Vice Versa

ECRANS | Les studios Pixar et Pete Docter donnent une singulière lecture de ce que l’on appelle un film-cerveau en plongeant dans la tête d’une fillette de onze ans pour suivre les aventures de… ses émotions ! Aussi ambitieux qu’intelligent, drôle, émouvant et exaltant, voici une date majeure dans l’histoire du cinéma d’animation. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 2 juin 2015

Vice Versa tombe à pic pour rappeler deux choses essentielles : d'abord, que les studios Pixar sont de grands aventuriers du cinéma, des pionniers qui ne se reposent pas sur leurs lauriers et semblent se nourrir de défis toujours plus ambitieux. Il a fallu huit ans au génial Pete Docter, déjà auteur de Monstres et compagnie et de Là-haut, pour venir à bout de Vice Versa ; on comprend à sa vision à quel point tous les projets montés par le studio entre temps n'étaient que des récréations — parfois formidables comme Toy Story 3 ou Rebelle, parfois décevantes comme les suites de Cars et de Monstres et Compagnie — en attendant d'accoucher de cette œuvre majeure.

Deuxième rappel : le cinéma d'animation n'est pas, comme trop de productions Dreamworks ou Disney récentes ont eu tendance à l'affirmer, une recette commerciale visant à séduire les bambins en leur servant des produits formatés et opportunistes. Pixar travaille le genre dans ce qu'il a de plus noble : une ouverture vers un imaginaire figuratif illimité qui permet de nouer un dialogue riche et intuitif avec les jeunes spectateurs, tandis que les plus âgés font tourner à plein régime leurs méninges pour en décrypter les soubassements intellectuels.

L'Odyssée du cerveau

L'originalité de Vice Versa, c'est qu'il est un peu le discours de la méthode Pixar, sans pour autant perdre de vue son caractère de récit d'aventures trépidantes, bourré d'humour et au final résolument bouleversant. L'idée est, comme son titre l'indique, de renverser les perspectives : plutôt que de suivre de l'extérieur la vie d'une fillette de onze ans, Riley, nous allons la vivre de l'intérieur, depuis le quartier général de son cerveau où s'agitent ses émotions primaires — joie, tristesse, peur, colère, dégoût. Celles-ci sont représentées par autant de personnages colorés et fortement caractérisés, dont les conflits forment la matière principale de l'action.

Parmi elles, Joie a droit à une attention particulière : c'est elle qui, la première, découvre le monde à travers les yeux de Riley, et cette séquence d'ouverture est aussi simple et essentielle que l'aube de l'humanité chez Kubrick ou Terrence Malick. L'émerveillement y est tout autant un sujet qu'une matière vivante, cet instant où d'un blanc aveuglant jaillissent des formes et de la vie. Il y aura alors une deuxième "naissance" : une simple bille jaune dans laquelle cette image matricielle va se fixer, premier souvenir fondamental qui ira se stocker dans la mémoire de Riley, prêt à être réactivé en cas de besoin affectif. Se construit alors son monde intérieur, que Docter représente par des îles en apesanteur — la famille, le jeu, l'amitié — comme autant de repères essentiels qui définissent la personnalité de l'enfant.

Le tour de force de Vice Versa, c'est donc de rendre évident à l'écran ce qui ne l'était pas du tout sur le papier : figurer des concepts abstraits que les sciences cognitives, la psychanalyse et les neurobiologistes étudient sans relâche. À cela s'ajoute une autre tâche, encore plus immense : raconter l'instant où Riley va devoir faire le deuil de son enfance, c'est-à-dire accepter la complexité émotionnelle qui est le premier pas vers la maturité.

Au-delà de l'enfance

Vice Versa se déploie alors sur deux plans : la dépression dans laquelle la fillette s'enfonce suite au déménagement de ses parents, et le moment où Joie et Tristesse sont expulsées du quartier général et vont devoir traverser toutes les routes cérébrales de Riley, périple propice à une débauche d'inventions aussi audacieuses que finement observées. Car les scénaristes du film semblent déplier à l'écran le travail invisible qui consiste à connaître jusque dans les moindres recoins la psyché de leur personnage : de quoi sont faits ses rêves ? Qu'est-ce qui habite son imagination ? Quels sont ses traumas, ses peurs, ses inclinations ?

À chaque étape, Docter déploie une générosité sans borne et un culot qui semble ne pas connaître de limite. Deux séquences sont ainsi littéralement inédites : celle où l'on visite le studio qui fabrique les rêves, variation autour de l'usine à cris de Monstres et compagnie, où le film se plaît à réfléchir sa propre fabrication, quitte à égratigner en douceur la maison mère Disney ou les théories freudiennes ; et celle dans le couloir des pensées abstraites, où Vice Versa devient pendant une dizaine de minutes une pure œuvre d'art, allant au bout de son concept en le renversant à nouveau : il ne s'agit plus de figurer les circuits mentaux, mais de les replonger dans une autre forme d'abstraction en les déconstruisant jusqu'au vertige.

Tout cela n'a en fin de compte qu'un seul but : emmener le spectateur vers le moment déchirant où Riley accepte que la tristesse n'est pas une émotion négative, mais un sentiment qui doit être mis en équilibre avec la joie. C'est la naissance de la mélancolie, d'une nouvelle bille qui n'est plus monochrome mais multicolore. Quelque chose a changé dans sa vie, mais dans la nôtre aussi : on ne regardera plus jamais le cinéma d'animation, sinon le cinéma tout court, après ce chef-d'œuvre qu'est Vice Versa.

Vice Versa
De Pete Docter (ÉU, 1h34) animation
Sortie le 17 juin

entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Toy Story 4" : Il faut savoir finir un rêve

ECRANS | De Josh Cooley (É.-U., 1h40) avec les voix de Tom Hanks/Jean-Philippe Puymartin, Tim Allen/Richard Darbois, Tony Hale/Pierre Niney…

Vincent Raymond | Mercredi 26 juin 2019

Quand Fourchette, la nouvelle arrivée dans la tribu des jouets de Bonnie, se fait la malle, Woody part aussitôt à sa recherche. Sa quête lui fera découvrir de bien étranges antiquités, mais aussi retrouver un amie depuis longtemps perdue de vue… Réussir un départ n’est jamais chose aisée. Pourtant, on se prend à espérer : et si la série Toy Story s’achevait en apothéose, saisissant au vol la splendide occasion offerte par la conclusion de ce quatrième opus — c’est-à-dire en se refermant sur un sentiment de frustration en renonçant par avance (et par principe) à toute idée de spin off ou de préquelle ? Parlant autant de l’abandon, de la transmission, du deuil de l’enfance, ce quatrième épisode invite à une rupture raisonnable : lorsque les enfants sont trop grands pour continuer à s’inventer des histoires avec leurs jouets (et que ceux-ci sont encore aptes, dont peuvent éviter l’Enfer de Toy Story 3) ils les confient à de plus jeunes dans une boucle infinie. L’adulte reste avec ses souvenirs, qu’il peut réactiver à loisir, ou rematérialiser en se procurant une répli

Continuer à lire

"Coco" : Os secours des ancêtres

Animation | Un petit Mexicain parcourt le Royaume des Morts pour déjouer une malédiction familiale et obtenir une bénédiction en retour. Coutumier des quêtes en milieu hostile (Monstre & Cie, Le Monde de Nemo), Lee Unkrich pousse plus loin le curseur et emporte les cœurs. Signé Pixar.

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Depuis qu’une aïeule a été abandonnée par son guitariste d’époux, la famille de Miguel a banni toute musique de sa vie. C’est donc un drame quand le garçonnet avoue, le Jour des Morts en plus, se destiner lui aussi à la guitare. Miguel espère trouver du soutien auprès de ses ancêtres… S’il faut aux sceptiques une preuve supplémentaire de l’existence d’un particularisme artistique des studios Pixar au sein de l’empire Disney, Coco tombe à pic : il constitue même une manière de manifeste. Là où les productions issues de la maison-mère misent sur un arsenal codifié d’éléments rassurants pour fédérer leurs publics — schématisons : la quête d’une princesse entrelardée par des torrents de chansons —, la branche spécialisée dans les images de synthèse s’aventure dans territoires insolites, plus stupéfiantes encore du point de vue narratif que technique. Une “originalité” artistique autorisée parce qu’elle s’avère globalement payante… notamment du côté du tiroir-caisse. Notes en sourdine Même si la musique est ici le moteur

Continuer à lire

Lee Unkrich & Darla K. Anderson : « Montrer Frida Kahlo dans la mort, c’est de la pure imagination »

"Coco" | Piller de Pixar, le réalisateur de "Monstres & Cie", du "Monde de Nemo" ou de "Toy Story 2 & 3" Lee Unkrich est à nouveau à la manœuvre pour "Coco", qu’il évoque avec sa productrice Darla K. Anderson…

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Lee Unkrich & Darla K. Anderson : « Montrer Frida Kahlo dans la mort, c’est de la pure imagination »

Quel est le point de départ de Coco ? LU : L’inspiration est tout simplement venue du Mexique, dont j’appréciais depuis toujours le Día de muertos — le Jour des morts. Quand j’ai commencé à écrire sur ce sujet, je me suis rendu compte qu’il n’y avait aucune histoire sur cette fête, c’était une idée assez unique. Au fur et à mesure de mes recherches, j’ai découvert combien l’idée du souvenir de sa famille y était important. Il y avait là le potentiel pour une histoire universelle, drôle, dramatique, visuellement très belle et avec un vrai cœur. Ça m’a touché. Avez-vous conçu le Pays des morts comme un miroir à celui des vivants, puisqu’on y boit, mange, dort ? LU : Non, on n’a pas pensé à cette notion de miroir, mais on a fait beaucoup de recherches pour la préparation, ce qui nous a aidés pour concevoir Santa-Cecilia, la ville du monde des vivants où vit Miguel. Évidemment, on ne pouvait pas faire de recherches pour le monde des ancêtres, alors on a fait appel à l’imagination. On aura

Continuer à lire

Un Moi(s) de cinéma #6

ECRANS | Chaque mois, Le Petit Bulletin vous propose ses coups de cœur cinéma des semaines à venir en vidéo.

Christophe Chabert | Mercredi 3 juin 2015

Un Moi(s) de cinéma #6

Au sommaire de ce sixième numéro : • Cannes 2015 : bilan rapide • Loin de la foule déchaînée de Thomas Vinterberg • Vice Versa de Pete Docter • Une seconde mère d'Anna Muylaert

Continuer à lire

Monstres academy

ECRANS | Déception pour le nouveau Pixar : la greffe entre l’univers de Monstres et Cie et celle du film de campus ne prend qu’à moitié, et le scénario paraît bien attendu par rapport à celui du précédent Rebelle. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Lundi 8 juillet 2013

Monstres academy

On se souvient avec émotion de Monstres et Cie, peut-être le film qui a fait basculer Pixar dans la cour des grands. L’allégorie sur l’entertainment hollywoodien s’y déployait à travers un récit mené tambour battant et passant par toutes les émotions possibles — la moindre des choses pour un film où le carburant était justement une émotion, en l’occurrence la peur. Plutôt que de lui donner une suite, le studio a choisi de retourner aux origines de ses héros et de greffer l’univers des terreurs d’élite sur celui du teen movie. Sully et Bob «retournent» donc à l’université, avec un antagonisme fort : le premier n’est que le descendant un peu glandeur d’une légende de l’effroi, le deuxième est un gringalet qui veut réussir malgré ses maigres atouts et met toute son énergie dans un bachotage effréné. Le campus est à peine différent de ceux qui forment l’ordinaire du cinéma adolescent américain : des nerds et des bullies, des confréries et des soirées entre étudiants… C’est la première déception du film : plutôt que de renouveler les codes ou d’en fournir une critique, Monstres academy se contente la plupart du temps de les reprodui

Continuer à lire