"Rester vivant - méthode" : Comment ça va avec la douleur ?

Aïe ! | de Erik Lieshout (P.-B., 1h10) avec Iggy Pop, Michel Houellebecq, Robert Combas…

Vincent Raymond | Mardi 15 mai 2018

De la douleur surmontée naît la création poétique. Tel est le postulat de l'essai signé par Michel Houellebecq en 1991, Rester vivant, méthode. Un bréviaire dont fait ici son miel Iggy Pop, jadis réputé pour ses performances scéniques limites conjuguant scarifications et auto-mutilations diverses. En vénérable pré-punk apaisé, l'Iguane s'emploie à lire devant la caméra quelques stances de l'ouvrage, à les commenter à la lumière de son parcours ; croisant sa propre vie avec celle d'autres artistes aussi marqués par la souffrance que lui. On y découvre les écrivains écorchés Claire Bourdin et Jérôme Tessier, ainsi que le vibrionnant peintre Robert Combas, témoignant tous de leur rapport intime à la maladie — schizophrénie, dépression ou autre plaie intérieure térébrante qu'ils ont convertie en carburant créatif.

Et puis il y a dans un recoin du film, à son extrémité caudale même, un certain “Vincent“, artiste reclus absorbé par un grand œuvre mystérieux. Il s'agit le seul “personnage“ fictif de ce documentaire hybride, interprété par Houellebecq en personne. Visage rongé de stigmates, voix souffreteuse et silhouette débile, l'auteur est l'incarnation idéale de son essai ; un cameo parfait.

Posé, voire léché, Rester vivant - méthode illustre et confirme par l'exemple la théorie houellebecquienne, près de trente ans après sa publication. Et cette validation s'achève par la mise en marche branlante mais triomphale des cinq protagonistes, de front dans une rue parisienne déserte. Connaissant le lest que traîne chacun d'entre eux, voir cette bande d'éclopés déambuler d'un pas vacillant mais décidé a quelque chose de sublime.


Rester vivant : méthode

De Reinier Van Brummelen, Erik Lieshout (Néer, 1h10) avec Iggy Pop, Michel Houellebecq

De Reinier Van Brummelen, Erik Lieshout (Néer, 1h10) avec Iggy Pop, Michel Houellebecq

voir la fiche du film


Iggy Pop nous présente une méthode pour rester en vie dans un monde impersonnel. L’essai Rester vivant : méthode de Michel Houellebecq et les expériences personnelles d’Iggy Pop sont les points de départ de cette quête qui s’intéresse au rôle du poète, aux artistes en difficulté et aux problèmes de santé mentale. "Un poète mort n’écrit plus, d’où l’importance de rester vivant", et c’est bien là le combat de ce feel good movie sur la souffrance.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

D’art d’art

Galerie | La galerie PASQUI fait partie de ces lieux d’art qui ont traversé la crise covidienne sans trop d’encombre, les acheteurs n’hésitant à enrichir leurs (...)

Niko Rodamel | Mercredi 9 juin 2021

D’art d’art

La galerie PASQUI fait partie de ces lieux d’art qui ont traversé la crise covidienne sans trop d’encombre, les acheteurs n’hésitant à enrichir leurs collections en cliquant à distance et à se faire livrer (parfois à l’autre bout du monde) des œuvres choisies sur écran. Un rapport d'Artprice (LA référence) révèle pourtant que, s’il est parvenu à limiter la casse en basculant massivement vers le numérique, le marché de l’art enregistre une perte de seulement 21% de chiffre d'affaires. Entre street art, art brut, abstraction, pop art, art cinétique et sculptures, le catalogue PASQUI regroupe déjà une quarantaine d’artistes, dont plusieurs plasticiens locaux soutenus par la galerie, à l’image de LUMA ou de Viza. Pour son exposition estivale, Agnès Court et David Pasquinelli mettent à l’honneur quelques grands noms : Mr Brainwash, C215, Takashi Murakami, JonOne, Richard Orlinski, Hervé Di Rosa, Robert Combas, Erro et Jef Aérosol, avec des sérigraphies numérotées de Banksy himself et de Shepard Fairey (Obey). Exposition d’été, du 19 juin au 31 juillet, galerie PASQUI à Saint-Étienne

Continuer à lire

Les 1ers noms de Musilac 2020

Festival régional | Angèle, - M -, Iggy Pop et Lenny Kravitz sont les quatre premiers noms qui ont été lâchés hier pour dessiner les contours du 19e festival Musilac (...)

Nicolas Bros | Mardi 3 décembre 2019

Les 1ers noms de Musilac 2020

Angèle, - M -, Iggy Pop et Lenny Kravitz sont les quatre premiers noms qui ont été lâchés hier pour dessiner les contours du 19e festival Musilac d'Aix-les-Bains qui se déroulera du 11 au 14 juillet 2020.

Continuer à lire

A hard month

ECRANS | Pas grand chose à se mettre sous la dent en ce mois de janvier cinématographique… En attendant les locomotives américaines de février, conseillons un polar sud-coréen, une machine à oscars plutôt sophistiquée et… un téléfilm enfin à sa mesure sur grand écran ! Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mardi 6 janvier 2015

A hard month

C’est la rentrée, mais c’est encore vent calme dans les salles de cinéma… Les déceptions sont légions (les ratages Beauvois et Egoyan ou les arnaques Les Nouveaux sauvages et Foxcatcher) et les vrais grands films sont déjà sortis (Whiplash, La Terre éphémère ou l’incroyable polar de J. C. Chandor, A most violent year). Du coup, il faut un peu de curiosité pour dénicher les bonnes surprises de janvier. À commencer par Hard day de Kim Song-hun (7 janvier) qui, sans fondamentalement renouveler le genre du thriller sud-coréen, y apporte une délectable perversité. Suivant les tribulations d’un flic corrompu sur lequel tombe une pluie de tuiles qu’il tente tant bien que mal d’éviter, le film ose aller au bout de son mélange des genres, toujours à la limite du cartoon live, to

Continuer à lire

Near Death Experience

ECRANS | L’errance suicidaire d’un téléopérateur dépressif en maillot de cycliste, où la rencontre entre Houellebecq et le tandem Kervern / Delépine débouche sur un film radical, peu aimable, qui déterre l’os commun de leurs œuvres respectives : le désespoir face au monde moderne. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 10 septembre 2014

Near Death Experience

Un jour comme les autres, Paul, téléopérateur chez Orange, décide de mettre fin à ses jours. Il laisse sa famille sur le carreau, enfile son maillot de cycliste Bic et part se perdre dans la montagne. Near Death Experience enregistre son errance suicidaire comme un retour à l’état primitif, tandis qu’en voix-off ses pensées sur le monde et sur sa triste existence bientôt achevée se déversent. Après la déception provoquée par Le Grand Soir, dans lequel leur cinéma de la vignette comique virait au système, Gustave Kervern et Benoît Delépine effectuent une table rase radicale. Il n’y a à l’écran qu’une âme qui vive, celle de Michel Houellebecq, dont le tempérament d’acteur a été formidablement déflorée par l’excellent L’Enlèvement de Michel Houellebecq ; les autres personnages sont des silhouettes dont on ne voit la plupart du temps même pas le visage, sinon ce marcheur avec lequel Paul entame une partie de Je te tiens, tu me tiens par la barbichette… Cette nudité est renforcée par une image sale et bruitée, fruit d’un tournage en équipe réduite à l’IPhone (!), au plus proche de la réalité racontée à l’écran : un homme veut mourir, point. Sans iss

Continuer à lire