Antonin Peretjatko : « Un gag n'est pas une science exacte »

La Loi de la Jungle | Comment faire rire ? Ce casse-tête d’un jour pour les candidats au bac de philo est le lot quotidien d’Antonin Peretjatko, qui reçoit les félicitations du jury grâce à sa dernière copie — pardon, son nouveau film.

Vincent Raymond | Jeudi 16 juin 2016

Photo : © Rectangle Productions


Est-il facile aujourd'hui de tourner une comédie à la fois burlesque et absurde ? Les cinéastes contemporains semblent timides face à ce style, qui a jadis connu ses heures de gloire…
Antonin Peretjatko
: C'est effectivement de l'ordre de la timidité ou de l'autocensure. Faire des gags visuels est assez difficile, parce qu'aujourd'hui les scénarios sont financés par des lecteurs. Écrire quelque chose de visuel, c'est aussi délicat que décrire une peinture que vous allez faire ! Cela explique pourquoi il y a autant d'adaptations de BD comiques : les dessins sont déjà là, et l'on peut plus aisément visualiser le potentiel comique du film. Quant aux livres où l'on éclate de rire, il y en a très peu, il faut remonter à Rabelais.

La difficulté des gags visuels, c'est qu'ils peuvent avoir un impact sur le scénario et les personnages. Un gag n'est pas une science exacte, on n'est jamais sûr à 100% que cela fonctionne. Et si au tournage ou au montage, on s'aperçoit qu'un effet burlesque situé à un nœud scénaristique très important est raté, on le met à la poubelle. Le problème est qu'il manque alors un étage à la fusée, et il faut retourner une séquence. Cela peut avoir un impact dramatique sur les finances ; voilà pourquoi on réfléchit à deux fois avant de faire ce genre de film.

Cependant vous persistez, en balayant un spectre comique de plus en plus large et précis.
L'humour a ceci de particulier que tout le monde en a, mais ce n'est pas le même. Je voulais ici un éclectisme pour n'exclure personne. Quant à cette douloureuse question du timing dans le gag — si l'on va trop vite ou pas assez —, ce sont des choses qui s'apprennent par l'expérience. Le spectateur est sans concession : s'il ne rit pas, il est en rogne et il le fait savoir. Il aura une autre appréciation pour un drame, un sentiment de colère atténué s'il croit moins aux personnages… Lorsqu'une comédie parlant du monde d'aujourd'hui n'est pas drôle, le public ne voit pas le message, il voit seulement la comédie ratée. C'est pour cela que dans les comédies actuelles, il y a davantage de dialogues : leur perception comique est immédiate. Rien ne dit qu'un film reposant sur le comique de situation ou visuel va être drôle, à part le précédent du réalisateur…

L'accueil favorable réservé à votre premier long-métrage, La Fille du 14 juillet, vous a-t-il encouragé à aller aussi loin dans l'exotisme — aussi bien pour les décors que la narration ?
Pas seulement… Ça m'a aidé à aller dans le baroque d'un film partant dans tous les sens, en feu d'artifice. Mais il y avait aussi un scénario beaucoup plus solide, une ligne directrice faisant que le spectateur ne risquait pas de se perdre dans les méandres de l'histoire. L'intrigue était suffisamment forte pour rassurer les personnes qui mettaient de l'argent dans le film.

Vous faites dire à un personnage que “le Français n'a pas vocation à être rentable”. Un cinéaste, en revanche, se doit-il de l'être ?
Pas forcément. Mais il faut toujours pouvoir faire le film suivant ! Après, la rentabilité peut s'exprimer de plusieurs façons… Un producteur peut s'engager sur un film dont le projet artistique s'adresse à une petite frange de la population, en sachant qu'il lui rapportera suffisamment en terme de notoriété, afin de produire ensuite un film différent rapportant, celui-là, énormément d'argent.

