Ariane Ascaride : « Les films de Robert Guédiguian fonctionnent à plusieurs niveaux »

"La Villa" | Bienveillante, passionnée, Ariane Ascaride demeure l’incontournable muse et visage du cinéma de Robert Guédiguian. Dans La Villa, elle incarne Angèle, une actrice de retour dans sa fratrie…

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Photo : © AGAT FILMS & CIE / France 3 CINEMA


À quoi pense-t-on quand on endosse un rôle d'actrice ?

Je ne pense jamais à ce que je fais quand je joue : je le fais, je le suis. Je pense avant ; peut-être après. Si vous pensez, vous ne jouez pas ; c'est une drôle d'alchimie. Je suis toujours fascinée quand j'entends des acteurs dire qu'ils sont allés en usine une semaine pour travailler à la chaine. Je ne le ferais jamais, car je ne serai jamais aussi crédible que quelqu'un qui travaille à la chaîne.

Qu'est-ce que le personnage d'Angèle a de vous ?

Mon corps, mes yeux, ma voix… Elle a joué La Bonne âme de Setchouan de Brecht. Ça a à voir avec moi : je suis entrée au Conservatoire à Paris avec cette pièce, je l'adore. C'est l'histoire d'une fille tellement gentille qu'elle est obligée de se déguiser en garçon pour parfois ne pas être gentille. C'est une parabole extrêmement violente et juste : il est difficile d'être bon. Ce personnage m'a toujours accompagnée dans ma vie. Tous les gens qui me connaissent le savent. Robert me vole tout le temps des choses. Mais mon personnage ne dit jamais ce que je dis dans la vie.

L'ancrage dans la région, peut-être ?

Ça fait 40 ans que j'habite à Paris ! (sourire) À part pour les films de Robert, je n'ai jamais tourné avec les gens de la région. Mon ancrage est familial, absolument pas professionnel.

Le regard porté sur vous du fait de votre notoriété vous a-t-il servi ?

Angèle revient en tant qu'actrice, mais actrice frustrée. Elle n'a pas tant de notoriété que cela : elle est connue dans des téléfilms. Cette notoriété n'est pas — pour moi — un gage de qualité et aujourd'hui, elle est de plus en plus éphémère. Nous sommes dans des temps où tout va tellement vite…

Angèle est à la fois une fille, une sœur, une mère dans le deuil et une amante. Qu'est-ce qui vous a le plus ému dans ce que vous aviez à jouer ?

L'évolution du personnage. Elle arrive très fermée, elle ne veut plus voir personne parce qu'en fait ça lui est insupportable. Mais dès qu'elle est dans cette calanque, tout lui resaute à la gueule : la mort de sa fille ; ces pierres, ces arbres, c'est toute son enfance. Elle est comme un boxeur. Au fur et à mesure, ça lâche, mais ça met du temps. Grâce au pêcheur que joue Robinson Stévenin — c'est un ange, pour moi — qui lui redonne la possibilité de respirer et de recommencer à regarder.

Est-il possible de commenter un scénario de Robert Guédiguian ?

Pour commenter, comptez sur moi ! (sourire) Je trouve que ce film est le plus personnel, le plus profondément intime ; ça m'a beaucoup ému quand je l'ai lu.

Après plus de trente ans de cinéma, parvient-il toujours à vous surprendre ?

Oui. Vraiment ! Je trouve que la manière dont il avance dans la vie est extrêmement belle et émouvante. Robert a toujours été très émouvant, mais c'était tellement caché… Ça a bougé depuis une dizaine d'années. Avant, il avait cette urgence de dire les choses, de les affirmer, parce ça lui était nécessaire et qu'il ne pouvait pas faire autrement. Maintenant, il lâche toute cette partie que les gens ne connaissent pas. C'est un être à moitié allemand, ne l'oublions pas. Ça, ça me surprend. Il va vers plus de douceur, mais il a autant de colère. Comme avait dit Le Clézio : « Je suis tellement en colère que je suis calme ». Après, il s'énerve un peu plus que Le Clézio… (sourire)

Dans une séquence, on vous voit tous en train de reprendre la cigarette. Quel pied-de-nez incroyable à cette récente discussion sur l'interdiction du tabac à l'écran…

Mais c'est un gag ! Alors il faut dans tous les films interdire de tuer les gens. Ou de se droguer, ou de dire des grossièretés, de coucher avec n'importer qui, n'importe comment… C'est une attitude hygiéniste… Je ne suis pas américaine, et pas hypocrite. Je ne suis pas protestante — enfin si, je suis protestante (rires). Ce qui est désespérant, c'est que l'on va parler pendant des jours de ce que l'on fait de la cigarette au cinéma, alors qu'il y a des sujets nettement plus importants. Qu'il y ait une campagne disant que fumer n'est pas la chose la meilleure du monde, que ça provoque des cancers ; qu'on informe les gens et qu'après ils soient responsables de leurs actes, évidemment je suis d'accord. Mais qu'on passe une semaine sur le sujet alors que des gens à la Porte de la Chapelle sont en train de dormir dehors, au milieu de voitures qui passent à toute berzingue sur le périphérique parce qu'on n'arrive pas à les mettre dans des foyers, faut remettre les priorités où elles doivent être !

Évidemment tout cela avait été tourné bien avant…

C'est toujours comme cela avec Robert : il devance des trucs, et on tourne toujours dans des endroits qui, après, n'existent plus — comme la cimenterie de Marius et Jeanette. Alors j'espère que pour la calanque de La Villa, ça va aller ! (rires)

Le film évoque la problématique des sentiers de collines qu'il faut sans cesse entretenir. Faut-il y voir une métaphore de la mémoire ?

C'est vraiment ça ! Très souvent, les films de Robert fonctionnent à plusieurs niveaux. Comme il dit, « je fais des films que mon père pourrait comprendre ». Si son père avait vu La Villa, il aurait effectivement compris qu'il faut entretenir les sentiers, pour la bonne et simple raison que sans cela, vous avez un risque de feu. Le second niveau, c'est qu'il faut entretenir les sentiers comme la mémoire, débroussailler et même créer d'autres sentiers.

Vous arrive-t-il de créer des voies de traverse supplémentaires à travers les chemins qu'il vous ménage ?

Personnellement ? Je ne cesse ! (sourire)


La Villa

De Robert Guédiguian (Fr, 1h47) avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin...

De Robert Guédiguian (Fr, 1h47) avec Ariane Ascaride, Jean-Pierre Darroussin...

voir la fiche du film


Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Gloria Mundi" : Un monde immonde

ECRANS | Portrait d’une famille de la classe moyenne soumise au déclassement moyen dans la France contemporaine, où certains n’hésitent pas à se faire charognards pour ramasser les miettes du festin. Un drame noir et lucide. Coupe Volpi à Venise pour Ariane Ascaride.

Vincent Raymond | Mercredi 27 novembre 2019

Autour de Mathilda, qui vient d’accoucher d’une petite Gloria, le cercle de famille s’agrandit mais ne se réjouit pas trop : les jeunes parents peinent à joindre les deux bouts, le père de Mathilda (qu’elle connaît à peine) sort de prison ; quant à sa mère et son nouvel homme, ils ne roulent pas sur l’or. Seuls sa sœur et son compagnon s’en sortent grâce à une boutique de charognards… Est-ce ainsi que les Hommes vivent ? Citer Aragon, l’aède communiste par excellence, a quelque chose d’ironique accentuant la désespérance profonde dont ce film est imprégné. Gloria Mundi s’ouvre certes par une naissance, mais ne se reçoit-il pas comme un faire-part de décès dans l’ambiance mortifère d’un deuil, celui des illusions collectives et de la foi en l’avenir ? Triste est l’époque que Robert Guédiguian nous montre en miroir, où sa génération — celle des actifs usés, sur le point de partir en retraite, incarnés par l’épatant trio Meylan/Ascaride/Darroussin — ne peut plus transmettre le flambeau de la lutte ni des solidarités généreuses à sa progéniture. Cette dernière, hypnotisée par les chimères libérales, s’est muée en soldate

Continuer à lire

Robert Guédiguian : « Les idées des dominants sont clairement devenues dominantes »

Gloria Mundi | Une famille déchirée par l’argent, fléau social gangrenant âmes, cœurs et corps… Dans Gloria Mundi, Robert Guédiguian tend un miroir sans complaisance à sa génération, épuisée d’avoir combattu et à la suivante, aveuglée par les mirages. Mais ne s’avoue pas vaincu. Entretien exclusif.

Vincent Raymond | Mercredi 27 novembre 2019

Robert Guédiguian : « Les idées des dominants sont clairement devenues dominantes »

Dans la mesure où vous travaillez en troupe, mais aussi où un lien très privilégié vous unit à Ariane Ascaride, comment avez vous reçu la Coupe Volpi qui lui a été remise à la Mostra de Venise ? Robert Guediguian : Je crois que tous les gens qui travaillent ensemble depuis toujours, dont moi, ont pris ce prix pour eux, disons-le. Et l’on trouve juste et justifié ce rapport qui a été fait entre Ariane (qui est d’origine italienne), ses rôles dans le cinéma que je fais et les grandes références comme Anna Magnani. Un prix à Venise oblige à penser à tout le cinéma italien des années 1970 qu’on aime beaucoup et qui nous a grandement frappés : dans notre adolescence, c’était le plus fort du monde. On a plus de références avec le cinéma italien qu’avec le cinéma français ou américain. C’est un peu une transmission, un passage de témoin magnifique. Gloria Mundi est un film sur les valeurs. Mais ce mot à des acceptions différentes selon les générations : pour les aînés, il s’agit de valeurs humaines alors que les enfants les considèrent sur le plan économique… Je crois, oui. C’est ce q

Continuer à lire

Bravo Virtuose : Le roi du pipeau

Pruneaux d'Arménie | de Levon Minasian (Arm.-Fr.-Bel., 1h30) avec Samuel Tadevosian, Maria Akhmetzyanova…

Vincent Raymond | Jeudi 15 février 2018

Bravo Virtuose : Le roi du pipeau

À la suite d’un quiproquo, Alik, un jeune clarinettiste récupère le portable, les contrats et l’argent d’un tueur à gages. La manne tombe à pic, car il cherche à financer l’orchestre de son grand-père lâché par son mécène. Seul hic : Alik doit exécuter les cibles désignées par le commanditaire… À quoi reconnaît-on un polar arménien ? Aux plans sur le mont Ararat, équivalant à ceux sur la Tour Eiffel dans une production française ? Au fait que l’un des méchants — en l’occurrence un bureaucrate corrompu — vante la qualité des loukoums stambouliotes dont il se gave à longueur de journée ? Plutôt à l’évocation des anciens combattants du Haut-Karabagh, où sont morts les parents du héros, et dont certains sont devenus des mafieux. Hors cela, ce premier long métrage promenant une élégante indécision entre comédie sentimentale, burlesque et thriller, s’aventure aussi dans le semi-expérimental, en matérialisant les images mentales et oniriques d’Alik, caverne d’Ali-Baba fantasmatique où circule la silhouette de la séduisante Lara. Levon Minasian donne l’impression d’abattre toutes ses car

Continuer à lire

"La Villa" : Une calanque en hiver

ECRANS | Page arrachée à son journal intime collectif, le nouveau Robert Guédiguian capte les ultimes soubresauts de jeunesse de ses alter ego, chronique le monde tel qu’il est et croit encore à la poésie et à la fraternité, le tout du haut d’un balcon sur la Méditerranée. De l’utopie vraie.

Vincent Raymond | Mardi 28 novembre 2017

Depuis un drame intime, Angèle n’était jamais revenue voir son père ni ses frères. Après l’AVC du patriarche, elle redescend pourtant un jour d’hiver dans la calanque familiale. Histoire de régler le présent, solder le passé et peut-être se reconstruire un futur. « J’ai l’impression de faire une espèce de feuilleton depuis trente ans. Sans personnage récurrent, mais avec des acteurs récurrents. Et je joue avec cette ambiguïté. » La confidence de Robert Guédiguian prend d’autant plus de sens ici où le cinéaste convoque un extrait de son film Ki Lo Sa (1985) pour illustrer un flash-back — procédé auquel il avait déjà eu recours dans La Ville est tranquille (2001), agrémenté d’un fragment de Dernier été (1981). « Je serais tenté de le faire souvent, mais ce serait une facilité. Là, par rapport au sujet, ça se prêtait bien », confirme le cinéaste. Bercée par la musique de Bob Dylan, cette réactivation d’une archive ensoleillée du lieu et des protagonistes confère à La Villa

Continuer à lire

Matches nuls, balles au centre

Panorama ciné novembre | Nul besoin de beaujolais nouveau pour voir double : la masse absurde de films déferlant ce mois sur les écrans contient déjà son pesant de décalques, miroirs et autres psittacismes…

Vincent Raymond | Mardi 31 octobre 2017

Matches nuls, balles au centre

Grosse bataille de romans d’apprentissage en perspective sur les écrans : d’un côté, un délinquant manqué repris en mains par un convoyeur à la retraite dans un bon petit polar argentin, La Educación del Rey de Santiago Esteves (22 novembre) ; de l’autre, trois apprentis comédiens francophones réussissent à force d’échouer. D’abord Maryline (15 novembre) de — mais sans — Guillaume Gallienne, où Adeline D’Hermy incarne sans beaucoup de charisme une aspirante actrice rongée par le trac tombant dans l’alcool. Bof. Ensuite, Marvin ou la belle éducation (22 novembre), lointaine adaptation de l’autobiographie d’Eddy Bellegueule, dans laquelle Anne Fontaine dépeint le quart-monde picard avec une telle ironie qu’on a du mal à percevoir l’intention. Rebof. Enfin, Nawell Madani dans C'est tout pour moi (29 novembre), un autobiopic tiré de ses nombreuses galères assumant son ego et sa réflexivité, où la comédienne se joue elle-même sans pour autant (trop) se la jouer.

Continuer à lire