Que vaut le nouveau James Bond ?

ECRANS | 24e opus de la franchise officielle James Bond, "007 Spectre" n’a rien d’une fantomatique copie. À la réalisation comme pour "Skyfall", Sam Mendes poursuit son entreprise subtile de ravalement du mythe, consistant à jouer la continuité tout en reprenant le mâle à la racine…

Vincent Raymond | Mardi 10 novembre 2015

Photo : © DR


De tous les "serials" modernes, James Bond est le seul dont on puisse garantir la survie, quelles que péripéties que connaisse le monde. À l'écran depuis 1962, s'il a connu une seule éclipse entre 1989 et 1995, elle n'était même pas liée à la fin de la Guerre froide et n'a eu aucune incidence sur son succès – à peine dût-elle troubler son cocktail martini. Davantage qu'un personnage, 007 est une marque, un label en soi, dont l'aura dépasse celle de tous les interprètes prenant la pose dans son smoking.

D'avatars en résurrections, chaque épisode parvient à battre des records techniques, artistiques ou, le plus souvent, économiques. Le dernier en date, Skyfall (2012), ne s'est pas contenté de dépasser le milliard de dollars de recettes au box office ni de glaner (enfin) l'Oscar de la chanson originale grâce à Adele – on pourrait parler là de bénéfices collatéraux. Il s'était surtout distingué par une écriture renouvelée, qui coupait court avec les incertitudes et les bricolages de Casino Royale (2006) et de Quantum of Solace (2008), premières apparitions de Daniel Craig sous le célèbre matricule.

Bond. James Rebond

Skyfall continuait à "reconstruire" un Bond en s'appuyant sur un double passé, en connivence avec le public. Le premier étant celui de la saga, manifesté par le surgissement d'éléments iconiques incontournables (la réplique « Bond. James Bond », la vodka martini, l'Aston Martin DB5 gris métallisé…) ; le second, plus intéressant, celui inventé par les scénaristes pour rendre le personnage cohérent avec notre époque ET son caractère. Le trouble né de ce double historique (l'un inconscient, l'autre subconscient), de cette ambivalence, contribuait à la réussite d'un film aux échos psychanalytiques – style Spellbound (1945) d'Hitchcock. Et, prodige d'écriture, Skyfall s'achevait en donnant l'impression de boucler une boucle hélicoïdale : les services secrets se dotaient d'un nouveau M, lequel investissait un bureau sentant davantage la patine et le vintage 1962 que le high tech épuré de sa défunte devancière. On raccrochait les wagons, prêt à embrayer sur Dr No… ou Bons Baisers de Russie.

007 Spectre est la digne suite, ou plutôt poursuite de Skyfall. Confirmation dès l'ouverture au "gun-barrel", ce gimmick dans lequel James Bond apparaît à l'intérieur d'un canon et abat… le spectateur. Le traitement de cette séquence de 20 secondes, parfois dégoulinante d'effets spéciaux (et de sang), en dit long sur l'esprit du film : ici, c'est le "flat design" qui l'emporte, avec un carton à l'ancienne, brut. Les familiers de l'univers bondien apprécieront que le scénario, tout en approfondissant le héros, peuple son environnement d'éléments connus. Telle la super-organisation mafieuse Spectre, dont la "restauration" suit la logique de réactivation de la franchise. Acronyme de “Service pour l'espionnage, le contre-espionnage, le terrorisme, la rétorsion et l'extorsion”, le Spectre est l'ennemi tentaculaire de prédilection de l'espion britannique. Une internationale du crime à côté de laquelle les bolcheviks avec leur couteau entre les dents passeraient pour un club de jeunes en goguette. Fournissant à Bond la quasi-intégralité de ses adversaires, elle est contrôlée par un génie du crime, Ernst Stavro Blofeld.

Introspection pour un espion

Après Donald Pleasence, Telly Savalas ou Charles Gray, c'est Christoph Waltz qui prête sa suavité aristocrate à cet onctueux pervers. Choix des plus judicieux : 007 Spectre vérifie la règle hitchockienne indexant la réussite d'un film sur l'envergure de son méchant, c'est-à-dire la qualité de l'interprète combinée à l'écriture du rôle. Bien que trop modeste, la présence de Waltz, glaçante dans la pénombre dès sa première apparition, se révèle hautement jubilatoire tant il semble déglingué par un vice lucide – comme chez Tarantino. Évidemment, un homme de main, dont on ne sait s'il est plus abominable que monstrueux, le seconde. Il se livre avec Bond dans un train à l'un des plus beaux "mano a mano" (comprenez, une bonne grosse baston bien sauvage) de la série, qui replace l'échange Bond-Jaws de L'Espion qui m'aimait au niveau d'un échauffement de gymnastique rythmique.

Cette irruption de Blofeld participe de l'exploration "par l'intérieur" du passé bondien et apporte de nouvelles pièces, plutôt osées, loin d'être inintéressantes pour l'avenir. C'est la grande réussite de Sam Mendes d'avoir encore su concilier un film musclé contemporain bâti sur un scénario crédible, sans fioritures (le noyautage des services de renseignements, donc des États, par une organisation très mal intentionnée), et la construction méthodique de personnages, éjectés de l'orbite du stéréotype. Moneypenny (Naomie Harris) n'est ainsi pas condamnée à garder l'antichambre d'un M (Ralph Fiennes) prenant part à l'action malgré ses bretelles de bureaucrate, tout comme le geek Q (Ben Wishaw). Intériorisant son personnage, autant qu'il en fait une sorte de Hulk, Craig est finalement un autre Bond. Toujours taciturne, indifférent au monde, comme désespérément absent. N'était son visage de pomme de terre, on commencerait presque à apprécier son interprétation.

007 Spectre
De Sam Mendes (GB, 2h30) avec Daniel Craig, Christoph Waltz, Léa Seydoux…


007 Spectre

De Sam Mendes (ÉU, 2h30) avec Daniel Craig, Christoph Waltz...

De Sam Mendes (ÉU, 2h30) avec Daniel Craig, Christoph Waltz...

voir la fiche du film


Un message cryptique venu tout droit de son passé pousse Bond à enquêter sur une sinistre organisation. Alors que M affronte une tempête politique pour que les services secrets puissent continuer à opérer, Bond s'échine à révéler la terrible vérité derrière... le Spectre.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"1917" : La guerre, et ce qui s’ensuivit

Le film du mois | En un plan-séquence (ou presque) Sam Mendes plonge dans les entrailles de la 1ère Guerre mondiale pour restituer un concentré d’abominations. Éloge d’une démarche sensée fixant barbarie et mort en face, à l’heure où le virtuel tend à minorer les impacts des guerres…

Vincent Raymond | Mercredi 8 janvier 2020

1917, dans les tranchées de France. Deux caporaux britanniques sont dépêchés par un général pour transmettre au-delà des lignes ennemies un ordre d’annulation d’assaut afin d’éviter un piège tendu par les Allemands. Une mission suicide dont l’enjeu est la vie de 1600 hommes… Depuis que le monde est monde, l’Humanité semble avoir pour ambition principale de se faire la guerre — Kubrick ne marque-t-il pas l’éveil de notre espèce à “l’intelligence“ par l’usage d’une arme dans 2001 : l’Odyssée de l’espace ? Et quand elle ne se la fait pas, elle se raconte des histoires de guerre. Ainsi, les premiers grands textes (re)connus comme tels sont-ils des récits épiques tels que L’Iliade et L’Odyssée ayant pour toile de fond le conflit troyen. À la guerre comme à la guerre Si la pulsion belliciste n’a pas quitté les tréfonds des âmes, comme un rapide examen géopolitique mondial permet de le vérifier, la narration littéraire occidentale a quant à elle suivi une inflexion consécutive aux traumatismes hérités des deux conflits mondiaux. Art plus jeune et régi par d’autres impératifs — celui de servir d’instrument de co

Continuer à lire

"Kings" : Los Angeles, 1992

Historico-urbain | de Deniz Gamze Ergüven (Fr.-E.-U., 1h32) avec Halle Berry, Daniel Craig, Kaalan Walker…

Vincent Raymond | Mercredi 4 avril 2018

Mère courage, Millie accueille sans compter tous les gamins à la rue. Si la tension est continue entre les forces de l’ordre et les habitants de son quartier de Los Angeles, la tenue du procès des policiers ayant tabassé Rodney King déclenche des émeutes. Et Millie a peur pour ses enfants… Le succès international de Mustang ayant ouvert grandes les frontières à sa réalisatrice, celle-ci a consenti à franchir l’Atlantique… sans pour autant succomber à l’appel des studios : projet personnel porté de longue date, Kings n’aurait sans doute pas correspondu, dans sa forme et son fond, aux critères hollywoodiens. Volontiers hybride avec ses surimpressions visuelles, ses inclusions d’images d’actualités, ses parenthèses lyriques, drolatiques ou abstraites venant éclater le réalisme contextuel, cette chronique chorale d’un quartier populaire rappelle la tension moite et revendicative des Spike Lee ou John Singleton d’antan, autant qu’elle évoque le regard sur l’adolescence de Larry Clarke — en plus soft, tout de même ! Des nuits orangée

Continuer à lire

Novembre : On refait l’histoire !

ECRANS | On dit que le premier geste est souvent le bon. Pourtant, au cinéma, cette règle est souvent contredite : on ne compte plus les remakes, reboots, ni les relectures de l’Histoire ! Parfois pour le meilleur, souvent (hélas) pour le pire… Vincent Raymond

Vincent Raymond | Mardi 3 novembre 2015

Novembre : On refait l’histoire !

Ce n’est pas parce qu’une histoire a déjà été racontée qu’elle est épuisée : combien vides seraient les salles si l’on s’en tenait, pour chaque film, à une version définitive ! Combien pauvres seraient les producteurs si les concepts de suite, de remake, de préquelle ou de reboot (le plus génial du lot, puisqu’il consiste à recommencer une série à zéro, comme si de rien n’était) n’existaient pas ! Mais il y a bien des manières de remettre l’ouvrage sur le métier. Certaines plus adroites et créatives ; d’autres parfaitement inutiles. À tout "saigneur", tout honneur, commençons par James Bond. Le 24e opus officiel de la franchise, 007 Spectre (11/11) n’a rien d’une fantomatique copie. À la manœuvre comme dans Skyfall, Sam Mendes poursuit son entreprise subtile de ravalement du mythe, consistant à jouer la continuité, tout en reprenant le "mâle à la racine" — en l’occurrence, en explorant l’enfance tragique de l’espion préféré de Sa Gracieuse Majesté. Résultat ? Plutôt convaincant. Non seulement Mendes signe un film musclé contemporain sur un scénario crédible sans fioriture, mais l’environnement bondi

Continuer à lire

Skyfall

ECRANS | C’était à prévoir : avec Sam Mendes aux commandes, ce nouveau James Bond n’est ni efficace, ni personnel, juste élégamment ennuyeux et inutilement cérébral. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 30 octobre 2012

Skyfall

Rappel des faits : avec Casino Royale, la plus ancienne franchise de l’histoire du cinéma tentait un lifting radical, à la fois retour aux origines du héros et volonté de lui offrir une mise à jour réaliste. Globalement salué, notamment à cause de l’implication de Daniel Craig pour camper un James Bond badass et pourtant vulnérable, ce premier volet s’est vu immédiatement entaché par une suite catastrophique, Quantum of Solace, qui courait pathétiquement derrière les Jason Bourne de Paul Greengrass et ne produisait que du récit indigent et de l’action illisible. Le prologue de Skyfall montre que les producteurs ont bien retenu la leçon : sans être révolutionnaire, il offre une scène d’action parfaitement claire et plausible, filmée avec calme et élégance — Roger Deakins, le chef op’ des Coen, est à la photo et cela se sent. La conclusion montre une fois de plus un Bond fragile, qu’une balle pourrait bien envoyer ad patres — là encore, beau plan sous-marin qui embraye sur un générique tout de suite plus kitsch, mais c’est la loi du genre. Débondage Après, stupeur ! Les faiblesses d’un script vite torché appar

Continuer à lire