"Zombillénium" : Monstres contre Cie

Le film du mois d'octobre 2017 | L’auteur du court métrage La Révolution des crabes passe enfin au long avec l’adaptation réussie de sa série BD la plus célèbre narrant l’histoire d’un parc d’attractions dirigé par des morts-vivants, mais menacé de fermeture. Une illustration animée du capitalisme inhumain…

Vincent Raymond | Mardi 3 octobre 2017

Photo : © DR


Pas de chance pour Hector ! Venu inspecter Zombillénium, il a découvert par accident le secret de ce parc d'attractions : c'est une annexe des enfers où travaillent des morts-vivants. Pour s'assurer de son silence, le directeur le transforme en démon et l'intègre à son l'équipe. Il en aura besoin.

Lorsqu'ils ont découvert ses premiers albums Péchés Mignons, peuplés de personnages aux sages rotondités poupines se livrant à de coquins ébats, les lecteurs d'Arthur de Pins ont sans doute été déroutés : le style néo-ligne claire-3D de l'auteur et sa bouille de premier communiant ne laissaient pas présager d'une telle hardiesse. Mais le sieur Arthur excelle dans l'art du faux-semblant ; sa série suivante, Zombillénium, en est une preuve éclatante. Sous des dehors lisses, brassant l'imaginaire fantastico-gothique dont les ados sont friands, ce cycle d'albums fait du diable le cupide actionnaire majoritaire du parc — son exploitant…exploiteur. Même si le propos de De Pins n'est pas très éloigné de Dismaland (le parc à thème anarcho-divergent de Banksy), le destin des “employés”, c'est-à-dire des damnés œuvrant dans les coulisses, l'intéresse davantage que l'ambiance foraine. La fantaisie ludique n'est pas laissée pour compte : il l'obtient en hybridant son conte social (situé dans le Nord, de surcroît) avec toutes les espèces magiques noires ou blanches possibles.

Parc à anathème

En portant à l'écran son riche matériau, de Pins a considérablement toiletté l'histoire, la remaniant sans en perturber foncièrement le sens : les personnages y gagnent en épaisseur dramatique, en particulier le héros, gratifié ici d'une fillette. Le film restitue par ailleurs sans aucun mal l'esthétique, les cadrages, les profondeurs, et les tons vifs des albums : les techniques infographiques ont cet avantage d'être transposables de la planche à l'écran. À la grande fluidité de l'animation s'ajoute un sens du rythme double porté par le montage et la musicalité de l'ensemble. Comme le clip Nameless World (2013) — bout d'essai pour Zombillénium réalisé avec Skip the Use — le laissait subodorer, Mat Bastard a logiquement composé la B.O., aux accents ultra rock. Voilà qui ajoute de l'agrément à un film méritant d'être le succès monstre d'Halloween.

Zombillénium de Arthur de Pins & Alexis Ducord (Fr., 1h 18) animation avec les voix de Emmanuel Curtil, Alain Choquet, Kelly Marot…(18 octobre)


Zombillénium

De Arthur de Pins, Alexis Ducord (Fr, 1h18) avec Emmanuel Curtil, Alain Choquet

De Arthur de Pins, Alexis Ducord (Fr, 1h18) avec Emmanuel Curtil, Alain Choquet

voir la fiche du film


Dans le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium, les monstres ont le blues. Non seulement, zombies, vampires, loups garous et autres démons sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable à jamais, mais en plus ils sont fatigués de leur job, fatigués de devoir divertir des humains consuméristes, voyeuristes et égoïstes, bref, fatigués de la vie de bureau en général, surtout quand celle-ci est partie pour durer une éternité... Jusqu'à l'arrivée d'Hector, un humain, contrôleur des normes de sécurité, déterminé à fermer l’établissement. Francis, le Vampire qui dirige le Parc, n’a pas le choix : il doit le mordre pour préserver leur secret. Muté en drôle de monstre, séparé de sa fille Lucie, et coincé dans le parc, Hector broie du noir... Et si il devenait finalement la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter