Le Hobbit : La Désolation de Smaug

ECRANS | Ce deuxième épisode retrouve les défauts d’Un voyage inattendu, même si Peter Jackson a soigné et densifié en péripéties son spectacle, seul véritable carte dans sa manche pour faire oublier qu’au regard de la première trilogie, ce Hobbit fait figure de série télé sur grand écran. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 11 décembre 2013

Tout d'abord, la sortie de ce deuxième volet du Hobbit donne lieu à une surenchère technologique quant à sa diffusion, si bien qu'entre la 2D, la 3D, l'IMAX, le HFR, le Dolby Atmos et ce truc tellement XXe siècle qu'est la VO, il y a presque autant de versions du film que de cinémas qui le projettent — quoique certains les diffusent toutes, sait-on jamais, faudrait pas perdre un spectateur potentiel et sa carte illimitée.… Cela pourrait être purement anecdotique, mais cela en dit long aussi sur le statut même de cette nouvelle trilogie tirée de Tolkien : elle semble chercher à compenser par de la nouveauté technique son évidente infériorité thématique par rapport au Seigneur des anneaux, comme un petit frère qui voudrait à tout prix se hisser sur les épaules de son aîné.

Rien n'y fait pourtant, et même si les efforts de Jackson sont louables pour inverser les carences manifestes d'Un voyage inattendu, La Désolation de Smaug ne tient pas la comparaison avec Les Deux tours, l'opus majeur de la première trilogie. Le problème est endémique au projet : la matière narrative de Bilbo le hobbit est maigre, et rien ne justifie sa transcription cinématographique en trois films de 2h45… Chaque séquence semble délayer dans une overdose spectaculaire qui s'avère cette fois plutôt payante quant au potentiel divertissant de l'affaire, mais qui ne fait que renforcer la vacuité globale du récit.

Ras la gueule du dragon

Au moins cette fois évite-t-on le pire : les embardées comiques mal négociées et quasi-disneyennes qui marquaient l'ouverture du film précédent, catastrophiques, ou des personnages secondaires qui relevaient d'un pittoresque résolument niais. Le fan service aussi est réduit au minimum, et seul Legolas / Orlando Bloom vient se rappeler au bon souvenir du spectateur nostalgique. Il se fait cependant voler la vedette par sa comparse elfe femelle, beau personnage joliment incarné par Évangeline Lilly, très bien revenue de Lost. Ce qui frappe avant tout, c'est la manière dont Jackson a littéralement rempli La Désolation de Smaug jusqu'à la gueule : un petit prologue qui dessine une sous-intrigue cachée, et le film n'est ensuite plus que conflits et cliffhangers, poursuites et affrontements, le tout chorégraphié avec un soin manifeste dans la mise en scène, qui ne se contente plus — même si elle le fait encore pas mal — de faire s'envoler la caméra dans les airs pour perdre les personnages dans des décors rivalisant de gigantisme.

La descente de la rivière en tonneaux, où la troupe des nains est coursée par des orques en furie, eux-mêmes pourchassés par des elfes particulièrement virtuoses de l'arc et de la flèche, se pose ainsi en équivalent live de la géniale séquence marocaine du Tintin de Spielberg et… Jackson. C'est sans doute l'horizon qu'aimerait dessiner le cinéaste à sa nouvelle trilogie : une œuvre qui ferait voler en éclats les frontières entre le réel et le virtuel, repoussant les limites de l'espace et du mouvement. Il n'est pas loin d'y parvenir lors des morceaux de bravoure du film — ainsi de l'excellent passage où Gandalf essaie de contenir les assauts de Sauron, qui repose essentiellement sur une double lutte entre une fumée noire mouvante et sans contour et la sphère blanche et lumineuse créée par le bâton du magicien.

Mais le film traîne comme un boulet la minceur de ses enjeux, qu'il ne peut évacuer qu'en systématisant la construction des séquences : présentation, développement du conflit, acmé dramatique et deus ex machina venant le résoudre pour faire progresser l'action…

Remplir le vide

D'Un voyage inattendu, on disait qu'il était conçu comme trois épisodes mis bout à bout d'une même série télé, avec une relance scénaristique toutes les cinquante minutes. La Désolation de Smaug, moins linéaire, fait un peu plus illusion, notamment dans le dernier tiers où l'on suit en parallèle l'échec de Gandalf, le réveil de Smaug et l'arrivée providentielle des elfes dans la ville-lac pour sauver un des nains, rongé par un poison orque. Pourtant, ne s'y joue rien d'autre que cette habileté scénaristique qui a fait le succès des serials contemporains inondant aujourd'hui les petits écrans, et dont Christopher Nolan avec son Dark knight fut le premier à sentir qu'ils allaient bousculer les habitudes des spectateurs de cinéma.

On aura ainsi vu en cette exceptionnelle année 2013 le blockbuster explosé en deux camps pas forcément rivaux, mais en tout cas engagés dans des directions résolument opposées. D'un côté, les studios Marvel qui bricolaient à la va-vite des saisons 2 ou 3 de leurs séries de super-héros (Iron Man et Thor), où l'on faisait rentrer des carrés dans des ronds et où, surtout, il s'agissait de pousser la turbine narrative jusqu'à son point de surchauffe pour que personne ne se rende compte que le cinéaste derrière la caméra n'était qu'un pur et simple illustrateur. De l'autre, des artisans mexicains, Guillermo Del Toro et Alfonso Cuarón, qui simplifiaient au maximum leurs trames scénaristiques pour pouvoir déployer l'ampleur de leur mise en scène, remettre de la contemplation au milieu des effets visuels, de la durée et de la sidération au milieu du chaos.

Guillermo Del Toro, justement, devait réaliser Le Hobbit, alors conçu en deux volets seulement, et sans doute plus courts que les versions Jackson. Il reste crédité comme co-scénariste et consultant spécial, mais on voit bien où le bât a blessé entre lui et le nabab néo-zélandais : l'un aurait sans doute aimé explorer les monstres et les univers de la Terre du milieu, fidèle à son cinéma, tandis que l'autre, sans doute mu par quelques considérations commerciales compréhensibles, voulait une aventure épique à la hauteur du Seigneur des anneaux. Impossible de dire, entre ceux qui cherchent l'épure et le minimalisme et ceux qui, au contraire, pensent que le vide doit toujours être rempli, lesquels ont remporté le combat. Mais en voyant La Désolation de Smaug, on se dit que Jackson, qui était dans les années 2000 parmi les meilleurs réalisateurs de blockbusters hollywoodiens, est simplement en train de signer la meilleure série télé sur grand écran de la décennie 2010…


Le Hobbit : la Désolation de Smaug

De Peter Jackson (ÉU, 2h50) avec Benedict Cumberbatch, Martin Freeman...

De Peter Jackson (ÉU, 2h50) avec Benedict Cumberbatch, Martin Freeman...

voir la fiche du film


Les aventures de Bilbon Sacquet, paisible hobbit, qui sera entraîné, lui et une compagnie de Nains, par le magicien Gandalf pour récupérer le trésor détenu par le dragon Smaug. Au cours de ce périple, il mettra la main sur l'anneau de pouvoir que possédait Gollum...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"1917" : La guerre, et ce qui s’ensuivit

Le film du mois | En un plan-séquence (ou presque) Sam Mendes plonge dans les entrailles de la 1ère Guerre mondiale pour restituer un concentré d’abominations. Éloge d’une démarche sensée fixant barbarie et mort en face, à l’heure où le virtuel tend à minorer les impacts des guerres…

Vincent Raymond | Mercredi 8 janvier 2020

1917, dans les tranchées de France. Deux caporaux britanniques sont dépêchés par un général pour transmettre au-delà des lignes ennemies un ordre d’annulation d’assaut afin d’éviter un piège tendu par les Allemands. Une mission suicide dont l’enjeu est la vie de 1600 hommes… Depuis que le monde est monde, l’Humanité semble avoir pour ambition principale de se faire la guerre — Kubrick ne marque-t-il pas l’éveil de notre espèce à “l’intelligence“ par l’usage d’une arme dans 2001 : l’Odyssée de l’espace ? Et quand elle ne se la fait pas, elle se raconte des histoires de guerre. Ainsi, les premiers grands textes (re)connus comme tels sont-ils des récits épiques tels que L’Iliade et L’Odyssée ayant pour toile de fond le conflit troyen. À la guerre comme à la guerre Si la pulsion belliciste n’a pas quitté les tréfonds des âmes, comme un rapide examen géopolitique mondial permet de le vérifier, la narration littéraire occidentale a quant à elle suivi une inflexion consécutive aux traumatismes hérités des deux conflits mondiaux. Art plus jeune et régi par d’autres impératifs — celui de servir d’instrument de co

Continuer à lire

"The Operative" : Sous couverture, dans de sales draps

ECRANS | de Yuval Adler (All.-Isr.-Fr., 1h 56) avec Diane Kruger, Martin Freeman, Cas Anvar… (24 juillet)

Vincent Raymond | Mardi 23 juillet 2019

Recrutée par le Mossad pour infiltrer une entreprise iranienne, Rachel a dérogé aux règles en nouant une liaison avec l’homme qu’elle devait espionner. Des années plus tard, elle reprend contact avec son superviseur avec à la clef un marché visant à la prémunir de toutes représailles… Jadis monopolisé par James Bond et sa collection d’épigones, le cinéma d’espionnage a depuis déserté le registre spectaculaire ou ludique pour investir celui d’une authenticité et d’une complexité souterraine plus en adéquation avec le monde contemporain ; celui où un bureaucrate des services de renseignement couleur beige terne à l’instar du Smiley de John Le Carré est plus à redouter qu’un milliardaire mégalomane. De fait, ce sont bien les stratégies “d’intelligence“ via le système de recrutement et d’utilisation des “correspondants“ que Adler dépeint ici, dans toute sa perversité manipulatrice. Ramener l’humain au centre du jeu quand il est d’habitude question d’intérêts étatiques et d’actions menées par des agents surhumains, voilà qui est intéressant. Et de même que certains de ses com

Continuer à lire

Imitation game

ECRANS | Encore une bio filmée ? Encore un film à oscars ? Certes, mais Morten Tyldum réussit à faire de la vie d’Alan Turing, mathématicien génial, inventeur de l’ordinateur, artisan de la défaite des nazis contre l’Angleterre et homosexuel dans le placard un surprenant puzzle à la Citizen Kane. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 26 janvier 2015

Imitation game

En 1940, Alan Turing incorpore une équipe de mathématiciens réunis par les services secrets britanniques afin de décoder le langage utilisé par les nazis pour envoyer des messages informant des positions anglaises. Les méthodes de Turing le mettent en porte-à-faux avec ses collègues : il s’isole et commence à bricoler une machine complexe et coûteuse, tout en tentant de convaincre le ministre de la défense de financer son projet avant-gardiste. Le film de Morten Tyldum — cinéaste norvégien dont les œuvres précédentes n’ont même pas eu droit à une sortie en salles chez nous — ne commence pourtant pas ici, mais quelques années après. Turing est arrêté par la police et interrogé sur ses activités qui, secret défense oblige, ont été effacées par l’administration. Et, régulièrement, le film plonge dans son passé : élève introverti, il avait noué une amitié forte avec un autre jeune garçon, Christopher. Ce puzzle narratif, directement emprunté à Citizen Kane, va faire apparaître le Rosebud de Turing, qui n’est pas tant son homosexualité, rapidement révélée, que ce qui a fait tenir ensemble toutes les pièces de son existence. Citizen Turing Qu’on se l

Continuer à lire

Star Trek : Into Darkness

ECRANS | J. J. Abrams fait encore mieux que le premier volet avec ce nouveau Star Trek, blockbuster autoroute sans temps morts, qui ne cherche pas à être autre chose que ce qu’il est : un morceau de mythologie transformé en récit survolté et spectaculaire. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 14 juin 2013

Star Trek : Into Darkness

Nouvelle mission pour le capitaine Kirk et le Docteur Spock : venir en aide à une peuplade primitive menacée d’extinction par un volcan en éruption. Tandis que Kirk cavale sur terre pour rejoindre l’Enterprise, Spock se téléporte au cœur du volcan pour y placer une bombe qui viendra l’éteindre. Dans le crescendo des dix premières minutes d’Into darkness se joue déjà toute la virtuosité de J. J. Abrams : chaque personnage porte son enjeu, et leurs interactions créent une multitude de conflits qu’il faut résoudre. Spock, le Vulcain garant de la règle et de son strict respect, se heurte à Kirk pour qui la réussite d’une mission et la préservation de son équipe vont de pair. Tout cela est raconté avec une myriade de péripéties, de l’action et un suspens constant, sans parler d’une 3D maîtrisée — on me souffle que la version IMAX est encore plus impressionnante — et d’une remarquable direction artistique — la flore est rougeoyante, les indigènes ont la peau blanche comme du plâtre écaillé et les yeux noirs sans pupille. Mais il y a plus : ce peuple vit encore dans la vénération d’idoles archaïques, représentées sur un parchemin que l’on déplie comme on dressait un an

Continuer à lire

Le Hobbit : un voyage inattendu

ECRANS | Premier volet d’une nouvelle trilogie adaptée de Tolkien par Peter Jackson, «Le Hobbit» fait figure de longue exposition délayant un matériau moins passionnant que celui du «Seigneur des Anneaux», sauvé dans sa dernière partie par une mise en scène assez virtuose. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 14 décembre 2012

Le Hobbit : un voyage inattendu

À sa sortie, Le Seigneur des anneaux ressemblait à un pari un peu fou : une trilogie tirée de Tolkien par un cinéaste néo-zélandais jusqu’ici connu pour des films gore potaches, s’attaquant à un monument de la contre-culture et de l’héroïc fantasy dont personne ne savait, à l’époque, s’il était capable de dépasser son cercle de fans. Dix ans plus tard, la donne a bien changé : reconnu à la fois par le public, la critique et même par les oscars, Jackson retourne en Terre du milieu avec une nouvelle trilogie en forme de flashback. Littérairement, Bilbo le Hobbit est une œuvre qui préfigure la mythologie du Seigneur des anneaux, écrite des années auparavant, et qui se retrouve, cinématographiquement parlant, dans la situation inverse : une prequel dont on attend qu’elle s’inscrive dans la lignée d’une saga à la mythologie désormais connue de tous, ou presque. Bilbo et les douze nains C’est évidemment là que le bât blesse : en cherchant à donner la même ampleur à ce récit d’aventure reposant sur les principes basiques de la naissance d’un héros selon Joseph Campbell, Jackson en est fatalement réduit à tirer à la ligne. Passé un p

Continuer à lire