«Des sentiments, pas de sentimentalisme»

ECRANS | Stéphane Brizé, réalisateur de Quelques heures de printemps, cinquième film de cet amoureux des silences gênés, des plans séquences qui donne «vertige» et d’un cinéma qui créerait des émotions (fortes). Propos recueillis par Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 17 septembre 2012

Comment en êtes-vous venu à écrire ce scénario original, après l'adaptation d'Éric Holder pour Mademoiselle Chambon ?
Stéphane Brizé : Mademoiselle Chambon était pour l'instant l'exception, c'était la seule adaptation que j'avais faite jusqu'ici. Après, comment naît une histoire, c'est une question que l'on pose régulièrement aux réalisateurs, et ils répondent en général que c'est assez mystérieux. Dans mon cas, c'est très organique : quelque chose dans ma vie me pousse vers une histoire. Il y a deux choses ici : la difficulté de communication entre un fils et sa mère, c'est autour de cela que l'on a tout structuré ; et un autre élément dramaturgique fort, le choix de cette femme de mettre fin à ses jours par un suicide assisté. Ça, c'est particulier, je crois que c'est la première fois qu'on le voit dans une fiction. Ça étonne, ça questionne, ça fait écho à des choses qui sont évoquées en ce moment par les politiques.

Pourquoi l'histoire entre un fils et sa mère ?
J'ai déjà écrit des histoires autour des liens familiaux, et j'étais mûr pour parler de celui-là. Ce n'est pas ma vie, mais je parle de moi. Au tout départ, ce qui m'a mu, c'est que j'ai l'écho de la colère de cet homme en moi, cette sensation d'avoir raté l'essentiel. Dans des histoires comme ça, il y a des torts partagés. Cette relation autour de laquelle on se structure tous, si elle est ratée, elle crée des dégâts dans notre vie. Est-ce que deux personnes qui sont engluées dans une relation extrêmement douloureuse peuvent se rencontrer dans une situation particulière qui est une fin de vie ? Y a-t-il une possibilité s'il y a encore un souffle de vie ?

Est-ce que ce qui rend possible un film pour vous, c'est le moment où les deux comédiens s'imposent ?
Pas du tout, ça ne part pas d'un comédien. Il y a toujours quelque chose qui est bon signe quand je commence un film : je dois sentir que c'est le moment e le faire, mais il doit aussi y avoir quelque chose qui me fait peur. Il m'est arrivé de jeter un scénario à la poubelle : il tenait debout, mais je savais déjà tout faire. Quand je commence le tournage de Quelques heures de printemps, il y a une majorité de choses qui me font peur. Pour ce qui est des acteurs : l'envie était partagée avec Vincent Lindon de retravailler avec lui, c'était clair. Mais la nécessité de raconter une histoire est pour moi supérieur à la volonté de travailler avec quelqu'un. Il ne me doit rien, je ne lui dois rien, mais si nos chemins peuvent se recroiser, je ne vais pas me gêner. Vincent est une des belles rencontres de ma vie. Au-delà du fait qu'il est un grand acteur, c'est une personnalité pas banale. Ça se traduit à l'écran par son talent, mais l'homme compte dans ma vie ; c'est quelqu'un qui questionne tout le temps, il est tellement vivant qu'il nous oblige à l'être. Il n'est jamais tranquille donc il ne laisse jamais personne tranquille. Moi, ça m'arrange, ça m'évite de m'endormir. Il met toujours la barre plus haut. Quand cette histoire a commencé à se dessiner dans ma tête et celle de ma coscénariste Florence Vignon, assez vite Vincent est apparu. C'était logique puisque quand je vois Vincent, j'ai l'impression de me voir en acteur. on a les mêmes colères, les mêmes enthousiasmes. On n'a pas besoin de grande discussion sur le plateau pour se comprendre. Mais le travail ensuite pendant l'écriture, c'était d'oublier Vincent. Si on pense trop à quelqu'un, le personnage va être un peu tronqué. On pense à quelques couleurs de l'acteur, mais le personnage peut être beaucoup plus vaste.

Et en ce qui concerne Hélène Vincent ?
On n'a pas du tout pensé à elle en écrivant. Si tant est qu'on pensait à quelqu'un, la figure qui revenait, c'était Simone Signoret. C'était ce type de femme qu'on imaginait, pour l'incarner dans nos têtes par une énergie. Ensuite, comme aucune actrice ne s'imposait naturellement, on a fait un casting. Et Hélène Vincent était certainement la comédienne la plus éloignée de ce que j'imaginais du personnage. Elle est toujours distribuée dans des rôles plein d'énergie, pétillants. Hélène Vincent vient passer les essais : elle met une petite blouse, elle s'attache les cheveux, et immédiatement les contours du personnage que vous voyez à l'écran sont là. La rugosité, la nervosité, la sécheresse… Mais en plus, c'est le mystère des grands acteurs, elle a amené le vécu du personnage, le off. Et c'est parce qu'on ressent ce qu'a été cette personne qu'on la défend au présent. Au départ, elle n'est pas spécialement aimable. Mais parce qu'on ressent de ses regrets, je vais finir par être en empathie avec elle. Hélène, comme Sandrine Kiberlain dans Mademoiselle Chambon, arrive à amener le background du personnage. J'ai tout de suite dit à Hélène : ce sera vous. Tout ce que j'imaginais émotionnellement du personnage était là. Et cette petite bonne femme face à ce grand costaud qu'était Vincent était pourtant extrêmement crédible. Ces deux douleurs se mariaient bien, elles racontent une histoire de famille. Enfin, il y avait peut-être une nécessité supérieure chez Hélène pour faire ce rôle par rapport aux autres.

Dans le film, les moments de paroxysme sont les moments où ils déclenchent la violence pour pouvoir communiquer…
Entre deux personnes, quand il y a de la violence, il y a le désir, même inconscient, d'un lien. On peut toujours se dire : je me barre et c'est fini. Si les deux personnes restent en communication, c'est qu'il y a l'envie d'un lien.

Est-ce votre goût du silence qui vous pousse à tourner en plans séquences, en apparence très simples, mais en fait très chorégraphiés, avec beaucoup d'actions venant des acteurs ?
Mes personnages sont tout le temps en train de faire quelque chose. Ils sont obligés car sinon, ils seraient face à l'autre. Quand on épluche une pomme, c'est très pratique pour éviter le regard. Ils ont toujours un support pour s'éviter : par exemple, la télévision quand ils mangent. Grâce à elle, ils ne se regardent pas et ils ne se parlent pas. Quant au plan-séquence, je trouve qu'il met un vertige. Un silence, pour qu'il soit fort, doit être chargé dramaturgiquement. Ils ont quelque chose à se dire, mais ils ne se le disent pas. S'il n'a pas d'enjeu, il va être ennuyeux. Je ne suis pas un contemplatif, ce qui m'intéresse, c'est ce qui se passe entre deux personnes. Si c'est en ne se parlant pas que la force de la séquence émerge, alors je le filme. Le vertige du plan-séquence, je n'ai pas d'analyse là-dessus, mais c'est comme ça que je les ressens sur le plateau. Ce qui m'importe, c'est de faire émerger des moments de vérité. C'est ce qui me donne envie de me lever le matin pour aller faire des films : je sais qu'un jour, je serai sur le plateau avec les acteurs, et qu'on va essayer de choper un moment de vérité. Ça passe par le choix des acteurs, l'endroit où on va placer la caméra et le plan-séquence me permet de capter ça. Ça met une pression terrible sur le plateau car les acteurs sont obligés d'être bons en même temps. Le spectateur ne sait pas forcément que c'est un plan séquence, mais il sent qu'il se passe quelque chose en temps réel devant ses yeux, sans le premier trucage du cinéma qui est la coupe. L'autre chose qui fait que j'ai envie de faire ça, c'est créer des émotions. Le cinéma est pour moi un art populaire qui crée des émotions, du rire ou des larmes. Je ne veux pas avoir l'air d'être très intelligent ; je veux bouleverser les gens, en utilisant des outils un peu élégants et une certaine éthique.

Le film est assez sec, sans pathos, sans psychologisme, et en même temps absolument poignant…
Il n'y a que de la psychologie même si je ne la montre pas. Mais il n'y a aucune conscience de mes personnages sur ce qu'ils sont. Par contre, ils font : leur manière de se mouvoir, d'exister nous montrent ce qu'ils sont. C'est vrai qu'il y a un paradoxe entre cette sécheresse et l'envie de déclencher des émotions très fortes. C'est ma personnalité : je n'ai pas envie que les choses soient démonstratives, j'adore les sentiments mais je déteste le sentimentalisme.

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Michel Saint-Jean : la hauteur du politique

Portrait cinéma | Avec Brizé, Pawlikowski et Lee Chang-dong en compétition et trois autres réalisateurs dans les sections parallèles, le distributeur et producteur Michel Saint-Jean a savouré « comme si c’était le premier » le festival de Cannes 2018. Affable mais discret, le patron de Diaphana y fait souvent résonner des voix indépendantes et engagées. Rencontre.

Vincent Raymond | Mardi 5 juin 2018

Michel Saint-Jean : la hauteur du politique

Même si rien ne vient jamais amenuiser son prestige, la rumeur prétend que son éclat s’estompe avec le temps. C’est un fait chimique : l’oxydation est la pire ennemie des César. Celui décorant discrètement le bureau de Michel Saint-Jean a de fait gagné son pesant de patine. Sans doute s’agit-il de la statuette remportée en 1999 avec La Vie rêvée des anges ; sa petite sœur conquise en 2009 pour Séraphine demeurant chez ses producteurs. Un trophée du meilleur film toutes les années en 9, comme pour célébrer chaque nouvelle décennie de sa société Diaphana fondée en 1989… Le distributeur peut toucher du bois pour 2019. Et pourquoi pas grâce à En guerre, la nouvelle réussite de Stéphane Brizé. Ce « combat pour la dignité et la justice allant au-delà de la photographie de la délocalisation », s’inscrit dans la cohérence des près de 350 films qu’il a portés sur les écrans depuis ses débuts, où l’on croise le Lucas Belvaux de la géniale Trilogie ou de La Raison du plus faible, presque tout Robert G

Continuer à lire

"En guerre" : La Loi n’a pas dû marcher

On ne Loach rien ! | « Celui qui combat peut perdre. Celui qui ne combat pas a déjà perdu » Citant Brecht en préambule, et dans la foulée de La Loi du marché Stéphane Brizé et Vincent Lindon s’enfoncent plus profondément dans l’horreur économique avec ce magistral récit épique d’une lutte jusqu’au-boutiste pour l’emploi. En compétition Cannes 2018.

Vincent Raymond | Mercredi 16 mai 2018

Quand la direction de l’usine Perrin annonce sa prochaine fermeture, les représentants syndicaux, Laurent Amédéo en tête, refusent la fatalité, rappelant la rentabilité du site, les dividendes versés par la maison-mère allemande aux actionnaires, les sacrifices consentis. Une rude lutte débute… Nul n’est sensé ignorer La Loi du marché (2015), pénultième réalisation de Stéphane Brizé, qui s’intéresse à nouveau ici à la précarisation grandissante des ouvriers et des employés. Mais il serait malvenu de lui tenir grief d’exploiter quelque filon favorable : cela reviendrait à croire qu’il suffit de briser le thermomètre pour voir la fièvre baisser. Mieux vaudrait se tourner vers les responsables de ces situations infernales conduisant le vulgum pecus à crever de préférence la gueule fermée. Des responsables que Brizé, et Lindon son bras armé, désignent clairement, révèlent dans leur glaçant cynisme et la transparence de leur opacité. L

Continuer à lire

Stéphane Brizé : « J’ai eu l’impression d’avoir l’outil à la forme de ma main »

Entretien | Tout juste quinquagénaire, le cinéaste affiche la satisfaction d’un artisan ayant achevé son Tour de France et son chef-d’œuvre. Une vie, à nouveau, est un grand film.

Vincent Raymond | Mercredi 23 novembre 2016

Stéphane Brizé : « J’ai eu l’impression d’avoir l’outil à la forme de ma main »

Jeanne est un personnage d’une pure intégrité, c’est ce qui fait son malheur ? Stéphane Brizé : Jeanne reste très fidèle au regard qu’elle avait sur le monde à vingt ou quinze ans ; ce qui en fait un être d’une grande pureté. Cet endroit du beau est en même temps celui du tragique : il faut parfois être capable de trahir son regard pour ne pas souffrir. Lorsque la bonne lui dit « vous voyez, la vie c’est jamais si bon ni si mauvais qu’on croit », cette simple phrase dite par une petite paysanne — une phrase sublime, de très haute philosophie — lui fait accéder à la nuance après trente ans de souffrance. Comme si deux nuages s’écartaient pour laisser apparaître cette vérité. Je crois que j’ai voulu faire ce film pour accéder à cette nuance-là. En permettant à Jeanne d’y accéder, j’évite la désillusion, très douloureuse. Quand on est petit, on est doté d’une certaine forme d’idéalisme, ensuite on accède à la réalité et à la duplicité de l’Homme — et c’est une grande violence de voir la pureté qui s’éloigne. Après, on acquiert des outils de défense, il faut essayer de ne pas basculer dans le cynisme, trouver le juste milieu. Jeanne ne sait

Continuer à lire

"Une vie" Brizé

ECRANS | Une ingénue sort du couvent pour se marier et mener une existence emplie de trahisons et de désenchantements. Maupassant inspire Stéphane Brizé pour un récit ascétique situé dans un XIXe siècle étrangement réaliste, et habité jusqu’à la moelle par Judith Chemla.

Vincent Raymond | Mercredi 23 novembre 2016

« Plutôt que de tourner “l'adaptation” d’Une vie, Stéphane donnait l’impression de vouloir réaliser un documentaire sur les gens qui avaient inspiré Maupassant ; de faire comme si l’on avait la chance de retrouver des images d’époque, certes un peu différentes du livre : Maupassant ayant pris des libertés et un peu romancé ! » Jean-Pierre Darroussin, qui incarne le père de Jeanne — un hobereau quasi sosie de Schubert —, a tout dit lorsqu’il évoque sa compréhension du projet artistique, voire du postulat philosophique de Stéphane Brizé. Il y a en effet dans la démarche du réalisateur une éthique de vérité surpassant le classique désir de se conformer à la véracité historique pour éviter l’anachronisme ballot. Nulle posture, mais une exigence participant du conditionnement général de son équipe : plutôt que de mettre en scène le jeu de comédiens dans l’ornière de la restitution de sentiments millimétrés, Brizé leur fait intérioriser à l’extrême le contexte. Ils éprouvent ainsi le froid ambiant sans recourir à un vêtement contemporain pour s’en prémunir, ou s’éclairent à une lumière exclusivement dispensée par des bougie

Continuer à lire

La Loi du Marché

ECRANS | Comment un chômeur de longue durée se retrouve vigile et fait l’expérience d’une nouvelle forme d’aliénation par le travail : un pamphlet de Stéphane Brizé, radical dans son dispositif comme dans son propos, avec un fabuleux Vincent Lindon. Critique et propos du cinéaste. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 27 mai 2015

La Loi du Marché

Thierry, 51 ans, 20 mois de chômage derrière lui, constate avec calme l’aporie sociale dans laquelle il se trouve : d’abord face à un conseiller Pôle Emploi qui a bien du mal à lui donner le change, puis à la table d’un café où ses anciens collègues syndiqués tentent de lui expliquer qu’il faut attaquer le mal à la racine. Et la racine, c’est la malhonnêteté et l’avarice du patron qui les a licenciés. Mais Thierry n’en démord pas : il veut seulement du travail pour sortir de cette foutue précarité dans laquelle il se trouve, cesser d’épousseter les meubles et faire vivre sa famille — dont un fils handicapé. Alors, de guerre lasse, il accepte un emploi de vigile dans un centre commercial, où on l’initie à la surveillance des clients, mais aussi des autres employés. L’itinéraire de Thierry a tout de la fiction édifiante, proche sur le papier de ceux accomplis par les personnages des frères Dardenne. Mais Stéphane Brizé a sa propre manière de filmer conflits moraux et injustices sociales liés au monde du travail. Celle-ci repose, comme c’était déjà le cas dans son très beau film précédent,

Continuer à lire

Stéphane Brizé en visio-conférence

ECRANS | Le Méliès réussit un nouveau joli coup dans sa programmation de séances de cinéma suivies ou précédées par des rencontres en visio-conférence avec des réalisateurs ou (...)

Nicolas Bros | Mercredi 27 mai 2015

Stéphane Brizé en visio-conférence

Le Méliès réussit un nouveau joli coup dans sa programmation de séances de cinéma suivies ou précédées par des rencontres en visio-conférence avec des réalisateurs ou des acteurs. Ce soir, ce sera au tour de Stéphane Brizé, réalisateur de La Loi du Marché, film primé à Cannes pour la performance impressionnante de réalisme de Vincent Lindon, de se prêter au jeu des questions-réponses. Rendez-vous est donné à 20h10 au Méliès Jean Jaurès. Projection de La Loi du Marché à 20h10 au Méliès Jean Jaurès + rencontre en visio-conférence avec Stéphane Brizé, réal., au Méliès Café

Continuer à lire

Quelques heures de printemps

ECRANS | Un fils sort de prison et renoue des rapports électriques avec sa mère malade. Avec ce film poignant emmené par une mise en scène sans psychologie ni pathos et deux comédiens incroyables, Stéphane Brizé s’affirme comme un grand cinéaste. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 17 septembre 2012

Quelques heures de printemps

C’est un malentendu qui persiste et qui s’agrandit : un fils, Alain, et sa mère, Yvette, deux échoués de la classe moyenne dans une banlieue pavillonnaire en Bourgogne. Lui vient de purger un an et demi de prison pour une connerie qui lui a coûté cher, elle souffre d’une tumeur au cerveau dont l’avancée inéluctable la pousse à envisager un suicide assisté en Suisse. Les voilà à nouveau sous le même toit, mais les épreuves ne les rapprochent pas ; au contraire, le fossé du ressentiment qui a toujours existé entre eux se creuse encore. Un ressentiment qui est surtout affaire de non-dits. Dans Mademoiselle Chambon, Stéphane Brizé mettait en scène des silences qui en disaient long sur le désir et le sentiment amoureux ; avec Quelques heures de printemps, le silence se fait douloureux, blessant, cruel. Commencé à la manière d’Un mauvais fils de Sautet, le film bifurque peu à peu vers un territoire qui lui est propre, où le cinéaste observe la dernière tentative de communication entre Alain et Yvette avec un vérisme constant (de l’accent des personnages à la déco des intérieurs, c’est une observation maniaque et en même temps discrète de cette France du mili

Continuer à lire