Panique chez les jouets

ECRANS | De Joël Simon, Bruno Collet, Vincent Patar et Stéphane Aubier (Fr-Belg, 43 min) animation

Christophe Chabert | Mardi 25 novembre 2014

À l'approche de Noël, les programmes réunissant plusieurs courts pour enfants se multiplient. Mais Panique chez les jouets est clairement à part. S'adresse-t-il vraiment au jeune public ? Sans doute, mais il y a fort à parier que les adultes y prendront autant, voire plus, de plaisir. Notamment face à La Bûche de Noël, servi en dessert du programme, le nouveau délire de Patar et Aubier, créateurs des mythiques PicPic André, qui reprennent les personnages de leur long Panique au village pour trente minutes de conte de noël parfumé à la bière belge.

On y retrouve cette alliance démente entre minimalisme et littéralité — les trois personnages principaux, Cowboy, Indien et Cheval, sont des figurines de… cowboy, d'indien et de cheval — autorisant ensuite toutes les élucubrations — comme tenter de récupérer la dernière bûche du supermarché, achetée par le fermier Steven, grand numéro vocal d'un Poelvoorde braillard et hilarant, ou organiser une soirée techno avec la police et le garde-barrière. Depuis Panique au village, l'animation des personnages a gagné en souplesse, l'hystérie est moins systématique et le scénario, plutôt bien charpenté. L'air de rien, ce petit film est un des trucs les plus barrés et réjouissants qu'on ait vu cette saison, et on se réjouit de sa sortie en salles.

Christophe Chabert


Panique chez les jouets

De Joel Simon, Bruno Collet, Vincent Patar (Fr, 42 min) animation

De Joel Simon, Bruno Collet, Vincent Patar (Fr, 42 min) animation

voir la fiche du film


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Ernest et Célestine

ECRANS | L’amitié entre une petite souris rebelle et un ours bohème fait trembler toute la pyramide sociale dans ce joyau du cinéma d’animation écrit par Daniel Pennac et réalisé par un trio lui aussi contre nature : Benjamin Renner et les mythiques Patar et Aubier. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 30 novembre 2012

Ernest et Célestine

Il y a le bas, le monde des souris ; et il y a le haut, celui des ours. Le travail des uns s’appuie sur celui des autres : pendant que les ours se pourrissent les dents à se gaver de sucreries, dont le commerce assure la prospérité des nantis, les souris récupèrent leurs ratiches qu’elles liment de manière à s’en faire de superbes dentiers avec lesquels elles pourront ronger et creuser des galeries. Ainsi va l’ordre de la société dans Ernest et Célestine, et les institutions veillent à ce que celui-ci ne soit jamais déréglé : policiers, juges et éducateurs ne sont pas que pour garantir la pérennisation du système. Sauf qu’un jour, l’imprévisible se produit : une petite souris nommée Célestine décide de prendre son indépendance, refuse le métier de dentiste à laquelle on la promet et n’écoute plus les injonctions de sa mère supérieure. Elle s’aventure à la surface et y fait la rencontre d’Ernest, qui lui aussi ne veut pas vivre selon la norme : il est un peu artiste, un peu mendiant, très paresseux. De leur rencontre va naître une utopie douce où la bohème ébranle le conformisme social. La souris accouche d’une montagne On l’aura compris, Ernest et

Continuer à lire