La Cour de Babel

ECRANS | Un an dans une classe d’accueil parisienne avec des adolescents venus de tous les coins du monde : un beau documentaire de Julie Bertuccelli qui, en adoptant un point de vue local, dresse une carte des troubles qui agitent le monde. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 11 mars 2014

L'école, nouveau lieu d'élection du documentaire français ? Le triomphe d'Être et avoir, la Palme d'Entre les murs — une fiction, certes, mais avec de gros morceaux de réalité à l'intérieur — et le succès au long cours du très réac' Sur le chemin de l'école pointent en tout cas la salle de classe comme miroir d'une société, de ses conflits, de ses espoirs et de ses doutes. Avec La Cour de Babel, Julie Bertuccelli opère une parfaite synthèse de tous ces films-là, posant sa caméra pendant un an dans une classe d'accueil parisienne, c'est-à-dire un "sas" de remise à niveau pour adolescents étrangers fraîchement arrivés en France.

Il y a là une institutrice modèle — Brigitte Cervoni — des élèves attachants, certains très doués — Felipe, un Chilien qui raconte son histoire dans une BD particulièrement inspirée, Andromeda, une Roumaine à l'intelligence éclatante et au regard débordant de bienveillance — et des parents fiers de la volonté d'apprendre manifestée par leur progéniture… Le film avance à coups d'événements clairement anecdotiques — le départ de la belle Mariam, moment d'émotion collectif, la présentation lors d'un festival du film qu'ils ont réalisé en classe — et circule des discussions en classe sur des sujets éclairant les différences culturelles qui séparent les ados — la religion, encore et toujours — aux réunions individuelles entre l'instit' et les parents.

La mondialisation entre les murs

Cette structure de chronique pointe la limite d'une œuvre artificiellement formatée sur la durée d'un long-métrage alors qu'elle pourrait donner lieu à une mini-série télé à la manière de La Loi du collège. C'est paradoxalement dans cette apparente dédramatisation des choses que repose le tour de force de Bertuccelli. En juxtaposant les parcours singuliers de ces jeunes exilés, la cinéaste dresse en creux un état du monde et de ses troubles actuels : la permanence d'une extrême droite antisémite en Serbie, l'impossible émancipation des femmes en Afrique, la violence urbaine en Amérique du Sud, le conflit jamais éteint entre catholiques et protestants en Irlande du Nord et, partout, les inégalités sociales qui poussent à un exode à l'issue incertaine…

La Cour de Babel trouve ainsi dans une situation locale le reflet d'un désordre global dont la solution, d'un optimisme naïf mais nécessaire, réside dans une tolérance et une compréhension mutuelles, celles que manifestent entre eux les héros ordinaires de ce joli film.

La Cour de Babel
De Julie Bertuccelli (Fr, 1h28) documentaire


La Cour de Babel

De Julie Bertuccelli (Fr, 1h42) documentaire

De Julie Bertuccelli (Fr, 1h42) documentaire

voir la fiche du film


Ils viennent d’arriver en France. Ils sont Irlandais, Serbes, Brésiliens, Tunisiens, Chinois ou Sénégalais... Pendant un an, Julie Bertuccelli a filmé les échanges, les conflits et les joies de ce groupe de collégiens âgés de 11 à 15 ans, réunis dans une même classe d’accueil pour apprendre le français.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"La Dernière Folie de Claire Darling" : Claire obscure

Lady Gaga | De Julie Bertuccelli (Fr., 1h35) avec Catherine Deneuve, Chiara Mastroianni, Samir Guesmi…

Vincent Raymond | Mercredi 6 février 2019

Passé et présent se mélangent dans l’esprit de la très chic Claire Darling. Pensant être au seuil de son ultime jour sur terre, la voici qui brade tous ses meubles et bibelots pour une bouchée de pain. Peut-être que sa fille, qu’elle n’a pas vue depuis des année, pourrait remédier à ce chaos ? À chacune de ses réalisations de fiction, Julie Bertuccelli nous prouve qu’elle est décidément plutôt une grande documentariste, surtout lorsqu’elle s’attache à son sujet de prédilection qu’est la transmission, lequel n’est jamais bien loin de la mémoire — son premier long de fiction, Depuis qu’Otar est parti… était d'ailleurs furieusement documentarisant. Racontant la confusion mentale et spatio-temporelle d’une femme visiblement atteinte d’un Alzheimer galopant, ce Claire Darling propose de mettre en résonance le bric-à-brac interne du personnage, le marché aux puces qu’elle organise avec la forme déstructurée du film — façon onirisme à la Resnais, avec échos répétitifs entre passé et présent. L’effet, systématique, se révèle épuisant et

Continuer à lire

Aimer, boire et filmer

ECRANS | Une sélection 100% française pour ce mois de mars au cinéma, même si, entre Alain Resnais, Quentin Dupieux et le docu engagé de Julie Bertuccelli, il y a quelques abîmes… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 4 mars 2014

Aimer, boire et filmer

Peut-on être encore jeune à 91 ans ? Il serait facile de choisir la démagogie et de répondre oui… Or, la démagogie et le regretté Alain Resnais, ça faisait deux ! Donc, pour son ultime Aimer, boire et chanter (26 mars), il assumait clairement son âge et signe un film de vieux. Mais attention, rien de péjoratif là-dedans… En adaptant pour la troisième fois une pièce de l’Anglais Alan Ayckbourn, il montre comment des couples plutôt rouillés ou mal assortis sont bousculés par l’annonce de la mort prochaine de George Riley, leur «ami». Le dispositif, qui ne cache rien de la théâtralité d’un texte où, justement, les personnages passent une partie de l’action à répéter une pièce de théâtre, paraît d’abord assez lourd, sinon assez laid. Mais le film finit par passionner en créant un magnifique dialogue entre le champ — des personnages englués dans leurs mensonges et paralysés par le temps qui passe — et le hors champ — un George invisible, la pièce qu’on ne verra jamais et surtout une jeunesse qu’ils se contentent de regarder de loin. Dans son dernier acte, Resnais entre chez eux pour s’offrir de splendides envolées de mise en scène. Curieusement, là où ses fi

Continuer à lire

Aimer, boire et filmer

ECRANS | Une sélection 100% française pour ce mois de mars au cinéma, même si, entre Alain Resnais, Quentin Dupieux et le docu engagé de Julie Bertuccelli, il y a quelques abîmes… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 25 mars 2014

Aimer, boire et filmer

Peut-on être encore jeune à 92 ans ? Il serait facile de choisir la démagogie et de répondre oui… Or, Alain Resnais et la démagogie, ça fait deux ! Dans Aimer, boire et chanter (26 mars), il assume clairement son âge et signe un film de vieux. Mais attention, rien de péjoratif là-dedans… En adaptant pour la troisième fois une pièce de l’Anglais Alan Ayckbourn, il montre comment des couples plutôt rouillés ou mal assortis sont bousculés par l’annonce de la mort prochaine de George Riley, leur "ami". Le dispositif, qui ne cache rien de la théâtralité d’un texte où, justement, les personnages passent une partie de l’action à répéter une pièce de théâtre, paraît d’abord assez lourd, sinon assez laid. Mais le film finit par passionner en créant un magnifique dialogue entre le champ — des personnages englués dans leurs mensonges et paralysés par le temps qui passe — et le hors champ — un George invisible, la pièce qu’on ne verra jamais et surtout une jeunesse qu’ils se contentent de regarder de loin. Dans son dernier acte, Resnais finit par entrer chez eux pour s’offrir de splendides envolées de mise en scène. Et de laisser tomber les ruminations crépusculair

Continuer à lire