Histoire de Judas

ECRANS | Une vision iconoclaste, quotidienne et pertinente de la relation Jésus / Judas par Rabah Ameur-Zaïmeche, handicapée par des scories auteuristes.

Christophe Chabert | Mardi 7 avril 2015

Dans l'esprit du plus mécréant des mécréants, Judas est l'apôtre qui a trahi Jésus, le livrant aux Romains et le conduisant à la crucifixion. Rabah Ameur-Zaïmeche choisit sciemment de rompre avec cette vision consacrée en faisant de Judas et Jésus des buddies à l'amitié indéfectible, qui ne sera brisée que par les enjeux politiques liés à l'émergence de cette nouvelle secte chrétienne qui dérange le pouvoir et les tenants de la religion hébraïque dominante.

Le cinéaste ne s'en tient pas là : en faisant jouer les premiers chrétiens par des acteurs d'origine arabe — dont lui-même dans le rôle de Judas — il confère une résonance actuelle puissante à cette histoire vieille de 2000 ans. Et en choisissant le réalisme et la quotidienneté — dans les dialogues ou les décors — plutôt que l'emphase, il ramène la vie de Jésus à son niveau le plus prosaïque, s'inscrivant ainsi dans les pas de Carrère ou Cavalier.

Il y a chez Ameur-Zaïmeche une manière presque caressante de regarder ses personnages, leurs traditions, leur musique — un des plus beaux passages du film — et parfois des idées fortes, comme ce procès de Jésus se déroulant au milieu des ruines, symbole souligné dans le dialogue d'un empire romain à bout de souffle. Sans parler de Barabas, vieux fou qui erre dans le récit en parodiant la parole évangélique et le comportement du Christ, miroir déformé mais peut-être lucide de son enseignement.

Il y a aussi, et c'est plus gênant, un goût pour les acteurs amateurs et la lenteur contemplative qui viennent pétrifier ce geste pourtant passionnant, limitant sa portée à une chapelle cinéphile alors qu'une telle approche aurait mérité un peu plus de générosité envers le spectateur.

Christophe Chabert


Histoire de Judas

De Rabah Ameur-Zaïmeche (Fr, 1h39) avec Nabil Djedouani, Rabah Ameur-Zaïmeche...

De Rabah Ameur-Zaïmeche (Fr, 1h39) avec Nabil Djedouani, Rabah Ameur-Zaïmeche...

voir la fiche du film


Après un long jeûne, Jésus rejoint les membres de sa communauté, soutenu par son disciple et intendant, Judas. Son enseignement sidère les foules et attire l'attention des grands prêtres et de l'autorité romaine.Peu avant son arrestation, Jésus confie une ultime mission à Judas...


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Terminal Sud" : Kakfa à la Méditerranée

ECRANS | De Rabah Ameur-Zaïmeche (Fr.-Alg., avec avert. 1h36) avec Ramzy Bedia, Amel Brahim-Djelloul, Slimane Dazi…

Vincent Raymond | Mercredi 20 novembre 2019

Un pays méditerranéen indéfini de nos jours, en proie à un conflit civil et religieux. Non aligné, un médecin tente d’exercer son métier malgré les tracasseries ordinaires et les incitations de ses proches à migrer en sûreté. Un jour, sa situation s’envenime malgré lui… Porté un Ramzy Bedia inspiré (comme il l’est souvent lorsqu’on lui confie un rôle dramatique), Rabah Ameur-Zaïmeche signe sans doute son film le plus abouti. Celui dont le récit s’avère le plus linéaire, mais surtout celui dont l’histoire est la plus universelle. Le contexte méditerranéen, l’évocation d’une guerre de décolonisation, la Nation déchirée et la question de la trahison… Autant de thèmes qui font écho à l’œuvre de Camus dont le cinéaste offre ici une forme de continuation contemporaine. Jusqu’à l’absurdité d’une séquence de torture qui, elle, renvoie moins à la pensée camusienne qu’à l’absurdité tchèque des procès de Prague (voir L’Aveu), quand des trésors de raffinements staliniens étaient mis en œuvre pour que des innocents s’accusent de forfaits dont ils ne connaissaient même pas l’existence.

Continuer à lire