Eastern boys

ECRANS | Évitant les clichés et s’aventurant vers le thriller, Robin Campillo raconte dans un film fort et troublant les rapports d’amour et de domination entre un quadra bourgeois et un immigré ukrainien sous la coupe d’une bande violente. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 22 avril 2014

Photo : © Les Films de Pierre


La première demi-heure d'Eastern boys fait un peu peur. Après avoir dragué dans une gare Marek, un jeune et bel Ukrainien, en lui proposant contre rémunération de le rejoindre dans son grand appartement de la région parisienne, Daniel, gay quadra étouffé dans sa morgue bourgeoise, voit en fait débarquer toute sa bande qui va piller consciencieusement meubles, écran plat, Playstation et œuvres d'art. La scène, étirée jusqu'au malaise, pourrait passer pour un spot de pub en faveur du FN sur le mode du "méfiez-vous de ces hordes d'immigrés prêts à voler vos biens et violer votre propriété privée". Mais Robin Campillo, qui avait déjà réussi avec son premier long Les Revenants — matrice de la fameuse série — et ses scénarios pour Laurent Cantet à explorer des zones troubles de la société française contemporaine, a un dessein beaucoup plus dérangeant.

Le marché de dupe initial – du sexe contre de l'argent — va se concrétiser quand Marek revient, seul cette fois, chez lui : une relation de dépendance mutuelle se noue entre eux, Daniel fixant règles et tarifs, Marek conservant un pied dans sa "famille" à qui il cache ses activités de prostitué. Cette relation reflète celle de l'Europe avec ses "satellites", à la fois source d'une main-d'œuvre bon marché et menace sourde pour son propre confort. Pour Daniel, un gigolo ukrainien ou une femme de ménage, c'est la même chose : la solution la plus simple et la moins coûteuse pour mettre de l'ordre dans sa vie et ses désirs.

A l'Est des dermes

Film gigogne, Eastern boys ne se laisse toutefois pas réduire à sa portée politique, aussi forte soit-elle. Campillo va emmener le récit sur des chemins plus inattendus, au gré de chapitres aux titres mystérieux, notamment une deuxième moitié qui ose le suspens, puisque Daniel pousse Marek à rompre les attaches avec sa bande, et notamment son chef inquiétant et violent.

Dans une structure qui rappelle certains scénarios de Schrader — sans l'apogée cathartique, petite déception finale — le film prend des accents de thriller tendu et prenant, bousculant les habitudes tranquilles du naturalisme français. Dans cette assez épatante dernière partie, Campillo n'en oublie toutefois pas de densifier sa dialectique du maître et de l'esclave amoureux, notamment lorsque Daniel, ayant essoré son désir pour Marek, le contraint de troquer sa place d'amant contre celle de fils adopté. Comme en d'obscurs temps féodaux, c'est le riche qui décide du sort du pauvre, celui-ci ne pouvant que le remercier humblement de sa magnanimité.

Eastern boys
De Robin Campillo (Fr, 2h09) avec Olivier Rabourdin, Kirill Emelyanov…


Eastern Boys

De Robin Campillo (Fr, 2h08) avec Olivier Rabourdin, Kirill Emelyanov...

De Robin Campillo (Fr, 2h08) avec Olivier Rabourdin, Kirill Emelyanov...

voir la fiche du film


Daniel aborde Marek dans une gare parisienne où ce dernier traine avec sa bande. Il lui propose de le retrouver chez lui le jour suivant. Mais lorsque Daniel ouvre la porte de son appartement le lendemain, il est loin d’imaginer le piège dans lequel il s’apprête à tomber et qui va bouleverser sa vie.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

L'Ordre des choses : Dura lex, sed Frontex

Politique | de Andrea Segre (It.-Fr.-Tun., 1h55) avec Paolo Pierobon, Giuseppe Battiston, Olivier Rabourdin…

Vincent Raymond | Mercredi 7 mars 2018

L'Ordre des choses : Dura lex, sed Frontex

Jadis bretteur de compétition, Rinaldi est désormais un superflic chargé par le gouvernement italien de garantir l’étanchéité de la frontière européenne avec la Libye. En visite dans un camp de réfugiés dirigé par ses interlocuteurs africains, il est abordé par une jeune femme. Va-t-il l’aider ? Toute l’ambiguïté de la politique européenne en matière et d’accueil et d’aide humanitaire aux réfugiés (qu’ils soient politiques, climatiques ou économiques) se trouve résumée dans ce film, illustrant à sa manière le concept du mort/kilomètre. Tant que ce haut fonctionnaire gère des flux abstraits, étudie des dossiers et peut rapporter de ses déplacements à l’étranger des bijoux typiques pour son épouse ou enrichir sa propre collection d’échantillons de sable, le cours confortable de son existence ne connaît pas de perturbation. La conscience en veilleuse, bien abritée derrière la raison d’État (ou plutôt des États de l’UE), Rinaldi — impeccable Paolo Pierobon — mène une vie identique à celle de n’importe quel homme d’affaires. Sauf que son business d’import/

Continuer à lire

Robin Campillo : « Les films sont beaucoup plus forts quand on s’y perd un peu »

120 BATTEMENTS PAR MINUTE | Auréolé du Grand Prix du Jury au Festival de Cannes, le scénariste et réalisateur de 120 battements par minute revient sur la genèse de ce film qui fouille dans sa mémoire de militant.

Vincent Raymond | Lundi 21 août 2017

Robin Campillo : « Les films sont beaucoup plus forts quand on s’y perd un peu »

Comment évite-t-on de tomber dans le piège du didactisme ? Robin Campillo : Ça fait longtemps que se pose pour moi le problème des scénarios qui prennent trop le spectateur par la main comme un enfant et qui expliquent absolument tout ce que vivent les personnages. La meilleure façon que j’aie trouvée, c’est de reprendre ce truc à Act Up Paris : il y avait un type qui fait l’accueil, qui expliquait très bien comment fonctionnait la prise de parole. Mais ensuite, quand on était dans le le groupe, on ne comprenait absolument plus rien à la manière dont fonctionnaient les gens : il y avait trop d’informations ! On s’apercevait que le sujet sida était éclaté en plein d’autre sujets, et on était perdus. J’ai donc voulu jeter le spectateur dans cette arène, comme dans une piscine pour qu’il apprenne à nager tout seul. Je voulais qu’il n’ait pas le temps de réagir à ce qui se produisait, aux discours ni aux actions, lui donner l’impression que les choses arrivaient sans qu’il ait le temps d’en prendre conscience. Les films sont beaucoup plus forts quand on s’y perd un peu, quand on ne sait pas ni où ni à quel moment on est. Et comme ce

Continuer à lire

120 battements par minute : Charge virale

120 battements par minute | de Robin Campillo (Fr., 2h20) avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel… (sortie le 23 août)

Vincent Raymond | Lundi 21 août 2017

120 battements par minute : Charge virale

Histoires de révoltes et de combats. Celles des militants d’Act Up Paris à l’orée des années 1990 pour sensibilisant à coup d’actions spectaculaires l’opinion publique sur les dangers du sida et l’immobilisme de l’État. Et puis la romance entre Nathan et Sean, brisée par la maladie… Grand Prix à Cannes, ce mixte d’une chronique politique et d’une histoire sentimentale est aussi une autobiographie divergée de Robin Campillo. Ancien membre d’Act Up, il a toute légitimité pour évoquer le sujet de l’intérieur, en assumant sa subjectivité, et tenant compte du temps écoulé. Le portrait collectif qu’il signe n’est ainsi ni un mausolée aux victimes, ni un panégyrique aux survivants, ni un documentaire de propagande : il s’inscrit dans un contexte historique, à l’instar d’un conflit armée. Campillo emprunte d’ailleurs sa construction aux films de guerre, chaque génération ayant les siennes — les AG étant les réunions d’état-major avant les actions et manifs ; le champ de bataille les lieux d’intervention. Sauf qu’il y a ici deux guerres à mener : l’une, visible, contre les institutions et les labos pharmaceutiques ; l’autre,

Continuer à lire

Lettre de Cannes #2

Festival de Cannes 2017 | Ou comment une projection vire à la farce, des militants bouleversent la Croisette et un cinéaste parle à un autre cinéaste.

Christophe Chabert | Lundi 22 mai 2017

Lettre de Cannes #2

Cher PB, il faut que je te raconte ce qui s’est passé l’autre matin à la projection d’Okja, le film Netflix de Bong Joon-ho. Depuis l’annonce par Thierry Frémaux de l’entrée en compétition de deux films coproduits mais surtout distribués par l’opérateur de vidéo à la demande par abonnement à 10 boules par mois, plus en version HD, les exploitants français ne cessent de faire les scrogneugneus, et de réclamer peu ou prou qu’on chasse ses malotrus yankees qui viennent sur le territoire français bousiller notre sacro-sainte exception culturelle. On ne leur fera pas l’injure, à certains du moins, de leur rappeler qu’ils ont tous très bien sortis les précédents films de Bong Joon-ho ou de Noah Baumbach, l’autre social-traître à avoir signé chez Netflix. C’est vrai, merde, Mistress America, quoi, au moins 800 salles l’ont programmé ! Et Mother, j’en parle même pas… Et pendant des mois en plus ! Toujours est-il qu’ils avaient prévu leur coup : à peine le logo Netflix apparu sur l’écran, la bronca s’est levée dans le Grand Théâtre Lumière, et s’ils avaient pu passer les portiques de sécurité avec des piques et des fourches pour traîner jusq

Continuer à lire

Face à face : dix ans et toujours aussi gay

ECRANS | Comme le dit son président Antoine Blanchard-Royer dans l’édito du nouveau festival Face à face : «Après plusieurs éditions thématiques, nous avons décidé cette année (...)

Christophe Chabert | Mardi 4 novembre 2014

Face à face : dix ans et toujours aussi gay

Comme le dit son président Antoine Blanchard-Royer dans l’édito du nouveau festival Face à face : «Après plusieurs éditions thématiques, nous avons décidé cette année de nous recentrer simplement sur le cinéma d'auteur pour vous présenter des films souvent inédits qui resteraient invisibles sans nos festivals.» Autrement dit : plutôt que de chercher à regrouper des œuvres qui n’ont comme dénominateur commun que la déjà très vaste étiquette de "cinéma gay", autant y aller franco et proposer aux spectateurs les meilleurs films récents ou à venir, inédits à Saint-Étienne ou inédits tout courts, et arroser l’ensemble d’une dose de festivité histoire de célébrer les dix ans d’un festival devenu incontournable. Ainsi, en avant-goût de la manifestation, Face à face se délocalise à Roanne pour présenter un film qui n’avait pas eu droit aux écrans de l’Espace Renoir… C’est pourtant un des plus marquants de l’année 2014, puisqu’il s’agit du puissant Eastern boys de Robin Campillo, dont le récit gigogne dessine une carte du désir entre un quadra embourgeoisé et un jeune immigré ukrainien, carte qui recouvre aussi les troubles échanges économiques de servitude entr

Continuer à lire