Tim Story

ECRANS | Tim Burton, cinéaste, poursuit avec Sweeney Todd l'exploration de son univers gothique, baroque et poétique, en compagnie de son alter ego de comédie Johnny Depp. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 6 février 2008

Dans les années 80, le cinéma américain ne brillait ni par son audace, ni par sa folie. Alors que des cinéastes en costard cravate tournaient des produits plus lisses que le marbre toscan, et que Top Gun ou Le Flic de Beverly Hills triomphait au sommet du box-office, un garçon mal rasé et coiffé en pétard, ado attardé et geek complexé, mettait un joyeux bazar sur les écrans avec deux films déjantés : Pee Wee's big adventure et Beetlejuice. Décors factices soigneusement de traviole, personnages improbables aux obsessions déroutantes, univers morbide ou haut en couleurs : la légende Tim Burton était née.

La force tranquille

23 ans plus tard, Tim Burton, qui va aujourd'hui vers la cinquantaine, n'a pas changé de coiffeur ; ses lunettes aux verres colorés sont aujourd'hui résolument sombres, et la panne de rasoir s'est transformée en bouc poivre et sel habilement taillé. Pendant la conférence de presse qu'il donne pour la sortie de Sweeney Todd, face à des journalistes unanimement conquis, il gère peinard son capital sympathie. Comme les frères Coen, comme David Lynch, Burton n'est pas du genre à commenter le sous texte de ses films, à se livrer à des exégèses poussées de leurs thèmes récurrents, ou même, comme il le souligne avec malice, à faire «une psychanalyse» en public. Il faut se contenter de maigres confidences sur son parcours.

Par exemple, quand son compère Johnny Depp lui dresse des lauriers («Hollywood a essayé de faire plier Tim, mais n'y est jamais arrivé»), il rectifie mezzo voce : «Quelques fois quand même, mais je préfère ne pas m'attarder là-dessus». Ou encore ce commentaire sur sa confiance actuelle dans son équipe et ses qualités de metteur en scène : «Plus de story-board comme avant, juste le travail avec les acteurs sur le plateau. Quelques dessins pour visualiser les éléments pendant la préparation, mais c'est vraiment quand les comédiens sont en costumes dans les décors que les choses se mettent en place». Burton heureux, comblé, et peut-être enfin récompensé : Sweeney Todd vient de rafler deux golden globes et pourrait repartir avec une poignée d'oscars.

Acteurs plastiques

En fait, le tournant de la carrière de Burton, ce n'est pas le succès de Batman, blockbuster plutôt guindé auquel il donnera une suite nettement plus personnelle (Batman le défi) ; c'est ce conte de fée gothique qu'est Edward aux mains d'argent. Il y croise pour la première fois la route de Johnny Depp ; la fusion est instantanée, évidente.

Récit de Depp : «Une énergie, une connexion naturelle et immédiate s'est instaurée entre nous, même si je pensais qu'il ne me choisirait jamais pour ce rôle». Version de Burton : «Je ne connaissais pas le travail de Johnny, je ne regardais pas 21 jump street tous les soirs. Sans penser au futur, car ça ne se passe jamais comme ça, je me suis juste dit qu'il était à 100% le personnage d'Edward». Il sera ensuite à 100% Ed Wood, Ichabod Crane dans Sleepy Hollow, Willie Wonka dans Charlie et la Chocolaterie et aujourd'hui Benjamin Barker/Sweeney Todd, le barbier assassin et ivre de vengeance. Peau blanchâtre et coiffures impossibles, Depp se plie à la fantaisie plastique de Burton, lui apportant une souplesse et une candeur juvéniles.

«Depuis Edward aux mains d'argent, j'ai toujours parlé avec Johnny des grands films d'horreur classiques, ceux dans lesquels jouaient Boris Karloff ou Peter Lorre. C'est de là que provient mon envie de laisser le dialogue s'instaurer par les yeux des acteurs ou par la musique plutôt que par les mots». Une complicité que l'on retrouve avec les actrices-compagnes de Burton, la longiligne Lisa Marie et aujourd'hui la très rock Helena Bonham Carter.

