par Baptiste Magat

À Saint-Etienne, sur les places de l’Hôtel-de-ville et Jean-Jaurès, la magie des fêtes est bel et bien présente à quatre jours de la veillée de Noël. En cette première semaine de vacances, petits et grands se rassemblent, profitant de l’ambiance festive : musique de Noël, sapins décorés de boules et de guirlandes de toutes sortes, couleurs aux tons des fêtes, patinoire, piste de luge et bien d’autres choses font en effet le bonheur des familles, des couples, des groupes d’amis, qui viennent se fondre dans cette atmosphère hors du temps. Les odeurs qui proviennent des stands de nourriture embaument les places et le cœur des passants, gravant alors des souvenirs dans leur mémoire pour les années à venir.

à lire aussi : Climat anxiogène, version 2 : l'inflation

Mais, malgré l’ambiance de fête présente depuis bientôt un mois, l’augmentation des prix des produits vendus par les commerçants due à l’inflation, amène les visiteurs novices et les habitués du marché à revoir leur mode de consommation pour ne pas revenir avec le porte-monnaie vide et la sensation de ne plus pouvoir profiter de rien, sans payer des fortunes. « On se fait plaisir de temps en temps, cela reste raisonnable expliquent Sara et Marwa, deux jeunes femmes qui sont des habituées du marché de Noël. Le prix des châtaignes grillées n’a pas forcément augmenté, du moins ce n’est pas excessif » continue l’une. Pour elles, le marché de Noël est une tradition, et l’inflation n’impacte pas forcément leur consommation. 

Tradition intacte, conso à la baisse

Mais sur le stand de Carine, vendeuse de décorations de Noël, son mari n’est pas du même avis : « Le fait que l’électricité soit à notre charge, plus le contexte économique actuel, cela à des répercussions sur les tarifs fixés sur nos produits et le tarif global ». Un peu plus loin, Jean, vendeur de thés du monde et d’accessoires pour les boire, a quant à lui décidé de procéder différemment : « L’inflation et l’électricité n’ont aucune répercussion sur nos prix, nous prenons sur notre marge, nous dit-il. Malgré le fait que les gens consomment moins que les années précédentes, cette année reste correcte. On en a connu des mieux, mais on en a connu des pires ! »

à lire aussi : Christmas time!

Reste que, pour ces commerçants, il est clair que les gens achètent peu, par rapport aux années précédentes : « Les gens consomment beaucoup moins, ils ne font que passer, nous confesse le cœur lourd Gérard*, gérant d’un cabanon de gourmandises… Ce n’est pas une bonne année ». Eux qui jouent gros durant cette période de fêtes, espèrent ainsi vendre beaucoup pour pouvoir payer l’emplacement qu’ils louent durant un mois, l’électricité… Une inquiétude que les clients comprennent, à l’image de Marie et Christine, deux habituées du marché de : « Tous les prix n’ont pas forcément augmenté mais nous comprenons que certains doivent vendre leurs produits à des prix plus élevés. Il est certain que je me limite dans mes achats par rapport aux années précédentes, je fais plus attention ».

Cette année, le marché de Noël souffre donc de l’inflation, imposant aux commerçants et aux passants de modifier leurs manières de vendre et de consommer… Rien qui n’entache, malgré tout, l’innocence infantile d’un esprit de Noël, présent dans le cœur de chacun.

*prénom modifié

 

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

Lundi 5 décembre 2022 Le premier fils, Dimitri, impétueux, sanguin et violent, est le rival de son père, entiché de la même femme que lui. Le second, Ivan, cynique intellectuel athée (...)
Mardi 26 avril 2022 De confinements en couvre-feux, la pandémie aurait presque fait oublier qu’un festival de musiques est avant tout un temps de convivialité partagée, entre amis, dans une foule de mélomanes raisonnablement...
Mardi 26 avril 2022 D’un point d’ancrage à un autre, l’artiste stéphanois porte en lui l’errance joyeuse de ceux qui savent accueillir la vie. Des sens en éveil, une gamberge qui va loin quitte à prendre son temps : portrait d’un poète en quête d’infini.  
Mardi 26 avril 2022 Comme chaque mois, le Méliès Saint-François vous convie à sa grande soirée Quiz, dédiée cette fois-ci (...)
Mardi 26 avril 2022 Voici une belle promesse que nous fait l'Opéra de Saint-Etienne. Tout le monde connaît l'histoire de Lancelot, chevalier de la Table (...)
Mardi 26 avril 2022 Fatigue passagère et moral dans les chaussettes ? La rédaction du Petit Bulletin est là pour prendre soin de ses lecteurs, avec un traitement imparable : les concerts. Et quoi de mieux que le Paroles & Musiques pour se...
Mardi 26 avril 2022 Plus on progresse, plus on se fait du mal et plus on se tue, à petit feu. Avec Bienvenue dans l’espèce humaine, Benoît (...)
Mardi 26 avril 2022 Gerard Watkins revisite le chef-d’œuvre shakespearien à travers le prisme des sixties : pantalons pattes (...)
Mardi 26 avril 2022 Hugo, 23 ans, étudiant en sciences humaines, oscille entre ses origines algériennes et françaises. Lorsque sa mère le (...)
Mercredi 13 avril 2022 Direction le restaurant de la Cité du Design pour un menu du jour digne d’une bonne brasserie avec une vue sur un jardin d’hiver étonnant.
Mercredi 6 avril 2022 Le thème : Bifurcations. La promesse : quatre mois de grande fête autour du design, à laquelle tous les Stéphanois pourraient prendre part. Les questions : la biennale Design sera-t-elle accessible à tous les publics, suffisamment...
Mercredi 6 avril 2022 Troupe amateure mais aussi qualitative que les pros, la LISA organise dès dimanche sa semaine de l’impro, avec au menu, différentes formules… Et pas mal de rigolade.
Mercredi 6 avril 2022 Envie de bamboche, d’une ambiance festive, et de gros son ? Check la liste des soirées qui arrivent, et prépare ton agenda (et ta tenue de gala) : ça sent la grosse bringue.
Mardi 29 mars 2022 Par Sibylle Brunel. Quand les petites bêtises entrainent les grosses, il est difficile de prouver que l’on peut encore répondre à la norme. A-t-on seulement (...)
Mardi 29 mars 2022 Des dernières Biennales Design stéphanoises aux salons du Conseil de l’Union Européenne à Bruxelles, la créatrice textile Jeanne Goutelle marque peu à peu de son empreinte colorée et responsable une œuvre où le réemploi de tissus industriels permet...
Mardi 29 mars 2022 Durant les quatre mois qui vont suivre, la Biennale Design de Saint-Étienne nous invite à « bifurquer ». Envisager la société telle qu’elle est, l’envisager ensuite telle que l’on aimerait qu’elle soit… Puis envisager les chemins possibles...
Mardi 29 mars 2022 Notre civilisation s’effondre, tous les scientifiques le disent. Oui mais alors… Que faire ? Vaste sujet, pourvu que l’on (...)
Mardi 29 mars 2022 Et si la décolonisation n’avait été qu’une succession d’échecs dont on voit et paie encore les pots (...)

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter