Les films sortis en salle le 25 janvier

À voir

★★★☆☆  Interdit aux chiens et aux Italiens 

Issu d’une famille venue d’Italie pour fournir à la France ses mains de chantiers en chantiers et ses vies de guerre en guerre, Alain Ughetto raconte le parcours du “fondateur“ de sa dynastie, Luigi, dans ses allers-retours à travers les Alpes jusqu’à son implantation définitive dans l’Hexagone…

à lire aussi : Rentrée ciné : Assaut sur 2023 !

Par ailleurs narrateur de ce très délicat film d’animation en stop-motion, Alain Ughetto a choisi un parti-pris aussi poétique qu’intelligent pour accompagner “physiquement“ son récit et matérialiser l’idée de la transmission : sa main de chair et d’os apparaît à plusieurs reprises dans le champ pour remettre des objets aux marionnettes représentant ses aïeux. Cette continuité manuelle, entre l’artiste et le travailleur appuie l’idée de la transmission de flambeau comme elle rappelle l’artisanat organique de l’animateur. Ce supplément d’humanité tranche d’autant plus avec l’inhumanité que subirent les Italiens lorsqu’ils arrivèrent en France (et qui donne son titre révulsant au film). Histoire personnelle, la saga des Ughetto est celle de tous ceux que l’espoir d’un ailleurs prometteur conduit sur les inhospitalières routes de l’exil. En cela, elle est universelle et contemporaine — et aurait mérité davantage que le Prix du jury long métrage à Annecy en juin dernier.

Animation de Alain Ughetto (Fr.-It.-Sui., 1h10) avec les voix de Alain Ughetto, Ariane Ascaride…


★★★☆☆ Divertimento 

1995. Élevées dans le culte de la musique classique, les jumelles Zahia et Fettouma Ziouani intègrent en virtuose à 17 ans un lycée des beaux quartiers parisiens. Mais on les toise parce qu’elles viennent de Seine-Saint-Denis. Surtout Zahia, qui manifeste l’ambition de devenir cheffe d’orchestre. Loin d’être découragée, elle va monter une formation symphonique : Divertimento…

Biopic (un brin romancé) d’une cheffe d’autant plus emblématique que Zahia Ziouani a dû combattre plusieurs plafonds de verre pour accéder à son rêve — être une femme d’origine arabe et modeste, on peut difficilement cumuler plus de *handicaps* pour le milieu über conservateur de la musique classique.  Construit à la manière américaine — c’est-à-dire dans le souci de valoriser une personnalité appelée à réussir et devenir une role model en dépit d’un parcours semé d’embûches —, Divertimento se démarque de ce format classique par son travail sur la restitution de la perception musicale exceptionnelle de la jeune femme : le moindre bruit urbain fait écho chez elle à un rythme, à une mélodie… Chapeau au mixage et à l’ingé son pour ce travail d’orfèvre. Autre bonne idée, avoir demandé à Niels Arestrup de camper le mentor rogue Sergiu Celibidache : au-delà de la ressemblance physique, il avait déjà interprété un chef d’orchestre jadis dans La Tentation de Venus de Istvan Szabo (1991).

De Marie-Castille Mention-Schaar ( vec Oulaya Amamra, Lina El Arabi, Niels Arestrup


★★★☆☆ La Famille Asada

Chez les Asada, chacun a un rêve enfoui et enfui, que le fils Masashi ressuscite en mettant en scène tous les membres de sa famille dans des photos tendres et cocasses, racontant leur vie au fil du temps. L’insouciance relative de l’artiste va se heurter au drame du tsunami de 2011 qui, étonnamment, donnera un sens nouveau à ses photographies …

Si cette chronique douce-amère d’une famille fantasque débute par une veillée funéraire, elle n’a rien de plombant, bien au contraire ! Basculant du burlesque au touchant, le récit déborde vite le cadre nippon pour tendre à l’universel : les problématiques de fratrie, d’amoureux transi, de vieillissement des parents et de mémoire collective concernent en effet tout un chacun, peu importent les frontières. Inspiré d’une histoire authentique, ce film à “double détente” (comme le clic-clac d’un appareil photographique) ressemble à une méditation philosophique qui aurait revêtu les habits quotidiens d’une farce pour mieux passer inaperçue et cueillir ses spectateurs. Laissez-vous surprendre.

De Ryôta Nakano (Jap., 2h06) avec Kazunari Ninomiya, Makiko Watanabe, Satoshi Tsumabuki…

pour aller plus loin

vous serez sans doute intéressé par...

restez informés !

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

En poursuivant votre navigation, vous acceptez le dépôt de cookies destinés au fonctionnement du site internet. Plus d'informations sur notre politique de confidentialité. X