Liam Neeson : « Les personnages que j'aime jouer ne sont pas des super-héros, mais des gens de la rue »

Entretien | Regard bleu mélancolie et silhouette émaciée, Liam Neeson marque une pause pour évoquer sa nouvelle course contre la montre à grande vitesse dans "The Passenger". En voiture s’il vous plaît…

Vincent Raymond | Mardi 23 janvier 2018

C'est la quatrième fois que vous travaillez avec Jaume Collet-Serra ; dans quelle mesure parvenez-vous à vous surprendre mutuellement ?

Liam Neeson : Nous ne nous surprenons pas vraiment. En tout cas, à chaque fois c'est de plus en plus facile pour nous de travailler ensemble et nous sommes de plus en plus proches. On ne cherche pas à suranalyser chaque chose ni des motivations aux personnages ; on est tout de suite dans le concret. J'arrive sur le tournage, on regarde les mouvements de caméra, et puis on met en boîte — c'est aussi simple que cela. Sauf s'il y a une scène un peu plus complexe, auquel cas on fait une répétition. Nous aimons notre énergie mutuelle. L'équipe le perçoit ; elle sait qu'on ne va pas attendre jusqu'à la cinquième prise.

Et puis, il est très inventif ; sa caméra est au service de l'histoire et j'adore ça. Après Non Stop, il m'a fait passer d'un avion à un train — j'étais curieux de savoir comment il allait filmer. Et l'on va recommencer pour notre cinquième film ensemble, dans un espace encore plus petit : un placard (sourires) Non, en fait je ne peux pas encore en parler.

Quelle est la part d'effets spéciaux, et celle de votre implication physique ?

On a tourné dans l'un des studios de Pinewood où un Star Wars venait de s'achever. Le décor, c'était un compartiment et demi sur des vérins hydraulique, placé devant un fond vert — je ne comprends pas vraiment comment ça marche, mais le train est supposé avoir 6 ou 7 voitures différentes. Pendant la semaine nous tournions dans un compartiment donné, et puis le week-end le chef-décorateur et ses équipes changeaient des éléments pour que ce compartiment en devienne un autre — et ainsi de suite. Tout était extrêmement organisé. Donc, quand j'arpente le train en entier, cela correspond en réalité à une semaine et demi de boulot.

Sur le plan physique, j'aime être en forme. Tous les matins, je mettais le réveil à 5 heures pour aller faire de la gym, puis direction le studio pour tourner non-stop jusqu'à 18h30. Après quoi je m'octroyais une sieste de 15 minutes avant de retourner à la gym où je retrouvais les cascadeurs pour répéter les combats. Enfin, je rentrais à l'hôtel pour m'écrouler. Voilà à quoi ressemblait ma vie pendant le tournage : monastique.

À la lecture du scénario vous êtes-vous demandé de ce que vous feriez si l'on vous proposait de faire “quelque chose” pour rendre service ou pour une somme d'argent ?

Les personnages que j'aime jouer ne sont pas des super-héros, mais des gens de la rue. Chacun peut donc s'identifier à ce qu'éprouve ce personnage : c'est un dilemme moral. Que ferais-je, moi, si j'étais viré à 60 ans, perclus de dettes avec des enfants à mettre à l'université ? Dans ces conditions, je serais tenté.

Vous apparaissez aux yeux des spectateurs comme un protecteur. Aimeriez-vous revenir vers un rôle plus ambigu ?

Avoir cette image est sympathique. Si c'est celle que j'ai en ce moment à l'écran, je ne vais pas cracher dessus ! En tant qu'acteur, le mélange est intéressant. Je viens de tourner le rôle d'un mec pas très cool avec les frères Coen — d'où ma barbe : il nous reste deux jours à faire dans la neige au Colorado, sauf qu'il y fait en moment 15°C…

Dans vos films, les durées se raccourcissent de plus en plus. Avez-vous un rapport au temps particulier ?

L'idée de temps est toujours présente. J'ai 65 ans, et à chaque fois que je reçois un scénario, j'ai un choc quand au départ le personnage principal est supposé avoir 35 ans, que son âge a été corrigé en “dans la petite cinquantaine”. C'est génial, ça veut dire qu'on me veut. Alors je prends mon téléphone et je demande : « Combien ? » Si ça me va, alors j'arrive !


The Passenger

De Jaume Collet-Serra (ÉU-Fr, 1h45) avec Liam Neeson, Vera Farmiga...

De Jaume Collet-Serra (ÉU-Fr, 1h45) avec Liam Neeson, Vera Farmiga...

voir la fiche du film


Comme tous les jours après son travail, Michael MacCauley (Liam Neeson) prend le train de banlieue qui le ramène chez lui. Mais aujourd’hui, son trajet quotidien va prendre une toute autre tournure. Après avoir reçu l’appel d’un mystérieux inconnu, il est forcé d’identifier un passager caché dans le train, avant le dernier arrêt. Alors qu’il se bat contre la montre pour résoudre cette énigme, il se retrouve pris dans un terrible engrenage. Une conspiration qui devient une question de vie ou de mort, pour lui ainsi que pour tous les autres passagers !


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"The Passenger" : Hors du train-train quotidien

ECRANS | de Jaume Collet-Serra (E.-U.-Fr.-G.-B., 1h43) avec Liam Neeson, Vera Farmiga, Patrick Wilson…

Vincent Raymond | Jeudi 18 janvier 2018

Ancien flic reconverti dans les assurances, Michael est brutalement viré. Le même jour, ce fringant sexagénaire voit sa routine chamboulée dans son train de banlieue quand une inconnue lui propose un étrange marché. À la clef, beaucoup d’argent. Mais aussi des dangers potentiels… Jaume Collet-Serra serait-il devenu pour Liam Neeson ce que J. Lee Thompson fut pour Charles Bronson — un réalisateur transmutant ad lib un type ordinaire harcelé par des malfaisants en surhomme capable de sauver la planète ? Relativisons : Neeson est moins ouvertement vigilante que Bronson, et semble plutôt pousser pour leur quatrième collaboration son personnage du côté des Tom Hanks/Harrison Ford : toute l’ouverture est une tentative en ellipses “pixariennes” pour l'ancrer dans sa monotonie consentie de banlieusard. Ensuite, la victime idéale se transforme bourreur de pifs expert. Si Collet-Serra maîtrise son espace contraint (en un seul mot), il succombe à la tentation de la surenchère, perdant dans les vingt dernière minutes le bénéfice de l’armature sociale et humaine, ainsi que

Continuer à lire

Silence : Du doute, pour une foi

ECRANS | En relatant le chemin de croix de jésuites du XVIIe siècle éprouvant leur foi en évangélisant un Japon rétif à ces conversions, Scorsese le contemplatif explore ici sa face mystique — ce nécessaire ubac permettant à son œuvre d’atteindre des sommets

Vincent Raymond | Mardi 31 janvier 2017

Silence : Du doute, pour une foi

Loin d’être monochromatique, la filmographie de Scorsese reflète depuis toujours une admiration conjointe pour deux mondes ritualisés : le temporel des truands et le spirituel des religieux. S’il n’y a guère de malfrats dans Silence, on y découvre toutefois quelques châtiments pratiqués par les autorités nippones sur les chrétiens refusant d’apostasier, et que des mafieux trouveraient à leur goût ! La violence des confrontations entre ces deux univers autour de la notion de foi ne pouvait que fasciner le réalisateur de Taxi Driver et de Casino. Pour autant, Silence ne s’inscrit pas dans la veine stylistique des Infiltrés ou des Affranchis : la question intérieure et méditative prime sur la frénésie exaltée. Lent, posé, d’inspiration asiatique dans sa facture, il se rapproche du semi ésotérique Kundun (1997). Chacun sa croix Débutant par la recherche d’un missionnaire porté disparu, Silence se poursuit par une succession d’introspections pour le père Rodrigues parti sur ses traces, telles que : feindre u

Continuer à lire