La singularité de votre écriture comique passe aussi par l'utilisation de la musique : vous composez une sorte de patchwork.
C'est tout à fait cela. C'est un film baroque mélangeant plusieurs impressions très différentes : une harmonie de contraires, de styles musicaux et cinématographiques différents. La musique a plusieurs utilisations : elle peut ainsi être un personnage, un sentiment ou simplement donner une couleur. Dans les vingt premières minutes, elle est classique, trop grandiloquente pour les images — elle rappelle les comédies burlesques américaines des années cinquante, parce que c'est du tac-au-tac, des gags visuels, que cela va vite. Puis, lorsque l'on entre dans l'histoire entre les deux personnage, l'atmosphère tourne grâce à la musique. L'arrivée de la musique électronique et de Jean-Michel Jarre à la fin amène encore quelque chose de nouveau. La musique est choisie avant la réalisation, lors des repérages. Les décors incitent à certains choix : par exemple, la jungle m'a renvoyé sur Olivier Messiaen. Ensuite, le montage est un labo qui permet de tester, de voir si les associations avec les images marchent. Ou pas…


La loi de la jungle

D'Antonin Peretjatko (Fr, 1h39) avec Vincent Macaigne, Vimala Pons...

D'Antonin Peretjatko (Fr, 1h39) avec Vincent Macaigne, Vimala Pons...

voir la fiche du film


Marc Châtaigne, stagiaire au Ministère de la Norme, est envoyé en Guyane pour la mise aux normes européennes du chantier GUYANEIGE : première piste de ski indoor d’Amazonie destinée à relancer le tourisme en Guyane. De mésaventure en mésaventure, on lui affuble un coéquipier. Pas de chance c’est une pin-up. Pire : elle a du caractère.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"La Loi de la jungle" : et si c'était le succès surprise de l’été ?

ECRANS | Satire de la bureaucratie obstinée et stérile, film d’aventure burlesque, le second long-métrage d’Antonin Peretjatko est beau comme la rencontre de Jean-Luc Godard (première époque) et de Peter Sellers sur une piste de ski en Guyane.

Vincent Raymond | Jeudi 16 juin 2016

Quand elles ne font pas désespérer du genre humain, les règles administratives sont d’inépuisables sources d’inspiration pour un auteur comique. L’absurdité pratique de certaines d’entre elles, combinée à la suffisance de ceux qui les promulguent comme de ceux chargés de les faire respecter, les confit de ridicule, éclaboussant au passage l’ensemble de l’institution les ayant engendrées. Aussi, lorsque Antonin Peretjatko imagine la Métropole décréter d’utilité publique la construction d’une piste de ski artificiel en Guyane, on s’étonne à peine. Pas plus lorsqu’il montre un pays abandonné aux mains des stagiaires au mois d’août. L’abominable norme des neiges On s’étrangle en revanche — de rire — devant la cavalcade de gags assénés, à un tempo d’autant plus soutenu que la vitesse du film, légèrement accélérée, donne aux voix un ton aigrelet décalé. Peretjatko investit tous les styles d’humour (le visuel pur et chorégraphié à la Tati, le burlesque de la catastrophe façon Blake Edwards, le nonsense montypythonesque et l’aventure exotique trépidante dont Philippe de Broca avait le secret) en conservant sa propre “musique”. Tâtonnant dans ses films précédents, i

Continuer à lire

La Fille du 14 juillet

ECRANS | Premier long-métrage d’Antonin Peretjatko, cette comédie qui tente de réunir l’esthétique des nanars et le souvenir nostalgique de la Nouvelle Vague sonne comme une impasse pour un cinéma d’auteur français gangrené par l’entre soi. Qui mérite, du coup, qu’on s’y arrête en détail… Christophe Chabert

Christophe Chabert | Vendredi 7 juin 2013

La Fille du 14 juillet

En remplacement d’un LOL galvaudé par l’adolescence sans orthographe, le branchouille a pris l’habitude de placer un peu partout des WTF — pour What The Fuck. WTF : un sigle qui semble avoir été importé pour résumer un certain cinoche d’auteur français qui, à la vision répétée de chacun de ses jalons, provoque la même sensation d’incrédulité. Qu’est-ce qui passe par la tête des cinéastes pour accoucher de trucs aussi improbables, dont une partie de la critique s’empare pour en faire des étendards de contemporanéité là où, même de loin, on ne voit pas la queue d’une idée aboutie ? La Fille du 14 juillet pousse même un cran plus avant le concept : c’est un film WTF assumé, le rien à péter devenant une sorte de credo esthétique et un mode de fabrication. Derrière la caméra, Antonin Peretjatko, déjà auteur d’une ribambelle de courts métrages sélectionnés dans un tas de festivals — mais refusés systématiquement dans beaucoup d’autres, c’est dire si son cas provoquait déjà des réactions épidermiques ; devant, le dénommé Vincent Macaigne, dont l’aura de metteur en scène de théâtre — dont on a pu lire du

Continuer à lire