Les Sorcières de Zugarramurdi

ECRANS | Alex de la Iglesia fait de nouveau exploser sa colère dans un film baroque et échevelé, comédie fantastico-horrifique qui règle ses comptes avec la crise espagnole et aussi, mais là le bât blesse, la gente féminine. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 13 janvier 2014

L'Espagne va mal, plombée par la crise et le retour d'un obscurantisme rallumé par le gouvernement Rajoy. Il n'en fallait pas plus pour raviver la colère d'Alex de la Iglesia, dont le cinéma s'est toujours nourri à égale mesure de culture geek et de révolte politique. L'entrée en matière des Sorcières de Zugarramurdi restera comme un de ses gestes les plus éminemment subversifs : en plein cœur de Madrid, un Christ, un soldat vert et Bob l'éponge vont faire un hold-up dans une boutique de cash contre or, autrement dit un usurier moderne qui profite de la précarisation ambiante.

La charge est violente, mais pas autant que les images elles-mêmes, puisque le casse vire au carnage, et la mise en scène à un impressionnant morceau de bravoure où de la Iglesia arrive à faire sentir physiquement le chaos de la situation. Les faux mimes et gangsters amateurs doivent donc fuir à bord d'un taxi direction la frontière franco-espagnole, avec étape à Zugarramurdi. En chemin, les voilà qui dissertent hystériquement sur les raisons qui les ont poussés à commettre leur forfait : leurs ex-femmes ou nouvelles copines qui les ont réduits à l'état de mâles pleurnichards et dévirilisés, quand elles n'ont pas confisqué la garde de leur gosse — Jose, le leader, a d'ailleurs embarqué son gamin Sergio dans l'aventure.

Les Sorcières sont parmi nous !

La suite voit de la Iglesia se lancer dans une comédie horrifique à base de sorcières cherchant à faire advenir un antéchrist androgyne, et trouvant dans Sergio le cobaye parfait. Une sous intrigue montrera aussi Jose subir les assauts amoureux de la harpie punk Eva (Carolina Bang, nouvelle égérie du cinéaste), dans une longue scène de ménage surréaliste qui, à l'instar du film tout entier, fait voler en éclats les notions de haut, de bas, de logique et de folie.

De ce sabbat endiablé où la mise en scène empile avec une jouissance hystérique les idées visuelles et sonores jusqu'à provoquer l'épuisement physique du spectateur, se dégage toutefois un discours dont la visée anti-féministe fait peu de doute : de la Iglesia règle ses comptes avec les femmes, dont il fustige l'envie de pouvoir qu'il identifie un peu vite à un désir de castration. C'est le prix à payer quand on est un auteur de sa trempe, qui semble à chaque nouveau film mettre ses tripes sur la table dans une démarche profondément viscérale : ici, c'est sa part sombre qui apparaît, les vicissitudes de sa vie intime se transformant en pamphlet zemmourien agressif et anachronique.

Les Sorcières de Zugarramurdi
D'Alex de la Iglesia (Esp-Fr, 1h52) avec Carmen Maura, Hugo Silva, Carolina Bang…


Les Sorcières de Zugarramurdi

De Álex de la Iglesia (Fr-Esp, 1h52) avec Carmen Maura, Hugo Silva...

De Álex de la Iglesia (Fr-Esp, 1h52) avec Carmen Maura, Hugo Silva...

voir la fiche du film


Trois braqueurs d'un magasin d'or de la Puerta del Sol à Madrid, en fuite vers la frontière française, vont se réfugier par erreur dans la ville de Zugarramurdi, haut lieu de la sorcellerie, à la veille d'une très importante réunion de milliers de sorcières...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Vox Populi : les films du mois

ECRANS | En dehors de quelques films événements mais, chacun à leur manière, discutables, on conseillera en ce mois de janvier de ne pas rater deux séances d’un docu musical formidable : Twenty feet from stardom. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 3 janvier 2014

Vox Populi : les films du mois

Dire qu’on attendait beaucoup du nouveau film de Steve McQueen après Hunger et Shame est un euphémisme. 12 years a slave (22 janvier) marque pour lui un tournant, puisqu’il se rapproche d’Hollywood avec cette fresque tirée de l’histoire vraie de Solomon Northup, musicien new-yorkais noir qui, en 1840, fut kidnappé, emmené dans le Sud et vendu comme esclave. Malgré les efforts incroyables de Chiwetel Ejiofor pour faire sentir la dignité et le calvaire de Nothrup, malgré la beauté de la photographie et la précision des cadres composés au micromètre par McQueen, le film semble coincer entre son désir d’être une grande œuvre classique et la pulsion arty du cinéaste, qui rejaillit dès que sa muse Michael Fassbender entre dans les plans. Cette fascination pour le maître plutôt que pour l’esclave est troublante et laisse une drôle de sensation : celle d’un film à sujet qui semble ne jamais assumer son statut, formellement impressionnant mais émotionnellement glacé. Autre grand cinéaste européen, Alex de la Iglesia livre lui aussi avec Les Sorcières de Zugarramurdi (8 janvier) un film à la fois jouissif et inc

Continuer à lire

Gravité sur la rentrée ciné

ECRANS | Après un été en demi-teinte, les quatre prochains mois devraient confirmer le cru exceptionnel de cette année 2013. Avec les locomotives cannoises et une pléiade d’auteurs dont on trépigne de découvrir les nouveaux opus, la rentrée est en effet salement musclée. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 30 août 2013

Gravité sur la rentrée ciné

Après le marteau-piqueur estival qui faisait résonner semaine après semaine le même air connu fait de blockbusters, d’animation pour gamins décérébrés, de films d’auteur qu’on ne savait pas où mettre ailleurs et de comédies françaises dont tout le monde se fout, le cinéma reprend ses droits comme à chaque rentrée, avec des œuvres plus audacieuses et moins routinières. C’est évidemment le cas des deux gagnants du dernier Cannes, en l’occurrence La Vie d’Adèle d’Abdellatif Kechiche (9 octobre) et Inside Llewin Davis des frères Coen (6 novembre). Rien de commun toutefois entre le roman naturaliste sur les amours adolescentes déployé magistralement, trois heures durant, par Kechiche, et le vagabondage d’un folkeux dépressif et poissard dans l’Amérique des années 60 raconté en mode faussement mineur et vraiment métaphysique par les Coen. Rien, sinon une envie de pousser les murs du cinéma, en faisant imploser les limites de la durée d’un côté, et celles des structures scénaristiques de l’autre. En cela, ce sont les deux grands films insoumis de cette rentrée. On espère pouvoir y adjoindre en cours de route le nouveau Bong Jo

Continuer à lire