"Los Adioses" : Femme de lettres au bord de la crise de nerfs

Biopic | de Natalia Beristain Egurrola (Mex., 1h26) avec Karina Gidi, Daniel Giménez Cacho, Ari Albarrán…

Vincent Raymond | Mardi 15 mai 2018

Photo : ©KMBO


Quelques fragments du parcours de Rosario Castellanos (1925-1974) : ses premiers pas d'étudiante, sa reconnaissance comme poétesse, autrice, intellectuelle féministe et universitaire ; les tumultes de son couple avec Ricardo Guerra, partenaire frustré par le talent de sa compagne…

C'est à une figure majeure des lettres mexicaine et de l'affirmation de droits des femmes que Natalia Beristain rend ici hommage à travers ce film-patchwork, brassant les époques, au risque de chahuter la stricte chronologie. Icône célébrée pour ses prises de parole et ses écrits, Castellanos eut à lutter au quotidien contre la jalousie dévorante de celui qui eût dû être son principal allié — c'est un peu comme si Sartre, furieux de voir Simone de Beauvoir taper plus vite que lui à la machine et rafler le Goncourt avait tenté de la boucler dans la cuisine, exigeant qu'elle se consacre exclusivement à la confiture de mandarines.

Désir d'indépendance, machisme sournois… Ce match tristement connu et peu équilibré est ici arbitré par de nombreuses étreintes apportant un glamour pas forcément nécessaire — les flatteuses scènes d'amour des biopics sont toujours à un souffle du révisionnisme esthétique. Édifiant pour qui ne connaît pas Castellanos, le film semble toutefois piégé entre un désir d'originalité formelle refréné et le besoin de célébrer solennellement son modèle. Cette valse-hésitation l'empêche de sortir du lot.


Los adioses

De Natalia Beristain Egurrola (Mex, 1h25) avec Karina Gidi, Daniel Giménez Cacho...

De Natalia Beristain Egurrola (Mex, 1h25) avec Karina Gidi, Daniel Giménez Cacho...

voir la fiche du film


Rosario Castellanos est encore une étudiante introvertie lorsqu’elle se lance dans l’écriture et rencontre Ricardo Guerra. Alors qu’elle est en passe d’être reconnue comme l’une des plus grandes plumes de la littérature mexicaine, l’homme qu’elle aime devient son rival. C’est en restant fidèle à ses choix de femme, de mère et de poétesse que Rosario combattra une société dirigée par les hommes et fera entendre les voix des femmes.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter