"La Promesse de l'aube" : La mère de toutes les batailles

ECRANS | de Eric Barbier (Fr., 2h10) avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg, Didier Bourdon… (20 décembre)

Vincent Raymond | Mercredi 20 décembre 2017

Photo : © Nicolas Vellter


Mexique, fin des années 1950. S'isolant de la fièvre de la Fête des morts, le diplomate et écrivain Romain Gary, entreprend la quarantaine révolue de raconter dans un livre ce qui l'a conduit à mener toutes ses vies : une promesse faite à la femme de sa vie, sa mère…

Le roman de Romain Gary se prête merveilleusement à l'adaptation (donc aux nécessaires trahisons) dans la mesure où l'auteur était le premier à enjoliver des faits trop plats afin de gagner en efficacité romanesque — il pratiquait le “mentir-vrai” d'Aragon à un niveau d'expert. Ce préalable étant connu, on peut considérer qu'une transposition prenant quelques libertés avec le texte-source à des fins narratives ou esthétiques fait preuve de la plus respectueuse des fidélités à l'égard de l'esprit du romancier. Telle cette version signée Éric Barbier, d'une ressemblante dissemblance.

Le cinéaste y déploie ses qualités que sont l'ambition et la sincérité, indispensables atouts pour marier l'épique, le picaresque, l'académisme et le cocasse autour de cette drôle de fresque où la mère devient un personnage sous la plume d'un fils qu'elle a auparavant conditionné, modelé comme on sculpte son grand œuvre, dans une symbiotique relation de réciprocité.

Il fallait trouver à l'image cet accord fusionnel entre Nina et Romain, donc créer un duo crédible. Si Pierre Niney devient coutumier des évocations biographiques, avouons tout net qu'on imaginait mal Charlotte Gainsbourg l'éthérée dans la peau de la volontariste Nina. Elle a pourtant su forcer sa voix, sa silhouette (et sa nature ?), pour en faire cette “force qui va”, monstre d'amour exclusif grâce à qui — ou à cause de qui — Gary est devenu Gary. Un homme en quête d'intégration, d'honneurs, de respectabilité, aspirant à la norme et cependant dévoré par l'intranquillité. Par son classicisme parfois heurté de sauvagerie, ce film en est un joli reflet.


La Promesse de l'aube

De Eric Barbier (Fr, 2h11) avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg...

De Eric Barbier (Fr, 2h11) avec Pierre Niney, Charlotte Gainsbourg...

voir la fiche du film


De son enfance difficile en Pologne en passant par son adolescence sous le soleil de Nice, jusqu’à ses exploits d’aviateur en Afrique pendant la Seconde Guerre mondiale… Romain Gary a vécu une vie extraordinaire. Mais cet acharnement à vivre mille vies, à devenir un grand homme et un écrivain célèbre, c’est à Nina, sa mère, qu’il le doit. C’est l’amour fou de cette mère attachante et excentrique qui fera de lui un des romanciers majeurs du XXème siècle, à la vie pleine de rebondissements, de passions et de mystères. Mais cet amour maternel sans bornes sera aussi son fardeau pour la vie…


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter