"Un homme intègre" : On ne lâche iran !

ECRANS | de Mohammad Rasoulof (Ir., 1h58) avec Reza Akhlaghirad, Soudabeh Beizaee, Nasim Adabi…

Vincent Raymond | Mercredi 6 décembre 2017

Photo : © ARP Sélection


Que ce film porte douloureusement bien son titre ! Car il vaut à son auteur Mohammad Rasoulof de se retrouver une nouvelle fois inquiété par les autorités de Téhéran, lui qui avait déjà par le passé écopé d'une peine de prison après une œuvre co-réalisée avec Jafar Panahi, jugée critique à l'égard du régime… Primé lors du dernier Festival Cannes, Un homme intègre cause peut-être de profonds ennuis au cinéaste iranien mais, effet Streisand oblige, met l'accent sur sa situation en incitant à examiner avec acuité ce que son film dit — et de quelle admirable manière.

On y découvre le combat digne de l'obstiné Reza, un éleveur de poissons qui pour défendre son bon droit face à une compagnie privée aux méthodes crapuleuses, refuse d'entrer dans le système institué de la corruption locale, bien que lui et sa famille risquent lourd.

Rasoulof dresse ici le portrait d'une petite communauté rurale fort peu avenante : un ramassis d'hypocrites serviles, corrompus et combinards aux ordres d'un potentat mafieux. Très éloignée donc des dogmes moraux revendiqués par les mollahs. Des plans secs, sans effets et une image à la photo d'une beauté hivernale, nous immergent dans les tourments de ce héros de western persan (c'est du pur matériau pour Eastwood ou Peckinpah), harcelé de toutes parts. Un témoignage édifiant et surtout la confirmation-consolidation de cette nouvelle génération de cinéastes iraniens à laquelle appartient également Fahradi.


Un homme intègre

De Mohammad Rasoulof (Iran, 1h57) avec Reza Akhlaghirad, Soudabeh Beizaee...

De Mohammad Rasoulof (Iran, 1h57) avec Reza Akhlaghirad, Soudabeh Beizaee...

voir la fiche du film


Reza, installé en pleine nature avec sa femme et son fils, mène une vie retirée et se consacre à l’élevage de poissons d’eau douce. Une compagnie privée qui a des visées sur son terrain est prête à tout pour le contraindre à vendre. Mais peut-on lutter contre la corruption sans se salir les mains ?


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

Du cœur à l’ouvrage et de la rage au cœur

Panorama cinéma décembre | D’aucun·e·s pense que la trêve des confiseurs enveloppe l’univers entier d’une chape ouatée de bienveillance sucrée. Comme les sapins, ils et elles vont avoir les boules de découvrir à côté des pèrenoëlleries de saison quelques visions du monde des plus piquantes…

Vincent Raymond | Lundi 27 novembre 2017

Du cœur à l’ouvrage et de la rage au cœur

« Il est toujours choquant et blessant de s’arroger le monopole du spectateur. Vous n’avez, Monsieur Lucas, le monopole du spectateur ; vous ne l’avez pas » pourrait-on dire en parodiant Giscard à propos du nouvel épisode de la saga qu’il n’est nul besoin de nommer (13 décembre) puisque chacun en entend parler depuis deux mois déjà, et que nous n’avons pas été autorisés à découvrir. Aussi, laissons-le de côté et focalisons nous plutôt sur d’autres sorties. Tout particulièrement sur ces films emplis de tensions, voire de luttes. À l’Horloge de l’Apocalypse, l’heure n’est de toutes façons pas à la franche rigolade… Au travail ! Qu’il porte bien son titre, Un homme intègre (6 décembre) ! Signée par Mohammad Rasoulof, ayant jadis écopé d’une peine de prison après un film critique à l’égard du régime de son pays, cette œuvre primée à Cannes vaut au cinéaste iranien de se retrouver à nouveau inquiété par les autorités de Téhéran. Il y montre le combat digne de Reza, un éleveur de poissons défendant son bon droit face à une compagnie privée aux mét

Continuer à lire