Sea Fog

ECRANS | L’équipage d’un chalutier coréen en faillite doit transporter clandestinement des immigrés chinois. Entre le drame et le thriller, un premier film de Shim Sung-bo imparfait mais parfois très fort, où plane l’ombre de son scénariste et producteur Bong Joon-ho. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 29 avril 2015

Photo : © 2014 - The Jokers film


En 1998, la Corée du Sud, dans une situation proche de celle de la Grèce aujourd'hui, subit les diktats du FMI pour remettre à flot son économie. Ce qui, bien entendu, a l'effet inverse sur ses habitants, qui plongent dans la précarité ou sont menacés de faillite.

C'est ce qui arrive à Kang — Kim Yun-seok, fabuleux comédien vu dans The Chaser et The Murderer — capitaine poissard d'un chalutier, méprisé par sa femme qui le trompe sans complexe et contraint par le propriétaire de son bateau à accepter un contrat illicite : transporter des clandestins chinois dans la cale de son bateau. Il embringue donc son équipage dans cette "mission" périlleuse, sans trop lui demander son avis — mais comme la plupart sont de jeunes chiens fous pensant essentiellement à lever les filles lors des escales, ils ne trouvent d'abord pas grand chose à y redire. Sauf que la traversée tourne à la tragédie et ce qui se présentait comme un drame social vire en cours de route au thriller maritime.

Lutte des classes en eaux troubles

Fidèle à ce qui a fait la puissance du cinéma sud-coréen, Shim Sung-bo prépare patiemment ce mélange des genres durant la première heure de Sea Fog, plus portée sur l'observation quotidienne des rapports de force à l'intérieur du bateau que sur les morceaux de bravoure — il y en a un, toutefois, lors de l'abordage des immigrés sous une pluie battante. Confiant dans les vertus de son crescendo, il prend le risque de laisser de l'air dans un récit qui met du temps à perdre ses nerfs. C'est le principal défaut du film, sa façon de reporter longuement un incident déclencheur que l'on devine assez vite.

Lorsqu'il se décide à rentrer dans le vif de son sujet, Shim Sung-bo s'engage dans un film de survie qui monte en puissance et en intensité, libérant au même rythme les pulsions de ses personnages et la violence de son discours, où il y a toujours plus faible que soi sur qui s'acharner.

D'une noirceur totale malgré la lueur d'espoir qu'incarne le couple formé par le jeune "apprenti" du chalutier et une des immigrées chinoises, Sea Fog porte la trace de son scénariste et producteur Bong Joon-ho. Le réalisateur de The Host et de Snowpiercer aurait sans doute poussé la mise en scène vers plus d'expérimentations et de liberté — Shim Sung-bo est beaucoup plus sage, même si les trente dernières minutes sont très inspirées visuellement.

Mais on retrouve ici le grand thème de son cinéma : un monde où les classes sociales, loin d'être abolies, continuent de se cannibaliser entre elles, encouragées par un ordre économique impitoyable et aveugle.

Sea Fog
De Shim Sung-bo (Corée du Sud, 1h51) avec Kim Yun-seok, Park Yu-chun…


Sea Fog - Les Clandestins

De Sung Bo Shim (Corée-sud, 1h45) avec Yun-seok Kim, Park Yu-chun...

De Sung Bo Shim (Corée-sud, 1h45) avec Yun-seok Kim, Park Yu-chun...

voir la fiche du film


L'équipage d'un bateau de pêche va prendre des risques en acceptant à bord des immigrés chinois souhaitant entrer en Corée.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Parasite" : Coucous, c’est nous !

Palme d'Or | Une famille fauchée intrigue pour être engagée dans une maison fortunée. Mais un imprévu met un à terme à ses combines… Entre "Underground" et "La Cérémonie", Bong Joon-Ho revisite la lutte des classes dans un thriller captivant empli de secrets. Palme d’Or 2019.

