"Manifesto" : Sous les cheveux de Cate Blanchett

Snobby arty | de Julian Rosefeldt (All., 1h38) avec Cate Blanchett, Ruby Bustamante, Ralf Tempel…

Vincent Raymond | Jeudi 31 mai 2018

Photo : ©Julian Rosefeldt and VG Bild-Kunst 2016_2015_07_Portrait


Art véhiculaire par excellence, le cinéma reflète et diffuse bien fraternellement les œuvres créées dans d'autres disciplines. Mais toutes les propositions conceptuelles ne supportent pas de manière égale l'inscription dans le cadre cinématographique : la plupart nécessitent un minimum de transposition, d'adaptation au langage audiovisuel. Certaines demeurent cependant hermétiques ou absconses au grand public, pouvant même susciter un violent rejet de sa part lorsqu'elles dissimulent leur véritable propos derrière un paravent commercial — souvenons-nous du déconcertant Zidane, un portrait du XXIe siècle (2006) de Gordon et Parreno, qui avait plus à voir avec l'entomologie abstraite qu'avec l'hagiographie sportive.

Manifesto se présente partiellement masqué, avançant un double concept : une mise en images libre de quelques grands écrits théoriques ayant structuré la pensée politique ou artistique humaine ET l'interprétation/déclamation desdits textes par la même comédienne incarnant treize personnages (disons, stéréotypes) différents ; ici Cate Blanchett. Dès lors, il faut dissocier les deux approches. La première visant à mêler la parole péremptoire d'un·e théoricien·e à un contexte contemporain trivial est parfois productive, au-delà du décalage systématique et lorsqu'elle ne tombe pas dans le piège classique de la représentation des classes sociales — en gros, la vie des pauvres se résume à des fonctions organiques, plutôt sales.

Mais la seconde tient du gadget, de la bande démo de luxe égotiste pour une actrice semblant vouloir persuader l'univers de l'étendue de son talent — et de sa collection de perruques. Ou qu'elle vaut bien Meryl Streep exposant Tilda Swinton au panthéon de la “performance“, ce truc conduisant à théâtraliser au-delà du ridicule avec la conviction de la justesse. L'argument intello-glamour de Manifesto se révèle, en définitive, son propre poison.


Manifesto

De Julian Rosefeldt (All, 1h38) avec Cate Blanchett, Ruby Bustamante...

De Julian Rosefeldt (All, 1h38) avec Cate Blanchett, Ruby Bustamante...

voir la fiche du film


Manifesto rassemble aussi bien les manifestes futuriste, dadaïste et situationniste que les pensées d’artistes, d’architectes, de danseurs et de cinéastes tels que Sol LeWitt, Yvonne Rainer ou Jim Jarmusch. A travers 13 personnages dont une enseignante d’école primaire, une présentatrice de journal télévisé, une ouvrière, un clochard… Cate Blanchett scande ces manifestes composites pour mettre à l’épreuve le sens de ces textes historiques dans notre monde contemporain.


entrez votre adresse mail pour vous abonner à la newsletter

"Dragons 3 : Le monde caché" : La flamme de sa vie

Suite et fin ? | De Dean DeBlois (É.-U., 1h34) avec les voix (v.o.) de Jay Baruchel, America Ferrara, F. Murray Abraham, Cate Blanchett…

Vincent Raymond | Mercredi 6 février 2019

Mâle alpha et donc roi des dragons, Krokmou n’est plus tout à fait le seul survivant de son espèce : une femelle Furie Éclair existe et elle entre les mains de Grimmel, un féroce exterminateur de dragons. Harold et Astrid vont devoir faire feu de tout bois pour le sauver, ainsi que leur village… Cela devait arriver. Non pas qu’un troisième volet de la franchise méga-rentable voie le jour, mais que Krokmou fasse des petits. Encore faut-il qu’il déclare au préalable sa flamme à sa dulcinée, ce qui donne lieu à une réjouissante parade où l’animal, mélange indéfinissable de félin et de saurien, balance entre le grotesque et le touchant de l’ado faisant sa cour. Harold et Astrid en étant au même stade (avec des roucoulades moins dandinantes, il est vrai), cet opus printanier exhale une fragrance saison des amours, soutenue par la thématique secondaire du film : la question du détachement, doublement métaphorisée. Car si les appariements entre jeunes entraînent le départ du nid familial, la découverte d’un nouveau monde perdu où les dragons peuvent vivent en paix implique la fin de leu

Continuer à lire

Blue Jasmine

ECRANS | Aussi surprenant que Match point en son temps dans l’œuvre de Woody Allen, Blue Jasmine est le portrait cruel, léger en surface et tragique dans ses profondeurs, d’une femme sous influence, une Cate Blanchett géniale et transfigurée. Christophe Chabert

Christophe Chabert | Mercredi 25 septembre 2013

Blue Jasmine

Le titre du dernier Woody Allen est en soi un formidable puzzle : Jasmine, son héroïne, possède entre autres lubies une passion monomaniaque pour la chanson Blue Moon. Mais c’est aussi son état d’esprit lorsque le film commence : bluesy et déprimée suite à la rupture avec son mari, sorte de Bernie Madoff ruiné par la crise financière. Elle, la femme entretenue, rumine à voix haute sa déconvenue : elle doit quitter son standing new-yorkais pour s’installer chez sa sœur prolo à San Francisco. Il y a peut-être un dernier sens derrière ce Blue-là : Jasmine semble débarquer de nulle part, out of the blue, ou du moins la savante construction dramatique du film laisse-t-il un noir — ou un bleu — sur un passé qu’elle rabâche mais qu’elle est peut-être surtout en train de réinventer. Car dans la première partie du film, Jasmine est une victime, femme bafouée que ce déclin entraîne bord de la folie et qui cherche à tout prix à retrouver sa dignité mais surtout son rang, cette place sociale qu’elle estimait avoir durement conquise. Petits arrangements avec soi-même La question de la lutte des classes n’est pas neuve chez Allen ;

Continuer à lire