Jack et la mécanique du coeur

ECRANS | De Mathias Malzieu et Stéphane Berla (Fr, 1h34) animation

Christophe Chabert | Mardi 4 février 2014

La longue, laborieuse et coûteuse gestation de cette adaptation par Mathias Malzieu de son livre et de son concept-album n'explique pas intégralement l'indigence du résultat. Déjà fortement influencé par Tim Burton, l'imaginaire de Malzieu se confronte ici encore plus directement à son modèle, notamment dans un prologue enneigé qui évoque Edward aux mains d'argent ; la comparaison n'est guère flatteuse.

C'est peu dire que le leader de Dionysos est un piètre narrateur, meublant les intervalles entre les moments chantés pour tenter de créer une introuvable continuité aux événements. Les chansons elles-mêmes paraissent déjà d'un autre âge — et leurs interprètes avec, Olivia Ruiz et Grand corps malade en tête — mais c'est surtout l'animation qui fait un bond de quinze ans en arrière. Froids pantins numériques lisses et inexpressifs, les personnages sont d'une rare laideur et évoluent dans des univers tout aussi impersonnels.

Malzieu tente parfois d'inscrire son récit dans une évocation cinéphile qui relierait Méliès au western leonien, mais tout cela est aussi maladroit qu'inconséquent. Dans ce film fantomatique, on trouve toutefois un authentique spectre : Alain Bashung, dont la voix d'outre-tombe vient faire souffler le seul et paradoxal instant de vie dans une œuvre mortifère.

Christophe Chabert


Jack et la mécanique du cœur

De Mathias Malzieu et Stéphane Berla (Fr, 1h42) animation

De Mathias Malzieu et Stéphane Berla (Fr, 1h42) animation

voir la fiche du film


Jack est un jeune garçon peu ordinaire. Né le jour le plus froid du monde avec le cœur gelé, il est désormais doté d’une horloge mécanique en guise de cœur.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Une sirène à Paris" : Amour en eaux douces

ECRANS | De Mathias Malzieu (Fr., 1h42) avec Nicolas Duvauchelle, Marilyn Lima, Rossy de Palma…

Vincent Raymond | Lundi 22 juin 2020

Alors que son père va vendre la péniche familiale Flowerburger, historique siège d’un groupe d’embellisseurs de vie — les surprisiers — Gaspard, un musicien au cœur brisé, découvre Lula, jeune sirène échouée sur les rives de Seine. Pour la sauver, il l’emmène chez lui… S’il n’y avait les rêveurs pour le porter et lui donner de l’oxygène, le monde s’écroulerait, asphyxié. Mathias Malzieu en fait partie, qui déploie son imaginaire de chansons en livres et de livres en films, explorant des univers connexes à ceux de ses devanciers Tim Burton ou Jean-Pierre Jeunet. Comme dans La Mécanique du cœur ou Métamorphose en bord de ciel, le meneur de Dyonisos ose ici un conte façon alchimie entre merveilleux et mélancolie avec des héros cabossés depuis l’enfance et des créatures surnaturelles. Avec ses décors baroques, sa musique faite maison, ses interprètes attachants (le couple Duvauchelle/Lima s’avère osmotique), Une sirène à Paris cherche à ranimer un certain esprit magique, que l’on peut apprécier comme une forme de nostalgie d’un paradis ciné

Continuer à lire