Vincent Raymond | Mardi 4 juin 2019

Recommandé par un ami étudiant, Kevin devient le professeur d’anglais de la fille de riches Coréens, les Park. Ce faisant, il tire un peu sa famille de sa misère. Puis, grâce à d’habiles ruses, sa sœur, son père et sa mère finissent par se placer chez les Park. Jusqu’où cela ira-t-il ? Un film asiatique montrant une famille soudée vivant dans la précarité, devant astucieusement flirter avec la légalité pour s’en sortir… Les ressemblances avec Une affaire de famille s’arrêtent là : quand Kore-eda privilégiait la dramédie, Joon-Ho use du thriller psychologique teinté d’humour noir pour raconter une fable sociale corrosive bien qu’elle elle ne soit pas exempte de traits caricaturaux — après tout, la persistance d’une dichotomie franche entre une caste de super-riches et une d’infra-pauvres ne constitue-t-elle pas une aberration grotesque pour une société censément civilisée ? Certes, la famille Ki-taek se rend bien coupable de faux en écriture ainsi que de quelques machinations visant à congédier les employés occupant

Continuer à lire

Lettre de Cannes #2

Festival de Cannes 2017 | Ou comment une projection vire à la farce, des militants bouleversent la Croisette et un cinéaste parle à un autre cinéaste.

Christophe Chabert | Lundi 22 mai 2017

Lettre de Cannes #2

Cher PB, il faut que je te raconte ce qui s’est passé l’autre matin à la projection d’Okja, le film Netflix de Bong Joon-ho. Depuis l’annonce par Thierry Frémaux de l’entrée en compétition de deux films coproduits mais surtout distribués par l’opérateur de vidéo à la demande par abonnement à 10 boules par mois, plus en version HD, les exploitants français ne cessent de faire les scrogneugneus, et de réclamer peu ou prou qu’on chasse ses malotrus yankees qui viennent sur le territoire français bousiller notre sacro-sainte exception culturelle. On ne leur fera pas l’injure, à certains du moins, de leur rappeler qu’ils ont tous très bien sortis les précédents films de Bong Joon-ho ou de Noah Baumbach, l’autre social-traître à avoir signé chez Netflix. C’est vrai, merde, Mistress America, quoi, au moins 800 salles l’ont programmé ! Et Mother, j’en parle même pas… Et pendant des mois en plus ! Toujours est-il qu’ils avaient prévu leur coup : à peine le logo Netflix apparu sur l’écran, la bronca s’est levée dans le Grand Théâtre Lumière, et s’ils avaient pu passer les portiques de sécurité avec des piques et des fourches pour traîner jusq

Continuer à lire

La Loi du silence

ECRANS | Bien sûr, les films de Cannes vont polariser — à juste titre — l’attention pendant le mois de mai ; mais ce n’est pas une raison pour oublier deux recommandables sorties venues d’Inde et de Corée du Sud… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 5 mai 2015

La Loi du silence

Synchrones avec leur présentation cannoise, La Tête haute d’Emmanuelle Bercot et La Loi du silence de Stéphane Brizé seront dans les salles respectivement le mercredi 13 mai et le mardi 19 mai ; leurs distributeurs nous ont en revanche fait promettre de ne rien en dire d’ici là. Dont acte, mais il serait dommage de ne pas vous recommander de courir voir ces deux films très forts, qui redonnent au cinéma social français ses lettres de noblesse. Voilà, on n’a rien dit — et on vous en dira plus sur notre site et via le blog que nous tiendrons tout au long du festival. Ceci évacué, il y a d’autres films à l’affiche en ce mois de mai et notamment un rescapé de l’édition 2014 du festival, présenté dans la section Un certain regard : Titli, une chronique indienne de Kanu Behl (20 mai). Pour ceux qui pensent que le cinéma indien, c’est Bollywood, Masala et compagnie, ce polar social sous influence Jacques Audiard — une filiation revendiquée par le réalisateur — devrait faire tomber vos clichés, sinon vos réticences. Cadet d’une famille de trois frères, Titli ("Papillon") a pour projet d’acheter le pa

Continuer à lire