Sur Sweeney Todd, Burton a élagué le scénario de la plupart de ses parties jouées, préférant les purs moments visuels et les nombreuses séquences musicales. Sans pour autant renoncer à son goût pour le mélange entre féerie et éclats gore. «C'est comme si Edward était devenu méchant et aigri après des années à subir des brimades...»

Freaks & Geeks

Avec Johnny Depp, Burton a élaboré la grande figure qui traverse tout son cinéma : celle du marginal rejeté par l'autorité, la foule ou le système, et qui peu à peu reconquiert sa dignité et son identité. Obstinés, naïfs, ou les deux, les personnages de Burton rament à contre-courant, sont régulièrement ramenés vers le rivage puis continuent à se battre. Mais, comme le résume Johnny Depp, «la signature de Tim est partout». C'est une évidence, même dans des films de commande mal-aimés comme La Planète des singes ou Mars attacks. Le plus étonnant étant qu'à quelques revers près, Burton est resté un cinéaste populaire et influent, ayant été cité (pillé) par toute une génération de cinéastes et d'artistes (il n'y a qu'à regarder la production de courts-métrages 3D pour voir à quel point il est presque impossible de sortir de cette référence écrasante).

En 2008, si le cinéma américain est si riche et inventif, il le doit plus à des cinéastes comme Tim Burton qu'aux serpillières clonées par les studios hollywoodiens.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Big Eyes

ECRANS | De Tim Burton (ÉU, 1h47) avec Amy Adams, Christoph Waltz, Danny Huston…

Christophe Chabert | Mercredi 18 mars 2015

Big Eyes

Il n’y a pas de scandale à dire que la carrière de Tim Burton a, depuis dix ans, pris du plomb dans l’aile. Entre serment d’allégeance à l’empire Disney — Alice au pays des merveilles — et déclinaison paresseuse de son propre style — Sweeney Todd, Dark Shadows — l’ex-trublion semblait rangé des voitures, VRP d’une signature graphique vidée de sa substance subversive. La surprise de Big Eyes, c’est qu’il marque une rupture nette avec ses films récents. Il y a certes, dans cette histoire certifiée Amérique des sixties, des pelouses verdoyantes devant des pavillons soigneusement alignés, des coupes de cheveux parfaitement laquées et des peintures bizarres d’enfants à gros yeux — celles que dessine Margaret Keane mais que son escroc de mari va s’approprier, et avec elles gloire, argent et carnet mondain ; ce n’est toutefois qu’une surface de convention, dictée par l’authenticité du fait-divers raconté plutôt que par une volonté auteurisante. Car Big eyes relève d’un storytelling très sage, presque plat, comme si Burton jouait profil bas pour se faire oublier derrière son intrigue et ses personnages. I

Continuer à lire

Michael Mann et Tim Burton : des auteurs plus à la hauteur

ECRANS | Hasard du calendrier, le 18 mars sortent en même temps Hacker de Michael Mann et Big Eyes de Tim Burton. Deux films qui éclairent de manière passionnante la carrière de leurs auteurs, tout en laissant un goût de frustration. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 3 mars 2015

Michael Mann et Tim Burton : des auteurs plus à la hauteur

Alors qu’ils régnaient sur le cinéma américain des années 80 et 90, cumulant reconnaissance critique et succès publics, Tim Burton et Michael Mann ont décroché au cours des années 2000, doublés par de jeunes cinéastes ayant fait des choix sans doute plus clairs entre l’indépendance farouche et l’ambition mainstream — Fincher, Nolan, Wes et P.T. Anderson, Spike Jonze. Il y avait donc une curiosité légitime à les voir tenter un come-back en cette année 2015, Mann avec le cyber-thriller Hacker et Burton avec Big Eyes, où il retrouve les deux scénaristes d’Ed Wood. Auto-parodies ou autocritiques ? Avec Michael Mann, son histoire de guerre entre pirates informatiques est, si on s’en tient à son scénario, pas loin du naufrage. Les personnages ont beau s’agiter dans tous les sens, parcourir la moitié de la planète et même ébaucher une histoire d’amour, l’intrigue est aussi passionnante que des lignes de code dans un ordinateur. Sans parler d’un Chris Hemsworth adepte de la gonflette et de la punchline, fantôme ringard du cinéma sous hormones des années 80. Mann recycle ses vieux thèmes et ses figures les

Continuer à lire